Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Alain de Libera, Où va la philoso...

Alain de Libera, Où va la philosophie médiévale ?

Maël Goarzin
Où va la philosophie médiévale ?
Alain de Libera, Où va la philosophie médiévale ?, Paris, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2014, 68 p., ISBN : 978-2-213-68202-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La version électronique du texte de cette leçon inaugurale prononcée le 13 février 2014 est disponi (...)
  • 2 Cette nouvelle chaire d’Histoire de la philosophie médiévale est la première du Collège de France c (...)
  • 3 La leçon inaugurale est filmée et visible sur le site internet du Collège de France : http://www.co (...)

1Dans sa leçon inaugurale au Collège de France1, le nouveau titulaire de la chaire d’Histoire de la philosophie médiévale2, Alain de Libera, présente à la fois les enjeux de son futur enseignement au Collège de France et les développements récents de la recherche en philosophie médiévale3. Il décrit le chemin parcouru par ses prédécesseurs et le récent regain d’intérêt pour la philosophie et l’histoire médiévale, totalement justifié selon l’auteur par la diversité de cette période. Dans ce court texte d’une soixantaine de pages, Alain de Libera définit dans un premier temps la méthode de travail qu’il a choisi d’adopter pour l’étude des textes philosophiques médiévaux : l’ « archéologie philosophique » (p. 45). Dans ce complexe de questions et de réponses que l’historien de la philosophie médiévale doit faire l’effort de repenser, Alain de Libera étudie depuis plusieurs années maintenant la question de « l’articulation moderne des notions de sujet, d’agent, de moi et de personne », thème central de ses dernières recherches et de son futur enseignement qu’il résume ainsi : « l’archéologie du sujet » (p. 57).

  • 4 Ce lieu commun dénonçant l’ennui et l’obscurité de la philosophie médiévale, exprimé dans la citati (...)
  • 5 Avant d’être nommé au Collège de France, Etienne Gilson est directeur d’études à l’École pratique d (...)
  • 6 Sur la méthodologie de Kurt Flasch, voir Flasch Kurt, Introduction à la philosophie médiévale, trad (...)
  • 7 Son premier cours (2013-2014), intitulé « Inventio subiecti. L’invention du sujet moderne », est fi (...)

2Contre l’apparente aridité de la lecture des auteurs médiévaux, en particulier de la scholastique4, et à la suite de ses prédécesseurs à l’École pratique des hautes études, Paul Vignaux, Jean Jolivet et Étienne Gilson5, Alain de Libera souligne dans ce texte le progrès effectué au XXe siècle dans la reconnaissance de la diversité du, ou plutôt des, Moyen-Âge, ainsi que l’évolution des méthodes de recherche dans la discipline. Par exemple, l’apparition du structuralisme dans les années 1960 et l’abandon de questions centrales jusqu’alors, comme le rapport entre philosophie et christianisme, vont réorienter les recherches en philosophie médiévale. Ainsi, laissant de côté les questions traditionnelles de ses prédécesseurs (philosophie chrétienne, théologie de l’histoire ou encore philosophie de la religion), la réflexion de l’auteur s’est peu à peu tournée vers cette question : « comment faire de l’histoire en philosophie médiévale ? » (p. 33). La réponse à cette question, posée également par l’historien de la philosophie Kurt Flasch6, est au cœur de cette leçon inaugurale, car elle permet au nouveau professeur au Collège de France de préciser sa méthode de travail actuelle et la manière dont il abordera la question du sujet dans ses prochains cours7.

  • 8 La démarche archéologique adoptée par Michel Foucault dans son Histoire de la folie (Foucault Miche (...)

3La méthode d’« archéologie philosophique » définie ici par Alain de Libera s’inscrit dans l’héritage de Michel Foucault, ancien professeur au Collège de France qui s’est intéressé plus particulièrement à l’archéologie du savoir8. Il s’agit de faire l’histoire de ce qui rend une pensée nécessaire à tel moment et en tel lieu de l’histoire de la philosophie. Exprimant sa dette envers George Collingwood, archéologue de l’Université d’Oxford dont la version pragmatique du structuralisme en histoire a beaucoup influencé Alain de Libera, ce dernier met en lumière l’ensemble complexe de questions et de réponses dans lequel s’insère toujours un problème philosophique. L’historien de la philosophie est un archéologue dont la tâche est de « repenser cette pensée dans et avec l’ensemble auquel il appartient » (p. 50). Dépassant le conflit traditionnel entre philosophie continentale et philosophie analytique, Alain de Libera reconnaît la nécessité, à chaque étape du travail (édition, traduction et analyse conceptuelle des textes), d’analyser la pensée de l’auteur.

  • 9 L’importance pour l’historien de la philosophie médiévale de la translatio studiorum est déjà mise (...)

4Au cours de ce parcours méthodologique très clair, l’auteur précise non seulement les limites temporelles de la philosophie médiévale, qu’il annonce poreuses, mais la cause de sa diversité. En effet, faire l’histoire de la philosophie médiévale, pour l’auteur, c’est faire l’histoire d’une série d’« acculturations philosophiques » (p. 40). Au contact des différentes traditions religieuses et culturelles présentes au Moyen-Âge, la philosophie est soit assimilée, ou au contraire rejetée par les penseurs byzantins, juifs ou musulmans. Ce rapport varié à la philosophie exige de l’historien de la philosophie une attention particulière aux lieux de savoir, aux conditions matérielles du travail intellectuel, aux pratiques de sociabilité, etc. Ce nouvel axe majeur de la recherche en philosophie médiévale correspond à ce que l’auteur nomme la « translatio studiorum » (p. 41), thème qu’il développe depuis de nombreuses années9. L’histoire de la diffusion, de la transmission et de la traduction des textes philosophiques de l’Antiquité fait ainsi partie intégrante du travail d’archéologie philosophique engagé par l’auteur il y a plusieurs années.

