Navigation – Plan du site

Alice Gaillard, Les Diggers. Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968)

Laure Ferrand
Les Diggers
Alice Gaillard, Les Diggers. Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968), Montreuil, L'Échappée, coll. « Dans le feu de l'action », 2014, 186 p., ISBN : 978-2-915830-83-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons par exemple à la lecture de l’ouvrage L’aventure Hippie de Jean-Pierre Bouyxou, Pier (...)

1Quartier de Haight Ashbury, San Francisco, États-Unis, 1966-1968. Dans cette édition revue et augmentée de son ouvrage, Alice Gaillard s’attache à retracer l’histoire des Diggers, groupe d’activistes issus du théâtre avant-gardiste incarnant la contre-culture américaine du milieu des années 1960. Parmi la littérature sociologique, historique et autobiographique existant sur cette période, le groupe des Diggers est souvent « noyé » dans le récit, au profit d’une approche globalisante du phénomène hippie1. En décrivant leur parcours, l’auteure nous plonge au cœur de la contre-culture et démontre toutes les difficultés auxquelles ont été soumis ces initiateurs de la Now Generation. Retracer l’histoire des Diggers, c’est interroger la dimension politique, sociale et culturelle de la contre-culture, et comprendre comment a pu émerger, se développer et s’éteindre ce mouvement. Si les Diggers peuvent apparaître comme un épiphénomène au mouvement hippie, ils sont en réalité les énonciateurs d’un projet sociétal remettant en question l’American Way of Life qui fut érigé comme modèle dominant après la seconde Guerre Mondiale.

2Dans son travail de recherche historique, l’auteure revient sur la symbolique du terme Diggers (ceux qui piochent). En effet, le choix de ce nom n’est pas anodin, il fait historiquement sens. Il qualifie au XVIIe siècle un groupe de paysans du Surrey (Grande Bretagne), qui en toute illégalité prit possession de terres des seigneurs afin de les communaliser et de les exploiter par et pour eux-mêmes.

3Issus de la Mime Troupe, compagnie de théâtre radical proche de la Nouvelle Gauche, les Diggers se forment en 1966. Le théâtre servira de point de départ aux actions proposées. La rue doit être appropriée et considérée comme une scène, le spectateur doit avant tout être un acteur. Face à la société consumériste, il faut revoir et redéfinir un « cadre de référence » individuel et collectif. Pour les Diggers, il doit être synonyme de liberté et de gratuité. Le mot d’ordre « C’est gratuit parce que c’est à vous ! » (p. 60) sera un slogan déterminant des actions à venir : théâtre de rue, happenings, concerts gratuits, nourriture gratuite, etc. Les Diggers élaborent un projet social répondant pleinement aux aspirations contre-culturelles de l’époque : la libération de soi pour une libération de la société. La jeunesse en est l’acteur principal, consciente de son poids démographique et politique. L’un des aspects les plus intéressants de ce groupe dont le noyau dur était composé d’une dizaine de personnes – A. Gaillard s’attachant à les présenter chacun (p. 47-52) – est son projet politique basé sur la gratuité et le refus de consommer. La Diggers privilégient une « propagande par le fait » (p. 93) reposant sur l’action directe. Ils s’attachent à mettre en œuvre les manifestes qu’ils écrivent et distribuent gratuitement dans les rues de Haight Ashbury. Le plus intéressant est le « jeu comparatif et post-compétitif de la ville libre et gratuite » repris dans sa totalité en annexe. Accès gratuit à la santé, au logement, à la nourriture sont les principaux axes. Par exemple, les Diggers mettront cela en acte avec les Free Food consistant à récupérer de la nourriture, à la cuisiner et à la distribuer gratuitement aux habitants de San Francisco. Le rejet de la société consumériste et de l’argent fait l’objet de plusieurs happenings dont le plus anecdotique date du 16 décembre 1966. Intitulé « Death of money, Birth of the Haight », il s’agit d’un défilé durant lequel les Diggers portent un cercueil garni d’argent, symbolisant la mort de celui-ci. L’intervention des forces de l’ordre transformèrent cette provocation en acte politique et révolutionnaire (p. 73).

  • 2 Cette approche anthropologique de l’urbain est notamment développée au chapitre 10 « Le théâtre urb (...)

