Navigation – Plan du site

Laëtitia Gérard, Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral

Jean Frances
Le doctorat : un rite de passage
Laetitia Gérard, Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral, Paris, Téraèdre, coll. « L'anthropologie au coin de la rue », 2014, 211 p., Avec la contribution de Stéphanie Simonian ; préface de David Le Breton, ISBN : 978-2-36085-055-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hughes Everett C., « Le drame social du travail », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 1 (...)

1En 1976, Everett C. Hughes disait de la soutenance de thèse qu’elle « correspond à ce que les ethnologues appellent un rite de transition ou rite de passage, au cours duquel un individu passe de l'état de chercheur apprenti à celui de collègue à part entière »1. Pour Laëtitia Gérard, ce n’est pas seulement la soutenance, mais le doctorat en son entier qui constitue un rite de passage en ce qu’il transforme en profondeur celles et ceux qui s’y aventurent – l’idée que le 3e cycle serait une « aventure » revient dans beaucoup des pages. L’un des intérêts du texte, par rapport à l’analyse d’Hughes, est de montrer combien l’issue du rite est bien moins certaine qu’aux périodes antérieures. Se référant entre autres aux travaux des chercheurs du Céreq et à une abondante littérature – notamment anglo-saxonne – relative à l’expérience doctorale, Gérard met en exergue la variété des devenirs professionnels des docteurs et l’incertitude qui caractérise l’après doctorat.

  • 2 Confédération des jeunes chercheurs, Rapport sur les conditions de travail illégales des jeunes che (...)
  • 3 Bonnafous Simone, Genet Roger, L’état de l’emploi scientifique en France, Paris, Ministère de l’ens (...)

2Gérard se donne pour objectif de « comprendre le vécu des jeunes chercheurs » et d’« identifier les situations de formation (plutôt que les dispositifs) auxquelles sont confrontés les doctorants pour, in fine, proposer des améliorations concernant la formation à la recherche et par la recherche » (p. 27). Pour ce faire, l’auteure mobilise plusieurs rapports – de la Confédération des jeunes chercheurs2 ou du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR)3 – et s’appuie sur une bibliographie issue de la sociologie, de l’anthropologie et des sciences de l’éducation. Si la revue de littérature est dense, le matériau d’enquête récolté est réduit. Il se compose de deux « journaux de bord » : ceux de « ELLE » et de « LUI ». « ELLE » et « LUI » sont docteurs. Au long de leur 3e cycle, ils ont compilé leurs impressions et interprétations de l’expérience doctorale. On ne saura presque rien d’eux, si ce n’est qu’ils ont réalisé leur thèse en sciences humaines et sociales (SHS). Mais, laisse entendre Gérard, l’analyse de ces deux carnets, conjuguée au travail bibliographique, permet de « formaliser l’ensemble des étapes auquel se retrouve confronté un apprenti-chercheur qui souhaite devenir enseignant-chercheur » (p. 28) et cela, quelle que soit sa discipline. Le projet de connaissance de l’auteur est donc ambitieux : l’enjeu est non seulement de proposer une analyse susceptible d’éclairer toute(s) l(es)’expérience(s) doctorale(s) et d’en « formaliser » le déroulé, mais aussi de concourir à l’amélioration du cursus de 3e cycle.

3Formaliser les étapes du doctorat impose de distinguer les spécificités du 3e cycle qui procèdent des disciplines et spécialités des doctorants. Notant qu’écrire une thèse en physique ou en mécanique, par exemple – rassemblées ici dans la catégorie des « sciences exactes » –, ce n’est pas la même chose qu’écrire une thèse en sociologie ou en sciences de l’éducation (p. 46), l’auteur propose une théorisation de ces différences. Ainsi, annonce-t-elle, dans les disciplines des sciences exactes, « le sujet traité ne conditionne en rien l’orientation de recherche future du jeune docteur parce qu’il se spécialise davantage sur une technique que sur un thème de recherche. Par exemple, un docteur en imagerie médicale (la technique) peut tout à fait travailler sur le mouvement de la langue (thème de recherche). En SHS, c’est le contraire, le doctorant se spécialise davantage sur un thème de recherche que sur une technique » (p. 46). Elle en vient ensuite à théoriser les modalités de réalisation des recherches doctorales, à savoir le travail de recherche lui-même. À suivre Gérard, les doctorants organiseraient leurs investigations à la manière d’une expérience hypothético-déductive. Après avoir posé des hypothèses grâce au travail bibliographique, ils concevraient un protocole d’expérimentation visant à les éprouver, puis proposeraient des conceptualisations en fonction de la mesure des différences entre les hypothèses posées et les résultats obtenus. Ni l’approche inductive (pourtant en partie revendiquée par l’auteure), ni même les dimensions itératives d’une recherche se donnant, sur le papier, pour hypothético-déductive ne figurent, selon Gérard, au rang des manières effectives de réaliser une recherche doctorale. Sans revenir sur la surprenante distinction entre les manières de faire de la recherche en sciences exactes et celles en vigueur en SHS, cette description du parcours doctoral se veut une analyse des modalités communes de réalisation d’une thèse, alors qu’à nos yeux, elle renvoie davantage à une vision enchantée de ce que pourrait être le déroulé idéal d’un projet doctoral organisé autour d’une démarche hypothético-déductive d’enquête.

