Navigation – Plan du site

Rodolphe Christin, L’usure du monde : critique de la déraison touristique

Etienne Faugier
L'usure du monde
Rodolphe Christin, L'usure du monde. Critique de la déraison touristique, Paris, L'Échappée, 2014, 116 p., ISBN : 978-29158308-6-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rodolphe Christin, Manuel de l’anti-touriste, Paris, Yago, 2008.

1Dans son dernier opuscule, Rodolphe Christin poursuit la réflexion critique qu’il a engagée sur le tourisme1. L’auteur, sociologue de formation, écrivain et essayiste, défend la thèse selon laquelle le tourisme contemporain est en train de mettre à mal le monde, en aliénant les individus et en remettant en cause l’équilibre global de la planète. Pour expliciter son propos, il découpe son argumentation en une vingtaine de petits chapitres que l’on a regroupés en quatre sous-ensembles.

  • 2 Paul Virilio, Vitesse et politique : essai de dromologie, Paris, Éditions Galilée, 1977.

2Tout d’abord, à travers les deux premiers chapitres qui servent d’introduction, Christin fait le constat d’une rupture qui s’est faite en trois générations : la transition d’une époque où la mobilité était l’exception à la période contemporaine où celle-ci possède un poids phénoménal chez les individus – l’auteur emploie l’expression de « dromomaniaque », qui désigne l’incessante mobilité des individus et qui n’est pas sans rappeler les travaux du philosophe-urbaniste Paul Virilio2.

3Puis, les quatre chapitres suivants réfléchissent à la notion de (d’hyper-)mobilité et à ses impacts. Le déplacement, et surtout le mouvement touristique, constituent une sorte de soupape d’oxygène pour les individus qui vivent dans un quotidien saturé de stress et de fatigue. Poussant plus loin la réflexion, l’auteur se demande s’il s’agit d’un choix délibéré ou bien de quelque chose qui leur est imposé. Quoi qu’il en soit, ce mouvement non-stop est à l’origine d’une homogénéisation croissante du monde, responsable d’un certain appauvrissement du globe, où les singularités des individus, des lieux, des cultures sont en voie de disparition. C’est le cas des différents non-lieux que sont les aéroports, les autoroutes, les gares, les hypermarchés, que Christin qualifie de « lieux sans qualité ». Lieux romancés avec une perspicacité sociologique par l’écrivain Michel Houellebecq dans ses multiples œuvres telles que La carte et le territoire.

  • 3 Sébastien Roux, No Money, No Honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris, La Dé (...)

4Ensuite, Christin met en valeur différents aspects du tourisme qui participent de « l’usure du monde ». C’est le cas par exemple du tourisme sexuel qui, si on suit l’exemple donné par l’auteur3, est orienté dans un seul sens – nord-sud : des Occidentaux vers les Thaïlandaises – et concourt à la séparation socio-spatiale des touristes et des populations locales. Phénomène moins récent mais non moins important, la nature est transformée drastiquement par l’industrie touristique, au point que l’on en vient légitimement à se demander ce qui est « naturel » dans la nature ; c’est d’ailleurs un souci croissant à l’époque que l’on appelle anthropocène, où l’homme, depuis la Révolution industrielle, est considéré comme une force dominante de changement au sens large à l’échelle du globe. La nature est donc devenue au cours du XXe siècle un objet entre les mains de l’homme que celui-ci modifie à sa guise : en la protégeant par des processus de conservation et de préservation ou en la transformant fondamentalement dans une perspective économiste et capitaliste. Cet enjeu est au cœur même de l’essor du tourisme où l’on voit s’opposer deux postures idéologiques qui sous-tendent, parfois, des comportements divergents : « économie/écologie ». On aborde ici des tensions fortes au sein desquelles les différents acteurs – populations locales, promoteurs touristiques, milieux financiers, État – se positionnent de part et d’autre pour défendre leur point de vue. Ces derniers contribuent à la valorisation d’un site ou bien à sa dévalorisation par son non-aménagement. L’idée majeure, et lourde de conséquences, est la suivante : n’importe quel lieu possède une valeur intrinsèque qui peut être mobilisée à tout moment si le phénomène touristique s’en empare. L’auteur prend l’exemple du projet de Center Parcs, évoqué il y a plusieurs années et localisé dans les Chambarans (Drôme et Isère), qui suscite aujourd’hui encore des polémiques quant à la préservation de la nature face à sa mise en marché, qui modifierait l’économie locale et le quotidien de la région concernée.

