Navigation – Plan du site

Julie Pagis et Wilfried Lignier (dir), « Le dégoût des autres », Genèses, n° 96, 2014

Alexandre Chevalier
Le dégoût des autres
Julie Pagis, Wilfried Lignier, « Le dégoût des autres », Genèses, n°96, Septembre 2014, Belin.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ainsi, à propos des inimitiés enfantines, Pagis et Lignier évoquent les travaux précédents, de Cico (...)

1« Petites et grandes haines sociales structurent […] la vie quotidienne, dans une mesure […] plus importante que ne le laisse penser la plupart des descriptions des sciences sociales ». Ces mots de Julie Pagis et de Wilfried Lignier résument l’intérêt premier de ce numéro de Genèses qui, à travers cinq contributions, analyse le phénomène d’inimitié, souvent là où il demeure socialement non toléré. Autrement dit, il s’agit « de donner à voir les relations d’inimitiés […] qui demeurent dans l’ombre » (p. 3). La tradition sociologique française, notamment à travers les travaux de Pierre Bourdieu, considère généralement la répulsion sociale comme l’expression de cultures différentes, d’habitus distincts. Ici, il s’agit davantage de considérer l’inimitié comme le fait des individus eux-mêmes. Toutefois, les déterminants socioculturels restent des facteurs explicatifs centraux dans la plupart des contributions1.

  • 2 À ce propos, on se réfèrera – comme Camille François – au livre de Vincent Dubois, La vie au guiche (...)

2Les cinq articles du dossier se proposent donc de rendre compte des phénomènes de dégoûts et de répulsions selon des méthodologies variées, appliquées à des objets d’études divers. Sybille Gollac met en lumière les inimitiés au sein de deux familles, à partir de deux monographies ; inimitiés souvent initiées après un mariage mal accepté, et vécues comme une trahison au clan familial. Julie Pagis et Wildried Lignier analysent les constructions discursives du dégoût de l’autre dans deux écoles parisiennes. C’est grâce aux entretiens menés avec les enfants qu’ils constatent que l’institution scolaire fournit des justifications à la distanciation sociale et au maintien de l’entre-soi. Nicolas Mariot, dans sa contribution, puise dans un corpus de lettres de poilus français de quoi mettre au jour les profondes inimitiés et le mépris de certains soldats issus des classes sociales supérieures - souvent des intellectuels - envers leurs compagnons d’armes plus modestes. Camille François montre, dans une enquête de terrain auprès d’un bailleur social de banlieue parisienne, comment les agents du bailleur instaurent un rapport de force dissymétrique2, voire expriment un certain dégoût envers leurs administrés. Il s’agit là d’une logique qui accentue le stigmate socio-résidentiel, et force ainsi les locataires à accepter rapidement les solutions adoptées au préalable par le bailleur. Louise Tassin a effectué une monographie du centre d’accueil et de premiers secours de Lampedusa. Sa contribution met en exergue les logiques de dégoûts et d’inimitiés liant les travailleurs non professionnels du centre et certains migrants, liens souvent influencés par le regard porté par le public sur la structure.

3L’enjeu premier, rapidement appuyé par les auteurs, est de souligner la présence d’inimitiés dans certaines situations – tranchées de la première guerre mondiale – et certaines institutions sociales – famille et école – où leurs existences sont sinon niées, au moins euphémisées et socialement refrénées. Il s’agit alors de décrire une intimité où l’aversion pour l’autre existe bel et bien. Les auteurs se livrent alors à un travail de déconstruction. On retiendra celui de Nicolas Mariot. Mettre au jour l’incompréhension voire le mépris entre soldats, c’est aussi discuter l’image d’une guerre fraternelle, qui efface la distance sociale et qui fait naître une communauté de frères d’armes. C’est relativiser un mythe durablement fortifié aux lendemains des combats. Toutefois, et comme le précise l’auteur, il n’est pas ici question de nier les amitiés interclasses nées au fond des tranchées, ni de revenir sur le discours unitaire du moment guerrier. Il s’agit davantage de montrer comment la distance sociale qui préexiste dans la société française du début du siècle passé se perpétue sur le champ de bataille. L’un des axes forts de l’article étant notamment de montrer comment l’enlisement dans le conflit ne réduit pas nécessairement les antagonismes sociaux. L’article de Sybille Gollac prend en partie le même chemin, en discutant l’impératif d’amour familial. Reprenant dès les premières lignes cette idée, en citant François de Singly (« La famille moderne marche à l’amour »), elle montre bien comment un mariage peut parfois attiser les tensions. C’est le cas de Dany, qui se marie avec un homme jugé raciste, et qui est accusée de ne pas être digne de l’appartenance familiale, notamment parce qu’elle ne prend pas sa part de la charge de Marc, son frère schizophrène. C’est aussi le cas de Gisèle, parisienne mariée avec Pierre, et qui refuse de travailler avec lui dans la boulangerie familiale, mettant en danger les sacrifices de plusieurs générations ; l’auteure montre bien comment l’aversion pour l’autre est aussi un rappel à l’ordre qui invite à réintégrer les obligations de groupes.

  • 3 On retrouve ici l’expression d’un dualisme socialement construit, et déjà analysé historiquement pa (...)

