Navigation – Plan du site

Simon Tabet, Le Projet sociologique de Zygmunt Bauman. Vers une approche critique de la postmodernité

Aldo Haesler
Le projet sociologique de Zygmunt Bauman
Simon Tabet, Le projet sociologique de Zygmunt Bauman. Vers une approche critique de la postmodernité, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2014, 172 p., ISBN : 9782343033402.
Haut de page

Texte intégral

1Même si Zygmunt Bauman est parmi les sociologues étrangers les mieux édités en France, il n’a bénéficié ni de nombreux commentaires, ni d’aucun ouvrage introductif. Or ce sociologue anglais d’origine polonaise, né en 1925, ne cesse de publier livre sur livre et nombreux sont ceux, sociologues, philosophes ou journalistes, qui s’en servent pour appréhender une modernité de plus en plus difficile à cerner et dont la notion centrale de « modernité liquide » est en train de devenir un passe-partout pour en déchiffrer les arcanes. Pour cette raison, l’ouvrage de Simon Tabet est le bienvenu. Tout en retraçant le cheminement intellectuel du sociologue, il discute de ses nombreux emprunts théoriques, de sa manière à la fois éclectique et opportuniste d’embrasser les phénomènes sociaux, pour en dégager sa posture singulière. Sociologue critique sans pensée systématique, sociologue du patchwork et des transgressions thématiques, Bauman a traversé le XXe siècle à la manière d’un funambule, embrassant toutes les causes, effleurant toutes les modes, papillonnant à droite et à gauche au fil de ses observations et de ses lectures. L’objet du livre de Tabet est de le rendre saisissable, non de le soumettre à la critique. C’est désormais chose faite.

2On peut être irrité à plus d’un titre par la « posture » sociologique de Zygmunt Bauman. On peut en premier lieu lui reprocher la pauvreté de son appareil conceptuel : car si deux notions émergent tout au long de son œuvre, la traversent et la structurent, ce sont bien les notions de liberté et de sécurité ; notions qui avaient été mises en œuvre par Alexis de Tocqueville dans De la démocratie en Amérique, pour mettre en évidence le paradoxe constitutif des régimes démocratiques. Or, c’est à travers ces notions relativement floues que Bauman amorce sa critique des sociétés totalitaires, de la modernité, de la postmodernité et des sociétés à précarisation systématique, dites sociétés « liquides », c’est-à-dire d’objets sociologiques aux proportions inquiétantes, tant dans leur ampleur que dans la polysémie de leurs significations. Cette irritation est redoublée par le fait qu’on ne saurait assigner un statut précis au sociologue polonais : ni essayiste, ni théoricien et encore moins homme de terrain, Bauman est plutôt une sorte de « spectateur engagé » du demi-siècle écoulé, un penseur cosmopolite et éclectique faisant son miel de toutes les « critiques sociales » et de toutes les pathologies que ce demi-siècle aura connues. Bauman assume cette posture éclectique, il la revendique même. Dernière irritation et non des moindres : la frénésie publicitaire qui agite cet auteur, dont les ouvrages se comptent par douzaines (25 livres entre 1997 et 2013 !) et qui se soldent – il faut bien le reconnaître – par d’honorables succès éditoriaux assurant à leur auteur une stature de « grand témoin » dans le panorama sociologique contemporain. Certains y auront vu la marque de l’opportunisme de Bauman, qui semble brasser de plus en plus large dans les emprunts théoriques et les phénomènes de la modernité contemporaine.

