Skip to navigation – Site map

Sylvio Hermann De Franceschi, Les intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront.

Nicolas Guyard
Les intermittences du temps
Sylvio Hermann De Franceschi, Les intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront, Paris, EHESS, series: « En temps et lieux », 2014, 400 p., préface de Dominique Julia, ISBN : 978-2-7132-2454-6.
Top of page

Full text

1« Dupronien » est un adjectif récurrent dans l’historiographie religieuse actuelle, qui sans pour autant prétendre à un sens bien défini désigne tour à tour des expressions plus ou moins intelligibles, ou une manière d’écrire et de considérer le fait religieux. Sylvio Hermann De Franceschi propose dans le présent ouvrage une entrée dans le monde d’Alphonse Dupront (1905-1990), maître incontesté de l’histoire religieuse française, dont la plupart des historiens contemporains se réclament. L’ouvrage comprend trois parties. La première est une rapide biographie du personnage, tandis que les deux suivantes reprennent de manière chronologique les grands débats intellectuels auxquels Dupront participa par ses écrits et son enseignement.

2La première partie biographique permet de comprendre la formation et la carrière d’Alphonse Dupront. Enfant du Gers, issu d’un milieu modeste, il naît en 1905. La date a son importance, elle le rattache à cette génération qui vécut la Première Guerre Mondiale enfant, puis la Seconde Guerre Mondiale en tant qu’adulte. Le parcours scolaire du jeune Dupront est celui de l’excellence. Après une khâgne à Henri IV, il intègre l’école de la Rue d’Ulm en 1925. Dupront retrouve dans sa promotion Henri-Irénée Marrou, Pierre Vilar parmi d’autres, qui l’accompagneront tout au long de sa vie. Reçu premier à l’agrégation d’histoire au concours de 1929, il part ensuite à l’École Française de Rome de 1930 à 1932, où il développe ses premières thématiques de recherche, autour du Concile de Trente et de l’humanisme catholique italien. Puis, en 1933, il est nommé directeur de l’Institut français des hautes études en Roumanie, poste administratif, qui ne l’empêche point de participer à la vie universitaire et scientifique française, à travers la publication d’articles et autres comptes rendus de lecture.

3La défaite de 1940 le surprend à Bucarest, qu’il quitte en 1941 pour rejoindre l’Université de Montpellier. Sa formation intellectuelle est alors terminée, et ses champs de recherches affirmés. Il enseigne l’histoire moderne et contemporaine, jusqu’en 1956, date à laquelle il soutient sa thèse d’Etat, intitulée « Le mythe de la croisade ». Il est alors élu professeur d’histoire moderne à la Sorbonne, puis directeur d’études à la IVe section de l’Ecole Pratique des Hautes Études en 1960. Sa retraite universitaire intervient en 1976, après avoir présidé depuis 1970 la nouvelle université Paris IV. Cette première partie permet à l’auteur de restituer les activités scientifiques et annexes d’un Alphonse Dupront engagé dès les années 1930 dans des groupes de réflexion pacifiques, pro-européens, souvent dans la mouvance chrétienne progressiste. Il montre également un universitaire soucieux de ses publications, cultivant un mystère et une rareté qui ont largement contribué à son aura : à peine une cinquantaine d’articles et cinq ouvrages, souvent publiés tardivement ou de manière posthume. Ce parcours permet aussi de suivre la cohérence scientifique d’un Dupront très tôt fasciné par le Concile de Trente et la croisade.

  • 1 Alphandéry Paul, Dupront Alphonse, La chrétienté et l’idée de croisade, Paris, 1995, Albin Michel.

4La deuxième partie, gardant une cohérence chronologique, est une vaste remise en contexte, visant à réinsérer la pensée et l’œuvre d’Alphonse Dupront dans une époque de large remise en cause historiographique, mais aussi d’interrogation sur l’Occident et sa modernité. Alphonse Dupront a évolué en parallèle d’une école des Annales de plus en plus importante dans l’université française de l’entre-deux-guerres. Ses premiers travaux universitaires témoignent d’une singularité : il défend une histoire individuelle, humaine, témoignant d’une époque donnée, comme avec ses travaux sur Pierre-Daniel Huet, le cardinal Silvio Antoniano, ou encore Jules Ferry. A la fin des années 1930, il affirme fermement une orientation psychohistorique. Pour comprendre la genèse de sa pensée, Sylvio De Franceschi se livre à l’exercice d’une archéologie de la pensée dupronienne. De grands noms du début du XXe siècle apparaissent, croisant histoire et philosophie : l’Abbé Brémond, Bergson, Alain. A travers ces influences, on voit apparaître une conception herméneutique de l’histoire : l’historien est celui qui donne sens à un processus historique, en montrant sa profondeur vécue, humaine. Mais la figure fondamentale dont Dupront se réclame l’héritier est celle de Paul Alphandéry, professeur au collège de France, délivrant de nombreux cours durant les années 1920 autour de la croisade, auxquels le jeune Dupront assiste fidèlement. Alphandéry était un des premiers à assumer une approche psychohistorique, qui tranchait avec les autres travaux contemporains. Le passage entre le maître et son étudiant se réalise avec l’édition dans les années 1950 de La Chrétienté et l’idée de croisade1, recueil des cours d’Alphandéry, complété par un dernier chapitre entièrement rédigé par Alphonse Dupront.

