Navigation – Plan du site

Bruno Cabanes, Août 1914. La France entre en guerre

Nicolas Haesler
Août 14
Bruno Cabanes, Août 14. La France entre en guerre, Paris, Gallimard, 2014, 256 p., ISBN : 978-2-07-012994-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Krumeich, Gerd, Juli 1914. Eine Bilanz, Paderborn, München, Wien, Zürich, Ferdinand Schöningh, 2014
  • 2 La tradition rankienne se réfère à l’historien allemand, Leopold von Ranke (1795 – 1886). Celui-ci (...)
  • 3 Tuchmann, Barbara, Guns of August, New York, The Random House Publishing Group, 1962. Tuchmann s’in (...)

1Parmi la quantité d’ouvrages publiés en cette année de célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale, le livre de Bruno Cabanes représente un certain intérêt. À l’instar de son homologue allemand Gerd Krumeich qui s’est intéressé dans un récent ouvrage aux origines diplomatiques et aux responsabilités politiques de la Grande Guerre durant le mois de juillet1, Bruno Cabanes choisit également de ne se pencher que sur un mois : le mois d’août 1914 durant lequel la France bascule dans la guerre. Mais la comparaison s’arrête là. Alors que Gerd Krumeich est fidèle à une tradition rankienne2 de l’historiographie et essaye de montrer, nombreuses sources à l’appui, les leviers diplomatico-politiques de l’engrenage belliqueux, Bruno Cabanes choisit une approche beaucoup plus diversifiée. En effet, à travers huit chapitres il se consacre tour à tour aux origines politiques de la guerre, à l’imaginaire collectif et aux mentalités, aux différents modèles stratégiques, au déroulement et à la nature de l’affrontement guerrier, aux changements et aux conséquences immédiates pour la société française. Et contrairement à la célèbre journaliste et historienne américaine, Barbara Tuchmann, qui a écrit un classique sur ce même mois de 19143, l’approche de Cabanes est exclusivement centrée sur la France et l’expérience des Français. Il utilise des sources jusque-là peu exploitées telles que les rapports préfectoraux, les rapports policiers, les journaux intimes ou les correspondances privées.

  • 4 Je renvoie ici à l’ouvrage de Jean-Michel Steg sur la journée du 22 août 1914 lors de l’affrontemen (...)
  • 5 Je n’aborderai donc pas de manière détaillée les tractations politico-diplomatiques, les plans stra (...)

2Les huit chapitres du livre peuvent être regroupés en trois parties. Premièrement, Cabanes s’intéresse au temps précédant l’affrontement (chapitres 1, 2 et 3). Deuxièmement, il présente les affrontements particulièrement meurtriers de ce mois d’août 19144 (chapitres 4 et 5). Troisièmement, il se penche sur les conséquences du déroulement catastrophique de la bataille des frontières pour la société française (chapitres 6, 7 et 8). Cependant, cette grille de lecture ne doit en aucun induire le lecteur en erreur. Bruno Cabanes ne propose pas une histoire de structures mais bien une histoire narrative dont le propos est de « faire revivre des passions, des espérances, des illusions que les historiens oublient souvent ». De ce fait, ce livre est avant tout « une histoire des Français, confrontés à l’une des épreuves collectives les plus effroyables du XXsiècle » (p. 10). Je me bornerai ci-dessous à en exposer les éléments principaux et les analyses les plus originales5.

  • 6 L’évidence dont parle l’auteur n’est pourtant pas aussi nettement admise par l’ensemble des histori (...)
  • 7 « L’union sacrée » en France ou la « Burgfrieden » en Allemagne sont des preuves de cette solidarit (...)

3Dans la première partie du livre, Bruno Cabanes évoque de façon poignante les effets de la mobilisation générale sur la communauté française. C’est surtout à travers le récit des cérémonies de départ et « l’odyssée » (p. 82) des mobilisés à travers la France, dont certains soldats découvrent des contrées jusque-là inconnues, que l’auteur parvient à mettre en évidence l’ampleur de l’épreuve collective vécue par l’ensemble de la société française dès les premiers jours de l’entrée en guerre. Le départ massif des hommes mobilisés s’est fait dans une sorte de « résignation grave » et « une sorte d’évidence collective » (p. 69)6. L’auteur montre que malgré l’assassinat de Jean Jaurès, qui n’a pas provoqué les émeutes et les troubles sociaux craints par les autorités publiques, les Français sont entrés collectivement et solidairement7 en guerre en ce début du mois d’août 1914.

  • 8 Pour la thématique des idéologies et principes prédominants dans les armées européennes avant la gu (...)

