Navigation – Plan du site

Aude Seurrat (dir.), Écrire un mémoire en sciences de l’information et de la communication. Récits de cas, démarches et méthodes

Audrey Arnoult
Ecrire un mémoire en sciences de l'information et de la communication
Aude Seurrat (dir.), Ecrire un mémoire en sciences de l'information et de la communication. Récits de cas, démarches et méthodes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Les fondamentaux de la Sorbonne nouvelle », 2014, 172 p., ISBN : 978-2-87854-647-7.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Aude Seurrat, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13, entend expliciter les différentes étapes auxquelles est confronté un jeune chercheur de cette discipline quand il réalise un mémoire de master. L’objectif est d’exposer « la dynamique d’une démarche, son aspect itératif, ses tâtonnements et ses découvertes » (p. 16). Comment définir la problématique d’un mémoire ? Quelles sont les spécificités d’une approche info-communicationnelle ? Comment choisir une méthode d’analyse pertinente pour l’objet de recherche étudié ? Toutes ces questions sont abordées dans l’ouvrage, dont l’organisation suit les étapes d’une démarche de recherche.

2La première partie est consacrée à la construction de l’objet de recherche. Comment se saisir d’un objet concret pour en faire un objet de réflexion scientifique ? Quel doit être le périmètre d’une recherche pour un mémoire de master 1 ou 2 ? La question du choix du « projet de mémoire » ouvre cette section. Les auteurs montrent avec justesse qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais sujets, mais que c’est l’approche adoptée qui fait l’originalité de la recherche, la construction du sujet étant progressive. En effet, le passage « d’un objet concret à un véritable objet de recherche » doit s’inscrire dans le domaine des sciences de l’information et de la communication. Cette inscription disciplinaire n’est pas liée à l’objet choisi mais à la façon dont il va être étudié, car l’approche communicationnelle « cherche à comprendre le phénomène repéré et suppose pour cela de se détacher de l’objet commun [...] pour lui faire acquérir une épaisseur scientifique en formalisant les situations sociales dans lesquelles il prend place, les habitudes et les normes qui régissent sa pratique, les dispositifs et appareils qui structurent son agencement » (p. 40). Une liste des thématiques étudiées dans la discipline illustre la variété des sujets possibles : nouvelles technologies, analyse des discours, socio-économie de la culture et de la communication ou encore information-documentation.