  • 4 Il y en a d’autres : Gérard affirme par exemple que la « nouvelle génération de doctorants a des as (...)

4Les analyses de l’apprentissage du métier de doctorant posent des questions d’ordre à la fois factuel et éthique, notamment au sujet de la rédaction. Gérard relève qu’écrire compose une part importante du travail de recherche. Les doctorants doivent donc apprendre à rédiger en scientifiques. L’auteure considère ensuite que les normes d’écriture sont « informelles » : elles auraient donc à être « découvertes » par les apprentis-chercheurs au prix d’une longue socialisation à la vie dans le monde académique. Pourtant, des normes bibliographiques aux plans types des articles – le fameux plan IMRAD (introduction, methods, results and discussion) en vigueur dans les sciences du vivant et de la matière –, des feuilles de style édictées par les universités aux manières de titrer, les critères de l’écriture scientifique sont de plus en plus standardisés et imposés aux auteurs. Plus contestable que cette analyse – découlant d’imprécisions factuelles4 – est celle du plagiat. Gérard parle premièrement du « plagiat qui consiste à copier une œuvre originale et à s’en attribuer la paternité » et dit de cette « pratique frauduleuse [qu’elle] peut être considérée comme un choix délibéré du doctorant à tricher » (p. 74). Puis, elle évoque le « mini-plagiat (sic) », à savoir le fait de copier des « phrases ou des paragraphes sans en citer les auteurs » (p. 74). Et, dit-elle sans plus de précision, cette pratique « témoigne d’une difficulté du doctorant à reformuler la pensée de l’auteur, il ne sait pas comment écrire autrement quelque chose qui lui semble déjà très bien écrit » (p. 74). Comment ne pas voir ici une forme d’excuse adressée aux « mini-plagiaires » qui, incapables ou trop pressés de s’approprier la pensée d’un auteur, préfèrent s’approprier ses énoncés ?

5Revenons sur l’analyse du doctorat en tant que « rite de passage » et, avant tout, sur la méthodologie d’interprétation déployée par l’auteure. Gérard propose de rendre compte du « monde vécu » des doctorants en l’appréhendant « par le biais de la métaphore » (p. 91). La métaphore sert ainsi d’outil d’interprétation du sens que revêt le parcours doctoral pour ceux qui s’y engagent. Reprenant la définition du Larousse, elle annonce que la métaphore est un « procédé par lequel on substitue à la signification d’un mot ou d’un groupe de mots une autre signification qui s’y rapporte en vertu d’une analogie ou d’une comparaison implicite ». Dans la phrase suivante, elle affirme qu’user de la métaphore comme méthode d’interprétation « permet de se questionner autrement sur le vécu des doctorants […], de l’envisager sur un nouvel angle […] et d’expliciter plus simplement un vécu difficilement explicable » (p. 91-92). Gérard se propose-t-elle donc d’user de l’analogie et de la comparaison implicite pour expliciter les sens des formations par la recherche ? Ici, nous ressentons quelques difficultés à comprendre la méthode mise en œuvre.

  • 5 Le Breton David, Éloge de la marche, Paris, Éditions Métailié, 2000, p. 63.
  • 6 Ibid.
  • 7 Van Genep Arnold, Les rites de passage : étude systématique…, Paris, Nourry, 1909.

