Navegación – Mapa del sitio

Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Améliorer l’assurance chômage

David Descamps y Agathe Foudi
Améliorer l'assurance chômage
Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Améliorer l'assurance chômage, Paris, Les Presses de Sciences Po, col. « Sécuriser l'emploi », 2014, 100 p., ISBN : 9782724616057.
Inicio de página

Texto completo

1L’accroissement du taux de chômage depuis le début de la présidence de François Hollande ainsi que les propos récents de Manuel Valls et d’Emmanuel Macron ont remis au goût du jour la thématique de la « réforme de l’assurance chômage ». Même si l’Élysée a finalement décidé d’écarter toute refonte du montant et de la durée des allocations « avant l’expiration, mi-2016, de la convention entrée en vigueur le 1er juillet »1, la question de la réforme de l’assurance chômage apparaît de manière récurrente, tant sur le terrain politique, pour les gouvernants, que sur le terrain scientifique, pour les économistes du travail.

  • 2 Les ouvrages publiés dans cette collection sont issus de travaux liés à un partenariat regroupant l (...)

2Publié dans une collection issue d’une coopération entre des institutions publiques et privées2, l’ouvrage de Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo présente le fruit de nombreuses recherches menées ces dernières années sur diverses questions relatives à la « gestion » de l’assurance chômage. Par là, les auteurs poursuivent un double objectif. Il s’agit d’une part de fournir au lecteur une présentation simple et accessible des défaillances du système d’assurance chômage français. Il s’agit d’autre part de proposer des pistes de remédiation pour améliorer ce système, en fournissant un éclairage sur les réformes à mettre en œuvre (d’où le titre de l’ouvrage, Améliorer l’assurance chômage).

3Divisé en sept chapitres dotés chacun d’une problématique claire et bien mise en évidence, l’ouvrage initie la réflexion du lecteur en proposant un travail de comparaison des systèmes d’indemnisation chômage des pays de l’OCDE (chapitre 1). Il aborde ensuite la question de l’assurance chômage sous différents angles, qu’il s’agisse de la générosité, de l’efficacité et du financement du système d’allocation chômage (respectivement traités aux chapitres 2, 3 et 6), du niveau et de la dégressivité de l’allocation elle-même (étudiés aux chapitres 4 et 5) ou encore de l’adaptation conjoncturelle de l’assurance chômage (traitée dans le chapitre 7). La conclusion de l’ouvrage est quant à elle consacrée aux enseignements et préconisations qu’il est possible de tirer du corpus d’études présentées, zn vue de réformer le système d’assurance chômage français.

4Parce que le propos est, dans l’ensemble, très pédagogique, l’ouvrage de Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo présente le mérite – sur un sujet pourtant complexe – d’être abordable par un large public. Du point de vue de son contenu, le livre offre un riche ensemble de données ainsi qu’un vaste panorama de travaux, dont les limites méthodologiques et pratiques sont clairement identifiées et exposées. Du point de vue formel, les chapitres de cet ouvrage proposent systématiquement une conclusion qui synthétise le propos tenu et qui offre au lecteur un résumé lui permettant d’intégrer rapidement les savoirs que les auteurs ont jugés essentiels. Simple et didactique, cet ouvrage semble ainsi destiné tout autant à ceux qui, intéressés par la question de l’assurance chômage, veulent s’informer sur les recherches les plus récentes qui la concernent, qu’à ceux qui, préparant des concours, peuvent avoir besoin de disposer rapidement de connaissances sur ces travaux.

  • 3 On se demande par exemple si la diminution du niveau des allocations chômage accélère la reprise d’ (...)
  • 4 Comme le maintien d’un niveau de vie identique pour les actifs confrontés à la réalisation du risqu (...)

5Les études présentées dans le cadre de cet ouvrage s’inscrivent pour l’essentiel dans une perspective paramétrique. La plupart d’entre-elles visent en effet à observer les effets liés à la variation d’un des paramètres de l’assurance chômage sur les comportements des salariés, des chômeurs ou des entreprises. Cantonnées à des raisonnements portant sur le « marché du travail », ces études ont un intérêt certain mais limité. Non seulement leur validité est circonscrite dans l’espace et dans le temps mais en plus l’analyse des liens entre variables opérée par les auteurs de ces travaux se limite bien souvent à caractériser de simples relations de cause à effet. Malgré l’optimisme affiché par Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo, les enseignements que l’on semble pouvoir tirer de cette lecture en matière de réforme de l’assurance chômage apparaissent dès lors très fragiles. En effet, tout un ensemble de conséquences liées à la mise en œuvre de telle ou telle réforme ne sont généralement pas étudiées dans ces travaux3, ce qui interdit assez largement, nous semble-t-il, de juger de la pertinence « scientifique » des politiques menées. Pour des raisons similaires, les recherches contemporaines d’une « allocation chômage optimale », présentées dans le chapitre 4 de l’ouvrage, nous ont semblé excessivement ambitieuses. Ainsi, l’objectif affiché semble décalé par rapport aux moyens mis en œuvre dans les recherches : les économistes qui les effectuent n’évaluent en effet le niveau de cette allocation qu’en faisant l’impasse sur un nombre phénoménal d’éléments qu’ils devraient pourtant prendre en compte pour l’évaluer précisément. Surtout, ces recherches reposent sur une hypothèse qui impose au système d’assurance chômage un objectif défini par les économistes eux-mêmes – celui de la maximisation du bien être des salariés –, comme si on pouvait faire fi d’autres objectifs qui peuvent légitimement être poursuivis par le système d’assurance chômage4 et qui, sujets à débat, rendent illusoire le calcul d’« une » telle allocation.

