Navigation – Plan du site

Frédéric Héran, Le retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe de 1817 à 2050

Martin Guillemot
Le retour de la bicyclette
Frédérique Héran, Le retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 160 p., ISBN : 978-2-7071-8202-9.
Haut de page

Texte intégral

1Le sous-titre du livre, Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050, n’a pas été choisi par hasard : en retraçant l’histoire de la bicyclette depuis son invention et en imaginant son avenir dans le prochaines décennies, le chercheur Frédéric Héran démontre brillamment un thèse originale : la bicyclette n’est pas un moyen de transport du passé ; au contraire, on observe son retour inéluctable et la place qu’il devrait continuer de gagner va modifier nos villes et nos modes de vie. Un travail de recherche historique rigoureux et novateur et une analyse détaillée des politiques de transport urbain en France et en Europe conduisent le lecteur, même peu au fait de ces sujets, à des découvertes passionnantes.

2Dans les six premiers chapitres, l’auteur présente et analyse l’histoire de la bicyclette en France et en Europe. Au suivant, il abandonne momentanément l’ordre chronologique et se propose de repérer, à la lumière des expériences analysées, les ingrédients d’une politique de développement des déplacements à vélo. Et dans le dernier chapitre, il s’essaie à la prospective en imaginant le vélo utilitaire à l’horizon 2050.

3C’est en 1817 que le baron Drais, en Allemagne, inventa un moyen de se déplacer sur deux roues qu’on appela « draisienne » ou « vélocipède ». Il fallut encore un demi-siècle pour que l’idée d’y adjoindre des pédales apparaisse. À partir des années 1890, la production de cycles se transforma en industrie de masse. L’essor de l’engin, qui devint « bicycle » puis « bicyclette », fut très rapide : en 1914, on comptait 10 millions de bicyclettes aux États-Unis et 3,5 millions en France. Malgré les réticences masculines, les femmes s’approprient la bicyclette au point que, dès 1896, l’avocate des droits des femmes Susan B. Antony affirme : « le vélo a fait plus pour l’émancipation des femmes que toute autre chose dans le monde. Je me réjouis chaque fois que je vois une femme à vélo. Cela lui donne un sentiment de liberté et d’autonomie » (p. 32). Mais durant les cent années suivantes, la bicyclette a connu bien des hauts et des bas, et un destin variable selon les pays. C’est cette analyse fine de l’histoire des déplacements à vélo au XXe siècle qui constitue le cœur et l’originalité du livre de Frédéric Héran. L’appropriation de ce moyen de transport par les couches populaires est remarquable, et touche tous les pays européens presque équitablement. L’auteur cite de nombreuses sources et raconte que « les ouvriers, les employés se rendent en masse au travail à bicyclette. Des embouteillages de cyclistes se forment aux heures d’entrée et de sortie des usines et des bureaux » (p.40). L’efficacité énergétique trois fois et demie plus grande que celle de la marche à pied permet au cycliste de parcourir un territoire douze fois plus étendu. À la ville comme à la campagne, le vélo offre aux hommes et aux femmes une liberté qu’ils n’ont pas connue pour un coût relativement modeste (le prix de revient du vélo a été divisé par dix en quarante ans) qui devient inférieur au coût des transports en commun. L’essor de l’automobile après la seconde guerre mondiale met un coup d’arrêt brutal au développement du vélo. Les véhicules à deux roues motorisés sont, particulièrement en France, également favorisés par le législateur au détriment de la bicyclette qui voit sa place en ville se réduire. Les aménagements publics urbains organisent l’espace en faveur de l’automobile, et les cyclistes s’en trouvent exclus. Il devient ringard de se déplacer à bicyclette. Mais les politiques publiques d’aménagement urbain ne sont pas partout aussi favorables aux automobiles : aux Pays-Bas, dès le années 1970, la pratique du vélo, qui n’avait que peu régressé, repart à la hausse, aidée par des choix volontaristes des pouvoirs publics.

