Navigation – Plan du site

Sylvie Fol, Yoan Miot et Cécile Vignal (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

Clément Boisseuil
Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques
Sylvie Fol, Yoan Miot, Cécile Vignal (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2014, 255 p., ISBN : 978-2-7574-0743-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laboratoires Territoires, villes, environnement et société (TVES) et Centre lillois d’études et de (...)

1Les mobilités résidentielles encouragent-elles les mobilités sociales ou sont-elles génératrices d’inégalités sociales et territoriales ? Quel rôle ont les politiques publiques dans ce contexte et pour quels effets ? Telles sont quelques-unes des questions abordées dans cet ouvrage coordonné par Sylvie Fol, Yoan Miot et Cécile Vignal, qui s’intéresse aux débats contemporains sur les mobilités résidentielles. Issu d’une journée d’étude organisée le 2 décembre 2010 par les laboratoires TVES et CLERSE1 et la ville de Roubaix, ce livre collectif rassemble des contributions tant de chercheurs (en géographie, urbanisme, sociologie, science politique) que de praticiens. Il se décompose en trois parties. La première s’attache aux déterminants et aux effets socio-spatiaux des mobilités résidentielles. La seconde porte sur les projets de rénovation urbaine dans les quartiers populaires. La dernière s’intéresse à la notion d’ancrage local face à l’injonction à la mobilité résidentielle.

2Si le présent ouvrage s’intitule Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, il aurait pu être nommé Mobilités résidentielles et inégalités territoriales et sociales. Comme indiqué en introduction, « l’ambition de cet ouvrage est d’analyser dans quelle mesure les mobilités résidentielles contribuent au croisement des inégalités territoriales et des inégalités sociales, afin de discuter de la place des politiques publiques dans les processus de mise en mobilité des habitants des territoires populaires » (p. 9-10).

3Les conclusions apportées en post-face par Fabien Desage éclairent le propos général. Ce dernier souligne que « prendre la mesure de la montée en puissance de l’injonction à la mobilité résidentielle des plus pauvres implique d’abord de comprendre comment ce qui fut longtemps perçu comme une “solution”, – i.e. leur fixation spatiale – est progressivement devenu un “problème” aux yeux des gouvernants nationaux mais aussi locaux » (p. 250). Il revendique alors la dimension critique du recueil de textes, dénonçant l’idée que les mobilités résidentielles et les mobilités sociales sont liées. Il avance trois raisons à la croissance de l’injonction à la mobilité : la volonté de disperser des classes potentiellement « dangereuses » au vue des émeutes urbaines par exemple ; une volonté de maîtrise du peuplement, notamment ethnique, voire « racial », dans les quartiers ; l’idée selon laquelle la mobilité serait bénéfique pour les ménages les plus précaires, contrairement à l’immobilité. Ces trois présupposés des politiques favorisant la mobilité résidentielle traversent les chapitres du livre, qui tend à montrer comment la mobilité est vue comme une politique d’activation. Ainsi, « les pauvres seraient dans l’incapacité de se projeter dans l’avenir et donc de développer des stratégies leur permettant d’être mobiles. […] Pour combattre ce risque d’enfermement, les pouvoirs publics cherchent donc à développer des incitations fortes à la mobilité » (p. 11). L’enjeu central du livre est de réfuter cette idée « que la mobilité résidentielle produit nécessairement et par elle-même des effets positifs » (p. 252).

4Les trois chapitres de la première partie de l’ouvrage traitent des facteurs influençant les choix résidentiels des ménages. Jean-Claude Driant propose une analyse fine des dernières enquêtes logement de l’INSEE. François Cusin s’intéresse aux logiques de l’attractivité, et dans une certaine mesure de compétitivité, des aires urbaines françaises. Marie-Paule Thomas défend la thèse selon laquelle l’analyse des modes de vie permet de comprendre pour partie les choix résidentiels, trop étudiés sous le prisme des logiques de prix et de taille des logements. La force empirique des trois chapitres est indéniable, mais il est dommageable de ne pas avoir mis en dialogue les auteurs. Si Driant montre qu’il y a un « blocage sélectif à la mobilité », Thomas répond que cela ne peut expliquer l’ensemble des choix résidentiels. De même, si Cusin démontre qu’attractivité économique et attractivité résidentielle ont des effets variables à l’échelle nationale, s’inscrivant dans un système des villes Driant porte son analyse sur des raisons plus individuelles (moment de la vie, configuration familiale, situations professionnelles). Enfin, si Cusin et Driant analysent les choix résidentiels à l’échelle nationale, Thomas souligne l’importance des choix infra-métropolitains (entre types de quartiers et donc entre modes de vie) des diverses catégories en présence. Suggérant que « le revenu seul ne peut expliquer les préférences résidentielles » (p. 111), elle propose de lier chaque type de quartiers à une typologie des habitants des deux agglomérations suisses qu’elle étudie, marquant « sept visions de la qualité de vie » (p. 105) entre « citadins engagés », « paisibles » et « bourgeois » ou encore « indifférents insatisfaits ». Ainsi, le lecteur est laissé libre dans l’interprétation des liens entre les variables mises en exergue dans ces trois chapitres : raisonnements individuels (familiaux, professionnels…), systèmes économiques territoriaux et modes de vie collectifs.

  • 2 Renaud Epstein, La rénovation urbaine, démolition-reconstruction de l’État, Paris, Presses de Scien (...)
  • 3 Gaudant Nathalie, « La mixité sociale : objectif ou résultat des projets de rénovation urbaine ? », (...)

