Navigation – Plan du site

Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse

Guillaume Arnould
Valeur financière et vérité
Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d'anthropologie politique sur l'évaluation des entreprises cotées en Bourse, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Sciences Po Gouvernances », 2014, 180 p., ISBN : 978-2-7246-1535-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le domaine de la finance est à la fois très analysé et fortement méconnu. C’est en premier lieu une discipline à part entière dont le niveau de raffinement et de spécialisation est conséquent : théorie financière, analyse financière, finance d’entreprise, finance de marché, finance internationale… Pourtant, à l’occasion de la crise mondiale déclenchée en 2008, il est clairement apparu que la finance était également un monde peu connu et peu compris du grand public. Aujourd’hui encore, les métiers et les entreprises qui constituent le monde de la finance, comme la plupart des activités de cette industrie, peuvent paraître obscurs aux non-initiés. À ce titre, l’ouvrage d’Horacio Ortiz vient combler un manque et apporte un éclairage à la fois passionnant et approfondi du fonctionnement des agents économiques de la sphère financière, en partant de l’étude de ceux qui achètent et vendent de l’évaluation d’entreprises cotées en bourse.

2Ce livre se dévore pour plusieurs raisons. Sur un sujet technique et ardu, il prend le parti d’aborder de front la complexité des techniques financières telles que les perçoivent les acteurs eux-mêmes. C’est en anthropologue qu’Horacio Ortiz a mené sa recherche sur la base d’une observation participante qui analyse successivement l’organisation des entreprises d’évaluation financière, les méthodes mobilisées par les acteurs et le rôle du marché pour faire émerger la valeur des entreprises cotées. En laissant la parole aux agents, on découvre avec un grand intérêt le décalage entre, d’une part, les actions individuelles des personnes chargées d’analyser les comptes des entreprises, de celles qui sélectionnent les entreprises cotées en bourse dans lesquelles investir des fonds collectés, des traders qui réalisent les transactions et enfin des vendeurs qui cherchent à convaincre des clients d’acheter les analyses financières réalisée par les experts, et d’autre part, le résultat collectif qui peut en être produit : la cotation d’un titre financier sur le marché

3Les acteurs du monde financier, en effet, n’évoluent pas dans un monde parallèle et déconnecté de l’économie réelle. Ils ne sont pas non plus formatés par une idéologie commune ou un cursus unique. Ce sont simplement des personnes chargées de convaincre d’autres individus de leur confier des fonds et de les investir de manière rentable. On voit ainsi que le temps et l’énergie passés à créer des liens sociaux commerciaux avec les partenaires, existants ou à venir, forment l’essentiel de ces activités et que la théorie financière proprement dite n’est que faiblement mobilisée. Les acteurs abordent rarement la manière dont se fonde leur activité : le titre du livre révèle bien que la vérité de la valeur est une construction sociale.

4La deuxième grande raison de se plonger dans l’enquête d’Horacio Ortiz est la prise de conscience que le fondement théorique de toute l’action collective du monde financier fait l’objet d’un sérieux paradoxe ! Pour le lecteur d’André Orléan ou de Michel Aglietta par exemple (économistes français spécialistes de la finance), les descriptions d’Ortiz administrent la preuve par le terrain de leurs analyses : la théorie financière repose bien sur une contradiction. Elle suppose en effet comme base de son raisonnement que les marchés sont efficients, en d’autres termes que le fonctionnement de l’échange de capitaux entre des demandeurs et des offreurs obéit aux règles d’une concurrence dite « pure et parfaite », où aucun agent ne peut peser par son action individuelle sur l’équilibre d’ensemble.

5Or, comme le note bien l’auteur, si les placements des fonds récoltés par des gestionnaires suivaient cette logique d’efficience, il n’y aurait qu’un seul et même portefeuille de valeurs financières à constituer. Toutes les entreprises du secteur feraient la même chose et l’utilité sociale des différents agents rencontrés par Horacio Ortiz finirait par disparaître. C’est d’ailleurs cette logique qui est à l’origine de l’apparition des fonds « indiciels » qui visent à répliquer l’évolution des grands indices boursiers (comme le CAC 40) en adoptant sa composition de titres financiers d’entreprises. En faisant l’acquisition des actions des 40 entreprises du CAC, un tel portefeuille évoluera comme l’indice du CAC. Cependant, la plupart des gestionnaires de fonds essayent de battre la performance des indices et de sélectionner des titres qui gagneront plus de valeur que les autres (ou qui en perdront moins). Le compromis décrit par Ortiz débouche sur un panachage entre suivre l’indice et acheter ou vendre à la marge certains titres pour « battre » ces indices !

