Navigation – Plan du site

Paloques-Berges Camille, Samuel Hayat (dir.), « Pirater », Tracés, n° 26, 2014

Myriam Lavoie-Moore
Pirater
Samuel Hayat, Camille Paloque-Bergès (dir.), « Pirater », Tracés, n° 26, 2014, Lyon, ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-580-4.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro s’inscrit dans une époque où les pratiques et les figures du pirate se sont diversifiées et complexifiées. Grâce à des chercheurs de tous les horizons, on rend compte de la multiplicité des enjeux qui entourent la thématique du piratage. Ce dossier les problématise à travers divers aspects, passant du juridique au sociologique, du pirate informatique au flibustier des mers contemporain. La multidisciplinarité des articles permet de cerner de quelle façon la figure protéiforme du pirate est produite et quel est son effet sur ceux qui l’incarnent. L’ensemble est harmonieusement noué autour des trois thèmes dégagés par Samuel Hayat et Camille Paloque-Berges : l’État face aux pirates, la mise en scène de l’imagerie pirate et l’importance de la technique au sein de la culture pirate. De ces idées, Hayat et Paloque-Berges dégagent une hypothèse : Internet, à travers tous les discours et les actions qui y évoluent, s’établit comme un territoire où la norme est mise en exergue par des acteurs qui affichent « une volonté de normaliser cet espace » et par les pirates qui « revendiquent d’autres règles ». Les articles dont le sujet ne concerne pas spécifiquement le pirate informatique rejoignent les autres, car tous placent le controversé personnage comme une figure se tenant aux frontières des normes traditionnelles ; il serait un protagoniste prêt à les transgresser pour les transmuter.

2Dans le premier article, Matthieu Freyheit entreprend une analyse littéraire des textes mythiques et des contes qui ont bâti l’image du pirate. Il replace ainsi la figure de l’aventurier marin dans un environnement sémantique qui, dès lors, permet de saisir la polysémie du terme pirate. Les nombreuses références littéraires exploitées par Freyheit lui permettent d’explorer la dénomination pirate à travers les stigmates qui lui sont relatifs. On s’interroge sur « la modification progressive de leur axiologie » sous le paradigme du système de consommation. Freyheit réussit habilement à rapprocher le stigmate de l’image de marque ; la cicatrice distinctive du flibustier deviendrait un brand digne d’être vendu. Une facette du pirate est dévoilée et permet de mieux saisir comment son image pourra être exploitée. Les textes suivants révèlent effectivement comment sa mise en scène peut être utilisée à diverses fins.

3Primavera De Filippi et Mélanie Dulong de Rosnay exploitent aussi les métaphores de la mer et d’Internet, qualifiant les pirates informatiques d’« explorateurs des courants juridiques du réseau ». Comme l’État punit juridiquement les actes techniques tels que l’intrusion ou la reproduction de fichiers, les hackers qui veulent poursuivre divers objectifs (protection de la vie privée, libéralisation de l’information, libéralisation de la culture, etc.) doivent innover techniquement. Les catégories d’acteurs analysées dans un vocabulaire tantôt négatif (« hors la loi ») et tantôt positif (« pour les droits », « pirate utilisateur ») laissent transparaitre un jugement des auteurs face à la franche sortie des normes légales. N’est pas nuisible tout ce qui sort du cadre légal puisque, malgré l’importance de « réguler les comportements déviants », Dulong de Rosnay et De Filippi tentent d’appréhender comment les normes pourront continuer d’évoluer et d’innover à travers les transformations techniques et juridiques qui ponctuent les activités pirates. L’article suivant concrétise cette approche à la nouveauté et au changement en présentant une perspective axée sur les utilisateurs d’une des opérations illégales de l’Internet : le partage p2p (peer-to-peer) qui permet de troquer des biens immatériels. Afin de comprendre comment qualifier ce type d’échange, Vincent Mabillot cherche à définir la culture pirate. Il parvient ainsi à nuancer les aprioris entourant les diverses pratiques de partage en décortiquant les différents usages et les transformations qui les traversent lorsqu’elles sont confrontées aux lois imposées par l’État. Par la revendication de « l’idée d’Internet comme “bien commun informationnel” », le cas abordé démontre que la norme actuelle relative au droit des auteurs est bel et bien remise en question par les hackers.