5La génération d’Alphonse Dupront participe largement au débat sur l’évènement, mis sur la table par les Annales, dès 1914. Sylvio De Franceschi insiste sur le vécu de cette génération, confrontée par deux fois à l’Évènement, à travers les guerres mondiales. Dupront se trouve donc proche d’une école des Annales qui rejette alors le positivisme historique, tout en ayant une sensibilité certaine pour l’évènement (notamment dans sa temporalité), héritée de l’influence de l’œuvre de Bergson. Alphonse Dupront remplace la vision horizontale et linéaire du tempsn promue par le positivisme, par une approche au contraire verticale, permettant d’historiciser et de vivifier un objet historique que trop abordaient comme mort. Au-delà des débats historiographiques, Dupront participe activement aux réflexions des années 1930 sur le rapport entre Occident et Orient, notamment à travers la croisade, réflexions qui jalonnent toute son œuvre d’historien jusque dans les années 1980.

  • 2 Cette conception phénoménologique de l’évènement chez Alphonse Dupront a été synthétisée à l’époque (...)

6La troisième partie aborde des questions plus conceptuelles auxquelles a été confronté Alphonse Dupront à la fin des années 1930 et après 1945. La première est une constante interrogation sur le lien entre le présent et le passé dans le travail de l’historien. L’œuvre dupronienne assume un caractère thérapeutique, matérialisé par la proximité qu’entretient Dupront avec la psychanalyse. Mais ce sont surtout les œuvres de Nietzsche et Bergson, qui alimentent sa réflexion. Alphonse Dupront prône une histoire créatrice, libérée d’un déterministe désespérant pour les vivants. Il s’insère ainsi dans les débats historiques et philosophiques des années 1920 et 1930, marquées par l’essor d’une phénoménologie de l’évènement, qui doit se comprendre comme témoin de la créativité du temps, autour de trois paradigmes : le passé possède un avenir désormais révolu, il n’y a pas de période historique inutile et, enfin, l’historien doit rendre compte de la vitalité et du dynamisme du temps passé2. Contrairement aux Annales et à Lucien Fevbre, Dupront ne renie pas une histoire évènementielle, nécessaire aux sociétés. Le doctorat d’État d’Alphonse Dupront semble donc a posteriori le résultat de trente années de débats intenses, parfois houleux, dont il a été un des acteurs majeurs. De concert avec Marrou, il développe enfin dans ses écrits la notion d’historicité, reprenant une conception existentialiste de l’histoire, autour du sujet historien, qui cherche avant tout à se situer par rapport à l’autre dans le temps.

7Sylvio Hermann De Franceschi présente donc un livre qui a le grand mérite d’humaniser l’œuvre d’un historien souvent qualifiée de mystique, voire d’obscure. Sa prose complexe avait en son temps marqué ses contemporains, dont nombre se plaignaient de ne pas pouvoir saisir un propos jugé peu intelligible. La recontextualisation de l’homme et de son œuvre au sein de la génération qui l’entoura et dans les débats philosophiques et historiques qui animèrent son temps offre une plongée dans l’archéologie d’une pensée qui toujours aujourd’hui fascine.

Top of page

Notes

1 Alphandéry Paul, Dupront Alphonse, La chrétienté et l’idée de croisade, Paris, 1995, Albin Michel.

2 Cette conception phénoménologique de l’évènement chez Alphonse Dupront a été synthétisée à l’époque par Gaston Roupnel, Histoire et destin, Paris, Grasset, 1943.

Top of page

References

Electronic reference

Nicolas Guyard, « Sylvio Hermann De Franceschi, Les intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront. », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 05 November 2014, connection on 16 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16055

Top of page

About the author

Nicolas Guyard

Professeur agrégé d’histoire, doctorant en histoire moderne à l’Université Lyon 2 – LARHRA.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page