Navigation – Plan du site

« L’État en Amérique  : nouveaux regards », Revue française de science politique, vol. 64, n° 2, 2014

Candice Martinez
L'État en Amérique : nouveaux regards
« L'État en Amérique : nouveaux regards », Revue française de science politique, vol. 64, n° 2, avril 2014, Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3369-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Deux ouvrages publiés dans les années 1980 ont influencé ces deux courants : Skowronek, Stephen, Bu (...)

1Ce numéro spécial de la Revue française de science politique est composé de quatre articles de différents auteurs proposant un nouveau regard sur l’État aux États-Unis. Chaque article s’attache à explorer une dimension particulière de l’État, à savoir : la question de la puissance publique et de sa visibilité/invisibilité pour les citoyens américains ; le fonctionnement du fédéralisme et l’alternance entre cycles de centralisation et de décentralisation ; le rôle du Congrès américain, acteur à part entière de l’État ; les transferts de compétences de l’État fédéral vers les États fédérés en matière de politique sociale et leur impact. Ainsi, vingt-cinq ans après la publication en France de l’ouvrage de Marie-France Toinet intitulé L’État en Amérique, ces contributions ouvrent de nouvelles pistes pour analyser le fédéralisme américain et ses évolutions. Elles prolongent deux courants apparus dans les années 1980, l’Institutionnalisme historique (IH) et l’American Political Development (APD). Ces deux courants ont pour point commun de questionner le postulat selon lequel l’État aux États-Unis serait un État « faible »1.

  • 2 Cette expression, citée dans la présentation de léouvrage, provient de Orren K et Skowronek S., The (...)
  • 3 On peut citer l’ouvrage pionnier:  Novak, William, The people's welfare. Law and regulation in 19th(...)

2Le numéro s’ouvre sur une présentation par Daniel Béland et François Vergniolle destinée à recontextualiser les articles vis-à-vis de la production en science politique et de la vie politique américaine. Depuis les années 1980 et la présidence de Ronald Reagan, la question de l’équilibre entre l’État fédéral et les États fédérés fait l’objet de conflits politiques de plus en plus intenses. Paradoxalement, l’interventionnisme de l’ÉEtat fédéral a été plus fort durant les périodes de présidences républicaines, tandis que les présidents démocrates ont été contraints de réduire les dépenses et l’interventionnisme de l’État fédéral. Depuis 2008, l’adoption de la réforme du système de santé proposée par le président Obama, la récession économique et les craintes d’une crise budgétaire de l’État ont exacerbé les polarisations idéologiques entre Démocrates et Républicains autour de ces questions. Ainsi, la question soulevée dans ce numéro spécial a toute son actualité. Le fédéralisme y est analysé non pas comme une forme institutionnelle statique mais comme une pratique faisant intervenir différents types d’acteurs. Les relations entre l’État fédéral et les États fédérés ont évolué au cours de l’histoire. C’est ce que souligne le courant IH notamment, tandis que l’APD s’attache au contraire à analyser les contraintes historiques héritées du passé. Malgré cette différence, ces deux approches et celles qui les prolongent mettent en avant les particularités de l’État américain. En raison du rôle joué par les cours de justice, le système politique américain fonctionne comme un « régime pleinement législatif »2. Aux côtés de la présidence, le Congrès, l’administration publique, les États fédérés et les municipalités sont des acteurs à part entière. Enfin, une partie importante de l’action de l’État se fait par le biais de la société civile. Tout cela entraîne un haut niveau de fragmentation institutionnelle et rend l’État relativement « invisible » aux yeux des citoyens, comme le soulignent les travaux en histoire développés depuis les années 19903. Les articles contenus dans ce numéro prolongent ces analyses.

3Le premier article se demande pourquoi les Américains ne voient pas l’État et s’interroge sur les relations entre l’État et les citoyens. L’auteur, Adam Sheingate, prend l’exemple du programme d’assurance maladie destiné aux seniors, Medicare. S’il est financé par l’État fédéral, un quart des bénéficiaires touchent leurs aides par le biais de compagnies d’assurance privées. Ainsi, le recours à des opérateurs privés dans de nombreux domaines a pour effet de rendre invisible l’action de l’État. L’auteur mobilise un autre indicateur, le poids de l’emploi public dans les États fédérés et les collectivités locales, et le compare avec celui d’autres pays pour montrer que l’État américain exerce son autorité publique par le biais d’une présence importante dans des secteurs clés de la société : l’éducation, la santé, la sécurité publique et la défense. La méfiance historique des citoyens vis-à-vis de l’État fédéral a amené celui-ci à dissimuler ses interventions tandis que les individus qui travaillent pour l’État ne se considèrent pas tant comme des fonctionnaires mais comme des personnes au service de « la communauté ». Dans les représentations des citoyens américains, l’État est avant tout le garant de l’autorité morale de la communauté et du respect de la Constitution.