3Flou, éclectique et opportuniste – voilà à peu près ce qu’il y a de plus infâmant comme attributs dans la phase actuelle de réempiricisation de la sociologie. Mais ces irritations se retournent aisément contre ceux qui voudraient lui faire un procès trop expéditif. Certes, l’appareil conceptuel de Bauman est fruste. Dire que les sociétés totalitaires sont les émanations archétypiques de la modernité par la survalorisation de la sécurité sur la liberté, alors qu’à l’inverse la société postmoderne survaloriserait la liberté au détriment de la sécurité, peut paraître caricatural, tant il est clair que ce même schéma se trouvait déjà chez Tocqueville pour distinguer sociétés démocratiques et sociétés d’Ancien Régime, et tant le flou plus ou moins artistique de ces notions permet de dire tout et son contraire ainsi que leurs ambivalences respectives. Mais c’est sans compter cependant avec la période d’observation particulièrement longue et l’opiniâtreté avec laquelle Bauman établit de tels diagnostics ; longue durée que l’on peut diviser en quatre phases de sa réflexion. Tout débute pour lui avec une critique du totalitarisme ; critique convenue, dira-t-on aujourd’hui, tant le thème a été battu et rebattu dans tous les sens depuis les années 1950. L’accent est mis sur une hypertrophie de la sécurité qui permet de placer sur un même plan bureaucratie et camps d’extermination. Suit, dans les années 1980, une assez longue réflexion sur la notion d’ambivalence. Bauman ne pense plus ses deux concepts de manière exclusive et naïve – trop de sécurité nuit à la liberté et vice versa –, mais découvre à la fois les pathologies de la liberté et la nécessité de la sécurité (par exemple dans la non-précarité). Son manichéisme conceptuel s’effrite et ses concepts, du coup, s’enrichissent. S’ensuit une phase de critique de la postmodernité et du modèle néolibéral qui, selon lui, en serait à l’origine. C’est dans ce contexte qu’il découvre le phénomène de la consommation de masse et, à travers lui, une liberté étrangement aliénée. Car la liberté du consommateur n’est rien d’autre qu’une idéologie du libre choix à travers un système étroitement profilé par des contraintes implicites. Cette troisième phase est en quelque sorte la mise à l’épreuve de ses deux concepts majeurs saisis dans leur ambivalence. Mais c’est dans sa quatrième phase, Bauman ayant largement dépassé ses 70 ans, qu’il donne toute la mesure de son talent de Zeitdiagnostiker, de diagnostiqueur des temps présents, comme disent les Allemands. L’ambivalence y est remplacée par la « liquidité », métaphore à la fois physique et monétaire, qui nous fait accéder dans un monde de relations préprogrammées, où l’ajustement entre liberté et sécurité se fait en fonction de contraintes systémiques – tout en conservant les illusions historiquement colportées par ces notions. Si, selon Niklas Luhmann, la modernité est soumise à un processus de différenciation fonctionnelle, le revers de cette multiplication de sous-systèmes munis de leurs médias propres est un processus d’indifférenciation dont Bauman nous fait un portrait éloquent. Que ce soit l’amour, la vie, la modernité, le temps, la peur, leur liquidité ne signifie pas seulement leur fragilité ou leur insignifiance, mais que là où se dessinaient naguère des polarités – et donc des possibilités de lutte –, ne se dessinent aujourd’hui plus que des champs d’indifférence (morale, politique ou culturelle) et d’indifférenciation.

4Bauman a toujours considéré la sociologie comme une entreprise d’émancipation des individus – « un combat contre la totalisation de l’existence et pour l’autonomie humaine », nous dit Simon Tabet. Peu importe le fait que les formules de Bauman soient aussi creuses qu’ampoulées, le projet est et reste louable ; mais sa base est fragile, tant il est clair que la notion d’individu a fluctué depuis son invention et continuera peut-être jusqu’au moment de la « singularité »... Si bien qu’une lecture hâtive, surtout des écrits de sa première phase, pourrait faire penser à un auteur attaché à une méthodologie individualiste. Mais Bauman n’a cure d’étiquettes qui remplacent trop souvent la réflexion par la pure et simple désignation. C’est un storyteller et non un théoricien. Ce genre peut agacer le sociologue professionnel, mais il me semble qu’il y a une place, une place nécessaire même pour des voyageurs sans frontières comme lui. On se souvient que, même dans le panorama français, il y eut un Jean Baudrillard qui parcourait allègrement les domaines les plus variés, de la psychanalyse à la sémiologie, de la monographie des objets à la photographie, à la grande horreur de ses détracteurs. C’est dire que les frontières sont poreuses dans le genre littéraire de la sociologie, et que plutôt que de les murer, il convient de les garder ouvertes, au risque d’enfoncer des portes ouvertes, de mélanger les genres et de commettre des « spéculations bâtardes » (comme Durkheim le reprochait à Simmel qui, d’ailleurs, est l’un des auteurs favoris de Bauman).

5Ce petit livre émane d’un mémoire de master en théorie politique rédigé sous la direction de Marcel Gauchet à l’EHESS. Qui connaît les canons et contraintes de ce type d’exercice académique jugera l’entreprise de Simon Tabet particulièrement téméraire. Vouloir venir à bout d’une telle masse de publications et d’une théorie que sa « liquidité » rend souvent difficile d’approche, sans pour autant tomber dans la banalité journalistique, tient de la gageure. Mais on saura gré à Simon Tabet d’avoir réussi son pari. Sans tomber dans le panégyrique ni se laisser impressionner par les diverses irritations que cet auteur devait susciter, il en a retracé la genèse et le développement avec une grande honnêteté. C’est donc bien un ouvrage tout à fait utile qu’il nous propose ici et que l’on recommande à quiconque voudrait s’aventurer plus loin dans les méandres du monde liquide de Zygmunt Bauman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aldo Haesler, « Simon Tabet, Le Projet sociologique de Zygmunt Bauman. Vers une approche critique de la postmodernité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 octobre 2014, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15992

Haut de page

Rédacteur

Aldo Haesler

Professeur de sociologie, Normandie Université, Caen Basse-Normandie, équipe de recherche « Identité et subjectivité » (EA 2129).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page