Navigation – Plan du site

Anne Monjaret, Catherine Pugeault (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques

Myriam Chatot
Le sexe de l'enquête
Anne Monjaret, Catherine Pugeault (dir.), Le sexe de l'enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2014, 300 p., ISBN : 978-2-84788-561-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maccoby Eleanor, « Le sexe, catégorie sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, n°83,1 (...)
  • 2 Les coordinatrices de l’ouvrage ont choisi de ne pas distinguer sexe et genre. Elles partagent en e (...)
  • 3 Les sommaires d’une quinzaine de revues de sociologie et d’anthropologie ont été passés au crible a (...)

1Ce livre part d’un paradoxe : « dans toute relation, les êtres humains codent de manière presque automatique le sexe des autres »1, mais l’influence du sexe2 sur la relation d’enquête (enquêté-e/enquêteur-trice) est peu étudiée en France, notamment en sociologie. L’ouvrage tente donc de pallier ce manque, en proposant une impressionnante revue de la littérature française sur le sujet3 et dix contributions portant sur le rôle du sexe de l’enquêteur-trice dans l’établissement de la confiance avec les agents du terrain, la nécessité ressentie par lui ou elle d’adopter un rôle de genre susceptible d’être accepté sur le terrain et l’influence des rapports de séduction sur la relation d’enquête.

  • 4 On leur délègue le recueil des données de terrain (notamment en ce qui concerne la passation des qu (...)

2La partie « revue de la littérature » rend compte des biais sexués dans l’histoire des deux disciplines mobilisées. Ainsi, Anne Monjaret et Catherine Pugeault rappellent la division sexuée du travail d’enquête qui a longtemps prévalue en ethnologie (aux femmes d’enquêter sur des objets « féminins ») et est encore à l’œuvre aujourd’hui, puisque les femmes occupent une position subalterne dans la recherche4. De même, sur le terrain, les femmes ont longtemps été considérées comme des informatrices de seconde zone, ou interrogées seulement sur des domaines "féminins". Les auteures insistent donc sur l’importance de la prise en compte des stéréotypes de sexe (ceux de la société étudiée, ceux des enquêté-e-s et ceux de l’enquêteur ou de l’enquêtrice), car ils informent sur les conditions de production du savoir scientifique.

  • 5 Ghislaine Gallenga explique ainsi qu’elle a choisi de se comporter comme les hommes de l’entreprise (...)

3Plusieurs travaux d’ethnologues (mentionnés dans la partie « revue de la littérature ») et contributions analysent l’obligation de l’enquêteur-trice de se soumettre aux normes (sexuées) de leur terrain pour ne pas en être exclu-e-s. Plusieurs chercheuses expliquent ainsi comme elles ont dû adopter l’attitude sexuée la plus susceptible de les faire accepter sur le terrain, et la nécessité qu’elles ont ressentie de « neutraliser leur genre », en évitant de porter des vêtements considérés comme trop « féminins » (moulants, décolletés), des bijoux et du maquillage, voire de se « viriliser »5. Il ne s’agit évidemment pas de s’imaginer que le sexe de l’ethnologue disparait par ce travail, mais d’endosser des attributs féminins et masculins pour « brouiller les pistes » ou d’adopter un rôle de sexe qui permette de s’intégrer sur le terrain.

