Navigation – Plan du site

François Dosse, Castoriadis, une vie

Nicolas Le Dévédec
Castoriadis, une vie
François Dosse, Castoriadis, une vie, Paris, La Découverte, coll. « Hors collection Sciences humaines », 2014, 532 p., ISBN : 978-2-7071-7126-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cornélius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 1 (...)

1« J’ai le désir, et je sens le besoin, pour vivre, d’une autre société que celle qui m’entoure. Comme la grande majorité des hommes, je peux vivre dans celle-ci et m’en accommoder – en tout cas, j’y vis. […] Mais dans la vie, telle qu’elle est faite à moi et aux autres, je me heurte à une foule de choses inadmissibles, je dis qu’elles ne sont pas fatales et qu’elles relèvent de l’organisation de la société »1 . Ces mots du philosophe Cornélius Castoriadis, tirés de son maître ouvrage L’institution imaginaire de la société, expriment l’esprit de révolte et la soif d’émancipation qui n’ont jamais cessé d’habiter cette figure intellectuelle hors norme. L’importante biographie que lui consacre aujourd’hui François Dosse vient combler un vide qu’on s’explique encore mal. Comment un penseur d’une telle envergure, qui a suscité l’admiration chez nombre de ses contemporains, de Pierre Vidal-Naquet à Edgar Morin, de Vincent Descombes à Marcel Gauchet, a-t-il pu être à ce point marginalisé ? C’est ce paradoxe qui fournit le point de départ du récit captivant que François Dosse – auteur des biographies déjà reconnues sur Ricœur, de Certeau ou encore Deleuze et Guattari – consacre à ce Rousseau du XXe siècle.

2À partir d’un minutieux travail sur les archives et la mobilisation d’un grand nombre d’entretiens menés auprès de ses proches, dont les extraits parsèment de bout en bout le récit, cette biographie jette un éclairage inédit sur un parcours de vie extraordinairement riche et singulier. En une vingtaine de chapitres et plus de cinq cent pages, François Dosse restitue l’itinéraire de ce « Titan de l’esprit », selon l’expression d’Edgar Morin, rendant non seulement justice à un penseur essentiel, mais montrant surtout combien sa pensée constitue une ressource intellectuelle et politique précieuse. De son enfance à Athènes et ses premiers engagements politiques, dans un contexte social marqué par la dictature de Metaxas, à son exil en France à l’âge de 23 ans ; de son engagement pionnier contre le communisme soviétique mené au sein de Socialisme ou barbarie à la refondation critique du projet révolutionnaire ; de son travail en tant qu’économiste à l’OCDE à l’exercice de la profession de psychanalyste, jusqu’à sa nomination tardive à l’EHESS comme directeur d’études, Dosse retrace avec finesse le parcours étourdissant d’un penseur infatigable et intarissable, au tempérament bouillonnant voire étouffant. À travers ce portrait, c’est tout un pan de la vie intellectuelle française de la seconde moitié du vingtième siècle qui est éclairé de manière neuve.

3L’aventure du groupe intellectuel et de la revue Socialisme ou Barbarie, à laquelle Dosse consacre près de cinq chapitres, retient particulièrement l’attention. C’est au sein de ce groupe fondé en 1949 avec Claude Lefort – avec qui Castoriadis ne cessera d’entretenir un rapport tumultueux – que Castoriadis développera en avant-coureur une critique du régime bureaucratique soviétique et, plus fondamentalement, de la pensée marxiste, sans jamais rien répudier, pour autant, de l’horizon révolutionnaire. De Jean-François Lyotard à Gérard Genette, nombre de figures intellectuelles participeront à cette aventure unique dont Castoriadis demeurera jusqu’à sa dissolution l’instigateur central. À l’encontre tant de l’aveuglement d’une grande partie de la gauche devant la nature du régime soviétique que de la condamnation libérale bientôt unanime de toute perspective révolutionnaire, Socialisme ou Barbarie a montré la nécessité de frayer une autre voie, non sans provoquer en son sein de vives polémiques et déchirures. Les prises de positions intransigeantes et iconoclastes de Castoriadis et les critiques toujours plus acérées qu’il formule à l’endroit du marxisme ne manqueront pas de susciter l’incompréhension à gauche, irritant jusqu’à ses plus proches amis (cf. chapitre 7).

  • 2 Castoriadis, Lefort et Morin consacreront d’ailleurs à cet épisode social et politique – cette brèc (...)

4La dissolution de Socialisme ou Barbarie en 1967, une année avant la mise en mouvement contestataire de la France, laisse le sentiment amer d’un rendez-vous manqué. On en oubliera la source d’inspiration essentielle qu’a pourtant constitué Socialisme ou Barbarie pour les artisans de Mai 68, bien plus que l’International situationniste comme l’affirme Dosse2. L’arrêt de Socialisme ou Barbarie ne signe toutefois pas celui de la réflexion de Castoriadis, qui se consacrera désormais pleinement à son ouvrage théorique. Sans jamais perdre de vue la perspective d’une transformation radicale de la société, à la fois ancrage et horizon de toute sa pensée, Castoriadis approfondit dès les années 1960 sa réflexion et son combat en faveur de l’autonomie – maître-mot de sa philosophie et de sa conception de la politique – à partir d’une exploration des profondeurs de la psyché humaine (chapitres 8-9-10). S’éloignant de Marx pour se rapprocher de Freud, cette période d’évolution intellectuelle en est aussi une de reconversion professionnelle. Économiste à l’OCDE depuis 1948, Castoriadis s’installera à son compte en tant que psychanalyste en 1973 aux côtés de son épouse d’alors, Piera Aulagnier. Demeuré marginal dans le milieu des psychanalystes, Castoriadis y était toutefois respecté, explorant avec une rare inventivité les ressorts de la créativité humaine et de l’imaginaire.