4Dans la deuxième partie, Bruno Cabanes expose tout d’abord les principes du plan « Schlieffen » allemand et du « Plan XVII » français, leur ancrage idéologique dans « la mystique de l’offensive » (p. 61) et leurs échecs respectifs qui se soldent par la stabilisation du front début septembre 1914 dans la Marne. À travers les témoignages des soldats et de commandants, l’auteur montre les deux principaux faits nouveaux de cette guerre. Dès les premiers jours du conflit c’est d’une part le degré de violence des combats et d’autre part la « mort de masse » (p. 119) qui marque les esprits. Les témoignages soldatesques sont dès les premiers jours emprunts de l’horreur du champ de bataille et de la nature nouvelle d’une guerre industrielle, très éloignée de la vision de l’offensive et de la furia francesa censée garantir la victoire rapide aux troupes françaises8.

  • 9 Bruno Cabanes n’entre pas dans la discussion sur la culture de guerre et ne se penche pas par exemp (...)

5Dans la troisième partie, l’auteur analyse les effets des nouvelles et des rumeurs provenant du front sur la vie à l’arrière. Au vu de l’évolution catastrophique des premiers affrontements pour les forces françaises, l’auteur montre de façon édifiante l’emprise des peurs et des fantasmes anxiogènes sur la vie quotidienne où la suspicion, le contrôle et la délation étaient fréquents. Sans pour autant entrer de façon plus approfondie dans la discussion sur les rapports entre mentalité et violence, Bruno Cabanes montre comment les informations des atrocités commises par les Allemands en Belgique ont contribué à renforcer une vision haineuse de l’ennemi et à contribuer à l’apparition d’une culture de la violence, caractérisée par des craintes très présentes dans la société française – par exemple l’espionnite – et un endurcissement par rapport à la guerre et à l’ennemi9. Par ailleurs, il relève aussi la capacité d’adaptation de la communauté française qui maintient un fonctionnement économique grâce aux femmes qui suppléent à l’absence des hommes.

6L’ouvrage de Bruno Cabanes n’apporte rien de fondamentalement neuf à l’histoire de la Première Guerre mondiale mais offre une grande diversité d’approches sur cette thématique de l’entrée en guerre. Ainsi, une histoire des larmes, des stéréotypes qui ont caractérisé ce mois d’août 1914 – par exemple le modèle familial comme illustration parfaite de la société et le déchirement de cette structure sociale avec le départ des pères et des fils - ou des seuils spatio-temporels du basculement de la paix à la guerre – par exemple la modification de l’espace urbain par la mobilisation et la guerre – seraient des recherches intéressantes à mener. En revanche, l’auteur esquisse avec pertinence la complexité de l’Europe avant la guerre, « dominée par une angoisse diffuse [qui] coexiste avec une foi ardente dans le progrès humain » (p. 50).

  • 10 Furet, François, Le passé d’une illusion, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 41.

7Fidèle à François Furet, qui considérait l’éclatement de la Première Guerre Mondiale comme « un des événements les plus énigmatiques de l’histoire moderne »10, Bruno Cabanes perçoit également la brutalité de l’événement. Mais contrairement à Furet, il ne se borne pas à l’examiner uniquement comme une « origine » ni comme un début à un processus mécanique qui aurait mené téléologiquement à la guerre (p. 46). En considérant l’éclatement de la Première Guerre mondiale comme un événement historique à part entière, il peut en esquisser la complexité, la richesse thématique et les ambiguïtés idéologiques. Car selon l’auteur, la difficulté de l’origine de la Grande Guerre réside en ce qu’elle était « probable et inattendue » (p. 46) à la fois. Pour comprendre cette ambivalence il suggère de dépasser les explications diplomatiques ou géopolitiques et de remonter aux origines de la « prise de conscience d’un risque de guerre ». À partir de là, il présente un certain nombre de pistes possibles, allant de la psychologie sociale à l’histoire des mentalités en passant par la littérature et l’histoire de l’art pour essayer de cerner un inconscient collectif dans lequel la possibilité même d’un conflit a pris racine. Ainsi, Cabanes énonce le social-darwinisme, les nationalismes européens, la peur de la dégénérescence de l’Europe et du bouleversement géopolitique à l’avantage de l’Asie comme des pistes d’explications possibles pour saisir les appréhensions collectives de la « Belle Époque ». Il en résulte un inconscient collectif caractérisé par une sorte d’appréhension vague, nourrie par de nombreuses et précises craintes, qui ont parfois trouvé confirmation dans les événements politiques avant 1914 – on pense notamment à la guerre russo-japonaise, les crises du Maroc et d’Agadir.

8Le livre de Bruno Cabanes est d’une grande richesse et offre une multitude d’interrogations sur le début de la Première Guerre mondiale. Il essaye de brosser un tableau complet d’une nation qui est en guerre et parvient à montrer judicieusement la dynamique et les interdépendances des événements au front avec l’évolution de la société française. L’auteur ouvre un vaste champ de questionnements encore possibles. C’est en cela que résident justement à la fois sa force et sa faiblesse. Car Bruno Cabanes en reste à l’esquisse. Il indique des pistes plus qu’il n’offre des réponses et des analyses fondées. Il n’y pas de parti pris pour une ou l’autre piste d’explication. Le livre prouve la dynamique de la recherche historique sur un événement qui a cent ans et lance un appel aux futurs chercheurs à poursuivre leur travail.

