Navigation – Plan du site

Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, Fabien Locher, Grégory Quenet, Introduction à l'histoire environnementale

Kimberley Mees
Introduction à l'histoire de l'environnement
Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, Fabien Locher, Grégory Quenet, Introduction à l'histoire de l'environnement, Paris, La Découverte, coll. « Repères Histoire », 2014, 125 p., ISBN : 978-2-7071-6575-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ecological Imperialism. The Biological Expansion of Europe, 900-1900, Cambridge, Cambridge Universi (...)
  • 2 Nature’s Metropolis. Chicago and the Great West, New York, Norton, 1991
  • 3 Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard (...)

1Quelques best-sellers (citons par exemples les publications d’Alfred Crosby1, William Cronon2 ou Jared Diamond3) ont mis en lumière une discipline assez méconnue : l’histoire environnementale. Ce nouvel ouvrage de la collection Repères offre une synthèse critique et contextualisée de l’évolution de ce courant de pensée qui analyse les phénomènes historiques au travers des dynamiques socio-écologiques qui les sous-tendent. Les éléments naturels ont en effet souvent été occultés de l’histoire officielle des sociétés humaines alors qu’ils y participent pleinement.

2Apparue au début des années septante aux États-Unis, l’histoire environnementale a été formée par deux visions culturelles différentes de l’environnement. Ainsi, les anglo-saxons définissaient la nature par les menaces pesant sur elle, tandis que les Français l’approchaient sous l’angle d’un questionnement ontologique. Après avoir présenté une étude comparative du développement de la discipline dans ces deux cultures, les auteurs abordent son succès des années nonante et son internationalisation, chaque région relisant les événements selon son contexte intellectuel, politique et spatial. C’est dans cette diversité mondiale que l’histoire environnementale trouve son dynamisme.

3La première partie de l’ouvrage est consacrée aux types de récits environnementaux. Si les événements naturels sont des faits sans connotation morale ou politique, leur récit est tributaire des valeurs humaines du narrateur et peut s’inscrire dans une logique de progrès ou de déclin. Pour dépasser cette dichotomie, les auteurs repèrent dans la littérature trois types de récits qui sont autant de niveaux d’approche de notre relation à l’environnement : les hommes façonnent la nature qui les entoure (par le réaménagement des cours d’eau, par exemple) ; les conséquences inattendues de leurs actions les entrainent dans un cycle de transformations techniques (face à l’assèchement de certains milieux, il faut trouver des solutions nouvelles) ; les changements sont à la fois sociaux et environnementaux et induisent des perdants et des gagnants (les aménagements hydrauliques peuvent apporter des progrès indéniables tels l’éradication de maladies, l’accès à l’eau potable ou la mise en valeur de nouvelles terres, tout en entrainant l’expulsion de nombreux habitants ou la destruction de certaines espèces). Bien sûr, tout récit environnemental repose sur les valeurs de la nature données par les sociétés qui le racontent. La nature peut être perçue comme stable ou changeante. Dans le premier cas, c’est l’homme qui viendrait perturber cette stabilité par ses comportements. Dans le second cas, les transformations environnementales et sociales sont liées à de nouveaux modes de gestion de l’environnement. Ce dernier, dynamique par nature, devient le champ de conflits sociaux et politiques.

4La deuxième partie s’intéresse aux ressources et à l’opposition des visions organicistes (considérant la Terre comme la mère nourricière) et mécanicistes (dont l’objectif est la connaissance de ces ressources pour mieux les exploiter). La seconde l’a souvent emporté sur la première, menant à la privatisation et à l’optimisation des ressources au détriment de leur conservation. Diverses transformations en ont résulté : l’offensive contre les communs, avec l’idée que seule la propriété privée peut permettre une gestion rationnelle des ressources ; dans les années nonante, la redéfinition des usages soutenables, avec l’illusion qu’un modèle économique nouveau, à inventer, pourrait résoudre la problématique de l’épuisement des ressources sans nuire à une croissance économique continue ; enfin, l’apparition d’une idéologie de la conservation. Cette dernière, au nom de la protection de la faune et de la flore, a conduit à l’exclusion de certaines populations de leurs territoires : peuples natifs bannis des parcs naturels américains, classe moyenne blanche interdite de villégiature aux Adirondacks, transformés en parc naturel, ou autochtones africains expulsés pour permettre aux chasseurs blancs de s’adonner à leur loisir sans aboutir à une sur-chasse.

5La troisième partie aborde les menaces sur l’environnement et les régulations des risques. La conception répandue est que les sociétés traditionnelles subissent les catastrophes environnementales alors que les sociétés modernes les domptent grâce aux technologies et à une gestion du risque liées aux assurances, à la prévention et à une régulation efficace des phénomènes naturels. Le passage de la société industrielle à cette société consciente des risques et de la nécessité de contrôler le progrès pour en limiter les dégâts daterait des années septante. Cette partie se concentre ainsi sur la pollution et sur l’évolution de ce terme du registre moral et religieux aux domaines des rejets organiques, de l’environnement des travailleurs et de la justice. Si cette évolution peut nous sembler entièrement positive, les auteurs ne manquent pas de souligner la mainmise des industriels sur l’expertise ainsi que leur influence dans l’édiction des normes et dans la production d’études visant à produire de l’ignorance autour des pollutions, afin de retarder les prises de décisions défavorables à leur secteur et de relativiser l’impact de ses produits. De plus, la globalisation a entrainé le déplacement des activités polluantes vers les pays où elles sont moins couteuses, ainsi que l’importation de travailleurs étrangers prêts à effectuer les tâches les plus dangereuses.

