Skip to navigation – Site map

Fathia Belmessous, Loïc Bonneval, Lydia Coudroy de Lille, Nathalie Ortar (dir.), Logement et politique(s), un couple encore d’actualité ?

Joseph Cacciari
Logement et politique(s)
Fatiha Belmessous, Loïc Bonneval, Lydia Coudroy de Lille, Nathalie Ortar (dir.), Logement et politique(s). Un couple encore d'actualité ?, Paris, L'Harmattan, series: « Habitat et sociétés », 2014, 284 p., ISBN : 978-2-343-03990-9.
Top of page

Full text

  • 1 On sait après Christian Topalov (Le Logement en France. Histoire d’une marchandise impossible, Pari (...)

1Les liens entre politique et logement sont-ils d’actualité ? Qu’est-ce que la ville doit au(x) politique(s) et inversement ? S’il ne semble pas y avoir de réponses stabilisées à ce genre d’interrogation, ni dans cet ouvrage ni dans la littérature scientifique en général1, ce volume contribue à éclairer cette relation à partir d’entrées variées sur des terrains d’enquête différents, apportant même à ce questionnement une dimension internationale (Chine, Irlande, Mexique, Pologne, France). La diversité des contributions ne facilitant pas une recension exhaustive et non descriptive, l’option retenue consistera à porter l’attention sur deux aspects centraux de l’ouvrage : le rôle des acteurs intermédiaires et l’usage des catégories politiques dans la fabrication de la ville et de l’habitat.

2L’ouvrage fait suite à la journée d’étude « jeunes chercheurs » du réseau pluridisciplinaire sur l’habitat, qui s’est tenue le 22 novembre 2012 à l’ENS de Lyon. Il n’est pas une simple compilation des textes de cette journée. Les contributions réunies et présentées par les directeurs d’ouvrage ont pour ambition de donner « des indications sur les questionnements et les objets émergents de la recherche sur le logement » (p. 17). Dans l’introduction collective du volume, est souligné qu’un « regard rétrospectif » sur ces journées depuis leur création en 2005, permet d’observer « le reflet des questionnements » des différentes périodes. En la matière, « force est de constater la persistance des thèmes portant sur les politiques publiques de logement, le renouvellement urbain, les marchés immobiliers et les modes d’habiter le renforcement de travaux sur des groupes sociaux (migrants et précaires) et la catégorisation dans les politiques de peuplement [ainsi que] l’émergence de nouveaux thèmes (développement durable, énergie) » (p. 17). A contrario, certaines thématiques sont presque éclipsées. Ainsi, en 2012, la « gentrification n’est abordée de manière frontale par aucune des présentations » (p. 18).

3Le volume propose quinze contributions originales. Elles sont regroupées en quatre parties. La première « met en avant toute la diversité des processus d’intervention […] des corps intermédiaires chargés d’organiser les relations sociales relatives à l’habitat et à l’habiter » (p. 23). La seconde aborde « à la fois les catégories de l’action publique et les logiques d’action de ceux chargés de les mettre en œuvre » (p. 23). Ce sont ensuite les modes de gestion différenciés de l’accès au logement des « populations minoritaires et leur mise en catégorie » (p. 23) qui font la matière de la troisième partie. Enfin, dans la dernière partie, les auteurs s’intéressent au rôle spécifique de deux institutions, l’État et la famille, dans le processus d’accès ou de maintien dans la propriété, notamment lors des crises économiques ou biographiques de petits propriétaires.

4Premier thème central, la présence d’acteurs intermédiaires dans la fabrique du logement, de l’habiter et de la ville est examinée par la quasi-totalité des auteurs. Loin d’être seulement un objet politique ou du marché, le logement et l’habitat apparaissent, en effet, pour être un réceptacle de rapports sociaux et économiques cristallisés à propos de la ville, prise comme support des intérêts concurrents ou complémentaires de groupes sociaux identifiables.

5Dans le volume, par exemple, le rôle et les raisons d’agir des propriétaires privés sont plusieurs fois examinés. Un ensemble d’acteurs institutionnels ou para-institutionnels (association, groupe d’intérêt, banque, promoteur immobilier, urbaniste) est également mis au premier plan en ce qui concerne la fabrication de la ville et des normes d’habiter. De nombreuses contributions examinent aussi la façon dont les populations sont régulièrement « convoquées » à participer au processus et ce, comme le met en évidence Camille Devaux, quitte à être instrumentalisées. Le rôle de la famille dans l’accession et le maintien dans la propriété est souligné tout au long de la quatrième partie.

  • 2 Une complexité à laquelle s’ajoute une économie des statuts d’occupation, entre accès à la propriét (...)
  • 3 On regretta cependant le peu d’attention accordé aux facteurs structurels et aux inégalités de clas (...)

6Dans ce registre des acteurs intermédiaires de la fabrication de la ville et de l’habiter, s’exposent en réalité trois dimensions complémentaires. Premièrement, l’extrême complexité des univers d’habitation et de leur fabrication. Elle conduit à densifier la compréhension des formes de l’urbain et de l’habiter ainsi que des trajectoires résidentielles2. Ces logiques semblent se dessiner à la conjonction d’intérêts variés, voire étrangers. Deuxièmement, il faut noter les apports de l’ouvrage à une sociologie des promoteurs immobiliers et du marché du logement (visible particulièrement dans la contribution de Romain Maurice). Un tel projet permet d’éclairer de nombreuses dynamiques urbaines avec un angle d’approche décalé face aux questionnements sur la gentrification, les politiques publiques de logement, la rénovation urbaine, etc. Dans tous ces travaux émerge, enfin, un intérêt soutenu pour l’examen des logiques de peuplement3. Celles-ci mettent en rapport des visions parfois éloignées de ce que sont, ou devraient être, le logement et la ville (une vitrine, un projet familial, une opération financière qui se doit d’être rentable). Ces dynamiques participent au façonnement des rapports sociaux territoriaux et à l’émergence de phénomènes sociaux localisés constituant l’héritage de la ville de demain, ce que mettent bien en évidence, parfois rétrospectivement, en creux, certains des textes (de J. Diaz, M. Costil et E. Roche, entre autres).