6En première métaphore, Gérard rapporte le parcours doctoral à une randonnée : « Le doctorant fait une marche en solitaire, mais il n’est pas seul, car il rencontre d’autres marcheurs sur son chemin » (p. 93). L’interprétation repose sur la superposition d’extraits de L’éloge de la marche de David Le Breton et d’interprétations relatives au doctorat. Ainsi, écrit-elle par exemple, « “la marche est dépouillement de soi, elle révèle l’homme dans un face-à-face avec le monde”[5]. Le parcours doctoral est propre à chacun, il ne peut s’expliquer, il se vit » (p. 93). Puis, suivent trois extraits du carnet de « LUI » où ce dernier use, lui-aussi, de la métaphore de la marche pour évoquer son « chemin parcouru ». En deuxième métaphore, Gérard rapporte le parcours doctoral à un « rite/transformation de soi » (p. 95). Citant à nouveau Le Breton et usant encore de la « technique » de la superposition, elle écrit : « le doctorant se transforme au fur et à mesure de sa marche, au gré de ses rencontres et de ses expériences, “la marche est une bibliothèque sans fin”[6]. Le cheminement du doctorant prend alors la forme d’un rite de passage tel que décrit par Van Genep[7] ». Selon Gérard, le doctorat est un rite puisqu’il conduit ceux qui s’y confrontent à se « séparer de [leurs] pairs, à savoir les collègues de master ». Est-ce alors à dire que le master est lui aussi un rite, puisqu’il conduit les étudiants de 2nd cycle à se séparer de ceux du 1er cycle qui n’ont pas obtenu leur licence ou ne poursuivent pas en master ? Le doctorat serait également un rite, parce que les doctorants adopteraient, en 3e cycle, une nouvelle manière de voir le monde. Pour défendre cette assertion, Gérard mobilise le carnet de « ELLE » : « Je sors du doctorat avec une vision différente du monde. Je le perçois avec des yeux nouveaux » (p. 97). En troisième métaphore, Gérard rapproche le parcours doctorat du « sport » (p. 106). Reprenant alors le thème du dépassement de soi et de la souffrance de l’athlète, elle compare l’expérience doctorale au challenge. À ce point du livre, l’ambition de formaliser les étapes du doctorat semble, elle aussi, « métaphorique ».

7La contribution empirique de Gérard à la connaissance de l’expérience doctorale est contenue dans les deux carnets de bord dont elle retranscrit des extraits. Ceux-ci, à la différence de ce qu’elle annonce en notice méthodologique, ne servent pas à engager une démarche inductive d’enquête mais à illustrer des discussions théoriques proposées a priori. Plus que la discordance entre ce qui est annoncé et ce qui est réalisé, la provenance même d’un des carnets pose question. Gérard se présente, en quatrième de couverture, en tant que docteure en sciences de l’éducation et « consultante internationale ». Dans les derniers extraits des carnets, on y apprend qu’« ELLE » est également docteure en sciences de l’éducation et qu’à l’issue de sa soutenance, elle découvre que ses compétences et qualifications lui ouvrent une carrière dans « les organisations internationales ». Tout nous laisse ainsi à penser qu’« ELLE » et l’auteure se confondent, sans que ce ne soit explicité clairement. Si user de ses propres récits d’expériences à des fins d’analyse est parfois très pertinent, il faut pour cela engager un travail d’objectivation de sa position et de clarification de la manière dont ces carnets sont transformés en données. Ici, c’est comme si ces mêmes carnets étaient, d’office, des données ethnographiques propres à être analysées. À cette imprécision relative au statut des données empiriques, s’ajoute enfin une indécision quant au statut même des analyses. Se voulant à la fois chercheuse et conseillère au service de l’amélioration du doctorat, Gérard occupe une position marginale-sécante difficile à tenir, la conduisant à osciller entre l’écriture scientifique et le rapport d’expertise – la conclusion de l’ouvrage est d’ailleurs rédigée par un cabinet de placement de docteurs, ADOC-Talent-Mangement – et amenant le lecteur à ne plus savoir comment considérer ce qu’il lit.

Haut de page

Notes

1 Hughes Everett C., « Le drame social du travail », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 115, p. 95. 1995,

2 Confédération des jeunes chercheurs, Rapport sur les conditions de travail illégales des jeunes chercheurs, 2004.

3 Bonnafous Simone, Genet Roger, L’état de l’emploi scientifique en France, Paris, Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2013.

4 Il y en a d’autres : Gérard affirme par exemple que la « nouvelle génération de doctorants a des aspirations de carrière très hétérogènes » (p. 31), alors même que, selon une récente enquête, plus de 70% des doctorants, dont les doctorants travaillant sous la Convention industrielle de formation à la recherche (CIFRE), souhaitent devenir chercheur ou enseignant-chercheur : Bonnafous Simone, Genet Roger, L’état de l’emploi scientifique en France, Paris, Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2013, p. 50.

5 Le Breton David, Éloge de la marche, Paris, Éditions Métailié, 2000, p. 63.

6 Ibid.

7 Van Genep Arnold, Les rites de passage : étude systématique…, Paris, Nourry, 1909.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Frances, « Laëtitia Gérard, Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15991

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page