Navigation – Plan du site

Dominique Lefrançois, Le parking dans les grands ensembles

Mickael Chelal
Le parking dans les grands ensembles
Dominique Lefrançois, Le parking dans les grands ensembles, Paris, Editions de la La Villette, coll. « Penser l'espace », 2014, 175 p., ISBN : 978-2-915456-81-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lefrançois Dominique, Le parking dans le grand ensemble. Entre habiter, circuler, travailler, se ré (...)
  • 2 Augé Marc, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

1Comment penser l’espace urbain à partir d’un objet précis ? Comment penser l’urbain à partir d’un lieu qui peut paraître pour le sens commun anodin et trivial ? C’est ce qu’ambitionne d’illustrer cet ouvrage issu d’un travail de thèse1, à travers l’étude du parking dans les cités populaires. Dominique Lefrançois, sociologue et urbaniste, montre la complexité d’un espace qui est un impensé de l’urbanisme et un archétype du « non-lieu » tel que le défini Marc Augé2, à savoir un espace traversé par des circulations, qui n’est pas approprié, sans ressort identitaire et relationnel. C’est pour cette raison que l’auteure s’attache à étudier les parkings, en partant de l’hypothèse que ce sont des lieux « riches de certaines sacralités » (p. 6), riches de représentations, d’usages, d’investissements... Plus encore, l’auteure considère le parking comme un lieu central dans le quartier, souvent associé à l’insécurité. Mais quels sont les éléments qui font du parking un lieu premier dans les grands ensembles alors que les acteurs de la réhabilitation urbaine déconsidèrent cet espace du parking ?

  • 3 Le Corbusier, La charte d'Athènes, Paris, Plon, 1943.

2À partir d’une approche qualitative, à la croisée de la sociologie et de l’urbanisme, l’auteure aborde les quartiers de grands ensembles à partir d’un espace peu étudié. D. Lefrançois a mené sa recherche à partir d’observations in situ de parkings sur deux terrains de la banlieue parisienne, les quartiers Nord d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et le quartier du Palais à Créteil (Val-de-Marne). De plus, cet ouvrage se base sur une centaine d’entretiens réalisés avec les habitants de ces quartiers et des acteurs institutionnels (travailleurs sociaux, responsables de la politique de la ville, bailleurs...). De cette façon, l’auteure tente d’observer les différents usages du parking qui permettent d’aborder des questions plus larges qui touchent l’ensemble de la population des grands ensembles. Plus qu’une réflexion sur les parkings cet ouvrage donne à voir la ville « postmoderne » qui laisse une place plus importante à l’individu replié sur le logement. Alors que la ville moderne était pensée pour le couple logement-travail, notamment avec le concept de zonage en fonctions de l’espace urbain (habiter, travailler, récréer, circuler) tel que l’a évoqué Le Corbusier dans la Charte d’Athènes3 , que nous apprend le parking dans une période où ce couple est menacé par la montée du chômage ? Les activités (mécanique, bricolage, flânerie) qui s’y déroulent autour de ce qu’il abrite, la voiture, donnent à voir le parking comme un lieu capital dans les grands ensembles.

  • 4 Paquot Thierry, L’espace public, La Découverte, coll. « Repères », 2009.

3Le parking est perçu comme un espace public tel que le définit T. Paquot4, c’est-à-dire un espace dans lequel tout un chacun peut circuler et stationner quel que soit le statut de cet espace (privé ou public). Mais il tend à interroger la distinction à travers ses usages. En effet, l’auteure observe que le parking peut être utilisé comme un espace privé car il renvoie à un prolongement du logement dans l’espace public. Elle décrit et analyse plusieurs usages du parking qui sert d’atelier à travers les diverses pratiques de mécanique et de bricolage ; de « maison des jeunes » qui s’avère être le deuxième lieu de regroupement des jeunes après le hall d’entrée ou encore de placard de cuisine (le « parking-placard de la cuisine », p. 94) où la voiture est utilisée pour conserver des aliments ou des meubles. De ce fait, le parking renvoie à un espace flexible qui dépasse le cadre de sa fonction première qui est de garer sa voiture : « Investi comme un atelier ou une chambre où se réunir, remplissant également les fonctions de grenier ou de cave ignorées par les aménageurs, le parking montre que l’espace peut être détourné » (p. 99). De plus, la qualité d’un logement se mesure par la proximité d’un emplacement pour la voiture.