4L’un des enjeux de cet ouvrage est d’interroger la visibilité du sexe de l’enquêteur-trice sur le terrain. Dans les contributions, il est rarement invisible, puisque les enquêteur-trice-s travaillent majoritairement sur des terrains homosexués du sexe opposé au leur. De plus, l’invisibilité ne constitue pas nécessairement un avantage, puisqu’elle peut conduire à une non-prise en compte des questions de genre sur le terrain. En outre, les perturbations créées par le chercheur ou la chercheuse en fonction de son sexe permettent de saisir certaines des règles implicites qui régissent le terrain, comme le souligne Anne Saouter concernant son enquête sur le rugby masculin : « ma féminité a finalement été un atout : en perturbant au départ les habitudes du groupe, elle m’a permis d’appréhender les normes » (p. 214). Cependant, il ne s’agit pas pour autant de considérer le sexe indépendamment des autres caractéristiques sociales de l’enquêteur-trice. Ainsi, Pierre-Noël Denieuil souligne que c’est son statut d’étranger plus que d’homme qui a prévalu dans ses interactions avec des entrepreneures tunisiennes. De même, l’invisibilité de l’enquêteur-trice sur le terrain peut être liée à des caractéristiques non-sexuées. Par exemple, Laurence Guyard souligne que le port d’une blouse blanche en centre hospitalier a contribué à la rendre « transparente » sur le terrain, dans la mesure où elle était assimilée à une interne en médecine.

  • 6 Un seul travail réalisé sur des lieux de sociabilité homosexuelle ou sur des enquêté-e-s qui se déf (...)
  • 7 Schinz Olivier, « Pourquoi les ethnologues s’établissent en enfer ? Maitrise de soi, maitrise du te (...)

5Enfin, la question des rapports de séduction (hétérosexuelle6) est également interrogée. Les enquêteur-trice-s soulignent que l’un des enjeux d’une relation hétérosexuée est de désamorcer une sexualisation possible. Pour les femmes, ce désamorçage passe par le travail de l’apparence pour la « déféminiser » et par le refus poli des avances. À l’inverse, pour les hommes, il s’agit de se présenter comme n’étant pas intéressé sexuellement par ses enquêtées. Cependant, une absence d’intérêt pour les enquêtées trop prononcée peut également desservir l’enquêteur. Olivier Schinz7 (mobilisé dans la revue de la littérature) souligne que lors de son terrain en Mauritanie, son refus de flirter avec les jeunes femmes mauritaniennes a conduit à ce qu’il soit étiqueté comme homosexuel sur son terrain, et donc disqualifié.

6La question du duo hétérosexué d’enquêteurs est également abordée dans deux contributions. Si ce mode d’enquête a des avantages évidents (observer la construction des interactions des enquêté-e-s avec un homme ou avec une femme, confronter les points de vue lors de la restitution), les auteur-e-s soulignent également les difficultés liées aux relations de pouvoir qui peuvent exister entre les membres du duo.

7Ce livre constitue un ouvrage incontournable pour toute personne intéressée par les études de genre, mais aussi pour tout-e chercheur-euse en sociologie ou en anthropologie. En effet, les interrogations des contributeurs et contributrices sur l’attitude sexuée ou de séduction à adopter sur le terrain renvoient à des interrogations méthodologiques et déontologiques plus larges : jusqu’à quel point l’enquêteur-trice doit se conformer aux normes en vigueur sur son terrain pour s’y intégrer ? Jusqu’où doit-il ou doit-elle aller pour gagner la confiance de ses enquêté-e-s ? Que dévoiler de soi sur le terrain ?

  • 8 Rapport à son propre corps dans le cas de Laurence Guyard lors de son enquête sur les consultions g (...)
  • 9 Agnès Jeanjean évoque ainsi son mal-être initial lors de son entrée sur le terrain, qui a contribué (...)
  • 10 C’est-à-dire la convergence des caractéristiques sociales (qui peuvent évoluer avec le temps), des (...)

8Plus largement, ce livre constitue un antidote à un des travers de ces disciplines (souligné au début de l’ouvrage) : si l’injonction faite au chercheur-euse de contrôler son rapport à l’objet est aujourd’hui communément admise, elle n’est jamais interrogée dans ses modalités concrètes (du moins en sociologie). Il donne des exemples très fins concernant la réflexivité par rapport à son propre terrain8, et l’impact des caractéristiques sociales et personnelles9 de l’enquêteur-trice sur son terrain. Plusieurs contributrices soulignent ainsi que toute posture d’enquête10 induit des gains et des pertes en termes d’accès au terrain, aux informations, d’interactions… avec lesquels il convient de composer. Enfin, si la majorité des contributions se fondent sur des terrains réalisés en France, la revue de la littérature compense ce « géocentrisme » par la mobilisation de plusieurs enquêtes réalisées à l’étranger.

