Navigation – Plan du site

Nicolas Rouvière, Le complexe d’Obélix

Anne Boisseuil
Le complexe d'Obélix
Nicolas Rouvière, Le complexe d'Obélix, Paris, PUF, 2014, 273 p., Préface de Anne Goscinny, ISBN : 978-2-13-063142-2.
Haut de page

Texte intégral

1Nicolas Rouvière est agrégé en lettres modernes et propose ici un ouvrage qui traite de la psychologie du personnage d’Obélix, de la célèbre bande dessinée de Goscinny et Uderzo. L’auteur a soutenu en 2004 une thèse de littérature sur Astérix, intitulée Astérix ou l’étoile de la raison : une anthropologie comique de l’identité. C’est le troisième ouvrage qu’il tire de cette thèse, et le premier qu’il consacre au personnage d’Obélix. La préface de son livre est écrite par la fille de R. Goscinny.

2N. Rouvière revendique deux ancrages théoriques dans l’analyse de cette œuvre : l’anthropologie dogmatique de Pierre Legendre (à la croisée du lacanisme et de l’histoire juridique) et les écrits de Marcel Gauchet (lorsque celui-ci traite de la religion, l’histoire de l’individualisme et l’histoire de la folie).

3Le sujet du livre est une étude littéraire du personnage d’Obélix selon les théories de la psychanalyse lacanienne et freudienne. L’hypothèse centrale est que ce personnage est représentatif de principes fondamentaux de la psychologie infantile normale et de ses risques pathologiques. Le titre de l’ouvrage, Le complexe d’Obélix, fait clairement référence au complexe d’Œdipe, ce qui place ce livre dans un champ psychanalytique. Il lui donne une dimension décalée, humoristique. La connaissance approfondie de l’auteur de la série Astérix se complexifie de cette perspective analytique et produit un texte qui chemine aisément entre les références théoriques et les exemples de la bande dessinée. L’écriture est fluide, ludique et cohérente, la lecture en est ainsi facilitée.

4Le livre est organisé en trois parties : « La fixation infantile », « Ils sont fous, ces humains » et « Le parcours de la raison ». L’auteur décrit les caractéristiques les plus connues du personnage d’Obélix, particulièrement son gigantisme, dans sa forme, sa force, son appétit, ses colères et son amour des menhirs. Derrière cet aspect caricatural, il s’attache à étudier les traits de la personnalité d’Obélix comme des mécanismes infantiles présents chez chaque enfant. Selon lui, le personnage d’Obélix est utilisé par Uderzo et Goscinny pour réfléchir aux liens entre folie et santé mentale. Une phrase revient tout au long de la bande-dessinée : « Ils sont fous ces Romains ». Il serait plus facile pour Obélix et ses compagnons de dire que ce sont les Romains qui sont fous plutôt que d’admettre qu’il y a des personnes qui pensent différemment. Ce mécanisme psychique laisse l’autre à l’écart, n’entraine pas de remise en question des fondements identitaires du sujet. Pour l’enfant, une telle phase est nécessaire pour qu’il consolide ses repères. Ainsi, l’hypothèse avancée par N. Rouvière est que l’enfant-Obélix échappe à la folie tant qu’il ne se questionne pas sur lui-même.

