Navigation – Plan du site

Tulio Halperin Donghi, Révolution et guerre. Formation d’une élite dirigeante dans l’Argentine Créole

Maxime Quijoux
Révolution et guerre
Tulio Halperin Donghi, Révolution et guerre. Formation d'une élite dirigeante dans l'Argentine créole, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2014, 432 p., traduit de l'espagnol par Odile Begué, édition française augmentée d’une préface de Juan Carlos Garavaglia et d’un avant-propos de l’auteur, ISBN : 978-2-7132-2455-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Donghi Tulio Halperin, Revolución y guerra, formación de una elite dirigente en la Argentina Crioll (...)
  • 2 Donghi Tulio Halperin, Histoire Contemporaine de l’Amérique latine, Payot, Paris, 1972.

1Difficile de mesurer l’événement que constitue la récente traduction de Revolución y guerra de l’historien Argentin Tulio Halperin Donghi pour les sciences humaines francophones. Plus de quarante ans après sa publication initiale aux éditions Siglo XXI1 et de la parution française de son Histoire Contemporaine de l’Amérique latine2, la sortie de l’un des plus grands classiques de l’historiographie argentine est en effet une entreprise éditoriale qu’il faut grandement saluer. Nous tenterons de le faire en avançant trois raisons principales.

  • 3 Sapiro Gisèle (dir.), Traduire la littérature et les sciences humaines, éditions du Ministère de la (...)
  • 4 Idem, voir p. 33.
  • 5 Soulignons ici le rôle fondamental des éditions Kartala et L’Harmattan sans lesquelles nous serions (...)
  • 6 Schwartz Antoine, « Le règne des livres sans qualités », Le monde Diplomatique, mai 2006.
  • 7 À moins que, bien sûr, l’ouvrage en question traite d’une question d’actualité « brûlante ».
  • 8 À côté du « volontarisme » indispensable des éditeurs dans un projet de traduction, il faut égaleme (...)

2La première tient d’abord au contexte éditorial actuel pour la publication de livres en sciences humaines. Comme l’a montré Gisèle Sapiro, les obstacles économiques et culturels pour la traduction d’une œuvre sont nombreux3, son édition participant d’un jeu inégal selon un ensemble très varié de critères, comme la langue, la thématique ou le degré de spécialisation4. En ce sens, en dehors de certaines collections très ciblées, publiant souvent au compte-gouttes5, la plupart des maisons d’édition de SHS sont très frileuses à l’idée d’éditer des livres dont le confinement régional et/ou l’éloignement culturel constituent autant de signes d’une périlleuse aventure économique ; dans un environnement marqué par le déclin des ventes6, les éditions, y compris universitaires désormais soucieuses de rentabilité, préfèrent s’épargner une telle prise de risque7. On peut donc se réjouir, dans un contexte si peu propice à ce genre de littérature, que les prestigieuses éditions de l’EHESS aient entrepris de publier cet ouvrage8, rendant à cette œuvre et son auteur toute la reconnaissance scientifique qu’ils méritent.

  • 9 Juan-Manuel de Rosas a été le principal dirigeant de la Confédération Argentine de 1835 à 1852. Féd (...)

3Car, c’est là notre deuxième motif d’enthousiasme, cet ouvrage est une contribution unique à l’histoire des révolutions d’indépendance de l’Amérique latine. S’inspirant des travaux de Fernand Braudel, dont il a été l’élève dans les années 1950, l’auteur nous propose une description très dense de l’époque pré et proto-révolutionnaire de l’Argentine moderne, en mobilisant activement l’économie, la sociologie et la science politique. Tout au long de son ouvrage, les faits et les acteurs « historiques » de la révolution de Mai cèdent la place à une analyse des groupes économiques, militaires et bureaucratiques –recoupant le plus souvent des divisions ethniques entre péninsulaires, créoles, européens, indiens ou esclaves- qui dominent les différentes régions amenées à former non seulement l’Argentine contemporaine, mais l’ensemble des futurs pays du cône sud. À rebours d’une histoire événementielle qui fait la part belle au nationalisme des pères fondateurs, Donghi montre que l’histoire de l’État argentin est avant tout le fait des « vicissitudes » d’une élite dirigeante malmenée par les transformations mondiales. Face à des contingences qui les dépassent – les invasions anglaises, les guerres napoléoniennes, l’hégémonie industrielle britannique, la chute de l’empire espagnol- les différents groupes dominants se caractérisent moins par la ferveur patriotique que par une circonspection teintée d’opportunisme face à l’incertitude politique. La perte du Haut-Pérou, source principale de richesses et l’avènement d’un nouveau port commercial – Valparaiso-, entre autres, précipitent alors ces différents clans, nombreux et différenciés selon les régions, dans les guerres continentales opposant royalistes et révolutionnaires. Si ce contexte belliqueux déstabilise en profondeur l’économie, provoque un raidissement du pouvoir et d’innombrables massacres, la révolution produit toutefois de nouvelles carrières militaires et politico-administratives sur les fondations de l’ancienne structure coloniale. La division sociale qui prévalait à l’époque prérévolutionnaire, fondée sur un système de « caste », de solidarité familiale et de clientélisme, perdure en effet au-delà de la révolution. Plus encore : celle-ci conduit à des formes spécifiques de pouvoir bureaucratique que les familles aristocratiques s’approprient désormais, au prix néanmoins de nombreuses tensions au sein et entre ces groupes. Autrement dit, loin d’avoir enfanté une république éclairée, la révolution de Mai et ses corollaires ont jeté les bases d’une nouvelle forme de pouvoir autocratique, le caudillisme, incarné quelques années plus tard par la figure paradigmatique et polémique de Juan-Manuel de Rosas9.