5La seconde partie « Être mobile sous contrainte, être mobile par incitation. Regards croisés sur la politique de rénovation urbaine », se compose de cinq chapitres représentatifs d’une littérature2 déjà importante. Les contributions de Christine Lelévrier, Émilie Saint-Macary, Joël Meissonier, Sophie Lauden Angotti et Élise Gassiat Henu viennent s’ajouter aux nombreux travaux sur les politiques de rénovation en France3. Lelévrier reprend alors ses travaux sur les trajectoires résidentielles. Soulignant l’hétérogénéité des trajectoires résidentielles dans les quartiers populaire en rénovation, elle met en lumière trois types de trajectoires résidentielles : celle des « vieilles familles ouvrières », celle des « ménages fragilisés » et des « grandes familles », et enfin celle des « petits ménages salariés ». Saint-Macary souligne quant à elle la difficile mise en place de la mixité sociale et de la diversification de l’habitat dans les quartiers en rénovation. D’un côté, les programmes immobiliers devant attirer les ménages extérieurs n’ont pas les effets escomptés. De l’autre, on assiste à un ancrage des ménages qui tendent à rester dans leurs quartiers. Au chapitre suivant, Meissonnier s’intéresse aux effets du relogement suite à une mission d’évaluation des relogements des ménages à Tourcoing sur la période 2010-2013. Il met en exergue trois formes de « reconfigurations spatiales et sociales produites par le relogement » : « la reconfiguration des réseaux sociaux d’une part, la reconfiguration des repères sociaux et celle des routines d’autre part » (p. 172). Par la suite, Lauden-Angotti résume une étude effectuée pour l’Union sociale de l’habitat sur les parcours des ménages relogés à l’échelle nationale. Elle illustre les évolutions des types de ménages présents, de leurs parcours résidentiels, de l’impact financier du relogement et de leurs conditions nouvelles de logement. Enfin, Gassiat Henu rend compte des dissensions entre actions urbaines et sociales, montrant que relogement ou amélioration du cadre de vie (urbain) ne signifie pas ascension sociale ou amélioration des conditions (sociales) des ménages ciblés. Cette partie est riche, mais le lien entre les chapitres est limité, voire artificiellement maintenu sous la thématique de la « rénovation urbaine ». La diversité des objets de recherche des enquêtes ou des témoignages regroupés vient brouiller le propos.

6La troisième partie du livre, dont la cohérence est plus évidente, porte sur l’ancrage local des ménages les plus fragiles. Cécile Vignal introduit la partie. Elle montre comment la fin du modèle des villes industrielles en France, dites fordistes, marque une rupture. Alors que l’ancrage local était une caractéristique des villes industrielles, c’est la mobilité (pour l’emploi) qui l’emporte dans les villes contemporaines. Elle défend l’idée selon laquelle l’ancrage local, bien que potentiellement ségrégatif, peut être une ressource pour les ménages les plus précaires, notamment en vue de l’accès à l’emploi. Principalement ressource et potentiellement contrainte selon Vignal, l’ancrage est analysé par Sylvie Fol et Yoan Miot comme un atout trop peu pris en compte. Dans un chapitre traitant des « villes en déclin » (p. 211) de Roubaix, Mulhouse et Saint-Étienne, les chercheurs mettent en lumière la volonté « d’activation » des mobilités résidentielles par la rénovation urbaine. Ils défendent l’hypothèse selon laquelle l’ancrage peut être facteur de diversité s’il s’inscrit dans des mobilités sociales ascendantes des ménages en présence. Le dernier chapitre, par Martin Omhovère, insiste sur l’ancrage et la proximité comme ressources. Par l’étude des ménages d’origine immigrée ou descendants d’immigrés dans le quartier de Gambetta à Montpellier, il suggère que la proximité des familles immigrées (et donc leur ancrage local) est génératrice d’insertion économique et de stabilisation familiale pour celles-ci.

7Finalement, cet ouvrage vient enrichir une littérature croissante sur les mobilités résidentielles, mais ne bouscule pas ce champ de recherche. Malgré quelques références à la littérature internationale sur la question, le débat reste centré sur la France. Par ailleurs, on aurait pu attendre une argumentation plus clairement explicitée sur l’hypothèse avancée d’effets pervers des politiques de mobilités et de peuplement. Ceci est l’objectif de l’ouvrage, comme Desage l’exprime seulement dans la postface.

Haut de page

Notes

1 Laboratoires Territoires, villes, environnement et société (TVES) et Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE, UMR 8019), Université Lille 1, Sciences et technologies.

2 Renaud Epstein, La rénovation urbaine, démolition-reconstruction de l’État, Paris, Presses de Sciences Po, 2013, compte rendu de Florent Moretti pour Lectures : http://lectures.revues.org/11626 et Jacques Donzelot (dir.), À quoi sert la rénovation urbaine ?, Paris ; PUF, 2012, compte rendu de Candice Martinez pour Lectures : http://lectures.revues.org/7615.

3 Gaudant Nathalie, « La mixité sociale : objectif ou résultat des projets de rénovation urbaine ? », Métropolitiques, 7 janvier 2013, en ligne : http://www.metropolitiques.eu/La-mixite-sociale-objectif-ou.html ; Nicolas Ledoux, « Pour un Grand Paris de la rénovation urbaine », Métropolitiques, 6 novembre 2013, en ligne : http://www.metropolitiques.eu/Pour-un-Grand-Paris-de-la.html ; Avenel Cyprien, « La politique de la ville en quête de réforme », La vie des idées, 7 mai 2013, en ligne : http://www.laviedesidees.fr/La-Politique-de-la-Ville-en-quete.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Boisseuil, « Sylvie Fol, Yoan Miot et Cécile Vignal (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 novembre 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16073

Haut de page

Rédacteur

Clément Boisseuil

Doctorant en science politique – mention sociologie politique comparée, Centre d’études européennes, SciencesPo Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page