Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Mohammed Hachemaoui, Clientélisme...

Mohammed Hachemaoui, Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine

Éric Soriano
Clientélisme et patronage dans l'Algérie contemporaine
Mohammed Hachemaoui, Clientélisme et patronage dans l'Algérie contemporaine, Paris, Aix-en-Provence, Karthala, Iremam, coll. « Les terrains du siècle », 2013, 204 p., ISBN : 978-2-8111-0909-7.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, le régime politique algérien s’est stabilisé autour d’une pratique a priori contradictoire avec sa réalité autoritaire : les élections. Depuis 1995, des élections présidentielles sont régulièrement convoquées. La nouvelle constitution de 1996 a même été confirmée par le suffrage et Abdelaziz Bouteflika a toujours été reconduit à la tête de l’État par voie élective. Pour autant, parce que ces élections ont toujours été entachées de fraudes et marquées par une atmosphère de corruption, nombreuses ont été les analyses à percevoir ces « élections sans choix » comme jouant un rôle secondaire dans l’accomplissement du régime. Ce verdict, caractéristique des approches « transitologiques », étaient d’ailleurs manifestes d’une perception de la politique « par le haut », c’est-à-dire concentrée sur les stratégies et les jeux de concurrence entre élites. Ces mêmes recherches, également fondées sur l’usage de données macrosociologiques, ont par ailleurs insisté sur l’importance de la dilution de liens « traditionnels » dans la forme prise par ce régime comme pour mieux discuter l’hypothèse d’une permanence culturelle maghrébine naturellement rétive aux processus démocratiques.

2Dans Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine, Mohammed Hachemaoui propose de revenir sur ce double enjeu. Il ne s’agit pas de redonner à la politique électorale une importance centrale, mais de parier sur le caractère heuristique d’une analyse des moments électoraux. Il s’agit également de ne pas faire des élections la seule expression d’une fraude généralisée au profit des couches dominantes, mais de les inscrire dans des rapports sociaux concrets d’incitation électorale révélant autant de formes d’acceptation de l’autoritarisme algérien. C’est donc un des intérêts de l’ouvrage que de prendre à bras le corps le rôle prégnant joué par des institutions « tribales », maraboutiques, mais aussi des « loges confrériques » dans les pratiques électorales de l’Algérie contemporaine.

3Inscrit dans le cadre de la vaste littérature sur le clientélisme et le patronage politique, l’ouvrage de Mohammed Hachemaoui tente donc de résoudre « l’énigme » de la pérennité du régime algérien à partir d’une « ethnographie interprétative » des pratiques politiques et électorales dans deux régions : Adrar, commune à la densité démographique assez faible et située à près de 1400 km au sud-ouest d’Alger et Tebessa, municipalité campée entre le massif de l'Aurès et la frontière tunisienne.

4La première partie de l’ouvrage est construite autour de l’enquête réalisée à Tebessa. Elle interroge le rôle joué par un niveau d’identification et d’agrégation sociales particulièrement répandu dans cette région : les ‘arûsh (traduites ici « tribus »). Pourquoi après un siècle de changement brutaux et de déstructuration communautaire, les récits d’investitures partisanes s’expriment-ils toujours localement en termes d’allégeance, de solidarités et de rivalités tribales ? Cette permanence est-elle le simple effet d’une rhétorique politique ou renvoie-t-elle à la réalité de « liens primordiaux » réactivés au moment des élections ? Comment les formes de hiérarchisation et de discrimination sociales dont est porteuse l’appartenance à l’une ou l’autre des ‘aruch jouent-elle en politique ? « Y a-t-il des tribus dans les urnes ? » interroge Hachemaoui.

5Pour l’auteur, la réponse à ces questions passe par un détour sociohistorique sur la relation entre ces formes « traditionnelles » d’identification et la formation de l’État dans cette région (chapitre III). Elle est une manière de considérer le temps long des dynamiques du pouvoir propres aux localités sur lesquelles l’auteur fonde son propos, se dissociant ainsi des formes macrosociologiques d’appréhension des processus de démocratisation. Hachemaoui revient sur la manière avec laquelle les administrateurs coloniaux (les Bureaux arabes) ont convoqué des savoirs ethnographiques sur le monde berbère pour orienter les stratégies de l’imposition coloniale. Il décrit ce mouvement qui, de l’autorité politique construite localement à sa confirmation par l’État, a contribué à reconfigurer les logiques du pouvoir dans la région de Tebessa. Il décrit la coexistence entre l’émiettement du pouvoir des chefs « tribaux » insurgés contre l’armée coloniale et la volonté de l’État français de fonder son autorité sur des relations privilégiées avec de « grandes familles » consacrant notamment juridiquement l’existence de « caïdats » aux territoires d’influence inédits. Cette stratégie contribue à renouveler ainsi l’espace des ‘arush, à « disséminer des relais d’un bout à l’autre de la colonie, à densifier les réseaux d’allégeance et de clientèles » (p. 54) et localement à privilégier un ‘arsh sur les autres. Pour Hachemaoui, « l’endurance du tribalisme comme langage social et mode de représentation n’est pas étrangère à la condition coloniale » même s’il s’agit bien d’un « tribalisme sans tribu ».