4Le deuxième article, écrit par Timothy J. Conlan, s’intéresse aux dynamiques de centralisation et de décentralisation à l’œuvre dans le fédéralisme américain. Depuis la construction de l’État fédéral, celui-ci tend à se centraliser mais cette tendance de long terme est entrecoupée de cycles courts de décentralisation. Or, l’équilibre entre l’État fédéral et les États fédérés est une dimension essentielle de la stabilité du système politique américain. L’auteur revient sur les politiques menées par les différents présidents depuis les années 1980 et montre que les cycles de centralisation et de décentralisation se sont accélérés. Il évalue le poids de divers facteurs – l’économie, les technologies et les relations entre partis politique – et conclut que la polarisation partisane grandissante en est la raison principale. Cela a pour effet une volatilité croissante des politiques publiques tandis que les structures institutionnelles conservent toute leur rigidité. Ce mouvement contradictoire pourrait, à terme, menacer la stabilité du système politique américain.

5Le troisième article s’intéresse au rôle joué par le Congrès. L’auteure, Kimberly J. Morgan, montre qu’il s’agit d’un acteur central de l’État américain, trop souvent négligé par les recherches en sciences sociales, lesquelles tendent à associer « l’État » avec la présidence. En prenant l’exemple du domaine de la santé publique depuis 1965 et de la création du programme Medicare, l’auteure montre que le Congrès remplit des fonctions similaires à celles attribuées au pouvoir exécutif dans d’autres pays. Le Congrès contrôle tout le processus législatif, de la proposition à la mise en œuvre des politiques publiques, et dispose de l’initiative en matière budgétaire. Des transformations introduites au cours des dernières décennies ont modifié son fonctionnement et en ont fait un acteur central de la démocratie. Depuis les années 1970, le Congrès bénéficie de ressources humaines et techniques plus importantes. De plus, la polarisation entre Démocrates et Républicains a eu pour effet de resserrer la discipline partisane. Ainsi, l’auteur montre que, de manière croissante, le Congrès est moteur de réformes.

6L’article de Thad Kousser aborde l’impact du transfert de compétences (« devolution ») de l’État fédéral vers les États fédérés dans le domaine de la protection sociale. En effet, les services sociaux sont administrés par les États fédérés. Depuis les années 1990, les réformes mises en place dans le programme Medicaid et les aides sociales (welfare) ont accentué cette dynamique de transfert. En conséquence, les États fédérés ont gagné en autonomie dans ce domaine  : ils gèrent les programmes comme ils le souhaitent et peuvent créer leurs propres programmes. Seulement, alors que la fiscalité fédérale est progressive, la fiscalité fédérée est généralement régressive. L’auteur prend l’exemple de l’État de Californie et montre que cela se traduit par une diminution des dépenses en matière de protection sociale et une pression fiscale accrue sur les ménages à faibles et moyens revenus.

7Les articles contenus dans ce numéro spécial de la Revue française de science politique prennent pour objet quelques-uns des débats centraux de la vie politique américaine actuelle. À travers les exemples de réformes cruciales pour le système politique américain (les réformes en matière de santé et d’aides sociales, notamment), ils nous plongent au cœur du fonctionnement concret de l’État aux États-Unis. Celui-ci se caractérise par la fragmentation institutionnelle et la pluralité des acteurs. Bien qu’aucun article ne s’y réfère explicitement, tous mettent en exergue le haut degré de conflictualité potentielle du système politique américain. Ainsi, la polarisation partisane s’accompagne de rivalités entre institutions et entre niveaux de l’État. L’équilibre entre les acteurs conditionne les capacités d’action de l’État. Cette manière voir les choses permet de dépasser le débat au sujet de la force ou de la faiblesse de l’État aux États-Unis. Si ces articles présentent un intérêt scientifique indiscutable, ils s’adressent à un lectorat familier des concepts et théories sur l’État développés dans les sciences politiques, du fonctionnement de l’État fédéral et de la vie politique des États-Unis.

Haut de page

Notes

1 Deux ouvrages publiés dans les années 1980 ont influencé ces deux courants : Skowronek, Stephen, Building a new american state. The expansion of national administrative capacities, 1877-1920, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, et louvrage collectif de Skocpol, Theda; Peter B. Evans et Rueschemeyer, Dietrich (dir.); Bringing the State back in, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

2 Cette expression, citée dans la présentation de léouvrage, provient de Orren K et Skowronek S., The search for american political development, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 181.

3 On peut citer l’ouvrage pionnier:  Novak, William, The people's welfare. Law and regulation in 19th century america, Chapel Hill, North Carolina Press, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Candice Martinez, « « L’État en Amérique  : nouveaux regards », Revue française de science politique, vol. 64, n° 2, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 octobre 2014, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15838

Haut de page

Rédacteur

Candice Martinez

Docteure en sociologie, formatrice référente DEIS à l’Institut du développement social de Haute Normandie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page