Navigation – Plan du site

Stéphane Sirot, 1884, Des syndicats pour la République

Audrey Levray
1884, des syndicats pour la République
Stéphane Sirot, 1884, des syndicats pour la République, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « troisième culture », 2014, 114 p., ISBN : 978-2-35687-304-0.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure où les luttes ouvrières sont relayées et mises en lumière par les médias, Stéphane Sirot livre une synthèse claire permettant de comprendre la naissance du syndicalisme français et les étapes de sa législation par une IIIe République, enfin aux mains des républicains, qui a conçu la loi du 21 mars 1884 régissant le syndicalisme. La thèse de l’auteur, qui emprunte beaucoup à Pierre Rosanvallon, entend montrer que les républicains n’ont pas créé, mais plutôt légalisé des syndicats déjà existants et tolérés, de façon à garder le contrôle sur ces intermédiaires et les maintenir éloignés de la sphère politique.

2La Révolution française avait interdit les corporations, et notamment au sein des mondes du travail, grâce aux décrets d’Allard et Le Chapelier en 1791 : par une décision étatique, les ouvriers et patrons se retrouvaient seuls, face à face dans un rapport de force inégal. Sous le Second Empire, les syndicats étaient tolérés : en 1868 (quatre ans après la dépénalisation de la pratique gréviste, dans un contexte d’industrialisation et de multiplication des masses ouvrières), Fourcade de la Roquette remettait à l’Empereur ce qui s’apparentait à un édit de tolérance envers les associations professionnelles. Mais la Commune de Paris laissa place en 1871 à un regain répressif sous la férule d’A. Thiers et de son idée d’une République de l’« ordre moral ». La coercition entourant les revendications ouvrières avait poussé le militantisme ouvrier à se construire sur une base de lutte des classes et de clandestinité. Depuis l’exposition universelle de Londres en 1862, le droit d’association – et donc de création d’un corps intermédiaire – faisait partie des doléances des militants. Les ouvriers, déjà rassemblés en associations illégales, avaient des revendications que seule l’arrivée au pouvoir de républicains avancés ou « opportunistes » pouvait satisfaire. En 1876, Lockroy dépose une proposition de loi relative à la « reconnaissance légale, à l’organisation et au fonctionnement des chambres syndicales patronales et ouvrières ». L’enjeu pour les républicains était de s’emparer d’une forme de mobilisation populaire par crainte de la voir inonder le champ politique.

3Stéphane Sirot débute son ouvrage par une réflexion concernant les liens unissant la République et les ouvriers. Depuis l’édit de Villers-Cotterêts (1539), une série d’interdits s’était construite autour des mondes du travail. Pour les républicains de la décennie 1880, et au nom des valeurs d’égalité et de liberté qu’ils défendaient, il était impossible de laisser dans un rapport inégalitaire des patrons qui étaient autorisés à s’associer et avaient la loi de leur côté, face à des ouvriers tenus isolés et, de fait, vulnérables. La légalisation du syndicalisme était donc perçue comme un devoir pour une majorité de républicains, mais un devoir qui faisait peur. Les parlementaires devaient donner satisfaction aux revendications ouvrières, mais ils l’ont fait d’une manière qui les arrangeait : ils ont pensé les syndicats comme un outil d’affermissement du régime républicain d’une part, et d’autre part comme une alternative à l’État providence. Le syndicalisme, pour un républicain comme Jules Ferry, était alors vu comme un processus d’assimilation des ouvriers à la République, processus qui confortait l’intérêt du régime en fournissant un certain gage de stabilité. Pour l’auteur, c’est la notion d’ordre républicain qui a présidé au long et lent débat sur la légalisation des syndicats. À partir de là, Stéphane Sirot pointe les deux mouvements convergents ayant participé à la naissance du syndicalisme : il s’agit d’une part d’une dynamique générale tendant vers l’égalité et la liberté, et d’autre part de la peur face à une possible politisation des masses ouvrières. La République devait faire preuve de sa bonne volonté en mettant fin aux statuts inégalitaires produits par les mondes du travail depuis la Révolution française, dans un contexte général de lois promouvant l’égalité et les libertés. Le texte final de légalisation des syndicats décide qu’ils « pourront se constituer librement sans l’autorisation du gouvernement », bien avant la loi de 1901 autorisant la liberté d’association. C’est donc pour la République, et par peur des masses ouvrières, que les républicains ont fixé les modalités de création et d’existence du syndicalisme.