  • 10 Voir la préface du présent ouvrage.
  • 11 Halperín Donghi, Tulio, El revisionismo histórico argentino como visión decadentista de la historia (...)
  • 12 Voir Quattrocchi-Woisson Diana. Discours historiques et identité nationale en Argentine. In: Vingti (...)

4En proposant une lecture aussi rigoureuse qu’érudite de la genèse de la République Argentine contemporaine, Tulio Halperin Donghi s’est imposé comme l’un des plus grands historiens de l’Amérique latine - c’est là notre troisième et dernier point -. Si cette reconnaissance se fonde sur une mobilisation extraordinaire des sources –aussi bien qualitatives que quantitatives-, elle provient aussi de la dimension critique et permanente de ses travaux : face à une histoire officielle prompte à l’instrumentalisation et la glorification des événements et de certains acteurs du passé, sa lecture multidimensionnelle brosse un tableau salutaire de la construction nationale. À cet égard, bien qu’il émette des réserves à l’égard des précurseurs de l’historiographie « classique »10, Donghi sera surtout un analyste et contradicteur infatigable du « révisionnisme historique » argentin11. Dans un pays où l’histoire contemporaine est source de profondes polarisations12, il aura donc été bien plus qu’un historien : un intellectuel pétri d’objectivité et de véracité scientifique. Dans ce contexte, sa disparition le 14 novembre dernier (2014), à l’âge de 88 ans, laisse un vide substantiel dans l’histoire intellectuelle du continent. De sorte que, au terme de cette recension, on mesure peut-être davantage la valeur d’une telle publication que celle Révolution et guerre en langue française. Plus qu’un livre d’histoire, il s’agit désormais d’une pièce d’histoire, non seulement de l’Argentine mais du continent latino-américain tout entier.

Haut de page

Notes

1 Donghi Tulio Halperin, Revolución y guerra, formación de una elite dirigente en la Argentina Criolla, Siglo XXI editores, México, 1972.

2 Donghi Tulio Halperin, Histoire Contemporaine de l’Amérique latine, Payot, Paris, 1972.

3 Sapiro Gisèle (dir.), Traduire la littérature et les sciences humaines, éditions du Ministère de la Culture et de la Communication – La documentation française, Paris, 2014.

4 Idem, voir p. 33.

5 Soulignons ici le rôle fondamental des éditions Kartala et L’Harmattan sans lesquelles nous serions privés d’un ensemble significatif d’enquêtes rares et précieuses issues des mondes extra-européens.

6 Schwartz Antoine, « Le règne des livres sans qualités », Le monde Diplomatique, mai 2006.

7 À moins que, bien sûr, l’ouvrage en question traite d’une question d’actualité « brûlante ».

8 À côté du « volontarisme » indispensable des éditeurs dans un projet de traduction, il faut également souligner l’engagement politique du Ministère des Affaires Étrangères de la République Argentine qui, par l’intermédiaire du programme SUR, finance à un ensemble d’initiatives de traduction, parmi lesquels on compte Révolution et guerre.

9 Juan-Manuel de Rosas a été le principal dirigeant de la Confédération Argentine de 1835 à 1852. Fédéraliste, son exercice autoritaire du pouvoir constituera la base d’un clivage politique mais aussi historiographique aussi durable qu’intense en Argentine. En effet, aux premières versions historiques qui en font un contre-exemple historique, le décrivant en tyran sanguinaire, se dresse progressivement un courant opposé appelé le « révisionnisme historique argentin». Depuis la fin du XIXe, avec une remarquable hégémonie pendant les années péronistes, ce mouvement nébuleux tente de réhabiliter le rôle des caudillos dans la construction nationale, et le premier d’entre tous, Juan-Manuel de Rosas. Aujourd’hui encore, l’historiographie constitue un enjeu de luttes important, entre partisans de l’historiographie classique et « révisionnistes ».

10 Voir la préface du présent ouvrage.

11 Halperín Donghi, Tulio, El revisionismo histórico argentino como visión decadentista de la historia nacional, Buenos Aires: Siglo XXI, 2005

12 Voir Quattrocchi-Woisson Diana. Discours historiques et identité nationale en Argentine. In: Vingtième Siècle. Revue d'histoire. N°28, octobre-décembre 1990. pp. 41-56.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Quijoux, « Tulio Halperin Donghi, Révolution et guerre. Formation d’une élite dirigeante dans l’Argentine Créole », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 novembre 2014, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16226

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page