Navigation – Plan du site

Robert Darnton, L’Affaire des Quatorze. Poésie, police et réseaux de communication à Paris au xviiie siècle

Maxime Triquenaux
L'Affaire des Quatorze
Robert Darnton, L'Affaire des Quatorze. Poésie, police et réseaux de communication à Paris au XVIIIe siècle, Gallimard, 2014, 218 p., Trad. de l'anglais (États-Unis) par Jean-François Sené, ISBN : 978-2-07-014524-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette comparaison de l’historien et du détective est également développée par Carlo Ginzburg dans M (...)

1De l’aveu même de l’auteur et comme son titre l’indique, cet essai historique se présente comme une « intrigue policière » (p. 11). Par son objet d’abord : l’arrestation de quatorze individus repérés par la police parisienne pour avoir fait circuler en 1749 des poèmes séditieux sur le roi Louis XV et sa maîtresse, Madame de Pompadour. Par la méthode, ensuite : celle avec laquelle Robert Darnton présente scrupuleusement les éléments de l’enquête, puisés à des sources nombreuses et variées (rapports de police, correspondances, extraits de journaux intimes et d’œuvres littéraires). Par son ambition enfin, puisque se dessine ainsi un véritable modèle de la recherche historique en « enquête policière », comme un « processus circulaire d’élaboration d’un argument à partir de preuves » (p. 139)1.

  • 2 Farge Arlette, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard, 2009. L’ouvr (...)

2Cette « Affaire des Quatorze » (le titre correspond à l’étiquette de certains documents de la boîte d’archives découverte à la Bibliothèque de l’Arsenal et étudiée dans l’ouvrage) se présente donc comme un cas particulier et exemplaire, dont l’analyse minutieuse permettrait d’accéder en partie à un grand « vide » (p. 8) de la recherche historique : l’étude des circuits d’information d’une société essentiellement orale. Ce champ historique, ouvert notamment par Arlette Farge2, est un véritable défi pour l’historien, ce type de communication non-écrite ne laissant par définition que fort peu de traces. L’existence de ce dossier, issu d’une enquête policière approfondie, est donc une opportunité rare de cerner cet objet historique, si difficile à saisir, qu’est la communication de l’information dans la société d’Ancien Régime.

3À partir des procès-verbaux, l’enquête menée au printemps 1749 à Paris par le lieutenant général de police et ses agents est donc minutieusement reconstituée. La chaîne des quatorze suspects interrogés après embastillement donne à voir un circuit complexe de transmission, par mémorisation ou par copie, de poèmes parfois réécrits ou recomposés : une « affaire de création collective » qui forme « une véritable cacophonie séditieuse en vers rimés » (p. 17).

  • 3 Les chansons interprétées par la chanteuse lyrique Hélène Delavault sont disponibles à l’adresse ww (...)
  • 4 Problématique notamment abordée dans l’ouvrage d’Arlette Farge précédemment mentionné.

4La difficulté réside à deux niveaux : d’une part dans la perception du lecteur contemporain de ces traces difficilement intelligibles, et dans la capacité d’autre part à percevoir comment les hommes et les femmes du passé pouvaient sentir, comprendre et mobiliser les informations qui leur étaient transmises par ces chansons. R. Darnton ne contourne pas le problème, mais s’y confronte en cherchant à analyser les modalités de l’interaction entre ces textes et le public. Un enregistrement de ces chansons, produit à la demande de R. Darnton à partir des clefs mélodiques (« sur l’air de ») et des ressources de la musicologie moderne, est ainsi proposé au lecteur sur un site internet donné en annexe3. Ce travail de prise en compte du médium n’en demeure pas moins intrinsèquement partiel : comment rendre compte précisément des conditions réelles de transmission de ces poèmes et de ces chansons dans les années 1740-1750 – selon toute vraisemblance bien différentes de celle d’un enregistrement avec des musiciens et une cantatrice professionnelle4 ? Quoiqu’imparfaite, cette tentative a au moins le mérite de pointer la complexité du processus de réception de ces textes par le public de l’époque.

  • 5 « Sédition doit s’entendre non pas comme une prise d’armes ni comme une violence sporadique contre (...)