4Le parking renvoie donc à des espaces appropriés par l’ensemble de la population des grands ensembles, les jeunes, les pères de famille et les femmes. Si le parking et les espaces publics en général dans les grands ensembles semblent être des espaces masculins, les femmes n’y sont pas totalement absentes car « la femme s’introduit dans l’espace public par le regard qu’elle jette de temps à autre sur le parking et les allers et venues qu’elle effectue pour s’approvisionner en vivres dans le coffre de la voiture » (p. 95). Néanmoins, le parking rendu privé par ces usages n’en reste pas moins un espace public en ce qu’il est le lieu d’une sociabilité relativement importante. C’est un espace de rencontre qui, selon l’auteure, obéit au principe de l’entre-soi. C’est un lieu de rencontre entre voisins, entre mécaniciens, entre jeunes, mais c’est un entre-soi qui dépasse les frontières du quartier en ce que les clients des mécaniciens, travaillant illégalement sur les parkings, sont extérieurs à la cité par exemple. La surveillance du parking par ses habitants participerait à ces relations de sociabilité faisant du parking un des espaces les plus contrôlés : « la vigilance, en somme, apparaît comme une forme de lien social » (p. 146). De plus, l’auteure avance l’idée que le parking serait d’autant plus important qu’il pourrait jouer un rôle d’intégration à la société au regard des pratiques de mécanique qui peuvent être transmisses pour l’apprentissage d’un métier qui semble être valorisé par les habitants des grands ensembles, soulignant ainsi le rôle des institutions que sont la famille et le travail. Le parking serait donc un « espace seuil » permettant le passage progressif entre un espace privé (le logement) et l’espace public.

  • 5 Bacqué Marie-Hélène et Biewener Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découv (...)

5En somme, nous avons à travers cet ouvrage une approche originale des grands ensembles qui, à partir d’un espace précis qui se révèle être en fait un « objet d’études gigogne » (p. 11), permet d’aborder de nombreuses questions en touchant une large population. Pour l’auteure, le parking est central dans les grands ensembles car il concerne toute sa population, mais il permet aussi de poser des questions plus larges en interrogeant l’évolution de l’espace public aujourd’hui, tout en introduisant une réflexion sur les représentations des quartiers populaires. En effet, pour Dominique Lefrançois, le parking est un enjeu majeur de la réhabilitation des grands ensembles. L’auteure amène les acteurs de la ville que sont, entre autres, les architectes et urbanistes, à avoir des réflexions approfondies sur les lieux de stationnement en adoptant une approche par les usages, plus à l’écoute des besoins et des aspirations des habitants dans la mouvance de l’empowerment évoqué, entre autres, par Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener5. Alors que la politique de la ville vise à plus de mixité sociale, le parking peut être un outil de cette mixité car il constitue un lieu important pour les classes moyennes soucieuses de leurs voitures et de leurs stationnements. Pour D. Lefrançois, les parkings sont de véritables « lieux », dans l’acception de Marc Augé, au travers desquels se joue l’image de ces quartiers empreints de nombreuses représentations négatives. Prendre au sérieux les parkings lors des réhabilitations pourrait participer à modifier l’image des grands ensembles.

Haut de page

Notes

1 Lefrançois Dominique, Le parking dans le grand ensemble. Entre habiter, circuler, travailler, se récréer un espace approprié, thèse de doctorat en urbanisme, Université Paris-Est-Créteil, laboratoire de recherche Lab Urba, décembre 2006.

2 Augé Marc, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

3 Le Corbusier, La charte d'Athènes, Paris, Plon, 1943.

4 Paquot Thierry, L’espace public, La Découverte, coll. « Repères », 2009.

5 Bacqué Marie-Hélène et Biewener Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, coll. « Sciences Humaines / Politique et sociétés », 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickael Chelal, « Dominique Lefrançois, Le parking dans les grands ensembles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 novembre 2014, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16097

Haut de page

Rédacteur

Mickael Chelal

Étudiant en master 2 de sociologie à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page