6La pauvreté des données ethnographiques sur la région ne facilite pourtant pas la mise en perspective historique de la mutation des pouvoirs locaux. L’originalité de ce travail est surtout de connecter cette histoire des oppositions foncières et politiques à celle de l’organisation de la lutte pour l’indépendance, puis aux formes prises par l’État algérien à partir de 1962. Localement, c’est notamment l’emprise du ’arsh des Nememsha sur les jeux électoraux qui se jouent alors jusqu’à la période actuelle. Ce constat engage Hachemaoui à considérer les transformations successives du « vieux parti » (le FLN) sur le plan national, mais c’est en analysant au plus près les clientèles en œuvre lors des moments électoraux qu’il nous aide à mieux saisir les logiques de consolidation du régime. Son analyse sociographique des listes en présence et une attention particulière à la logique des investitures partisanes permet ainsi d’identifier les formes d’allégeance qui n’y nouent, ainsi que la grande variété des formes de légitimité que les organisations politiques tentent d’articuler ensemble. L’auteur montre néanmoins combien le poids des ‘arush « constitue la variable lourde » de la sociologie électorale (p. 75). Mais loin de s’en tenir au constat d’une continuité structurelle avec la période coloniale, il décrit un monde en changement où le « tribalisme » se trouve aussi mis « à l’épreuve du clientélisme… et de la corruption ».

7La seconde partie de l’ouvrage traite du deuxième terrain d’investigation (Adrar) et s’attaque à un autre cadre institutionnel : les wa’ada (confréries religieuses), qui « pénètrent tous les pores du corps communautaire » (p. 97). Hachemaoui se concentre sur le rôle des zawâyâ (les marabouts) et le bulletin de vote. Il décrit, en premier lieu, les dynamiques historiques ayant présidé à la constitution des groupes en présence, entre distinctions « ethniques » et religieuses. Il explique comment la variété des hiérarchisations de couleur et de statut organisant les jeux de pouvoir et de prédation se trouveront mise en jeu durant la période coloniale. La Troisième république tente en effet d’y imposer une indistinction fiscale, c’est-à-dire un même traitement pour tout les obligés coloniaux, quel que soit le statut qui leur ait reconnu localement. En commandant une organisation en « caïdat », l’administration coloniale ébranle la légitimité de la caste nobiliaire qui exerce alors son autorité sur la région. Elle met aussi en jeu toute l’économie et la législation foncière oasiennes. Pour autant, ce qui se passe ne renvoie ni à une dissolution de pratiques politiques anciennes au profit de l’État colonial, ni à la permanence d’une « tradition » ancienne. Les mutations en cours se nourrissent de « traditions inventées », pour reprendre la terminologie d’Éric Hobsbawn. Celles-ci constituent autant de lieu de refondation de l’autorité politique et notamment de la tradition maraboutique dont Mohamed Hachemaoui propose une analyse particulièrement éclairante. De nouveaux équilibres s’imposent que l’on retrouve stabilisés au moment de la réforme foncière du début des années soixante-dix, puis dans les jeux de la pratique électorale dans les années quatre-vingt-dix. Là aussi, la connaissance biographique de candidats investis et la pluralité des situations « notabiliaires » décrites montrent le clientélisme à l’œuvre.

8La belle enquête de Mohammed Hachemaoui emporte aisément l’adhésion et pas seulement parce qu’elle s’attaque à un terrain difficile. On imagine en effet les difficultés rencontrées dans le recueil de données empiriques et la multiplicité des contraintes d’écriture anticipant la réception de l’ouvrage. On peut néanmoins regretter la timidité des données socio-économiques sur les « terrains » investis, peut-être en réaction à la prégnance des approches quantitatives dans l’évaluation des transitions démocratiques. La reprise de ces données auraient d’une part permis de mieux spécifier les singularités des deux régions retenues (le choix des deux terrains est néanmoins explicité en page 21). Elle aurait également engagé l’auteur à mieux discuter ce que la diffusion du salariat, de la scolarisation, de l’urbanisation et des formes bureaucratiques d’identification, a modifié dans les modalités de reproduction des ‘arush et des confréries dans les deux régions. Ces éléments auraient sans doute éclairé le lecteur sur les formes locales de la captation monétaire et de la corruption. De même, on sort de cet ouvrage bien informé sur l’état de la littérature (chapitre II), mais pas toujours sur les pratiques concrètes d’incitation électorale et sur les conditions matérielles d’organisation des élections. La sociographie se limite souvent à l’aboutissement des jeux d’investiture partisane, mais jamais de manière systématique et essentiellement pour les têtes de liste.

9Ces critiques ne retirent rien à la remarquable qualité de l’ouvrage qui montre l’apport des approches de sociologie et d’anthropologie historiques dans la compréhension des formes de démocratisation et de stabilité de l’État postcolonial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Soriano, « Mohammed Hachemaoui, Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15818

Haut de page

Rédacteur

Éric Soriano

Maitre de conférences à l’Université de Montpellier

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search