Haut de page

Notes

1 Krumeich, Gerd, Juli 1914. Eine Bilanz, Paderborn, München, Wien, Zürich, Ferdinand Schöningh, 2014.

2 La tradition rankienne se réfère à l’historien allemand, Leopold von Ranke (1795 – 1886). Celui-ci s’est efforcé durant toute sa pratique historiographique de décrire l’histoire telle qu’elle s’est déroulée (« wie es eigentlich gewesen ist… »). Ranke s’est avant tout intéressé à l’histoire politique qu’il essaya de narrer le plus objectivement possible. En allemand ce courant historiographique se nomme aussi Historismus.

3 Tuchmann, Barbara, Guns of August, New York, The Random House Publishing Group, 1962. Tuchmann s’intéresse avant tout aux aspects politiques et l’histoire des mentalités du début de la guerre. Elle met en évidence les différentes responsabilités des protagonistes dans l’éclatement de ce conflit et s’oppose donc à l’hypothèse de la responsabilité unique de l’empire allemand soutenue par l’historien allemand Fritz Fischer dont l’ouvrage publié en 1961 ouvrit une importante controverse entre historiens. Ficher, Fritz, Der Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik des kaisersichen Deutschlands 1914/18, Düsseldorf, Droste, 2013 (19611).

4 Je renvoie ici à l’ouvrage de Jean-Michel Steg sur la journée du 22 août 1914 lors de l’affrontement entre les troupes françaises et allemandes près de la localité de Rossignol et qui, se soldant par la mort d’environ 27'000 morts Français, devint ainsi la journée la plus sanglante dans l’histoire de l’armée française. À la page 248 de ce livre, Steg propose un tableau récapitulatif et approximatif du nombre de morts par mois et par année. On peut y constater que le mois d’août 1914 fut, à l’exception du mois de septembre de la même année, le mois le plus sanglant de toute la guerre. L’année 1916 fut en moyenne 3 à 4 fois moins coûteuse par mois et ce malgré les batailles de Verdun et l’offensive de la Somme. Steg, Jean-Michel, 22 août 1914. Le jour le plus meurtrier de l’histoire de France, Paris, Fayard, 2013.

5 Je n’aborderai donc pas de manière détaillée les tractations politico-diplomatiques, les plans stratégiques élaborés par les hauts commandements allemand et français et le déroulement des faits militaires durant ce mois d’août 1914.

6 L’évidence dont parle l’auteur n’est pourtant pas aussi nettement admise par l’ensemble des historiens de la Grande Guerre et ne devrait pas occulter l’intérêt du débat historique à ce propos. Pour exemple on peut renvoyer ici à la controverse qui opposa Jean-Yves Le Naour à François Buton, Nicolas Mariot et Philippe Olivera sur la question du consentement ou de la contrainte à la guerre. Cette controverse peut être relue dans deux articles parus sur le site internet laviedesidees.fr. Jean-Yves Le Naour, « Le champ de bataille des historiens », La Vie des idées, 10 novembre 2008. URL : http://www.laviedesidees.fr/Le-champ-de-bataille-des.html (consulté le 6 septembre 2012). François Buton & André Loez & Nicolas Mariot & Philippe Olivera, « 1914-1918 : retrouver la controverse », La Vie des idées, 10 décembre 2008. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/1914-1918-retrouver-la-controverse.html (consulté le 6 septembre 2012).

7 « L’union sacrée » en France ou la « Burgfrieden » en Allemagne sont des preuves de cette solidarité collective.

8 Pour la thématique des idéologies et principes prédominants dans les armées européennes avant la guerre, je renvoie à l’ouvrage fort intéressant de Goya, Michel, La chair et l’acier. L’invention de la guerre moderne (1914 – 1918), Paris, Tallandier, 2004.

9 Bruno Cabanes n’entre pas dans la discussion sur la culture de guerre et ne se penche pas par exemple sur la question de l’instrumentalisation des atrocités allemandes par la propagande française afin de forger une culture et acceptation collective à la violence. À ce propos je suggère l’article de Mariot, Nicolas, « Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre », in : Genèse, 53, décembre 2003, p. 154 – 177. Concernant les atrocités allemandes, il est recommandé de lire l’ouvrage de Horne, John et Kramer, Alan, German Atrocities, 1914. À History of a Denial, New Haven, Londres, Yale University Press, 2001.

10 Furet, François, Le passé d’une illusion, Paris, Robert Laffont, 1995, p. 41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Bruno Cabanes, Août 1914. La France entre en guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16129

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page