Navigation – Plan du site

Juan Cole, Bonaparte et la République française d’Égypte

Igor Moullier
Bonaparte et la République française d'Egypte
Juan Cole, Bonaparte et la République française d'Egypte, Paris, La Découverte, 2014, 320 p., Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Philippe Pignarre, ISBN : 978-2-35925-067-1.
Haut de page

Texte intégral

1Bush et Obama sont-ils les héritiers de Napoléon ? Le titre anglais de l’ouvrage de Juan Cole, initialement paru en 2007 : Napoleon’s Egypt. Invading the Middle East, l’indique clairement. L’Égypte de Bonaparte n’est plus l’Orient ou le Levant exotique, mais déjà le Moyen-Orient où s’élabore un projet de domination géopolitique, basé non seulement sur une supériorité militaire, mais aussi sur la revendication d’une supériorité culturelle. Les armées de Bonaparte prétendent apporter avec elles non la démocratie, mais la république, avec ses institutions et ses lois, et libérer le peuple égyptien de la domination du régime mamelouk. Le projet français de l’expédition d’Égypte est donc clairement décrit par Cole comme impérialiste. Loin d’être une lubie, une aberration, ou la marque de la volonté du Directoire d’écarter pour quelques temps un général trop turbulent, « l’expédition d’Égypte peut être considérée comme la première tentative moderne pour intégrer une société importante du Proche-Orient au sein d’un empire européen » (p. 303) et créer ainsi une sorte d’hybride politique. Le point de vue adopté est celui d’un spécialiste du Moyen-Orient contemporain, comme en témoigne son blog, qui entend proposer une étude culturelle de l’expédition d’Égypte : confronter le discours triomphaliste français, perpétué par les récits et descriptions faites après coup, aux réalités de la coexistence avec les populations égyptiennes. Cole essaie pour cela de traiter « à parts égales » le point de vue des acteurs en utilisant aussi bien les récits de voyage d’officiers et savants français que les témoignages de clercs et de lettrés égyptiens.

2D’emblée, Cole souligne les problèmes de préparation et d’information. Si des troupes importantes (36 000 soldats) avaient été embarquées, accompagnées de savants, d’ingénieurs, etc., l’expédition n’avait pas été convenablement préparée et se heurta à des difficultés pratiques. Le principal était la sous-estimation de la question de l’eau. Les soldats, vêtus d’uniformes trop chauds, étaient mal équipés en gourdes et souffrirent continuellement de la soif. L’armée française fut également surprise par les basses eaux du Nil, qui rendirent difficile de remonter le fleuve en bateau.

3Mais ces difficultés matérielles ne furent rien, selon Cole, à côté des difficultés culturelles. Les Français venaient avec un modèle républicain semblable à celui qui s’établissait en Europe au même moment : celui des républiques-sœurs. L a France apportait la liberté et la civilisation, et les pays conquis devenaient en échange des alliés fidèles. Le modèle n’allait pas sans heurts en Europe, car il supposait que les républiques conquises acceptent de subordonner leurs intérêts à ceux de la France, en guerre contre les monarchies européennes. Il se compliquait en Égypte car il supposait de traduire, littéralement comme intellectuellement, le nouvel ordre républicain que les conquérants se proposaient d’installer.

4La question de la traduction se retrouve au cœur des relations franco-égyptiennes. Bonaparte avait emmené sur ces navires plusieurs traducteurs, et avait élaboré un discours visant à montrer la compatibilité de la république avec la religion musulmane. Cole déconstruit cette prétention en s’appuyant sur le témoignage d’un imam du Caire, al-Jabarti, qui se moque aussi bien du style des proclamations française que de leur contenu. Selon Cole, « Bonaparte commet l’erreur typiquement occidentale de penser que l’islam est une doctrine, alors que pour ceux qui vient au Moyen-Orient, comme al-Jabarti, c’est en premier lieu un mode de vie » (p. 48). La politique de Bonaparte visait explicitement à rallier les élites locales, religieuses notamment, et à leur montrer que la tutelle française pouvait remplacer avantageusement le joug ottoman. Selon Cole, cette approche ne suscita que de la méfiance, et au mieux une adhésion extérieure : participation aux cérémonies, versement de tribut par les plus riches, port de la cocarde. Mais seuls les coptes et les chrétiens syriens participèrent plus activement à l’administration.

5Un autre objet de malentendus concernait la question des mœurs, et notamment des relations des officiers français avec les femmes égyptiennes. Plusieurs officiers français prirent des maîtresses égyptiennes, voire les épousèrent, comme Menou. Au Caire, la prostitution se développa rapidement. Les deux parties n’avaient pas les mêmes conceptions de la pudeur : les Français trouvaient certaines danses extrêmement lascives, tandis que les Égyptiens s’émurent de voir les femmes qui fréquentaient des Français sortir dans la rue sans voile. Mais un certain nombre de mariages eut lieu. S’il pouvait exister quelques points de discorde, comme la consommation d’alcool des soldats français, ce n’est pas sur le terrain culturel que les tensions éclatèrent, mais sur celui de l’impôt. L’annonce d’une taxe sur les personnes, vécue comme une humiliation, déclencha la révolte du Caire le 20 octobre 1798, qu’il fallut plusieurs jours pour éteindre. Le delta du Nil fut également un foyer d’agitation persistant.

6Face aux résistances, l’armée française n’hésitait pas à recourir aux méthodes les plus brutales : pillage des villages, exécutions sommaires. Plusieurs ordres de Bonaparte demandent explicitement que des villages entiers soient brûlés pour faire un exemple. S’il cherchait à gagner la sympathie des élites, Bonaparte tenait en revanche les populations rurales égyptiennes pour arriérées. La supériorité militaire des Français leur permettait de tenir le pays, mais guère plus. La répression armée fit selon Cole environ 12 000 morts durant la première année d’occupation.

  • 1 Bertrand Romain, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident, XVIe-XVIIe sièc (...)

7L’ouvrage de Cole met bien en évidence les limites du projet assimilationniste de la République française en Égypte. Sans apporter de révélations nouvelles sur un épisode déjà bien connu, il propose un déplacement du regard et un changement de méthode semblable à celui proposé par Romain Bertrand1, mais sans en avoir l’ampleur, notamment parce que le corpus de Cole se limite aux sources imprimées et à une lecture culturelle qui s’intéresse peu au contexte économique et social. On peut regretter également que l’ouvrage n’aborde pas la période postérieure au départ de Bonaparte en 1799, et notamment l’administration de Menou, général qui s’était converti à l’islam. L’hypothèse de la communication impossible entre Français et Égyptiens y aurait gagné en force, et la portée de la présence française, traitée dans quelques courtes pages de conclusion, aurait pu alors bénéficier d’un vrai bilan.

Haut de page

Notes

1 Bertrand Romain, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident, XVIe-XVIIe siècles. Paris, Seuil, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Moullier, « Juan Cole, Bonaparte et la République française d’Égypte », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15913

Haut de page

Rédacteur

Igor Moullier

Maître de conférences en histoire, ENS Lyon/LARHRA

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page