5Enfin, les quatre derniers chapitres proposent une réflexion critique sur les forces d’attraction assimilées aux moteurs des mobilités touristiques : le mystère, le désir d’altérité et la fascination de la montagne. L’auteur déconstruit la mobilité touristique en s’intéressant aux raisons du départ ; pour lui, la toute première impulsion se trouve dans le souhait d’une prise de distance avec le quotidien connu et d’un désir d’altérité – des hommes, des lieux, des choses – afin de se construire en tant qu’individu. Toutefois, l’essor du tourisme, par les choix commerciaux qu’il impose, met à mal ce développement philosophique de l’être humain. Cette confrontation avec l'inconnu devrait dans sa finalité permettre à celui-ci de trouver sa place dans le monde, ce qui est de moins en moins le cas, puisqu'il s'agit finalement de plus en plus d'une brève bouffée d’oxygène dans un quotidien suffocant. Christin, à ce sujet, prend l’exemple de l’attrait de la montagne, espace encore sauvage et majestueux en certains endroits, qui peut constituer un lieu touristique qui accroche l’individu en l’amenant à se dépasser – physiquement et mentalement. L’auteur termine sur une philosophie de la vie du touriste et du voyage lent et long, assimilé à une attention à autrui. Ce dernier doit prendre conscience des lieux qu’il visite afin de pouvoir à terme revitaliser l’espace proche, se l’accaparer et le valoriser. C’est en bourlingant de part et d’autre du globe, en s’immergeant dans diverses sociétés que l’individu se forge et par extension qu’il peut ré-enchanter le monde, son monde ; c'est ce que Christin appelle des « lieux d’initiatives populaires » dans lesquels le vivre ensemble est magnifié par les relations sociales.

6L’ouvrage de Christin montre les limites de l’industrie du tourisme, dans ses attentes, dans les formes qu’elle peut prendre (les possibles de la mobilité et les pratiques touristiques) et dans les conséquences qu’elle entraîne pour l’individu en particulier et pour la société plus généralement. Sans doute limitée par les contraintes éditoriales, la réflexion sur l’essor du système low-cost et sur ses impacts, qui réduisent drastiquement la taille du monde, modifient les pratiques touristiques en les démocratisant jusqu’à un point inégalé dans l’histoire de l’humanité, aurait mérité un chapitre plutôt que d’être noyée dans plusieurs. L’idée selon laquelle le temps dédié au tourisme est à la fois une nécessité indispensable pour le bien-être de l’individu et un acte imposé par la société laisse peu de place à la liberté et au plaisir du tourisme : les circuits sont-ils si fermés que cela ? Qu'en est-il du tourisme slow, dont font l’expérience de plus en plus d’individus, même s’ils demeurent encore largement minoritaires ? Dans le prolongement de ces questions, n’est-on pas en train de voir émerger une réduction de la mobilité de l’individu du XXIe siècle, du fait de l’instabilité politique de certains pays ? L’immobilité n’est-elle pas lentement en train de poindre pour le touriste ?

Haut de page

Notes

1 Rodolphe Christin, Manuel de l’anti-touriste, Paris, Yago, 2008.

2 Paul Virilio, Vitesse et politique : essai de dromologie, Paris, Éditions Galilée, 1977.

3 Sébastien Roux, No Money, No Honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris, La Découverte, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Faugier, « Rodolphe Christin, L’usure du monde : critique de la déraison touristique  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16054

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page