Navigation – Plan du site

Peter L. Berger, Invitation à la sociologie

Christophe Brochier
Invitation à la sociologie
Peter L. Berger, Invitation à la sociologie, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2014 (1re éd. française 2006), 256 p., Introduction, notes et édition de Dominique Merllié ; Traduit de l'anglais (États-Unis) par Christine Merllié-Young, ISBN : 978-2-7071-8261-6.
Haut de page

Texte intégral

1Christine Merllié-Young et Domique Merllié proposent une nouvelle édition, avec une traduction revue du célèbre livre de Peter Berger, huit ans après la précédente. Le changement le plus notable est une longue introduction en dix points écrite par Dominique Merllié. Cette introduction est avant tout destinée à inciter un public jeune et non spécialiste à lire le livre (si l'on en juge par le langage et le ton décontractés). Ce projet correspond bien à l'intention de Berger lui-même qui était de donner envie aux étudiants de se lancer dans la sociologie en les attirant par un ton iconoclaste, vivant et drôle. On trouve ainsi une description rapide de l'ouvrage et de ses spécificités, un exposé de quelques éléments du contexte historique et surtout une longue présentation de l'auteur et de son œuvre. La préface à l'édition en français en 2006 et la postface de 1992, écrites par l'auteur ont été gardées, ainsi que l'avant propos de 1963. Des notes et des encadrés, très bien venus (par exemple p. 185 au sujet de Jacobi), permettent également au lecteur de mieux comprendre les références érudites de Berger. Le jeune lecteur dispose donc pour apprécier le texte d'une série de documents annexes particulièrement fournie et bien faite, à défaut d'être facilement utilisable pour celui qui n'aurait pas entendu parler du livre avant de le tenir entre ses mains.

  • 1 Igor Martinache, « Peter Berger, Invitation à la sociologie », Lectures [en ligne], Les comptes ren (...)

2L'intérêt du livre de Berger pour le jeune public est évident et a été assez bien résumé dans les colonnes mêmes de cette revue par Igor Martinache1. Berger veut montrer que la sociologie est une discipline vivante, fascinante susceptible d'intéresser toute personne soucieuse de connaître les hommes et la société qui l'entoure. Il dresse donc du sociologue et de sa passion un portrait plus élogieux que celui qui découlerait de quelques stéréotypes en vigueur dans les années 1960 (le sociologue comme assistant social, jargonneur ou producteur de chiffres, etc.). Le chapitre 2 en particulier, est une incontestable réussite. Berger montre la sociologie sous son jour le plus séduisant : regardant au-delà des apparences, démystifiante, irrespectueuse quand c'est nécessaire, et, toujours préoccupée de lucidité et d'objectivité, elle évite l'extrémisme aussi bien que les complaisances.

3Les chapitres suivants exposent certaines notions et certaines idées sociologiques. Ils sont donc moins surprenants mais toujours parfaitement maîtrisés, en partie grâce à une prose limpide et alerte s'appuyant sur de nombreux exemples vivants. Le court chapitre trois est une étonnante analyse des limites de la reconstruction biographique. Le chapitre 4 montre l'intérêt de quelques notions classiques permettant au débutant de comprendre la place des individus dans la société. Il y expose de façon accessible les notions de classes, castes, races, institutions. Dans le chapitre suivant, Berger montre comment les individus sont modelés par les société et ont intériorisé les contraintes sociales. Les rôles et les identités y sont les notions clefs. Berger s'attache dans ces chapitres à bousculer les idées préconçues du lecteur en lui montrant comment comprendre son environnement à partir de concepts clairs et efficaces ; cela sans citer beaucoup de sociologues. Le chapitre 6 est plus personnel dans la mesure où Berger discute la question de la liberté et de l'autonomie qui semblent mise en mal par les perspectives précédentes. Sa thèse, qui cherche à réconcilier Weber et Durkheim, est que les acteurs gardent une marge d'autonomie face à l'apparente tyrannie de la société. Ils peuvent désobéir, se retirer, manipuler et l'absence de liberté n'est qu'une illusion comme l'avait montré Sartre. Les deux dernières parties sont consacrées à examiner comment la sociologie peut servir un idéal intellectuel humaniste.

4Le livre de Berger n'est donc pas une simple invitation, comme l'indique à tort le titre, il constitue un exposé sur le fonctionnement de la société et sur la manière dont la sociologie l'aborde. La présentation agréable est destinée en fait à permettre au lecteur novice de pénétrer sans bien réaliser le chemin en train de se faire, dans des débats et des idées complexes et profonds sur la façon dont la discipline éclaire nos vies en nous dévoilant la société.

  • 2 Don Martindale, « Review of Peter Berger's Invitation to sociology », American Journal of Sociology(...)
  • 3 Peter Berger, Thomas Luckmann, The social construction of reality : a treatise in the sociology of (...)

