Navegación – Mapa del sitio

Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud, Violence et politique au Moyen-Orient

Nicolas Lepoutre
Violence et politique au Moyen-Orient
Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud, Violence et politique au Moyen-Orient, Paris, Les Presses de Sciences Po, col. « Nouveaux Débats », 2014, 254 p., ISBN : 978-2-7246-1585-2.
Inicio de página

Texto completo

1Des affrontements récurrents en Palestine aux atrocités commises par l’autoproclamé État islamique (EI), les événements du Moyen-Orient semblent souvent se résumer à une succession de violences. Partant de ce constat, Pierre Blanc et Jean-Paul Chagnollaud entendent proposer ici une analyse de la violence qui frappe, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, cette région s’étendant de l’Égypte aux pays du Golfe. Selon les deux auteurs, cette situation dramatique s’explique par la « désertion du politique » qui caractérise les sociétés du Moyen-Orient. Définissant le politique comme une « force régulatrice » (p. 12), un « processus de dialogue, de construction de compromis et de référence au droit » (p 249), ils soulignent que les différents acteurs – qu’il s’agisse des États de la région mais aussi des divers mouvements politiques ou de la communauté internationale – négligent le politique pour recourir à la violence. Les deux chercheurs établissent ensuite une typologie qui distingue cinq types de violence, chacun faisant l’objet d’un chapitre.

2La première forme de violence concerne les territoires ; elle est liée à la volonté de modifier le tracé des frontières. La disparition de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale permet en effet à la France et au Royaume-Uni d’imposer des frontières, une notion « inconnue » jusqu’alors dans la région, et de créer de nouveaux États. Ces États ne recoupent pas de clivages ethniques ou religieux préexistants : il ne s’agit pas d’États-nations mais d’États artificiels, « importés », selon les auteurs. Depuis lors, les frontières ne cessent d’être remises en cause, que ce soit par des pays expansionnistes ou irrédentistes tels qu’Israël ou la Syrie, ou par des mouvements nationaux sans État comme les Kurdes. Ces violences territoriales sont à l’origine, d’après P. Blanc et J.-P. Chagnollaud, de la naissance et de la radicalisation des grandes idéologies dominantes au Moyen-Orient, abordées dans un deuxième chapitre, consacré à la violence idéologique. Chacun des grands discours dominants qui ont marqué la région, le sionisme, le nationalisme arabe et l’islamisme, se sont développés sur le rejet d’un Autre. On aboutit ainsi au troisième type de violence, les violences identitaires. Les pays du Moyen-Orient sont marqués pour la plupart par une forte diversité ethnique et religieuse, et peinent à intégrer tous leurs habitants dans une véritable citoyenneté qui transcenderait l’appartenance communautaire. La gestion des minorités prend principalement la forme de violences, des discriminations pratiquées contre les sunnites dans l’Irak de Nouri al-Maliki au cas extrême du génocide des Arméniens de 1915. On note par ailleurs que les tentatives d’intégration citoyenne, comme au Liban, n’ont guère été couronnées de succès. Les minorités ne sont toutefois pas les seules à souffrir des politiques des États de la région, qui recourent à la violence pour assurer la pérennité de leur autoritarisme. C’est le quatrième type de violence dégagé par les deux auteurs. Celle-ci peut naturellement être directe, à travers l’action des forces de sécurité et des services de renseignements, mais elle se manifeste aussi par l’importance de la corruption et la distribution sélective des ressources qui nuisent avant tout aux plus pauvres. Dans un dernier chapitre, P. Blanc et J.-P. Chagnollaud soulignent le mépris que professent les États du Moyen-Orient et la communauté internationale pour le droit et la justice : on peut penser ici aux nombreuses résolutions adoptées par l’Organisation des Nations Unies sur le conflit israélo-palestinien, qui demeurent totalement ignorées, ou à l’invasion de l’Irak par les États-Unis et leurs alliés en 2003.

3Si la présence de la violence n’est bien évidemment pas l’apanage du Moyen-Orient, force est de constater qu’il s’agit d’une région particulièrement conflictuelle. Tout en rejetant clairement l’idée d’une prétendue « exception arabe » qui expliquerait cette situation, les universitaires soulignent un certain nombre de facteurs qui exacerbent la crise du politique. Il ne faut pas négliger en effet l’importance stratégique de la région, du fait du canal de Suez et de ses abondantes ressources pétrolières, ainsi que sa forte diversité ethnique et religieuse, sans compter la présence de lieux saints des trois grandes religions monothéistes.

4Le pari de la collection « Nouveaux Débats », dont est issu le présent ouvrage, de s’adresser au grand public apparaît ici parfaitement rempli. P. Blanc et J.-P. Chagnollaud adoptent une prose très claire et lisible, tout en proposant de nombreux exemples, aussi variés que précis. On note par ailleurs quelques passages particulièrement inspirés ou novateurs comme celui sur le respect du droit de l’occupation par l’administration américaine établie en Irak en 2003-2004. La bibliographie proposée dans les notes de bas de page s’avère de grande qualité.

5En revanche, l’argumentaire tend à amalgamer deux dimensions en réalité différentes de la violence : d’une part ses motivations, à travers la volonté de certains acteurs de modifier les frontières ou de se maintenir au pouvoir par exemple, d’autre part les formes qu’elle revêt, comme dans le chapitre consacré aux violations du droit international ou dans la partie consacrée à la violence économique. Cette distinction aurait méritée d’être explicitée et la réflexion sur les modalités de la violence aurait même pu être à cette occasion prolongée. En effet, les modes d’action peuvent eux-mêmes avoir un fort rôle symbolique et donc politique. On peut penser ici à la « barbarie » de l’EI : les massacres ou décapitations semblent opérés précisément pour obtenir un très fort relais médiatique et la violence apparaît en définitive comme un mode de légitimation de son action. Il est vrai qu’il faut se garder de l’écueil inverse consistant à négliger toute réflexion sur les causes de la violence de groupes immédiatement et commodément qualifiés d’« extrémistes » ou « terroristes » ; en cela, ce livre est tout à fait le bienvenu. On pourrait enfin s’interroger sur la définition du politique retenue par les auteurs et sa dimension quelque peu restrictive. Peut-on réellement résumer le politique à un processus de dialogue ? Si, indiscutablement, on ne peut que regretter le recours à la force armée, la violence ne fait-elle pas partie également des modalités du politique, entendu alors plutôt au sens de gestion d’une organisation sociale ?

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nicolas Lepoutre, « Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud, Violence et politique au Moyen-Orient », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 12 noviembre 2014, consultado el 22 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16126

Inicio de página

Redactor

Nicolas Lepoutre

Diplômé de l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Lille, agrégé d’histoire.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página