4Le dégoût des autres n’est pas exclusif de l’intimité. Il peut aussi exister dans des relations ponctuelles, comme dans les interactions entre les agents d’un bailleur et ses locataires ou entre immigrés du centre d’accueil de Lampedusa et ses travailleurs non professionnels. Ainsi, Camille François suit le travail du bailleur sur le terrain, et analyse 266 dossiers de relogement suite aux opérations de démolitions. Les agents, chargés d’inspecter les familles afin de sonder leurs besoins, doivent ainsi renseigner dans le rapport de visite « l’accueil et l’ambiance générale ». L’occasion alors de déclarer leurs affinités – « À reloger car jolie » - ou leurs aversions – « Madame est une femme obèse, qui sent très fort ». Ce n’est pas là seulement l’expression d’un dégoût social, c’est aussi une pratique partie prenante du processus de relogement, une attente institutionnelle du bailleur, une ressource permettant, via un processus d’infériorisation sociale, d’imposer aux locataires les choix du bailleur. Cette infériorisation permettant finalement d’orienter les choix plus que de les ouvrir, en soulignant « l’opportunité » de bénéficier d’un logement sélectionné par le bailleur compte tenu des moyens financiers dont disposent les candidats au relogement. Louise Tassin, au cours de ses entretiens avec les travailleurs non professionnels du centre d’accueil des immigrés de Lampedusa (agents d’entretien, par exemple) montre que le dégoût de ces derniers envers certains immigrés n’est pas simplement l’expression d’un racisme latent, mais aussi la conséquence des injonctions contradictoires de l’institution qui valorise un ethos d’accueil, mais qui maintient les travailleurs dans une situation de dépendance (notamment dûe au fort taux de chômage en ville) et qui finalement les associe à la saleté des lieux (excréments, moisissures). Finalement, les travailleurs deviennent ainsi le réceptacle « de la souillure qu’ils doivent administrer »3.

  • 4 De telles tensions ne sont pas sans rappeler celles mises en lumière par Serge Paugam. Voir Serge P (...)

5De manière générale, le dossier montre comment l’inimitié et le dégoût des autres accompagnent le processus de mise à distance et d’exclusion. L’article de Gollac, comme celui de Lignier et Pagis, montre que le phénomène de mise à distance – que ce soit dans la famille ou à l’école – repose sur de puissantes logiques sociales. En effet, l’aversion familiale s’ancre souvent sur des considérations socio-économiques. On retiendra ainsi que la haine envers Gisèle, qui refuse de travailler dans la boulangerie familiale, se comprend aussi à la lumière de la méfiance d’une famille provinciale envers une parisienne venue se marier avec un membre de la famille, et qui préfère travailler dans une administration à Bordeaux. L’article de Pagis et Lignier sur les inimitiés infantiles est illustré par deux graphes représentant les réseaux sociaux des deux classes analysées. On constate ainsi que la mise à distance s’appuie non seulement sur le statut social (origine supérieure, moyenne ou populaire), mais aussi sur le sexe et l’origine (enfants issus ou non de l’immigration). C’est à partir de ces logiques que les enfants construisent des jugements, en les raccordant aux injonctions familiales et scolaires. Par exemple, la couleur de peau blanche est associée à la propreté vantée à la maison, et les mauvais résultats scolaires à la bêtise. La contribution de Mariot montre aussi comment les distances de classes entraînent un profond isolement moral et intellectuel des soldats issus des milieux aisés. Seuls au milieu des autres, exclus dans la promiscuité, l’écrit et les relations épistolaires avec leurs semblables deviennent le dernier outil de reconquête de soi et de maintien de la distinction. Car le dégoût souligne tant la différence que la volonté de se différencier, que ce soit chez les employés du bailleur social qui infériorisent certaines classes sociales dans l’optique de s’éloigner symboliquement d’une autre classe pas si lointaine, ou que ce soit chez les travailleurs du centre d’accueil de Lampedusa, dont la haine contre « les Tunisiens » se révèle être en réalité une expression métonymique d’une distanciation plus large envers tous ceux qui refusent le statut d’assistés et d'exprimer la reconnaissance à laquelle ils estiment avoir le droit4 (p. 127).

6Ce numéro de Genèses se révèle finalement très précieux, tant les questions soulevées sont à la fois nouvelles et qu’elles prolongent des recherches passées, notamment sur les logiques sociales de l’exclusion. On regrettera toutefois que le dégoût des autres soit souvent celui des dominants. Le dégoût des classes ou des groupes dominés semble être traité de façon très secondaire. Certes, l’article de Gollac y répond en partie, et celui de Pagis et Lignier y consacre un petit paragraphe ; mais, dans l’ensemble, cet axe d’analyse demeure trop évasif. Ce numéro reste cependant une lecture passionnante, recommandée à ceux qui veulent approfondir leurs connaissances sur le thème comme à ceux qui veulent s’y initier.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, à propos des inimitiés enfantines, Pagis et Lignier évoquent les travaux précédents, de Cicourel et Corsaro notamment, tout en regrettant la cécité de l’ethnométhodologie face aux contextes socio-institutionnels qui influencent les pratiques.

2 À ce propos, on se réfèrera – comme Camille François – au livre de Vincent Dubois, La vie au guichet. Relations administratives et traitement de la misère. Paris, Economica, coll. « Études politiques », 3e éd., 2010.

3 On retrouve ici l’expression d’un dualisme socialement construit, et déjà analysé historiquement par Vigarello. Voir Georges Vigarello, Le sain et le malsain : santé et mieux être depuis le moyen-âge, Paris, Seuil, 1993.

4 De telles tensions ne sont pas sans rappeler celles mises en lumière par Serge Paugam. Voir Serge Paugam, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté. Paris, PUF, Coll. « Quadrige », 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Chevalier, « Julie Pagis et Wilfried Lignier (dir), « Le dégoût des autres », Genèses, n° 96, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 octobre 2014, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15803

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page