6Après une brève histoire des dispositifs de contrôle des menaces et de l’évolution des concepts de risque et de catastrophe, les auteurs notent que notre société actuelle est particulièrement vulnérable à ces catastrophes du fait de choix politiques et sociaux, de technologies sensibles et difficiles à maitriser et d’une nouvelle forme de capitalisme financiarisé, court-termiste et globale.

7La marchandisation des ressources par l’appropriation et la consommation de la nature fait l’objet de la quatrième partie. Le thème de la propriété, tout comme celui de la consommation de l’espace (voir plus loin), sont transversaux en histoire environnementale et ont tout deux des conséquences environnementales, économiques et sociales non négligeables. La requalification de la nature en produits appropriables et échangeables dans le cadre d’un marché a changé la conception du vivant. Cela a été poussé au point de permettre qu’un propriétaire qui n’exploite pas « suffisamment » une ressource présente sur son terrain peut en être exproprié par celui qui démontrera pouvoir en faire une exploitation rentable. Mais, les conséquences environnementales, d’abord liées principalement aux modes de production, sont également devenues liées aux modes de consommation, qui peuvent aller jusqu’à l’extinction de certaines espèces. Ces modes de consommation ont été fortement marqués par l’urbanisation qui a redessiné la circulation des marchandises en concentrant sur un territoire restreint les consommateurs, qui dépendent de l’approvisionnement extérieur. La consommation d’espace via la « suburbisation » est devenue boulimique avec la popularisation de l’automobile.

8La cinquième partie de cet ouvrage traite de la dimension globale de l’histoire environnementale, liée à son ambition d’appréhender les grands déséquilibres à très larges échelles, spatiale et temporelle. L’étude des problèmes environnementaux auxquels ont été ou sont encore confrontées les civilisations a permis de porter un nouveau regard sur leur développement. Les changements environnementaux anthropiques et leurs effets sur les sociétés humaines sont d’ailleurs considérés par les auteurs comme le phénomène historique majeur du XXe siècle. Car même si les hommes ont toujours influé sur leur environnement, l’échelle et le rythme de ces changements augmentent du fait de l’usage des énergies fossiles et des technologies associées ainsi que de la croissance démographique, surtout urbaine, et des mouvements migratoires sans précédents qui ont mis les hommes en contact avec des écosystèmes leur étant peu familiers. À côté des études de différentes configurations socioécologiques au cours de l’histoire, certains travaux ont portés sur les inégalités de puissance, c’est-à-dire liées à l’impérialisme, au colonialisme, au sous-développement ou à d’autres rapports de forces qui ont influencés le destin des sociétés. Les auteurs s’intéressent ici au cas plus spécifique des guerres, qui transforment l’environnement et les rapports nature-société. Il y a des guerres entre humains (guerres chimiques), mais aussi des guerres contre la nature (programmes d’éradication d’espèces animales ou végétales et « écocides »). De plus, les guerres ont eu un impact décisif sur les logiques politiques, technologiques, économiques et culturelles, puisque les rythmes de production intensifs imposés par l’effort de guerre puis celui de la reconstruction n’ont jamais été ralentis et ont au contraire été généralisés, définissant la norme d’un modèle productif grand consommateur de ressources. C’est aussi la crainte des conflits et de leurs conséquences environnementales qui a fait naitre les premières préoccupations environnementalistes.

9Enfin, la sixième et dernière partie se penche sur le climat et son étude. Bien que la question du changement climatique d’origine humaine soit posée dès le XVIe siècle, et que le climat ait été sérieusement étudié dès le XVIIIe siècle, c’est le lien fait avec les émissions de gaz à effet de serre qui va permettre d’enrichir les méthodes d’analyse. Les auteurs reviennent sur les méthodes de la climatologie historique et retracent la longue histoire du changement climatique. Ceci pour souligner la nécessité de ne pas tomber dans un déterminisme climatique strict car tout phénomène est issu d’enchaînements complexes et ne peut être expliqué de manière monocausale.

10Vous l’aurez donc compris, cet ouvrage offre une excellente vue d’ensemble de l’histoire environnementale. Les auteurs, par une démarche synthétique et claire, présentent différentes théories et en font une critique succincte. Il revient ensuite au lecteur d’approfondir la réflexion sur les éléments qui l’intéressent davantage. Par ce parcours, les auteurs nous montrent que les phénomènes humains ne peuvent être dissociés des phénomènes naturels car c’est une relation d’influence mutuelle qui les régit.

Haut de page

Notes

1 Ecological Imperialism. The Biological Expansion of Europe, 900-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

2 Nature’s Metropolis. Chicago and the Great West, New York, Norton, 1991

3 Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard, 2006 (éd. originale 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kimberley Mees, « Jean-Baptiste Fressoz, Frédéric Graber, Fabien Locher, Grégory Quenet, Introduction à l'histoire environnementale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 octobre 2014, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15933

Haut de page

Rédacteur

Kimberley Mees

Diplômée en sciences politiques et en sciences et gestion de l’environnement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page