Navigation – Plan du site

Christian Hottin, Yann Potin, Amable Sablon du Corail (dir.), « Archives et enjeux de société », Culture et Recherche, n°129, Hiver 2013-2014

Rémy Besson
Archives et enjeux de société
Christian Hottin, Yann Potin, Amable Sablon du Corail (dir.), « Archives et enjeux de société », Culture et Recherche, n° 129, Hiver 2013-2014, 84 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un groupe de recherche composé d’une dizaine de membres, représentant notamment les Archives nation (...)
  • 2 Cela devient problématique quand les propos défendus sont à la limite du discours promotionnel, com (...)

1Culture et Recherche, la revue du Ministère de la Culture et de la Communication, consacre un numéro aux liens entre « Archives et enjeux de société. » Celui-ci dresse un état de la question à travers quarante-sept courts textes rédigés à la suite d’un appel à contribution largement diffusé auprès des professionnels et des chercheurs du secteur (une première pour la revue1). Le dossier se divise en trois parties où voisinent des écrits d’archivistes et de conservateurs, d’universitaires (doctorants, professeurs, techniciens, ingénieurs de recherches) et de responsables de structures culturelles. Une première partie, assez classique, est consacrée aux usages des documents d’archives comme sources pour les sciences sociales, ainsi que pour les artistes contemporains. L’accent est alors mis sur des fonds encore à exploiter (Cité des mémoires étudiantes, Pôle de conservation des Archives de Jeunesse et d’Éducation Populaire, musée des Arts et Traditions populaires), ainsi que sur la façon dont les chercheurs intègrent à présent à leur travaux une réflexion sur la matérialité des documents (Roseline Claerr). La deuxième partie, plus originale, aborde les défis posés par le numérique aux pratiques des professionnels de l’archive. Enfin, une troisième partie questionne les modalités de valorisation des fonds d’archives en dehors des contextes historiens et artistiques. Alternants retours sur expériences (parfois sous la forme de signalements, plus que de véritables analyses2), présentations de projets en cours, études sectorielles (art contemporain, danse, musique, télévision et théâtre) et questions d’actualité, les auteurs soulignent une autonomisation de leurs méthodes. Comme cela est précisé par les coordinateurs du dossier, l’enjeu principal des textes réunis est, en effet, de rendre compte d’un processus d’émancipation de l’archivistique, vis-à-vis de l’histoire, dont elle a longtemps été considérée comme une science auxiliaire (Christian Hottin, Yann Potin et Amable Sablon du Corail).

2Des chercheurs, dont plusieurs issus du Centre de recherche historique de l’Ouest (CERHIO), considèrent ainsi que les gestes des archivistes méritent des études à part entière. Il s’agit alors d’appréhender des pratiques professionnelles spécifiques (Patrice Marcilloux), d’adopter une démarche ethnologique (Richard Lauraire), « de reconstituer l’opération de classement » (Julie Laurvernier, p. 53) ou encore de prendre en considération le rôle des émotions ressenties par les archivistes lors de leur travail (Sandy Guibert). Pour résumer, ils posent que « ces informations [sur la constitution des fonds] constituent également la base de la compréhension du fonds par les chercheurs » (Mélanie Rebours et Antoine Messonnier, p. 47). La documentation des archives ne va donc plus sans une documentation du geste d’archiver.

  • 3 L’Archival Turn en art contemporain date du début du siècle. Sur ce sujet, lire Cheryl Simon, « Int (...)
  • 4 Patricia Falguière indique elle qu’au-delà des documents, les artistes se sont aussi approprié les (...)
  • 5 Il est à ce titre remarquable que les propos les plus alarmistes sur les conséquences du numérique (...)

3Ce tournant réflexif propre à l’archivistique contemporaine s’articule avec la multiplication d’œuvres d’art, qui intégrant les documents d’archives, invitent à les penser comme des formes complexes et des objets de jeux conceptuels3. Une véritable dialectique se met ainsi en place entre « archives de l’art [et] art de l’archive » (Françoise Cohen et Xavier-Philippe Guiochon, p. 57). Giovanna Zapperi explique, « la question du savoir est au cœur de cette problématique dans la mesure où les artistes interrogent l’autorité du document (son caractère de témoignage et d’objectivité), tout en proposant de penser l’art comme une pratique de connaissance. » (p. 24)4. Enfin, cette autonomisation se traduit aussi par des partenariats entre des archivistes et des groupes de chercheurs (Rosine Lheureux, sur le cas des Archives nationales), ainsi qu’à l’intégration d’institutions archivistiques à des projets internationaux (Clémence Raynaud au sujet d’Archlab). Les archivistes et leurs institutions sont ainsi perçus comme de véritablement interlocuteurs (et non comme des auxiliaires), par les chercheurs et les Universités. Cette tendance va de pair avec une reconnaissance de l’urgence à considérer les traces produites par les chercheurs dans l’exercice de leur fonction comme des archives à conserver (Théresse Charmasson et Odile Gaultier-Voituriez). Le développement de problématiques liées à la numérisation des fonds et à la gestion de fonds numériques « natifs » (Catherine Dhérent, Camille Paloques-Berges et Valérie Schafer) ont aussi conduit à une autonomisation de l’archivistique, qui semble sur ce point désormais bien en avance sur les pratiques historiennes5.