3La seconde partie porte sur la mise en œuvre de l’analyse. Une fois le sujet délimité, l’étudiant élabore une recherche documentaire pour construire son cadre théorique. Les auteurs distinguent le travail de documentation du travail bibliographique. Ils rappellent utilement que se documenter sur son objet de recherche consiste à « mettre en place une stratégie documentaire » (p. 53), et pas uniquement à entrer les mots clés de son sujet sur un moteur de recherche. En effet, la phase de documentation fait progresser la réflexion et permet de préciser la problématique, d’où la nécessité de choisir de façon pertinente ses lectures. Le travail bibliographique, quant à lui, sert à conceptualiser le sujet de recherche et à se positionner théoriquement. Les études de cas mentionnées dans l’ouvrage illustrent ce processus. Ainsi, Hélène, qui souhaite travailler sur les dispositifs de médiation de la gastronomie, est amenée à construire un cadre théorique et méthodologique qui articule la notion de processus de patrimonalisation (Jean Davallon) et la sémiotique du goût (Jean-Jacques Boutaud) afin « d’interroger la construction symbolique du “repas gastronomique” » (p. 63). Laetitia, qui entreprend un mémoire sur le marketing et la communication de Ladurée, ne se contente pas de lire des ouvrages sur ces deux notions mais investit la question du récit (théorisée par Paul Ricoeur et Jean-Michel Adam) qui sera au centre de son travail. En outre, les auteurs insistent bien sur le fait que chaque source doit être questionnée : dans quel contexte a-t-elle été produite ? À quel genre de discours appartient-elle ? Et, par conséquent, quelle place doit-elle avoir dans la réflexion ? Les chapitres suivants exposent les différentes méthodologies qui fondent la démarche empirique et vont permettre de répondre à la problématique : analyse de discours, observation participante, entretiens, etc. Les premières méthodologies présentées s’appuient sur un corpus : l’analyse de discours, l’analyse sémiologique et l’analyse de contenu. L’accent est mis sur l’importance d’articuler le corpus avec la problématique et les objectifs de recherche. Les enquêtes de terrain constituent la seconde « catégorie » de méthodes présentées. Les auteurs en proposent une présentation claire et concise, accompagnée de références bibliographiques pour les approfondir. Des études de cas montrent comment les étudiants se sont appropriés ces outils. Par exemple, Vincent s’intéresse à la revue Nouvelle revue d’histoire et pose les questions suivantes : « comment mettre en évidence le soubassement politique qui oriente ce discours sur l’histoire ? Est-il possible de parler de discours d’extrême droite ? » (p. 81). La perspective d’étude choisie le conduit à adopter une démarche en analyse du discours qui lui permettra de constituer un corpus pour décrire ces productions discursives et les mettre en relation avec leurs conditions de production. En revanche, Mathilde, qui réalise un stage dans un cinéma auprès de la médiatrice jeune public, optera pour l’entretien afin d’étudier les représentations d’un ensemble professionnel (le milieu des médiateurs jeune public dans les cinémas) et de comprendre les choix qui orientent leur programmation. Enfin, la dernière section est consacrée aux méthodologies croisées pour montrer que chaque outil « construit un regard distinct mais complémentaire sur l’objet de la recherche » (p. 107).

4La dernière partie porte sur l’écriture du mémoire. Outre les conseils classiques liés à la rédaction d’un travail de recherche (présentation du mémoire, normes bibliographiques, respect de la syntaxe et de l’orthographe, constitution des annexes, etc.), les auteurs mettent l’accent sur l’articulation de discours polyphoniques et la construction d’une posture de recherche. Comment citer les différents types de documents sur lequel s’est appuyé l’étudiant ? Comment introduire dans le mémoire des extraits d’une observation participante ? Quelle est la fonction d’une citation dans un travail de recherche ? Une section particulièrement intéressante porte sur l’objectivité, la subjectivité et la réflexivité. L’objectivité de la recherche y est nuancée puisqu’un « propos n’est pas “objectif” en ce qu’il relève toujours d’un point de vue, mais il doit être démonstratif et ne pas se fonder sur des idées préconçues » (p. 133). La lecture de ces quelques pages amène l’étudiant à se questionner : que signifie adopter une posture critique dans un travail de recherche ? Comment se manifeste la réflexivité d’un chercheur ? Cette réflexivité est au cœur de la soutenance dont les auteurs présentent les grands principes à la fin du livre. Il s’agit pour l’étudiant de clore sa démarche de recherche en reconnaissant les limites et les apports de son travail.

5Pour conclure, cet ouvrage collectif remplit pleinement son objectif. Beaucoup de manuels méthodologiques existent mais celui-ci se distingue par son aspect concret et sa clarté. Il permet aux étudiants qui vont réaliser un mémoire – ou qui sont en train de le faire – d’en comprendre les différentes étapes, les manières de faire et les écueils à éviter. De plus, la diversité des objets de recherche présentés dans les études de cas permet de toucher un large public. À la lecture de cet ouvrage, on comprend que la recherche n’est jamais une ligne droite mais nécessite des va-et-vient entre la théorie et l’empirique ainsi que des « glissements successifs » d’un objet concret vers une question de départ puis une problématique, chaque étape supposant des choix qui façonnent la singularité du projet de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Aude Seurrat (dir.), Écrire un mémoire en sciences de l’information et de la communication. Récits de cas, démarches et méthodes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16009

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page