4L’État se retrouve également en confrontation avec des organisations hors du domaine informatique, telles que le Sea Shepherd. Dans son article, Pierre-Marie Terral étudie les représentations produites par ce groupe écologiste qui procède à des actions radicales (saborder des baleiniers, aborder des bateaux en pleine mer)afin de protéger la vie marine. Terral s’intéresse aux représentations qui produites par l’entreprise : l’imagerie du flibustier fait partie prenante de la stratégie médiatique de son subversif capitaine, Paul Watson, qui tente ainsi d’attirer l’attention de médias et, du même coup, de séduire de potentiels donateurs. Dans ce cas, la mise en scène pirate devient un dispositif de promotion des idées qui se révèle à double tranchant puisque l’État utilise cet imaginaire pour l’incriminer et le discréditer. L’imagerie pirate se trouve être également au cœur de la représentation d’un nouveau parti politique qui « suscite des propositions audacieuses sur la démocratie ainsi que de nouvelles formes de participation et d’organisation ». Jonathan Bocquet s’intéresse à ce phénomène à travers la première étude française sur le Parti Pirate, qui s’est formé à partir des enjeux du militantisme des informatiques. Dans cet article, le lien entre la culture démocratique traditionnelle et celle d’Internet met en évidence comment la culture hacker transgresse les normes du politique actuel en utilisant de nouvelles méthodes de participation et en politisant une population particulière.

5Suivent finalement trois traductions d’articles, mis en contexte et analysés par chaque traducteur. La contribution de Filippo Ruschi, traduite par Guillaume Calafat, rend le rapport entre l’État et le pirate plus compréhensible, car il offre une analyse des principes historiques de piraterie chez le juriste Carl Schmitt. Ce dernier s’est intéressé au forban comme une figure se situant hors de tout rapport légitime, que ce soit envers l’État ou au sein d’une quelconque organisation. Il devient alors un personnage contre qui on ne peut faire la guerre, mais que l’on peut seulement poursuivre avec acharnement. Les confrontations entre l’État et les pirates sont également mises en scène dans l’article des professeurs d’économie Peter Leeson et Christopher Coyne, traduit par Marc Lenormand. Les auteurs recommandent des stratégies légales pour lutter contre le piratage informatique. Le texte prend cependant des allures moralistes par son utilisation des catégories de « bons pirates » et « mauvais pirates ». L’introduction de Rodolphe Durand et Jean-Philippe Vergne, qui font une critique très pointue de l’analyse des deux économistes, ainsi que l’entrevue de clôture avec le journaliste hacker Jean-Marc Manach, intitulée « Sur Internet, on est tous pirates, et ça c’est bien », confirment que l’article de Leeson et Coyne détone au sein d’un numéro où le pirate est évoqué impartialement, sinon positivement. Quant à lui, l’article de Lawrence Liang, traduit par Paloque-Berges et Hayat, se concentre sur les débats entourant les questions de droits d’auteurs. À travers la copie et la contrefaçon des médias culturels, l’auteur explore la relation entre le manque d’infrastructure et la créativité. Le piratage y est exclusivement abordé sous son aspect technique, ce qui n’exclut cependant pas des relations conflictuelles avec l’État. On saisit alors que les luttes entre pirate et État ne touchent pas strictement les acteurs utilisant la mise en scène pirate, mais également toutes les conduites de « piraterie ».

6Finalement, l’ensemble du dossier dévoile l’importance qu’ont les actes de « piratage », qu’il soit sur la mer, en politique ou sur Internet, dans l’établissement de nouvelles frontières de normes sociales et juridiques. C’est avec finesse que le numéro atteint son objectif de tracer un portrait bigarré du pirate, figure qui porte pourtant les marques de stéréotypes assez forts. La multitude des dimensions qui caractérise ce personnage participe à la complexité de son interaction avec l’État et nous permet d’anticiper que les débats qui y sont liés n’arriveront pas à leur terme de si tôt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Lavoie-Moore, « Paloques-Berges Camille, Samuel Hayat (dir.), « Pirater », Tracés, n° 26, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 octobre 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15966

Haut de page

Rédacteur

Myriam Lavoie-Moore

Étudiante à la maitrise en médias socionumériques, assistante de recherche Groupe de Recherche sur l’Information et la Surveillance au Quotidien, UQAM, Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page