Navigation – Plan du site

François Durpaire, Béatrice Mabilon-Bonfils, La fin de l’école. L’ère du savoir-relation

Cécile Carra
La fin de l'école
François Durpaire, Béatrice Mabilon-Bonfils, La fin de l'école. L'ère du savoir-relation, Paris, PUF, 2014, 273 p., ISBN : 978-2-13-062527-8.
Haut de page

Texte intégral

1« Dans OMS en série, paru en 1957, Stephan Wul1 imagine une planète où un peuple – les Draags – n’irait pas à l’école mais apprendrait grâce à des “écouteurs d’instruction”. Cette planète sans école pourrait bien être la nôtre dans un avenir moins lointain qu’il n’y paraissait à l’auteur de science-fiction » (p. 1). Ainsi débute l’ouvrage que nous proposent l’historien François Durpaire et la sociologue Béatrice Mabilon-Bonfils. Le site américain Education Futures prévoit la disparition de l’école d’ici trente ans2. Comment ne pas être saisi par cette chronique d’une mort annoncée ?

  • 3 GuyVincent (dir.), L’éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation da (...)

2L’ensemble des données présentées dans cet ouvrage, ne peut que convaincre du fort affaiblissement de la « forme scolaire » telle que la définissait Vincent3. En appui sur de nombreuses recherches, c’est le constat de l’échec de l’école sur fond de crise des institutions que dressent les auteurs. Deux évolutions majeures sont à l’origine de la remise en cause de la forme scolaire. D’une part, la globalisation qui interroge la raison d’être de l’école : la formation des citoyens intégrés à la nation ; d’autre part, l’explosion des technologies numériques entraînant la fin du monopole des établissements scolaires avec la mondialisation des savoirs. C’est ainsi la fin de la forme scolaire que les auteurs prédisent, rappelant qu’elle n’a pas toujours existé : elle est une configuration historique particulière et, si elle a un début, elle peut donc avoir une fin.

  • 4 Michel Foucault, L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1970.
  • 5 François Dubet, « Déclin de l’institution et/ou néolibéralisme ? », Éducations et sociétés. Revue i (...)

3Le premier chapitre développe ce constat, montrant une crise des autorités transmissives, qui jusque-là établissait du sens en hiérarchisant les connaissances. À travers la description de cette crise et de la perte de la légitimité d’un détenteur du sens, c’est finalement l’affaiblissement du « lieu du discours » et du « statut du locuteur » pour asseoir la vérité du discours4 de l’école, qui continue son œuvre. Parallèlement, l’école devant pour participer à la construction de la communauté nationale échoue à se redéfinir sur un projet volontaire, si bien que l’école se dissout dans la société et que la société se dissout dans l’école, ce que les auteurs nomment la périphérisation. Elle laisse la place à une offre de contenus tous azimuts émanant du marché et des nouvelles voies romaines qu’il essaie de contrôler. Or, comme le précise Dubet5, le libéralisme n’est pas la cause de la déstabilisation de l’école mais il s’engouffre dans les vides laissés par la fin de l’école. Le danger réside dans le fait que ce dernier ébranle la communauté de citoyens, en s’attachant prioritairement à construire une communauté de consommateurs à l’échelle du monde. Ainsi donc, les enjeux sont posés : « Communauté égale de citoyens ou jungle de consommateurs : l’horizon du monde dépend de la capacité à assumer la prééminence du projet éducatif sur les nouvelles technologies du marché » (p. 44).