5L’auteur insiste particulièrement, tout au long du livre, sur ce qu’il nomme la seconde naissance d’Obélix, c’est-à-dire celle où Obélix ressort de la marmite de potion magique doté à tout jamais du pouvoir de celle-ci. Cette seconde naissance permet à Obélix de devenir sujet. Il acquiert une identité par la loi, en référence à la figure du père. Nous retrouvons ici la sensibilité lacanienne de l’auteur pour qui le Nom de Père est central dans la construction d’un sujet. C’est d’ailleurs un représentant paternel, le druide, qui sort Obélix de la marmite. L’auteur reprend une idée psychanalytique qui veut que, pour devenir sujet, il faut s’inscrire symboliquement dans une lignée, sous la Loi du père. « En le sortant de la marmite, le druide […] assigne [à Obélix] une place légale, dans l’ordre des filiations, en le référant à la catégorie logique de l’ancêtre, comme pur signifiant sur fond de vide absolu » (p. 258). La conception d’Obélix est ici à entendre dans son sens premier et elle répond, pour l’auteur, à l’interdit de l’inceste. En effet, Obélix cherche sans cesse à boire la potion magique qui lui est désormais interdite. Il n’y a pas de retour possible au giron de la marmite de potion magique. L’auteur fait allusion à la métaphore du fleuve où se baigne Héraclite : tout change, rien ne reste. Les interdits structurent l’individu et la société, et Obélix est sans cesse rappelé à cette limite : « Non Obélix non », lui dit le druide. Ainsi, malgré sa force toute puissante, Obélix est lui aussi soumis à la Loi. Comme l’enfant qui se pense invincible, il est protégé par la limite qui lui permet d’accéder à une reconnaissance plus juste de la réalité. N. Rouvière accorde de l’importance à ces notions de respect de la règle, d’intériorisation de la Loi.

6Dans la première partie, l’auteur s’intéresse aux traits infantiles d’Obélix, à ses références imagées qui seraient une façon de lutter contre la douleur d’une enfance impossible à quitter. L’auteur fait l’hypothèse d’une première enfance dont la séparation a été douloureuse pour Obélix ; la figure maternelle est quasi absente de son histoire. Ainsi, des traits enfantins comme la brusquerie, la spontanéité, la primauté du plaisir immédiat sont présents chez Obélix, et beaucoup se rapportent au narcissisme (dans cette forme d’égoïsme, d’absence de nuance et de culpabilité propre au tout petit enfant). Ce narcissisme est aussi la base de l’identité mais il doit être limité pour que l’enfant accède à l’ordre œdipien, autrement dit, qu’il accepte les interdits, les frustrations et qu’il s’ouvre à d’autres façons de symboliser ses ressentis. Pour l’auteur, Obélix personnifie l’excès caractéristique de certains comportements infantiles, comme la gloutonnerie et les colères dévastatrices.

7La puissance d’Obélix est paradoxale puisqu’elle est la conséquence d’une ingestion de potion. L’auteur la compare à celle du petit enfant qui s’imagine tout puissant car il a encore en lui la croyance que ses propres parents le sont eux aussi. La potion magique serait alors la métaphore d’une croyance sur laquelle s’étaye l’enfant et que les parents permettent en lui évitant de prendre conscience trop rapidement des réalités de la vie. C’est en plongeant dans la marmite qu’Obélix s’ouvrirait à une autre identité et passerait du monde maternel à celui du père. Le détachement de la figure maternelle des premiers temps entraine un deuil contre lequel lutterait toujours Obélix. En effet, pour l’auteur, les brusques colères et les chagrins immenses d’Obélix sont liés à cette période de vie où les émotions sont intenses.

8« Le sujet humain ne s’affranchit jamais définitivement du narcissisme », nous dit l’auteur (p. 89). Ce dernier décrit le personnage d’Obélix comme ayant une fragilité dans l’identification spéculaire. Cette identification est la reconnaissance de soi dans le visage de la mère et plus tard dans le miroir. L’enfant prend alors conscience de lui et unifie son corps, qu’il reconnaît comme sien, séparé de sa mère. Il commence à se désigner par des mots et accède au « je ». C’est ce que Lacan nomme l’entrée dans l’ordre symbolique

9Obélix souffre d’être gros et il n’a que peu accès au second degré. Par exemple, dès qu’un personnage de la bande dessinée dit le mot « gros », Obélix pense qu’il s’agit de lui. Tout au long du livre, l’auteur pense que la source de la fragilité identitaire d’Obélix tient à une faille dans la période précoce de sa vie, et notamment au stade du miroir : Obélix n’arrive pas à se détacher de l’image qu’il renvoie. Il lui manque ce que Lacan nommait la jubilation dans la voix de la mère qui reconnaît son enfant dans le miroir. Au contraire, les rires sont perçus par Obélix comme des moqueries, des attaques. Il est alors dans un registre persécuté. Obélix rit lorsqu’il s’émerveille de sa force (les gifles données aux Romains, les lancés de menhirs) ou lorsqu’Idéfix fait preuve d’astuce. L’auteur souligne ainsi que le rire chez Obélix a trait à son estime de lui. Obélix serait donc toujours soumis à une logique narcissique.