7Seconde ligne de force de l’ouvrage, plusieurs contributions montrent comment les catégories politiques viennent façonner la ville. On en trouve un exemple pertinent avec la catégorie du « minimum de logement » qu’examinent Costil et Roche. Celle-ci vient désigner des habitats présentant le minimum acceptable (« des chiottes, de l’eau, de l’élec’… », dit l’un de leurs enquêtés) relatif à la situation d’un public cible, par exemple, lors du relogement d’une « minorité » déplacée d’un bidonville. Cette notion participe à la construction d’une « ville intermédiaire » dépouillée « des attributs traditionnels du projet urbain » (p. 209).

8Pour l’étude des catégories politiques qui façonnent la ville et l’habiter, la mise en regard de deux textes de la troisième partie portant sur les écoquartiers – celui de Paul Citron et celui de François Valegeas – s’avère particulièrement pertinente et constitue l’un des temps forts du volume. Ces contributions permettent une lecture des « formes d’appropriation, et en particulier d’appropriation collective » (p. 105) de cette conception de la ville et de l’habitat qu’apporte le développement durable. L’écoquartier n’a fait l’objet de définition que récemment. Le « caractère novateur de cette notion » (comme du reste celle d’« habitat participatif », étudiée ici par Camille Devaux) est remis en cause par Citron et Valegeas qui, de plus, montrent que « le terme “durable” ne renvoie pas qu’à des préoccupations écologiques, mais qu’il s’inscrit également dans ces références canoniques des politiques urbaines » (p. 104). À partir d’une construction typologique appuyée sur le dépouillement d’appels à projets, Paul Citron détaille « la grande diversité » que recouvre cette catégorie d’écoquartier : projet urbain classique, grand projet d’écoquartier, projet modéré en lien direct avec l’idée de ville durable, enfin, des petits projets de zone rurale et périurbaine. L’écoquartier apparaît comme une réalité « multiforme » aux « caractéristiques très éloignées » les unes des autres. François Valegeas, d’autre part, souligne la « variété des projets concernés » par le « label » écoquartier. Il examine comment ce type d’aménagement est mobilisé localement et fait l’objet d’appropriations très variables en fonction des contextes locaux où il émerge, pouvant être investi alternativement comme un « laboratoire ou [une] vitrine ».

9Finalement, est-ce que l’ouvrage répond ou non à la question posée dans le titre ? Est-ce qu’il parvient à donner la tonalité actuelle du champ de la recherche autour du logement ? Tout cela n’est pas certain. Néanmoins, ce volume permet d’actualiser et d’approfondir cette interrogation sur les liens entre logement et politique(s), tout autant qu’il parvient à nous offrir des démonstrations probantes de cette relation, à l’appui d’études de cas variées. L’articulation des thématiques, la diversité des approches, la densité bibliographique offrent quant à elles un sérieux support de travail à qui veux prendre du champ sur les études actuelles autour du logement, de la ville et de l’habiter.

Top of page

Notes

1 On sait après Christian Topalov (Le Logement en France. Histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la fondation nationale de Sciences Politiques, 1987) que l’on fait face à une « marchandise impossible » conduisant à l’intervention du politique. Par ailleurs, il a été de nombreuses fois démontré que la production de la ville et du logement impliquaient des acteurs hétérogènes ayant tous plus ou moins partie liée avec le champ du pouvoir (Fijalkow Yankel, Sociologie des villes, Paris, La Découverte, Repères, 2002).

2 Une complexité à laquelle s’ajoute une économie des statuts d’occupation, entre accès à la propriété et droit au logement, thème peu abordé dans l’ouvrage. C’est à la mise en évidence d’une telle économie que s’est attelée récemment Emilia Schijman : « Une ethnographie de l’envers du droit. Contrats, pactes et économie des statuts d’occupation dans une cité HLM », Droit et société, n° 82, 2012, p. 561-582, disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-droit-et-societe-2012-3-page-561.htm.

3 On regretta cependant le peu d’attention accordé aux facteurs structurels et aux inégalités de classes et de générations, dimensions qui constituent l’apport original de la publication récente de Fanny Bugeja-Bloch : Logement, la spirale des inégalités. Une nouvelle dimension de la fracture sociale et intergénérationnelle, Paris, PUF, 2013 ; compte rendu de Yannick Floquet pour Lectures : http://lectures.revues.org/12851.

Top of page

References

Electronic reference

Joseph Cacciari, « Fathia Belmessous, Loïc Bonneval, Lydia Coudroy de Lille, Nathalie Ortar (dir.), Logement et politique(s), un couple encore d’actualité ? », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 24 October 2014, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15938

Top of page

About the author

Joseph Cacciari

Doctorant en sociologie au Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES, UMR 73 05, Aix-Marseille Université, CNRS).

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page