  • 3 On consultera à ce sujet l’article éclairant de Stéphane Vibert, « Le nomos comme auto-institution (...)

5Son opus magnum L’institution imaginaire de la société, publié en 1975 et devenu un classique, synthétise les perspectives théoriques du philosophe. À partir d’une discussion critique du marxisme dont il rejette la dimension déterministe et objectiviste, Castoriadis y jette les bases d’une conception du monde social-historique fondée sur la reconnaissance d’une indétermination créatrice première de l’humain, orientée vers la réalisation de l’autonomie tant individuelle que collective. Plusieurs chapitres particulièrement bienvenus de la biographie de Dosse reviennent d’ailleurs sur quelques-uns des apports théoriques majeurs du philosophe : ses analyses sur la Grèce antique, dont Castoriadis estime qu’elle pose le germe de l’autonomie démocratique3, (chapitre 18) ou encore sa conception de l’historicité intimement associée à la notion de création (chapitre 19). Dosse évoque enfin cette « montée de l’insignifiance » décriée par Castoriadis (chapitre 21), autrement dit cet enfoncement néolibéral dans l’hétéronomie qui caractérise les sociétés contemporaines, sociétés « des lobbies et des hobbies », selon une expression fameuse du philosophe.

  • 4 À ce sujet, on se reportera avec profit aux ouvrages d’Arnaud Tomès et Philippe Caumières, Cornéliu (...)

6Difficile, au final, de rendre compte de la richesse de cette biographie, dont la plus grande réussite tient en définitive à l’envie qu’elle procure de lire et de relire Castoriadis. Une biographie qui montre aussi la fécondité de son œuvre, diffusée, poursuivie, discutée par nombre de commentateurs aussi bien en France qu’à l’étranger (cf. les chapitres 22 et 23). On peut ainsi regretter qu’un tel esprit encyclopédique, auteur d’une œuvre aussi exigeante, lucide, originale et radicale, apportant des éclairages décisifs notamment sur les questions de l’imaginaire, de l’autonomie, de l’émancipation et de la politique, n’occupe pas une place plus importante dans le panthéon des penseurs en sciences sociales. Il est en particulier frappant de voir combien la science politique continue de tenir en marginalité un penseur qui avait pourtant fait de la chose politique le cœur de son projet intellectuel4. Si l’on évoque Castoriadis, c’est aux côtés de Claude Lefort et pour mieux le confiner dans son ombre. Rares sont pour ainsi dire les ouvrages ou les manuels d’histoire des idées politiques qui reconnaissent en soi l’importance de son œuvre.

  • 5 Cornelius Castoriadis, Fait et à faire. Les Carrefours du labyrinthe 5, 2008 [1997], Paris, Seuil, (...)

7Mais cette injustice n’est-elle finalement pas à mettre au crédit de la pensée castoriadienne ? N’est-elle pas d’une certaine façon le prix à payer pour un penseur qui s’est évertué sa vie durant à combattre ce qu’il appelait la « pensée héritée », comme le souligne François Dosse ? De ce point de vue, la pensée de Castoriadis n’a perdu ni de sa pertinence ni de son impertinence. Au contraire. Dans une période marquée par un désarroi intellectuel, social et politique accablant, son œuvre immense constitue un héritage précieux, plus vivant et subversif que jamais, pour celles et ceux qui n’ont pas renoncé, non seulement à l’exigence révolutionnaire de créer une société plus juste et plus décente, mais peut-être déjà à l’exigence de penser. « Nous ne philosophons pas pour sauver la révolution, mais pour sauver notre pensée, et notre cohérence5 », écrivait Castoriadis.

Haut de page

Notes

1 Cornélius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 136.

2 Castoriadis, Lefort et Morin consacreront d’ailleurs à cet épisode social et politique – cette brèche décisive dans l’édifice du consensus et du conformisme – ce qui reste à ce jour comme l’une des meilleures analyses de l’événement. Cf. Edgar Morin, Claude Lefort, Cornélius Castoriadis, Mai 68 : la brèche suivi de Vingt ans après, Paris, éditions Complexe, 1988.

3 On consultera à ce sujet l’article éclairant de Stéphane Vibert, « Le nomos comme auto-institution collective. Le germe grec de l'autonomie démocratique chez Castoriadis », Cahiers Castoriadis, n° 5, 2010, p. 27-71.

4 À ce sujet, on se reportera avec profit aux ouvrages d’Arnaud Tomès et Philippe Caumières, Cornélius Castoriadis. Réinventer la politique après Marx, Paris, PUF, 2011, et de Nicolas Poirier, L'ontologie politique de Cornélius Castoriadis Création et Institution, Paris, Payot, 2011.

5 Cornelius Castoriadis, Fait et à faire. Les Carrefours du labyrinthe 5, 2008 [1997], Paris, Seuil, « Points-Essais », p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Le Dévédec, « François Dosse, Castoriadis, une vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 octobre 2014, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15965

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Le Dévédec

Docteur en sociologie et en science politique, chargé de cours au Département de sociologie de l’Université de Montréal.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page