5Le public débutant n'est cependant pas le seul à pouvoir s'intéresser à cet ouvrage. L'historien de la sociologie pourra le lire avec beaucoup de profit. Dominique Merllié insiste sur le caractère de « classique » du livre, mais on peut chercher à en savoir plus. À sa sortie en 1963, le livre a été mal reçu par une partie du milieu si l'on en juge par les critiques publiées dans les deux principales revues de sociologie américaine à l'époque2. Le succès a pourtant été au rendez-vous, comme le dit bien Merllié, mais sans qu'il soit aisé pour le lecteur français de repérer l'effet sur les ventes de la renommée acquise trois ans plus tard par The social construction of reality3. Invitation annonce par certains aspects la perspective phénoménologique développée conjointement avec Thomas Luckmann. Si le livre de Berger a été tant apprécié c'est en partie dû au climat intellectuel des années 1960 et l'historien de la sociologie peut être attentif à ce qui a pu séduire enseignants et professeurs dans ce livre dans les années qui ont suivi sa publication. La sociologie idéale de Berger est sans doute celle d'un jeune sociologue encore émerveillé par les possibilités de la discipline, mais c'est aussi, sans doute, une sociologie de son temps. Bref, il est intéressant pour nous de réfléchir à la façon dont ce livre a pu devenir un « classique » et à ce que ce mot peut signifier dans une perspective historique pour un ouvrage de présentation de la sociologie.

6Enfin le livre offre bien évidemment à tous les spécialistes une occasion de réfléchir à la nature de notre discipline. Il est aisé de comprendre pourquoi le livre a pu être mal reçu en 1963. Berger donne sa vision de ce qu'est ou plutôt devrait être la sociologie. À ce jeu on fait forcément des mécontents. C'est d'autant plus facile que le livre a été écrit rapidement par un débutant critique vis-à-vis des autorités établies et qu'il grossit fortement certains traits (par exemple au sujet des statistiques et des embauches). Selznick n'a pas eu de mal à relever malicieusement des contradictions dans les affirmations du jeune Berger.

7Mais les critiques de la vieille garde sont en partie vaines dans la mesure où il faut mesurer la valeur du livre à l'aune de ses intentions. La première et la plus importante, on l'a dit, est de convertir le jeune public, de lui donner envie, de l'appâter. La seconde est un plaidoyer pour une science objective, curieuse, innovante capable de révéler le fonctionnement réel des sociétés humaines. Berger ne fait pas un vrai tableau de la sociologie de son temps. Il ne réfléchit pas non plus aux changements que recouvre l'usage du mot « sociologie » pour désigner une masse de pratiquants internationaux sur une longue période. Il ne s'agit donc sans doute pas pour le sociologue professionnel de voir le texte de Berger comme un traité sur la sociologie mais de repérer certaines lignes d'analyses et de s'en servir pour la discussion.

8Si l'on adopte le schéma de Berger, les limites de la sociologie idéale apparaissent avec un peu d'attention dans la lecture. Ainsi, comment une science curieuse peut-elle se satisfaire de simples manipulations de chiffres qui ne posent pas les vraies questions ? Si la sociologie « prédispose à la prise de conscience de milieux qui tranchent sur la respectabilité de classe moyenne » (p. 86), elle est cependant une pratique de classe moyenne. La nouvelle élite intellectuelle des années 1960 ne va-t-elle pas ramener avec elle d'autres conservatismes de la pensée, d'ailleurs se revendiquant en partie des idées de Berger lui-même (radicalisme, démystification, relativisme, cosmopolitisme) ? La révélation des aspects cachés d'une société n'est-elle pas limitée par les intérêts et les caractéristiques sociales des sociologues eux-mêmes ?

9Les addenda au texte de 1963 renforcent le mouvement de prise de recul possible par rapport au cœur du texte. Berger relève que malgré les qualités intrinsèques qu'il prête à la discipline, elle a en partie échoué à comprendre le vingtième siècle et se trouve menacée par des faiblesses internes : idéologie, esprit de clocher, insignifiance et rationalisme. Chacun, selon son pays, son âge et ses convictions, pourrait allonger la liste. Qu'est-ce donc au final que la sociologie ? Berger nous propose un noyau de qualités, en partie intemporelles, séduisantes, qui peuvent nous servir à attirer le jeune public, à nous fixer un idéal mais certainement pas à nous constituer un alibi ou une légende auto-justificatrice nous conduisant à une économie de réflexion sur la pratique réelle, contextuelle, des sociologues à travers le monde.

Haut de page

Notes

1 Igor Martinache, « Peter Berger, Invitation à la sociologie », Lectures [en ligne], Les comptes rendus, 2006. URL : http://lectures.revues.org/333.

2 Don Martindale, « Review of Peter Berger's Invitation to sociology », American Journal of Sociology, vol. 70, n°1, 1964, p. 100. Philip Selznick, « Review of Peter Berger Invitation to sociology », American Sociological Review, vol. 29, n°2, 1964, pp. 285-286.

3 Peter Berger, Thomas Luckmann, The social construction of reality : a treatise in the sociology of knowledge, Ney York, Anchor books, 1966

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brochier, « Peter L. Berger, Invitation à la sociologie  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15852

Haut de page

Rédacteur

Christophe Brochier

Maître de conférences en sociologie à l'université Paris 8, depuis 1999

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page