6Cette tension est bien décrite par l’auteur. L’enquête se déroule après l’explosion de la « bulle Internet », vers la fin des années 2000, phase de surinvestissement dans des entreprises de technologie informatique dont les revenus réels se sont avérés largement moindres qu’attendu. Les discussions avec des analystes, des gestionnaires de fonds ou des traders illustrent bien l’engrenage de la crise de 2008 et qui a conduit à la plus forte contraction d’activité depuis 1929 : les investisseurs qui sont convaincus que certains placements ne reposent sur aucun fondement solide ont tort de ne pas placer de fonds dans ces entreprises si l’ensemble du marché le fait. En quelque sorte, de manière temporaire, il est financièrement plus rationnel et profitable d’avoir tort avec tout le monde que d’avoir raison tout seul…

7La sophistication des techniques financières masque la fragilité des fondements épistémologiques de la théorie : l’évaluation d’une entreprise cotée repose sur l’analyse de sa comptabilité, sur les flux de trésorerie qu’elle pourra générer et sur le comportement des entreprises du secteur, concurrentes et comparables. Il y a donc une part essentielle de « convention » dans ce raisonnement : on fait par exemple l’hypothèse que l’on peut actualiser des flux financiers à un taux connu et stable qui donne une valeur au futur ; on prend aussi pour postulat que les entreprises d’un même marché ou secteur doivent avoir une rentabilité comparable. Pas besoin d’avoir fait une thèse de doctorat en économie pour imaginer que toutes les entreprises ne se comportent pas de la même manière : certaines investissent dans des équipements ; d’autres préfèrent récompenser financièrement leurs actionnaires ; certaines optent pour des innovations radicales mais risquées ; d’autres cherchent à dominer leur marché en profitant d’un avantage concurrentiel ; etc.

8C’est donc bien le développement d’une idéologie de la concurrence qui a entraîné ce dysfonctionnement de l’industrie financière. On peut ici parler d’idéologie quand on constate que des agents chargés d’évaluer des entreprises et de sélectionner celles dans lesquelles il faut investir peuvent à la fois croire en l’efficience des marchés et en leur capacité à faire mieux que ce même marché. L’idéologie est également à l’œuvre quand les personnes chargées de convaincre les épargnants d’acheter tel ou tel titre ne connaissent qu’à peine le périmètre de l’entreprise concernée, sa stratégie ou son marché. On déplore enfin l’idéologie quand des techniques qui reposent sur des hypothèses fragiles (comme l’actualisation de la valeur temporelle de l’argent) sont présentées comme des vérités. C’est dans ce cadre analytique que l’auteur se réfère à une anthropologie « politique ».

9Au final, le plaisir qu’on retire de la lecture de ce brillant ouvrage se double d’une certaine inquiétude. Dans la lignée des travaux passionnants d’études sociales de la finance, d’anthropologie financière anglo-saxonne ou simplement de sociologie économique, cet ouvrage fait le constat que le secteur de la finance a progressivement pris une place dominante mais excessive dans l’ensemble de la sphère sociale. C’est en effet la même industrie financière qui a été capable d’imaginer les formes les plus complexes de rémunération au mérite pour inciter les agents à se conformer au modèle théorique dominant la finance, tout en laissant croire que le risque économique était maîtrisable par une simple application de techniques. Ainsi, le mécanisme de titrisation qui est à l’origine de la crise des subprime consistait à composer des portefeuilles mélangeant des investissements risqués et des investissements sûrs, pour en réduire le risque global… avec les suites que nous avons connu. C’est le dernier enseignement de ce livre : la mondialisation financière a largement augmenté les possibilités de placement de fonds et, même si cela a permis à certains pays ou certaines entreprises d’accéder à des capitaux qui n’étaient pas disponibles auparavant, ou que de nouvelles opportunités de développement de marchés locaux sont apparues, cela a également décuplé les risques et les conséquences des dysfonctionnements de la sphère financière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Horacio Ortiz, Valeur financière et vérité. Enquête d’anthropologie politique sur l’évaluation des entreprises cotées en bourse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 octobre 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15824

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional – académie de Strasbourg –, agrégé d’économie gestion.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page