5La question principale que pose le livre est celle de la justification d’une telle efficacité policière : que craignait le pouvoir en embastillant ainsi quatorze individus simplement pour avoir récité des poèmes moquant le roi et sa favorite ? R. Darnton réfute toute tentation téléologique de lecture du xviiie siècle au prisme de l’événement révolutionnaire. Il précise clairement que rien ne permettait d’« annoncer » ou de « prévoir » l’éclatement de la crise politique en 1789. Ce qu’il note cependant, c’est un climat diffus qu’il a déjà tenté dans ses précédents ouvrages de définir, notamment à partir de son concept de sédition5. L’historien recontextualise ainsi le cas particulier de l’Affaire des Quatorze à partir d’autres exemples fameux, comme celui de la disgrâce de Maurepas en 1749, suspecté d’avoir fait circuler un quatrain persiflant Madame de Pompadour : la circulation de tels textes était ainsi prise très au sérieux par le pouvoir monarchique ; elle risquait de saper l’autorité et la sacralité du pouvoir, et elle était surtout le terrain d’expression de subtils jeux de pouvoir entre courtisans.

  • 6 Habermas Jürgen, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)
  • 7 Foucault Michel, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2012.

6Mais on ne pourrait comprendre réellement ces mécanismes de pouvoir en ignorant un autre élément crucial du système politique du xviiie siècle, cette « chose mystérieuse que nous nommons "opinion publique" » (p. 18). L’auteur présente ainsi les deux théories principales permettant de définir ce concept : celle de Jürgen Habermas6 d’un côté, pour qui l’opinion publique se comprend « sociologiquement comme une rationalité qui opère par le processus de la communication » (p. 19-20). Celle de Michel Foucault7 ensuite, qui considère l’opinion publique comme « une question d’épistémologie et de pouvoir », qui s’interprète par le discours, « processus complexe qui implique un ordonnancement des perceptions selon des catégories inscrites dans une grille épistémologique » (p. 19). Mais R. Darnton s’écarte assez rapidement de ce débat qui ne semble guère l’intéresser (« pour ma part, je pense que ces deux points de vue présentent leur intérêt », p. 20), et préfère de son propre aveu suspendre la querelle théorique au profit de l’examen empirique. L’une des ambitions du livre (et non des moindres) est donc de présenter une contribution à la compréhension de l’opinion publique au xviiie siècle et de son importance véritable dans la politique de cette époque. Quoique vague et fluctuante, une force « force palpable qui pouvait de l’extérieur de Versailles affecter la politique » (p. 124) était en jeu dans la pratique du pouvoir, et les chansons, poèmes et textes séditieux qui circulaient sous le manteau étaient pris en compte par l’autorité royale.

7Ce petit livre, l’un des plus courts de son auteur, à l’écriture vive et d’une clarté toujours élégante, peut passer a priori pour le plus simple de tous les ouvrages de R. Darnton. Mais on peut le lire aussi comme l’un des plus emblématiques de sa conception du métier d’historien : un attachement fort à la matière première de l’archive – la plupart des sources étant proposées en annexe – et à sa primauté sur la théorie préexistante, un questionnement de type anthropologique sur ses objets d’étude (comment les hommes et les femmes de ce temps comprenaient-ils et habitaient-ils le monde dans lequel ils vivaient ?), et une démarche méthodique qui place l’historien dans les pas de l’enquêteur.

Haut de page

Notes

1 Cette comparaison de l’historien et du détective est également développée par Carlo Ginzburg dans Mythes emblèmes traces. Morphologie et histoire [1986], Lagrasse, Verdier, coll. « Verdier poche », 2010. R. Darnton cite d’ailleurs cette référence. Le courant de la microhistoire, développé entre autres par C. Ginzburg, semble figurer par ailleurs comme un modèle majeur de l’ouvrage, quoiqu’il ne soit pas clairement mentionné.

2 Farge Arlette, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard, 2009. L’ouvrage est cité par R. Darnton.

3 Les chansons interprétées par la chanteuse lyrique Hélène Delavault sont disponibles à l’adresse www.hup.harvard.edu/features/darpoe.

4 Problématique notamment abordée dans l’ouvrage d’Arlette Farge précédemment mentionné.

5 « Sédition doit s’entendre non pas comme une prise d’armes ni comme une violence sporadique contre les autorités, mais plutôt comme un écart qui s’institue, par et dans l’écrit, d’avec les orthodoxies de l’Ancien Régime, c’est-à-dire l’ensemble des croyances acceptées, des raisons communes, des discours de légitimation qui, au fil des siècles, avaient passé pour être au fondement de l’ordre monarchique. » Darnton Robert, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au xviiie siècle, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 1991, p. V-VI.

6 Habermas Jürgen, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

7 Foucault Michel, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Triquenaux, « Robert Darnton, L’Affaire des Quatorze. Poésie, police et réseaux de communication à Paris au xviiie siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15915

Haut de page

Rédacteur

Maxime Triquenaux

Ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française (Lyon 2)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page