4L’auteur met en avant que la régulation des rapports sociaux était aussi un objectif de cette loi. La liberté syndicale était vue comme un instrument au service de la pacification et de la régulation des rapports sociaux, devant permettre d’affermir l’ordre républicain. Pour Jules Ferry, il manquait un pilier au dispositif de normalisation de la pratique conflictuelle : le syndicat était considéré comme un élément de sécurité publique, de progrès industriel et de progrès social après la conflictualité caractéristique des années 1870-1880. L’auteur rappelle que la France fait exception en Europe dans la mesure où c’est la grève qui est au cœur du dispositif de régulation des rapports sociaux : c’est la cessation du travail qui conduit à la discussion, et non le contraire. Aussi, les élites se sentaient comme obligées de « socialiser » ces ouvriers étrangers à la République bourgeoise (on pense aux lois sur l’éducation de 1881-82). Les chambres syndicales existaient déjà en 1884, et leur fonctionnement était rassurant pour la République. Pour certains députés, tel Tolain, il fallait limiter le danger potentiel que représentaient les syndicats : ne pouvant qu’être divisés, ils ne pourraient s’attaquer aux institutions républicaines. Pour réconcilier salariat et patronat, il fallait malgré tout des agents régulateurs capables d’inscrire les foules ouvrières dans un processus méthodique, qui permettrait de combler le fossé entre patrons et ouvriers, selon l’espérance des républicains. Il existe néanmoins des ambiguïtés et contradictions dans la démarche de ces parlementaires qui voulaient garder le contrôle sur les syndicats, légalisés par eux dans le but de les tenir loin des institutions républicaines.

5La protection de l’ordre républicain est la problématique majeure de l’ouvrage. La loi est votée dans une dynamique destinée à enclaver le mouvement syndical à l’intérieur du monde professionnel afin de le détourner des thématiques politiques. Cette volonté des républicains était motivée par une peur unanime qui s’explique en partie par des raisons conjoncturelles (série de grèves, montée en puissance du mouvement ouvrier, marxisme, mais aussi faible assurance de la République), en partie par la volonté ambiguë de l’État de ne pas perdre le monopole de la décision concernant l’intérêt général, tout en ne devenant pas un État providence. Aussi, l’État a un objectif principal : élaborer le syndicalisme sous le sceau de la protection, au moyen du droit, pour laisser à la justice la possibilité de réprimer l’action des syndicats si besoin. Les républicains rêvent d’un syndicalisme à côté du champ politique voulu inviolable. Tout ceci forme une équation complexe, à plusieurs facteurs, dont l’égalité et la liberté : impossible en effet pour les républicains de refuser aux ouvriers ce qu’ils accordaient aux patrons. L’intérêt général est un autre de ces facteurs : le champ politique était le « huis clos de l’élaboration du bien commun », et le syndicat était vu comme une menace pour lui. La question de la représentation, enfin, a eu une grande importance : les parlementaires étaient les uniques porte-parole de la revendication ouvrière. Le but du débat parlementaire était de trouver une formulation de la loi garantissant à l’État protection et prérogatives, tout en permettant à des syndicats, dont les doctrines politiques n’étaient pas encore fixées, d’agir dans un espace uniquement professionnel. Il aura néanmoins fallu un siècle pour que les syndicats, à partir des années 1970, se tiennent d’eux-mêmes à l’écart du champ politique, sur fonds de crise, de désyndicalisation, de déclin du communisme et de poussée néolibérale. Le processus de 1884 est au final victorieux, même si les syndicats sont encore perçus comme une menace pour le politique de nos jours.

6L’auteur soulève enfin les limites de la loi de 1884 : celles placées par les républicains pour protéger les institutions, et celles induites par ce que la loi ne prévoit pas. La volonté de limiter le contre-pouvoir ouvrier est récurrente du début à la fin de la procédure parlementaire. Les élus, unanimes sur cette précaution, débattent de l’intensité et de l’extension d’une surveillance qui s’atténue peu à peu. Le problème de la légalité est pour eux crucial. Ils rédigent la loi de manière à laisser à la justice une possibilité de répression en cas d’atteinte au libre exercice de l’industrie ou du travail. Pour protéger l’ordre républicain, ils font en sorte qu’il soit impossible aux syndicats d’avoir les ressources nécessaires pour déstabiliser le système en place. Et les restrictions n’épargnent pas les femmes ! Le silence de la loi amène d’autres limites : quel statut, par exemple, pour les fonctionnaires ? Dans le cadre professionnel, le chef d’entreprise garde l’autorité suprême, même pour les questions sociales, face à des syndicats impuissants. Les membres des syndicats sont méfiants : toujours exposés à leur patron, ils pensent que les législateurs bourgeois ne peuvent s’occuper des intérêts ouvriers. Pour cela, la désobéissance à cette loi critiquée est d’abord la règle dans le monde syndical, avant que la loi ne s’inscrive dans les mœurs, au fil d’un mouvement d’autonomie et d’acquisition du pouvoir encore en marche aujourd’hui.

7Ainsi, cet ouvrage clair et maniable (doté d’un lexique) offre une mise au point qui éclaire de manière efficace une partie du contexte politico-social actuel. Malgré quelques redondances et un net parti pris, la thèse de l’auteur – la légalisation des syndicats a été l’objet d’une instrumentalisation des républicains dans le but premier de protéger et asseoir le régime – permet de lire sous un nouvel éclairage l’histoire des mondes du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Levray, « Stéphane Sirot, 1884, Des syndicats pour la République », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15860

Haut de page

Rédacteur

Audrey Levray

En préparation aux concours de l’enseignement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page