4Frédéric Héran est un bon connaisseur de l’effet des politiques publiques de transport urbain sur les différents modes de déplacement. Il montre que le développement du vélo en Europe du Nord s’est fait en limitant drastiquement la place de la voiture en ville, alors que la stagnation de la part modale du vélo en France, même dans les villes ayant une politique d’aménagements cyclables et de transports collectifs (Strasbourg, Bordeaux, Grenoble...), est principalement due à la volonté des élus et technocrates, sensibles aux lobbies et peu informés, de préserver la place de l’automobile. Le choix de développer des vélos en libre-service s’avère économiquement très coûteux (jusqu’à 4 000 euros par an et par vélo à la charge de la collectivité) et n’a que très peu d’effet sur la part du vélo dans les déplacements urbains. L’installation de parkings à vélos dans les gares ou la réduction de la vitesse à 30 km/h dans l’ensemble d’une ville s’avèrent des choix bien moins coûteux et grandement plus efficaces Augmenter la part des déplacements en bicyclette des 2% actuels à 25% (objectif que l’auteur juge réalisable) engendrerait des bénéfices énormes et quantifiables en termes de santé publique et profiterait à l’ensemble de la société. La crise économique et les faibles capacités d’investissement des collectivités vont les inciter à revoir les choix actuels (parkings, autoroutes urbaines, tramways...), et l’on voit se profiler un « retour de la bicyclette ».

5Le dernier chapitre, prospectif, présente une ville apaisée et ralentie où la bicyclette, même pour les trajets périurbains, est devenue le mode de déplacement principal. Les conditions nécessaires à un tel bouleversement sont explicitées et les arguments convaincants. L’auteur prédit que, « dans quarante ans, il est probable que les pays européens les plus en retard en matière de vélo utilitaire auront beaucoup progressé. Certaines villes seront mêmes parvenues à ce que plus de la moitié des déplacements urbains s’y fassent à bicyclette. Le vélo sera redevenu un mode de déplacement banal et populaire, utilisé sans honte par toutes les couches de la société, pour tous types de déplacements, à tous âges et pour tous motifs... » (p. 214). À la lecture de ces dernières pages, une interrogation subsiste : les lobbies de l’automobile, du BTP, de l’énergie n’ont-ils pas en France un pouvoir trop grand ? Les choix actuels de l’industrie automobile vers la voiture électrique, avec l’aide des pouvoirs publics, sont un contre-exemple car, loin de limiter la place de l’automobile en ville, ils tendent à la « verdir » artificiellement pour la faire accepter à nouveau à des habitants qui commencent à exiger un nouvel urbanisme favorisant les transports doux.

  • 1 Olivier Razemon, Le pouvoir de la pédale, Paris, Éditions de l’Échiquier, 2014.
  • 2 Véronique Michaud, À vélo, vite !, Limoges, FYP éditions, 2014.

6Le livre de Frédéric Héran n’est pas un livre d’historien, pas plus un livre militant engagé pour le développement du vélo. Il représente un excellent exemple de vulgarisation d’une recherche historique et sociologique pointue, et ouvre le débat de manière pertinente et équilibrée. Le lecteur voit sa curiosité aiguisée par les nombreuses notes et références (renvoyées en fin d’ouvrage), au point qu’il souhaiterait pouvoir consulter ces sources sur internet, par exemple dans un blog dédié. À travers ce livre, l’auteur nous conduit à imaginer un autre développement économique, une organisation renouvelée de l’espace urbain et des rapports entre les hommes apaisés. D’autres livres récemment parus sur le sujet, comme ceux de Olivier Razemon1 ou de Véronique Michaud2, le foisonnement d’associations citoyennes pour le développement des déplacements à vélo partout en France et le succès de leurs rassemblements, le choix de Nantes par la Fédération des cyclistes européens pour accueillir son congrès Vélo-City 2015, sont autant d’indices concordants qui semblent conforter les prédictions de Frédéric Héran.

Haut de page

Notes

1 Olivier Razemon, Le pouvoir de la pédale, Paris, Éditions de l’Échiquier, 2014.

2 Véronique Michaud, À vélo, vite !, Limoges, FYP éditions, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Guillemot, « Frédéric Héran, Le retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe de 1817 à 2050 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 octobre 2014, consulté le 24 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15819

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page