4Le deuxième chapitre dresse les contours des mutations du tournant global. Une première évolution majeure caractérise ce tournant : le recul des gouvernements nationaux. Depuis 2000, les gouvernements du monde, de concert avec les agences des Nations unies, ont lancé des initiatives faisant de l’éducation la clé du développement. L’éducation ne se limite pas à l’école ; l’État national n’est qu’un partenaire parmi d’autres (ONG, sociétés civiles, secteur privé, communautés et individus) dans ce processus éducatif. L’objectif est de fonder une éducation plus proche des besoins des enfants que ne l’est la forme scolaire. L’échelle de décision ou d’orientation des politiques éducatives tend à devenir supranationale (sous l’influence de la Banque mondiale, du FMI, de l’OCDE et de la Commission européenne) ; l’évaluation au niveau international en est un gouvernail. Le « savoir sans apprendre » constitue une deuxième évolution majeure qui caractérise ce tournant global, laissant entrevoir le passage de l’école nationale à une mondialisation éducative. Un clic permet désormais d’accéder à tous les savoirs. L’enquête menée par les auteurs auprès de lycéens révèle, de manière surprenante, que l’école n’est d’ailleurs plus pensée par les élèves comme un lieu de savoirs. Les connaissances à transmettre changent alors de nature : ce ne sont plus des savoirs qu’il s’agit de transmettre mais des façons d’apprendre à chercher ces savoirs, à les hiérarchiser et à distinguer le vrai du faux.

  • 6 MOOC : massive open online course ; cours en ligne ouvert aux masses.

5Tracer les contours d’une révolution éducative mondiale, pour bâtir une communauté globale de citoyens à même de relever les défis planétaires, tel est le dessein annoncé des deux auteurs dans cet ouvrage et développé dans ce deuxième chapitre et le suivant. Avec le numérique, troisième révolution majeure de l’humanité selon Michel Serres (après l’invention de l’écriture et celle de l’imprimerie), l’école est en passe de devenir l’« ancien régime » de l’histoire de l’éducation ; l’éducation change en effet de paradigme avec le saut qualitatif que représente l’« école extensive » : « l’outil nomade – le “sumo” (support mobile) – est l’école » (p. 174). Les formes d’accès aux savoirs se démultiplient. Il est désormais possible d’apprendre partout et tout le temps. Pour autant, le lieu scolaire doit demeurer, pour les auteurs, non pas comme lieu d’instruction mais comme lieu de socialisation et de construction d’une identité collective. Cette construction passe par des temps de rencontre au sein d’une même architecture, une architecture des « espaces-à-vivre-le-savoir ». Les cours donnés par les enseignants en présentiel seront-ils remplacés par les MOOCs6 et les enseignants par des robots ? Il faut se recentrer, indiquent les auteurs, sur ce que le robot ne pourra jamais faire : la relation éducative, non pas les savoirs accessibles instantanément, mais la manière de les relier, de les hiérarchiser. La formation des nouveaux enseignants doit mettre en son cœur l’hybridation, désignée dans l’ouvrage sous le terme de créolisation éducative. La diversité des formes d’éducation participe d’un projet éducatif au sein duquel le savoir-relation doit se constituer en savoir critique, permettant ainsi aux élèves de pouvoir agir en citoyens critiques dans une société démocratique. Les auteurs multiplient les illustrations, les expérimentations « en faveur d’une nouvelle éducation, qui placerait en premier lieu les valeurs humaines qui sont l’entraide, le partage, la solidarité, le courage, le plaisir… » (p. 8).

6On est alors bien loin ici des traités affectés comptabilisant les signes de perte, de déclin ou d’outrage que l’on ferait à l’école, et louant son passé glorieux, qui n’a le plus souvent jamais été, pour inscrire la réflexion non sur la périphérie que constitue l’école mais sur le cœur que représente l’éducation.

Haut de page

Notes

1 Stephan Wul, OMS en série, Paris, Denoël, 1972.

2 http://www.educationfutures.com/resources/timeline/.

3 GuyVincent (dir.), L’éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994. La forme scolaire se caractérise par un lieu spécifique séparé de la famille et de la religion, par une organisation rationnelle du temps scolaire et par l’importance des règles dans l’apprentissage.

4 Michel Foucault, L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1970.

5 François Dubet, « Déclin de l’institution et/ou néolibéralisme ? », Éducations et sociétés. Revue internationale de sociologie de l’éducation, n° 25, 2010, p. 17-34.

6 MOOC : massive open online course ; cours en ligne ouvert aux masses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Carra, « François Durpaire, Béatrice Mabilon-Bonfils, La fin de l’école. L’ère du savoir-relation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 novembre 2014, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16120

Haut de page

Rédacteur

Cécile Carra

Professeure de sociologie, LEM (Lille économie management) UMR 8179 CNRS, Université Lille Nord de France – Université d’Artois.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page