  • 5 « Des travaux empiriques montrent que la durée du chômage s’allonge systématiquement après une haus (...)
  • 6 « L’Assurance chômage a vocation à protéger les salariés contre le risque de perte involontaire d’e (...)

6Inscrit dans une perspective gestionnaire, l’ouvrage écarte en fait tout débat sur les objectifs que devrait poursuivre le système d’assurance chômage. Une « définition » de l’assurance chômage est même imposée par les auteurs : sa vocation serait « d’assurer au mieux et à moindre coût les salariés contre le risque de chômage » (p. 10) en « limitant la durée des épisodes de chômage » (4e de couverture). L’assurance chômage est ainsi pensée et présentée bien plus comme un coût que comme un revenu légitime lié à une prestation. Acquis aux théories de l’aléa moral faisant de la dole la cause du chômage permanent5, les auteurs préconisent de maintenir le niveau des prestations chômage en deçà de celui des revenus du travail. Affirmant que « l’assurance chômage est avant tout une assurance contre les risques individuels », ils prônent également la rupture avec la socialisation de la prise en charge du risque de chômage, qui est pourtant au cœur du système d’assurance chômage français6. Pour « limiter [...] les subventions croisées inefficaces entre secteurs d’activité et salariés de différents niveaux de qualification », une de leurs préconisations consiste ainsi à proposer la modulation des « cotisations des entreprises et des salariés en fonction du coût qu’ils font supporter à l’assurance chômage » (p. 101-102). Faisant valoir et prévaloir l’efficacité d’une prise en charge individualisée du risque de chômage, les auteurs oblitèrent assez largement les conséquences sociales liées à la mesure qu’ils proposent et notamment le caractère cumulatif des inégalités que cela générerait ; les individus les plus exposés au risque de chômage devenant aussi les moins couverts face à ce risque.

7Au final, si le livre s’inscrit dans une collection destinée à fournir un éclairage sur l’efficacité de l’action publique en matière de chômage et d’emploi, les hypothèses sur lesquelles reposent bien souvent les études qui y sont présentées tendent implicitement à conférer aux décideurs politiques des objectifs sur lesquels ces derniers se devraient de réfléchir. Du service rendu au politique par la science économique à l’asservissement du politique par la science économique, il n’y a qu’un pas.

Inicio de página

Notas

1 Perrotte Derek, Furbury Pierre-Alain, « Assurance-chômage : pas de réforme avant 2016, assurent l’Elysée et Matignon », Les Echos.fr, 13 octobre 2014.

2 Les ouvrages publiés dans cette collection sont issus de travaux liés à un partenariat regroupant la Dares, le Pôle emploi, l’Unedic, Sciences Po, Randstad France, le Groupe Alpha et Crest-Ensae.

3 On se demande par exemple si la diminution du niveau des allocations chômage accélère la reprise d’emploi des individus mais on occulte le rôle que ces indemnités jouent sur le niveau de la consommation et donc sur l’emploi.

4 Comme le maintien d’un niveau de vie identique pour les actifs confrontés à la réalisation du risque de chômage, le maintien d’un niveau de vie minimal pour les actifs confrontés à la réalisation du risque de chômage...

5 « Des travaux empiriques montrent que la durée du chômage s’allonge systématiquement après une hausse de l’allocation chômage. À ce titre, la situation de certaines catégories de demandeurs d’emploi, dont le taux de remplacement net est très proche ou même supérieur à 100%, demande à être révisée. » (p. 102).

6 « L’Assurance chômage a vocation à protéger les salariés contre le risque de perte involontaire d’emploi. Elle répond à une double mission : fournir un revenu de remplacement, afin d’inciter au retour à l’emploi des demandeurs d’emploi. Ce système de protection repose sur la solidarité interprofessionnelle et la mutualisation des risques entre les employeurs et les salariés, tous secteurs et catégories professionnelles confondus » (Service de presse de l’Unedic, « Dossier de presse assurance chômage », Unedic, mars 2014, p. 3).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

David Descamps y Agathe Foudi, « Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Améliorer l’assurance chômage », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 21 noviembre 2014, consultado el 20 noviembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16234

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página