Navigation – Plan du site

Olivier Lazzarotti, « Habiter le monde », La Documentation photographique, n° 8100, 2014

Allison Lotti
Habiter le monde
Olivier Lazzarotti, « Habiter le monde », Documentation photographique, n° 8100, juillet-août, 2014, 64 p., Paris, La Documentation Française, ISSN : 3303331281009.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006. C (...)
  • 2 http://www.habiterlemonde.org/.
  • 3 Olivier Lazzarotti, Des lieux pour mémoire, Paris, Armand Colin, 2012.

1Olivier Lazzarotti a placé le verbe « habiter » au cœur de sa pratique de la géographie. Professeur à l’Université Jules-Vernes, il est l’auteur de l’ouvrage Habiter : La condition géographique1, et directeur d’une équipe de recherche du même nom (Habiter le monde, EA 4287)2. Il a également publié Des lieux pour mémoire3 où il analyse les processus par lesquels l’événement donne sens aux lieux ; moment où les patrimoines se constituent, où les célébrations se déroulent et où les communautés se consolident. Olivier Lazzarotti invite précisément à repenser en profondeur l’enseignement de la géographie en faisant de l’« Habiter » la nouvelle porte d’entrée de la discipline. Le concept est d’ailleurs au cœur des programmes du secondaire. « Habiter, nous dit-il, c’est faire une expérience, celle du Monde, autrement dit une expérience de soi et des autres qui passe par ses lieux et ses territoires » (p. 3)

  • 4 Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, Points Essais, 2005, p. 22.
  • 5 Claude Lévi-Strauss, Race et histoire. Race et culture, Paris, Albin Michel/Unesco, 1951.
  • 6 Michel Lussault, L’avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre, Paris, Seuil, 20 (...)

2Lazzarotti considère que l’enseignement de la géographie doit se réinventer par le sensible, le ludique, la créativité et une disponibilité entre poésie et philosophie. « Enseigner l’“habiter”, poursuit-il, […] c’est ne jamais oublier que cela mobilise des savoirs : qu’être dans un lieu, se déplacer, habiter le Monde, cela s’apprend. Que se comprendre comme multiple et pluriel, cela s’apprend aussi » (p. 16). Cette géographie articulée autour de l’« habiter » que Lazzarotti appelle de ses vœux est, par bien des traits, dans le prolongement de « pensée complexe » d’Edgar Morin qui « doit affronter le fouillis (le jeu infini des inter-rétroactions), la solidarité des phénomènes entre eux, le brouillard, l’incertitude, la contradiction »4 (la bibliographie de ce dossier mobilise également des noms tels que celui de Claude Lévi-Strauss5 et Michel Lussault6).

  • 7 Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008. Compte rendu de . Boris-Mathieu (...)
  • 8 Arjun Appadurai, Condition de l’homme global, Paris, Payot, Essais Payot, 2013. Compte rendu de Chr (...)
  • 9 Michel Agier, La condition cosmopolite. L'anthropologie à l'épreuve du piège identitaire, Paris, La (...)
  • 10 Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérat (...)
  • 11 Armand Frémont, La région, espace vécu, Paris, Flammarion, 1977.

3On trouve, dans le travail de Lazzarotti, deux usages du verbe habiter : « habiter », est l’activité de l’homme sur un espace approprié, c’est être actif, mobile, migrant à travers les différents espaces du monde. Mais « habiter » est aussi un concept qui ouvre aux particularités identitaires et culturelles de l’homme à travers l’espace habité. En reconnaissant ces deux interprétations possibles de l’« habiter », Olivier Lazzarotti invente une géographie ouverte à la pluridisciplinarité qui trouve peut-être ses plus fécondes réalisations dans les travaux de Marc Abélès7, d’Arjun Appadurai8 et de Michel Agier9, ou encore dans les recherches en littérature de Franco Moretti10. Mais c’est d’abord en reprenant le concept d’« espace vécu » d’Armand Frémont11 qu’il élabore son analyse du verbe habiter : les groupes humains habitent le monde selon différentes modalités, par les manifestations, les discours, les aménagements, les mobilités, etc. Il emprunte « l’existentialisme » de Sartre afin de rappeler que l’homme se définit (existe donc) par son mouvement dans le monde.

4Le dossier s’articule en deux temps forts. Lazzarotti fait d’abord « le point » sur l’« habiter » dans le monde ; il s’agit d’une introduction en cinq mouvements dans lesquels l’auteur montre comment tirer profit des multiples variations possibles du concept de l’« habiter » et montre ainsi comment les préoccupations autour de la mondialisation ont placé le concept d’habiter au cœur des recherches en géographie. « L’“habiter”, nous dit Lazzarotti, est un concept capable d’organiser une science, la géographie » et de poursuivre que le concept « […] inscrit ainsi la science géographique dans le projet d’une anthropologie générale » (p. 15).