4Un autre point mis en valeur par l’auteure est la dimension territoriale dans laquelle s’inscrit l’action des Diggers. La ville de San Francisco sert de scène aux Diggers, elle est un espace de représentation2. « Territoire d’une expérience collective » (p. 36), le quartier de Haight Ashbury concentre les espoirs et le désenchantement de la jeunesse américaine. Si au début de l’année 1966, 1 000 personnes habitent Haight Ashbury, le quartier accueille plus de 75 000 personnes fin 1967. La rue, les espaces publics et privés accueillent les actions des Diggers. Ce territoire nourrissant un sentiment d’appartenance très fort est particulièrement bien souligné par l’auteure.

  • 3 Ce groupe mené par Abbie Hoffman et Jerry Rubin visait à provoquer l’opinion publique à travers des (...)

5Enfin, un point important développé par A. Gaillard est l’émiettement et la disparition des Diggers et plus globalement du phénomène hippie. La marchandisation du phénomène en est un facteur principal. Cet émiettement s’amorce dès 1967 avec des évènements estimés mercantiles, comme le Human Be-In « Gathering of Tribes » (janvier 1967) et le festival Monterey Pop (juin 1967). La marchandisation du mouvement hippie est à la fois endogène et exogène. Les témoignages des Diggers présents dans l’ouvrage insistent sur ces deux dimensions : ils dénoncent la seule recherche du profit financier par les propriétaires de magasins hippies, les organisateurs de festivals, et l’apparition des Yippies de New York à la fin de l’année 19673. Le mythe de la vie libre et gratuite se trouve aussi ébranlé par la récupération médiatique, la répression policière et la surpopulation du quartier.

  • 4 Hebdige Dick, Sous-Culture. Le sens du style, Paris, La Découverte, 2008.
  • 5 Bourseiller Christophe, Penot-Lacassagne Olivier (dir.), Contre-cultures !, Paris, CNRS Editions, 2 (...)
  • 6 Cefaï Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte (...)

6Ainsi, plusieurs constats et interrogations apparaissent à la lecture de cet ouvrage laissant la part belle aux témoignages des acteurs eux-mêmes. La récupération mercantile et médiatique, telle qu’elle a été théorisée par Dick Hebdige dans son ouvrage Sous-Culture, le sens du style4, semble une nouvelle fois être confirmée à travers le destin des Diggers. Entre l’exotisation et la transformation des contre-cultures et sous-cultures en objets de consommation, l’histoire des subcultures / contre cultures semble toujours trouver une issue identique5. Cependant, l’action des Diggers doit nous interroger sur la portée symbolique et l’efficacité de ce que l’on nomme l’Agit prop. Ils nous invitent à réfléchir sur les modalités et les possibilités de l’action collective et politique, là où leurs formes traditionnelles trouvent de plus en plus leurs limites aujourd’hui6.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons par exemple à la lecture de l’ouvrage L’aventure Hippie de Jean-Pierre Bouyxou, Pierre Delannoy, Paris, Pocket, 2004.

2 Cette approche anthropologique de l’urbain est notamment développée au chapitre 10 « Le théâtre urbain » de l’ouvrage d’Anne Raulin, Anthropologie urbaine, Paris, Armand Colin, 2001.

3 Ce groupe mené par Abbie Hoffman et Jerry Rubin visait à provoquer l’opinion publique à travers des actions médiatiques et portées par des leaders identifiés, ce que rejettent notamment les Diggers qui revendiquent la non personnalisation de tout mouvement culturel et politique.

4 Hebdige Dick, Sous-Culture. Le sens du style, Paris, La Découverte, 2008.

5 Bourseiller Christophe, Penot-Lacassagne Olivier (dir.), Contre-cultures !, Paris, CNRS Editions, 2013. Compte rendu de Cédric Le Bodic pour Lectures : http://lectures.revues.org/11299

6 Cefaï Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, 2007. Compte rendu de Séverine Mayol pour Lectures : http://lectures.revues.org/472

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Ferrand, « Alice Gaillard, Les Diggers. Révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15986

Haut de page

Rédacteur

Laure Ferrand

Docteur en sociologie, université Paris 5, laboratoire du CEAQ (Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page