10La deuxième partie traite plus particulièrement de l’inscription généalogique et sociale d’Obélix et, par-delà, de l’enfant qui grandit. L’enfant doit renoncer à la toute-puissance narcissique pour devenir un individu autonome, maitre de ses émotions et de ses pensées. L’auteur s’intéresse alors aux compagnons d’Obélix : Astérix, Idéfix et les menhirs. Ces derniers rappellent la seconde naissance d’Obélix ; sans sa force, impossible de porter ces « doudous ». En effet, l’auteur compare ces menhirs aux objets transitionnels de Winnicott, objets qui ne sont ni tout à fait soi, ni tout à fait autres et qui aident à accepter la réalité et la douleur de la séparation. Chez Obélix, l’imaginaire n’est pas complètement soutenu par le mot, il a besoin d’un objet plus tangible. Le compagnon canin, Idéfix, serait le protecteur de la généalogie, du fait de son idée fixe de ne pas déterrer les arbres. En effet, l’arbre généalogique d’Obélix est flou, comme si ce dernier ne pouvait se référer directement à une filiation de chair et d’amour. Cela expliquerait aussi la fragilité narcissique d’Obélix et la nécessité pour ce personnage d’avoir autant d’objets qui l’identifient, le relient aux autres.

11C’est à partir de cette idée que s’ouvre la troisième et dernière partie : les voies d’humanisation d’Obélix. Nicolas Rouvière souligne la force vitale d’Obélix qui surmonte ses fragilités. En effet, personnage influençable, Obélix aurait pu fournir aux auteurs de la bande dessinée des voies pour traiter des aspects les plus psychotiques ou pervers de l’homme. Or, avec Obélix, ils restent dans une représentation de l’être humain résolument optimiste. L’hypothèse de N. Rouvière est que la force d’Obélix réside dans ses appuis institutionnels (ses amis, son village) mais aussi dans le fait que ses centres d’intérêts sont restreints. Il se structure par les autres. L’auteur ouvre l’analyse d’Obélix comme individu à une réflexion sur la place de l’homme dans la société ; pour lui, « les symboliques collectives font signe vers les sujets et exercent une influence sur les symboliques individuelles » (p. 253). Il pense ainsi que l’œuvre de Goscinny et Uderzo a commencé à traiter de ce que M. Gaucher nomme le « troisième âge de la personnalité ». Il cite cet auteur qui pense que la principale caractéristique de la personnalité contemporaine est « de ne pas être organisée au plus profond de son être par la précédence du social et par l’englobement au sein d’une collectivité » (p. 253).

12En conclusion, l’auteur reconnaît que son étude va plus loin que ce que les auteurs de la bande-dessinée supposaient : parce que l’œuvre a une identité propre, elle mérite une réflexion poussée. Pour N. Rouvière, la société s’est approprié la série Astérix comme un bagage culturel, parce que cette série est entrée en résonnance avec l’inconscient collectif. S’il reconnaît que le personnage raisonnable et optimiste d’Obélix pourrait être daté et ne pas correspondre complètement aux enfants d’aujourd’hui, il n’en reste pas moins qu’Obélix entre en écho avec l’infantile de chacun, autrement dit, à ce qu’il y a d’inconscient en nous.

