Navigation – Plan du site

Sandra Laugier, Albert Ogien, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique

Rémy Caveng
Le principe démocratie
Albert Ogien, Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 220 p., ISBN : 978-2-7071-7849-7.
Haut de page

Texte intégral

1Sivens, Notre-Dame des Landes, Indignados madrilènes, Occupy Wall Street, printemps arabes et « printemps érable », occupations de place en Turquie, en Grèce et à Hongkong… De quoi ces mouvements de protestation extra-institutionnels sont-ils le nom et le symptôme ? Quels changements révèlent-ils et portent-ils ? Sandra Laugier et Albert Ogien proposent de répondre à ces interrogations par l’élucidation de la « forme de vie que créent et appellent ces actions, qui prend le nom et principe démocratie » (p. 9). Pour cela, ils s’intéressent aux différents usages de cette notion à partir de l’analyse de « la formulation et de l’expression de la revendication de démocratie réelle » (p. 29) et, pour cela, s’appuient sur « les données provenant des descriptions qui ont été produites au sujet d’un ensemble de mobilisations qui ont eu lieu dans les rues et la places de la planète depuis 2011 » (p. 21). Le point de départ de ce travail qualifié d’ « enquête conceptuelle » se situe ici : qu’ils s’opposent à des régimes qui se désignent eux-mêmes comme « démocratiques » ou non, le dénominateur commun à ces mouvements est de rassembler autour d’une unique revendication, la démocratie qui recouvre dès lors l’ensemble des autres revendications formulables, par exemple, en exigence de justice sociale ou d’égalité. Ce faisant, tout en questionnant le caractère réellement démocratique des régimes censément démocratiques, ils interrogent l’acception de ce qu’est la démocratie et invitent à une entreprise collective de redéfinition. C’est de cette façon que l’on peut comprendre le titre de l’ouvrage : dans ces mouvements, la démocratie n’est pas d’abord conçue comme un régime politique, mais comme méthode d’action politique et d’organisation sociale, comme un principe, comme une « volonté d’agir en politique en restant fidèle à une attitude respectueuse des choix de vie de chacun » (p. 22), comme une « politique du comment », pour reprendre le titre de la deuxième partie de l’ouvrage.

2C’est ainsi que ces mouvements tout en s’opposant à la politique en viennent à proposer une redéfinition du politique compris comme la prise en charge et la régulation pratique des questions touchant au quotidien des individus et des relations qu’ils entretiennent entre eux dans une perspective de mise en place des conditions rendant possible la pluralité des formes de vie et leur reconnaissance comme étant toutes également légitimes. Et il s’agit bien d’une redéfinition pratique et non programmatique. En effet, derrière l’absence d’ambition programmatique d’ensemble (que d’aucuns, dans le champ intellectuel et dans le champ politique, ont pu reprocher à ces mouvements comme le soulignent les auteurs), se fait jour un nouveau rapport des citoyens au politique et se dessine un projet politique en actes à travers les pratiques et les règles que les acteurs de ces mouvements se donnent à eux-mêmes et qui peuvent être rapportées à trois principes et trois critères : les principes de démocratie, d’unanimisme et de non-violence ; les critères d’égalité, de dignité et de pluralisme. Ces mouvements affirment ainsi, en actes, l’impérieuse nécessité selon laquelle tout un chacun doit se voir doter des possibilités de participer à la définition des questions qui engagent l’avenir des collectivités auxquelles il appartient et aux prises de décision qui les et le concernent.

3La démocratie comme méthode pose ainsi radicalement la question de ce qui importe en affirmant qu’il n’y a pas de personnes ou de collectifs mieux qualifiés pour énoncer leurs « problèmes » et envisager les solutions pour les résoudre que ces mêmes personnes et collectifs. Dès lors, le politique surgit partout, dans le moindre détail de la quotidienneté. Sur cette base, les auteurs avancent que le care constitue un outil de démocratie, l’outil d’une démocratisation radicale. Poursuivant les réflexions que Sandra Laugier a présenté dans de nombreux travaux antérieurs, ils réaffirment une version du care désentimentalisée et bien différente de celle, « nunuche » (p. 142), que la politique fait de la notion. Les nouvelles formes du politique caractéristiques des mouvements de protestation étudiés ont ceci de particulier que leur attention se porte de manière privilégiée sur les faits de la vie ordinaire participant ainsi d’une redéfinition de l’ordre des priorités et des fondements de la morale en mettant au centre des préoccupations non pas la vie bonne (ou mauvaise), mais « la préservation de la vie ordinaire » (p. 141) : « Le souci de soi est indissociable du souci d’autrui et […] prendre soin de soi, comme des autres, implique de prendre en considération une forme de vie globale qui est à préserver » (Ibid.). Dans cette perspective, ce qui devient essentiel est la prise en compte de ce qui importe pour les individus. Une lecture et une interprétation du principe démocratie pour se résumer à cela : rendre possible l’expression égalitaire et la prise en compte des points de vue sur ce qui importe, ce qui passe par la reconnaissance de l’égale légitimité de toutes les formes de vie.

4Selon les auteurs, ce principe est réalisé au sein des mouvements qui constituent la matière de leur enquête. Or, il se pourrait qu’il existe un écart entre les intentions et les pratiques : quelle(s) sont les réalisation(s) effectives des intentions de la politique du comment ? L’enquête conceptuelle ne permet pas de répondre à cette question faute d’avoir étudié (mais tout en le soulignant à maintes reprises) que de telles intentions se heurtent à la distribution différentielle du pouvoir de faire valoir son point de vue (et donc la légitimité de sa forme de vie) y compris dans les espaces où on revendique la prise en compte de tous les points de vue et la pluralité des formes de vie. Rien ne dit en effet que les modes de régulation effectifs de ces mouvements ne tendent pas à exclure - notamment en raison d’un différentiel de compétences et de ressources et du principe d’unanimisme - certains points de vue, ceux qui s’expriment et cherchent à se faire valoir en internes ainsi que ceux qui ne s’expriment pas et ne cherchent pas à se faire valoir parce que ceux qui les portent se sentent si illégitimes, estiment leurs formes de vie si illégitimes, qu’il leur est inenvisageable de faire valoir ce qui importe pour eux dans l’espace public. L’ouvrage laisse donc en partie irrésolu un problème fondamental qu’il faudra bien résoudre si on veut s’attaquer à l’ordre de ce qui importe : changer l’ordre de ceux dont le point de vue définit le légitime et l’illégitime. Autrement dit changer l’ordre de ceux qui importent, changer la hiérarchie des importants et des importuns. L’avenir dira si ces mouvements constituent l’amorce d’une telle hétérodoxie symbolique. Pour les auteurs cela ne semble pas faire de doute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Caveng, « Sandra Laugier, Albert Ogien, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15987

Haut de page

Rédacteur

Rémy Caveng

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Picardie Jules Verne, chercheur au CURAPP-ESS (Centre universitaire de recherche sur l'action publique et le politique - Épistémologie et sciences sociales, UMR 6054, CNRS-UPJV), chercheur associé au CSE-CESSP (Centre de sociologie européenne - Centre européen de sociologie et de science politique, UMR 8209, CNRS - Université Paris 1 - EHESS) et au CREST-LSQ (Insee)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page