  • 10 De Libera Alain, Archéologie du sujet, I, Naissance du sujet, Paris, Vrin, coll. « Bibliothèque d’h (...)

5Dans les dix dernières pages de cette leçon inaugurale, Alain de Libera revient également sur les différents thèmes qu’il souhaite aborder dans les années à venir, en suivant la méthode de recherche exposée au préalable. Fondé sur les trois tomes déjà parus de L’archéologie du sujet10, son travail veut répondre à la question suivante : « comment et pourquoi le “sujet”, substance ou substrat passif, chose porteuse d’accidents dans l’ontologie d’Aristote, est-il devenu, sous le nom de “je”, sujet humain d’action ? » (p. 57-58). Bien avant Descartes, l’invention du sujet moderne naît de la rencontre entre la notion antique de sujet, support passif d’un certain nombre d’accidents, de qualités ou de propriétés, avec la notion d’agent, c’est-à-dire avec la capacité à réfléchir (pensée) et à agir (volonté) en acte. Dans une perspective phénoménologique qu’il tient d’Heidegger, Alain de Libera souhaite questionner le sujet de la pensée et montrer l’identification progressive qui apparaît dès le Moyen-Âge entre le sujet, l’agent et le je. Cette archéologie, qui conduit l’auteur à préciser les étapes clés de l’histoire du sujet pensant, impose également de retracer l’évolution de la question du sujet, ainsi que l’éclosion de nouveaux problèmes, comme l’existence d’un sujet unique de la pensée et celle des perceptions et des émotions. Autant de problèmes qui permettent de mieux comprendre les ruptures et continuités entre la fin du Moyen-Âge et l’Âge classique, et qui permettent à Alain de Libera de montrer l’intérêt, aujourd’hui, de la philosophie médiévale.

6Au final, cette leçon inaugurale est une excellente introduction à l’histoire de la philosophie médiévale. Alain de Libera y montre à quel point celle-ci est bien plus riche et complexe qu’il n’y paraît, justifiant ainsi son approche archéologique, qui peut servir d’exemple à tout historien de la philosophie, en deçà ou au-delà de la seule période médiévale. Non seulement ce texte introduit de manière claire et précise les nouveaux enjeux de l’histoire de la philosophie médiévale, mais il introduit également, quoique très rapidement étant donné la brièveté du texte, à l’archéologie du sujet, thème central dans la pensée récente de l’auteur.

Haut de page

Notes

1 La version électronique du texte de cette leçon inaugurale prononcée le 13 février 2014 est disponible en ligne à l’adresse suivante : http://books.openedition.org/cdf/3615.

2 Cette nouvelle chaire d’Histoire de la philosophie médiévale est la première du Collège de France consacrée à la philosophie médiévale, depuis le départ d’Etienne Gilson en 1951.

3 La leçon inaugurale est filmée et visible sur le site internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/alain-de-libera/inaugural-lecture-2014-02-13-18h00.htm.

4 Ce lieu commun dénonçant l’ennui et l’obscurité de la philosophie médiévale, exprimé dans la citation d’A.-F. Boureau-Deslandes en exergue de l’ouvrage, est remis en cause par Alain de Libera dans les premières pages du texte.

5 Avant d’être nommé au Collège de France, Etienne Gilson est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, comme Paul Vignaux et Jean Jolivet. Tous trois ont travaillé sur la philosophie médiévale.

6 Sur la méthodologie de Kurt Flasch, voir Flasch Kurt, Introduction à la philosophie médiévale, traduit par J. de Bourgknecht, Édition du Cerf, Paris, 1992.

7 Son premier cours (2013-2014), intitulé « Inventio subiecti. L’invention du sujet moderne », est filmé et visible sur le site du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/alain-de-libera/course-2013-2014.htm.

8 La démarche archéologique adoptée par Michel Foucault dans son Histoire de la folie (Foucault Michel, Folie et déraison: histoire de la folie à l'âge classique, Paris, Plon, 1961) et dans Les Mots et les choses (Foucault Michel, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1966) est développée dans un troisième ouvrage, L’archéologie du savoir (Foucault Michel, L'Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1969).

9 L’importance pour l’historien de la philosophie médiévale de la translatio studiorum est déjà mise en évidence par Alain de Libera dans son introduction à la philosophie médiévale, par exemple, dont la première publication remonte à 1993 (de Libera Alain, La philosophie médiévale, Paris, PUF, 2014).

10 De Libera Alain, Archéologie du sujet, I, Naissance du sujet, Paris, Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 2007 ; Archéologie du sujet, II, La Quête de l’identité, Paris, J. Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 2008 et Archéologie du sujet, III, L’Acte de Penser, I : La Double révolution, Paris, J. Vrin, coll. « Bibliothèque d’histoire de la philosophie », 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maël Goarzin, « Alain de Libera, Où va la philosophie médiévale ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 octobre 2014, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15815 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.15815

Haut de page

Rédacteur

Maël Goarzin

Doctorant en philosophie antique à l’Université de Lausanne (Suisse) et à l’École pratique des hautes études (Paris, France).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search