13Pour notre part, la lecture de ce livre permet d’aborder la bande dessinée d’une manière tendre et originale. L’angle d’approche par le personnage d’Obélix est intéressant et l’auteur a su en déployer plusieurs aspects. Notons qu’il n’a pas traité de l’impact des troubles narcissiques sur le développement cognitif d’Obélix. Le manque de finesse d’Obélix et son peu de curiosité de l’autre ou de soi pourraient s’apparenter par moments à un manque d’investissement de la pensée. Cet aspect déficitaire d’Obélix serait équilibré par ses acolytes, dont Idéfix, personnage vif et ouvert. D’autre part, l’auteur reste vague sur la perspective d’une folie de type psychotique chez Obélix. Or, la difficulté à s’inscrire dans le langage est une caractéristique forte d’un fonctionnement psychotique. Il est aussi à regretter que l’auteur n’ait pas étudié plus avant la question du féminin et de la bisexualité dans cette série. Il s’est centré sur un des deux axes du complexe œdipien, la différence des générations, et a peu traité celle des sexes.

14L’auteur propose des analogies avec la société contemporaine. Les individus souffrent aujourd’hui d’une fragilité identitaire semblable à celle décrite chez Obélix. L’autre est perçu comme moqueur, agressif par Obélix, que seuls des objets familiers peuvent réassurer. Ainsi, N. Rouvière généralise ce mode de pensée à la société contemporaine qui, selon lui, se renferme sur elle-même, perçoit l’étranger comme dangereux ou bien donne lieu à des radicalismes religieux. L’auteur suggère que les sujets de notre société surinvestissent certains objets (comme les smartphones) parce qu’ils auraient une fonction d’étayage narcissique. Une autre hypothèse amenée par l’auteur est d’ordre historique. Il remarque que cette bande dessinée a été écrite après guerre, au début de ce qu’il identifie comme un abaissement de la domination patriarcale. Il pense ainsi que la refonte sociologique qui en résulte se lit dans Astérix. Les thèmes contenus dans cette bande-dessinée en seraient le reflet, sous une forme de lutte contre ce mouvement. N. Rouvière suggère que les auteurs de la bande dessinée avaient pressentis l’envergure des changements qui allaient naitre (l’affaiblissement de la place du père, la montée des revendications narcissiques). Avec le personnage d’Obélix, les auteurs en auraient proposé un contre-pied optimiste.

  • 1 Hugues Paris, Star Wars au risque de la psychanalyse, Paris, Erès, 2012.

15Plus globalement, en s’appuyant sur un outil culturel tel que la série des Astérix, il est possible de traiter nombre de sujets psychologiques. (Star Wars a fait l’objet d’études similaires1 dans le champ adolescent). L’auteur ne va pas jusqu’à interpréter à outrance la bande dessinée et propose même une critique de ses références analytiques. En effet, les théories lacaniennes ne pensent pas le social, que l’auteur cherche justement à questionner par le personnage d’Obélix. Il souligne dans sa dernière partie que la construction d’un sujet ne peut se penser sans les liens sociaux.

16Dans l’ensemble, le livre de N. Rouvière est un ouvrage sérieux, bien documenté et méritant une lecture attentive. Cet ouvrage pose des questions plus générales sur la place de l’homme dans notre société contemporaine. Il considère qu’un homme individualiste à l’extrême (comme dans certains fanatismes) perd sa place de sujet. Ainsi, les radicalistes signaleraient la faillite de la société à soutenir l’individu dans son accès à la posture de sujet. Si Obélix est aussi fort qu’un demi-dieu, il se vit comme un homme. L’auteur nous invite à penser l’utilisation des écrans, les modes de communication actuelles et le délitement des liens sociaux comme des problématiques importantes d’un sujet en déréliction, questions n’étaient présentes qu’à l’état embryonnaire à la mort de René Goscinny. Nicolas Rouvière s’appuie sur une œuvre culturelle qui désormais appartient à une génération du passé et soutient l’idée que les œuvres assimilées comme patrimoine culturel contiennent en germe des évolutions sociales.

Haut de page

Notes

1 Hugues Paris, Star Wars au risque de la psychanalyse, Paris, Erès, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Boisseuil, « Nicolas Rouvière, Le complexe d’Obélix  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15984

Haut de page

Rédacteur

Anne Boisseuil

Psychologue clinicienne, Doctorat en psychopathologie clinique et psychanalyse, Aix-Marseille (13).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page