  • 6 Bénédicte Grailles explique, « la diffusion des pratiques d’exploitation du matériau archivistique (...)
  • 7 Bruno Galland, puis Jean-Pierre Brunterc’h et Marie Chouleur au sujet des Archives nationales ; Jac (...)
  • 8 Il est assez symptomatique de noter que la première notule « actualité », c’est-à-dire hors dossier (...)

4À ce premier axe s’adjoint un second questionnement, qui porte sur les usages des documents d’archives par des tiers, c’est-à-dire ni par des chercheurs, ni par des archivistes. L’idée directrice est que le séjour en archive est aussi un loisir pratiqué (parfois en ligne) par des amateurs et que les documents classés sont appropriés par des créateurs de productions culturelles6. Le rôle des commissaires d’exposition est alors particulièrement mis de l’avant7. Il est indiqué que la création de parcours muséographiques basés sur des archives ou des reproductions d’archives s’adosse souvent à des publications papier, à des cycles de projections, à des conférences et à des ateliers pédagogiques. Le cas d’une pièce de théâtre créée spécialement afin d’échanger autour de la fonction sociale des archives est aussi étudié (Marine Vasseur). Le rôle des productions en ligne est, par contre, à peine évoqué, à travers le cas des cartographies numériques (Jean-François Moufflet)8. Le numérique est ainsi cantonné à des supports de médiation dans les musées (bornes interactives, cartes animées et autres écrans tactiles). Si l’indexation collaborative, c’est-à-dire la manière dont les usagers des archives en ligne sont invités à participer à la redocumentarisation des fonds, est abordée (Hélène Cavalié), il n’est pas question des documentaires interactifs, des expositions virtuelles, des frises chronologiques, des sites documentaires, des cours en lignes, des applications pour téléphones intelligents et autres formes de productions, qui constituent pourtant quelques-unes des interfaces les plus riches entre société et milieu des archives. Ce déséquilibre entre une seconde partie entièrement consacrée au numérique et une absence d’intégration de formes numériques à la partie consacrée à la valorisation des archives est étonnant. Les usages créatifs des archives audiovisuelles (vidéo, film, photographie) par des amateurs, tels que le remix, le détournement, la parodie, ne sont pas non plus abordés. Cela conduit à remarquer que la définition de l’archive adoptée ici est très institutionnelle. Si les documents conservés par des entreprises sont intégrés à la marge (Claude Platon et David Peyceré), la place des archives privées ou des usages privés des archives publiques est globalement ignorée. Enfin, on regrette parfois la dimension fragmentaire des sujets abordés (des cas singuliers) au regard de l’objet étudié (les archives et la société), cette manière de faire aurait notamment dû impliquer des remises en perspective. Il est à ce titre dommage que des introductions et/ou des conclusions de parties n’aient pas été proposées. Cependant, ce caractère parfois disparate des approches présentées constitue aussi tout l’intérêt de ce numéro qui adopte la forme d’une mosaïque habillement agencée représentant in fine la conception actuelle des rapports entre archives et société au sein des institutions françaises.

Haut de page

Notes

1 Un groupe de recherche composé d’une dizaine de membres, représentant notamment les Archives nationales et du Service interministériel des archives de France, a été composé pour l’occasion.

2 Cela devient problématique quand les propos défendus sont à la limite du discours promotionnel, comme dans le cas de l’offre de numérisation offerte par la BNF (Catherine Dhérent).

3 L’Archival Turn en art contemporain date du début du siècle. Sur ce sujet, lire Cheryl Simon, « Introduction : Following the Archival Turn », Visual Resources. An International Journal of Documentation, vol. 18, n. 2, 2002, p. 101-107.

4 Patricia Falguière indique elle qu’au-delà des documents, les artistes se sont aussi approprié les données conservées sur le web, notant qu’il y a « un fossé qui sépare les nouvelles problématiques de l’archive du pittoresque auquel sont encore attachées beaucoup d’opérations artistiques (l’archive papier, la photo unique, écornée et chargée d’affect, etc.) » (p. 25).

5 Il est à ce titre remarquable que les propos les plus alarmistes sur les conséquences du numérique et du web se trouvent dans un article ayant pour titre « Les historiens face aux archives : vers une redéfinition des pratiques de la recherche » (Mathieu de Oliveira).

6 Bénédicte Grailles explique, « la diffusion des pratiques d’exploitation du matériau archivistique au service de formes d’histoire dépourvues de toute ambition académique » connaît une forte augmentation (p. 61).

7 Bruno Galland, puis Jean-Pierre Brunterc’h et Marie Chouleur au sujet des Archives nationales ; Jacqueline Ursch sur une exposition concernant les Harkis ; Bertrand Fonck sur une exposition militaire ; Sylvie Desachy sur une exposition liée à l’activité des notaires dans le sud de la France ; Pierre Fournié sur une exposition ayant pour objet des photographies judiciaires.

8 Il est assez symptomatique de noter que la première notule « actualité », c’est-à-dire hors dossier, est consacrée à un site mis en place autour des photographies de Nicéphore-Niepce, alors qu’aucun texte n’est consacré à ce type d’interface dans la partie consacrée aux enjeux de sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Christian Hottin, Yann Potin, Amable Sablon du Corail (dir.), « Archives et enjeux de société », Culture et Recherche, n°129, Hiver 2013-2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 novembre 2014, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16070

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II – Le Mirail), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page