5Les quatre sections du chapitre « Thèmes et document » nous mènent des stations estivales de La Baule à la chute du mur de Berlin, en passant par Saint-Pierre en Martinique, dévastée le 8 mai 1902 par l’éruption de la Montagne Pelée. Ces quatre sections – « Géo-graphies », « Habitants », « Cohabiter », « Ordres et contrordres » – semblent problématiser l’« habiter » autour des interrogations : comment le dire et l’écrire ? Quels en sont les acteurs ? Comment se réinvente-t-il et avec qui ? Autant d’interrogations qui montrent que « travailler avec l’“ habiter ”, c’est opérer, en géographe, un déplacement de perspective qui trouve ses fondements et ses raisons dans les dynamiques du Monde contemporain » (p. 16).

  • 12 Dorothée Dussy, « Les squats de Nouméa. Des occupations océaniennes spontanées à la conquête symbol (...)

6On sort de la lecture de ce dossier avec l’idée qu’il faut inventer une géographie ouverte et réceptive aux mouvements du monde. « Habiter » doit se penser selon des perspectives multidimensionnelles car, précise Lazzarotti, « habiter n’est pas seulement pratiquer. C’est aussi trouver les mots, les images, les sons tout autant que les représentations et les inconscients de toutes sortes qui accompagnent les pratiques » (p. 11). L’entreprise est vaste et stimulante quand on la pense comme programme d’un nouvel enseignement de la géographie. Pour ce qui est de la recherche, la méthode d’analyse que Lazzarotti appelle de ses vœux a une résonnance singulière, une fois déployée sur la région Asie-Pacifique, où « l’habiter » de l’espace urbain est calqué sur le mode de vie traditionnel, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives sur une autre notion géographique qu’est l’insularité. Les travaux de Dorothée Dussy sur les squats de Nouméa12 ont, par exemple, déjà ouvert des pistes de réflexion qu’il serait stimulant de suivre à partir des questionnements sur l’« habiter ».

Haut de page

Notes

1 Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2006. Compte rendu de Cynthia Ghorra-Gobin, « Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique », Géographie et cultures n° 63, 2008, p. 137-138 ; disponible en ligne : http://gc.revues.org/2213.

2 http://www.habiterlemonde.org/.

3 Olivier Lazzarotti, Des lieux pour mémoire, Paris, Armand Colin, 2012.

4 Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, Points Essais, 2005, p. 22.

5 Claude Lévi-Strauss, Race et histoire. Race et culture, Paris, Albin Michel/Unesco, 1951.

6 Michel Lussault, L’avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la Terre, Paris, Seuil, 2013.

7 Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008. Compte rendu de . Boris-Mathieu Pétricethnographiques.org, 21 septembre 2009 : http://www.ethnographiques.org/2009/Petric.

8 Arjun Appadurai, Condition de l’homme global, Paris, Payot, Essais Payot, 2013. Compte rendu de Christian Ruby, « Aspirations et politique de l'espoir », Nonfiction.fr, 28 novembre 2013 : http://www.nonfiction.fr/article-6810-p2-aspirations_et_politique_de_lespoir.htm.

9 Michel Agier, La condition cosmopolite. L'anthropologie à l'épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2013. Compte rendu de Rachid Id Yassine pour Lectures : http://lectures.revues.org/11258.

10 Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Paris, Les Prairies ordinaires, Collection penser/croiser, 2008 [2005], compte rendu de Jean-Christophe Valtat, « Le texte comme territoire », Nonfiction.fr, 29 mai 2008 : http://www.nonfiction.fr/article-1141-le_texte_comme_territoire.htm0

11 Armand Frémont, La région, espace vécu, Paris, Flammarion, 1977.

12 Dorothée Dussy, « Les squats de Nouméa. Des occupations océaniennes spontanées à la conquête symbolique de la ville en Nouvelle-Calédonie. », Journal de la Société des océanistes, n° 103, 1996, p. 275-287. Disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jso_0300-953x_1996_num_103_2_1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Allison Lotti, « Olivier Lazzarotti, « Habiter le monde », La Documentation photographique, n° 8100, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 novembre 2014, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16029

Haut de page

Rédacteur

Allison Lotti

Docteur en histoire, membre du CREDO (Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie, UMR 7308) Aix-Marseille Université.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page