9Si les contributions n’ont pas pu satisfaire toutes les ambitions des coordinatrices (comme celle d’interroger l’impact du sexe sur la construction de l’objet et sur la restitution de l’analyse, et non seulement sur le terrain), l’ouvrage soulève un certain nombre de problématiques susceptibles d’interroger le lecteur ou la lectrice sur ses propres enquêtes. Les deux seuls bémols sont que la quasi-totalité des contributions et des travaux concernent des enquêtes par observation, ou inscrites dans le temps long (entretiens répétés ou par échange de mail). L’ouvrage ne donne donc pas de clefs pour analyser les rapports sexués dans le cadre d’un entretien ponctuel avec un-e enquêté-e. On peut également regretter que la question de terrains menés auprès d’enquêté-e-s non-hétérosexuel-le-s, ou même transgressant les normes binaires homme/femme (personnes travesties, transsexuelles, intersexuées) n’occupe pas une plus grande place dans ce livre.

Haut de page

Notes

1 Maccoby Eleanor, « Le sexe, catégorie sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, n°83,1990, p. 25.

2 Les coordinatrices de l’ouvrage ont choisi de ne pas distinguer sexe et genre. Elles partagent en effet les conclusions de Joan W. Scott concernant ce concept, qui aurait perdu sa capacité critique en étant galvaudé par le grand public et les universitaires et utilisé comme synonyme de différence des sexes ou de sexe.

3 Les sommaires d’une quinzaine de revues de sociologie et d’anthropologie ont été passés au crible afin de repérer des articles sur le sujet ou sur la méthodologie en général. Ont également été mobilisés des articles isolés dans d’autres revues, des manuels pédagogiques sur la méthodologie de l’enquête, et des ouvrages portant spécifiquement sur le genre et la méthodologie.

4 On leur délègue le recueil des données de terrain (notamment en ce qui concerne la passation des questionnaires), considéré comme moins prestigieux que l’analyse, accaparée par les chercheurs hommes.

5 Ghislaine Gallenga explique ainsi qu’elle a choisi de se comporter comme les hommes de l’entreprise roumaine où elle travaille (jurant, buvant, etc.), afin de ne plus être considérée comme la « petite sœur à marier » par les femmes et comme une proie à séduire par les hommes. (Gallenga Ghislaine, « Ethnologue à marier. La "neutralisation" des attributs sexués en entreprise », Ethnologie, Vol. 9, n°1-2, 2007, p. 303-314)

6 Un seul travail réalisé sur des lieux de sociabilité homosexuelle ou sur des enquêté-e-s qui se définissent comme homosexuels est évoqué dans l’ouvrage.

7 Schinz Olivier, « Pourquoi les ethnologues s’établissent en enfer ? Maitrise de soi, maitrise du terrain », Ethnographies.org, n°1, 2002. URL : http://www.ethnographiques.org/2002/Schinz.html

8 Rapport à son propre corps dans le cas de Laurence Guyard lors de son enquête sur les consultions gynécologiques, appréhension de son sujet de thèse comme un sujet « féminin » dans le cas d’Isabelle Mallon, qui a travaillé sur les maisons de retraite…

9 Agnès Jeanjean évoque ainsi son mal-être initial lors de son entrée sur le terrain, qui a contribué à ce qu’elle se conforme à l’image de « la jeune fille » que les agents de son terrain attendaient d’elle.

10 C’est-à-dire la convergence des caractéristiques sociales (qui peuvent évoluer avec le temps), des attitudes et postures adoptées sur le terrain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Chatot, « Anne Monjaret, Catherine Pugeault (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 21 octobre 2014, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15885

Haut de page

Rédacteur

Myriam Chatot

Doctorante en sociologie à l’EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page