Navigation – Plan du site

Maxime Boidy, Marion Coville et Catherine Derieux (dir.), « Les images de la science », Poli, n° 8, 2014

Rémy Besson
Les images de la science
Maxime Boidy, Marion Coville, Catherine Derieux (dir.), « Les images de la science », Poli, n° 8, 2014, Paris, POLI Editions, ISBN : 9782953454581.
Haut de page

Texte intégral

1Résolument pluridisciplinaire, le huitième numéro de la revue Poli, codirigé par Maxime Boidy, Marion Coville et Catherine Derieux, est consacré aux relations entre univers scientifique et représentations visuelles. Composé de sept articles et de deux portfolios, le dossier s’articule autour d’un entretien central mené avec le théoricien américain de la culture visuelle, W.J.T. Mitchell (Université de Chicago). Si celui-ci est trop court pour lui permettre de présenter en détail son propre discours sur les images, il le conduit à soulever deux problématiques centrales pour le sujet : comment représenter visuellement une activité scientifique et/ou ses résultats ? Et quels usages les scientifiques font-ils des images ? Tout l’intérêt de numéro est de proposer un brouillage constant des limites entre ces deux interrogations. Les deux portfolios, grinçantes variations sur les limites des visualisations scientifiques (« Incertitude », de Nicolas André et Laurence Bordenave) et sur l’usage d’images de la science dans les jeux vidéos (« Cobaye ou joueur ? », de Simon Bachelier et Heather Kelley), viennent d’ailleurs redoubler ces questionnements.

2David Kirby, chercheur à l’Université de Manchester, aborde le rôle d’une fiction cinématographique, Threshold (Richard Pearce, 1981), dans l’acceptation par le grand public d’un dispositif médical particulier. Cette technique, le cœur artificiel, n’est alors pas encore commercialisée. Ce film d’anticipation mène le chercheur non seulement à poser la question : comment représenter une invention ?, mais aussi à présenter la façon dont les scientifiques et leurs financeurs se servent des médias pour transformer des résistances aux changements en une adhésion collective pour de nouveaux produits. Ledit cœur artificiel sera commercialisé quelques années après la sortie du film par une équipe composée de chercheurs ayant participé à la réalisation de celui-ci. Kirby indique à ce sujet, « pour tout conseiller scientifique cherchant à financer une technologie n’ayant pas encore été développée, les prototypes diégétiques [soit les inventions présentées dans des fictions audiovisuelles] permettent d’envisager un happy end », soit un succès commercial (p. 23). Étudiant un entretien accordé en août 1886 par le célèbre chimiste Michel Eugène Chevreul, au non moins célèbre photographe Nadar, Charlotte Bigg met en lumière un changement en cours à la fin du XIXe siècle dans la manière de représenter la science dans les médias généralistes. Le tournant qu’elle identifie, en historienne des médias, correspond à la mise en avant de la personnalité scientifique comme figure publique. Cela mène l’auteure à s’interroger sur les usages que le photographe et le chimiste font de l’image – terme ici à la fois métaphorique et très concret puisque l’entretien est abondamment illustré – qu’ils transmettent dans l’espace public. Il s’agit là d’un « mélange de spectacle, d’événement publicitaire et [de] tour de force technologique [l’intégration des photographies de Nadar en parallèle des propos du chimiste] » (p. 26).

  • 1 « Concept (texte, image, vidéo) massivement repris, décliné et détourné sur Internet », Petit Larou (...)

3Dans un texte plus épistémologique, Susan Buck-Morss relance ce double questionnement en s’interrogeant sur les rapports entre l’histoire de l’art et les études visuelles nord-américaines. Elle se demande si le développement depuis les années 1980 de cette seconde façon d’appréhender les images va amener à un renouvellement des problématiques de recherche dans ce domaine. Critiquant l’histoire de l’art, discipline qu’elle perçoit comme étant « imperturbablement demeurée élitiste » (p. 55), la philosophe, professeure à l’Université Cornell, tente de comprendre comment l’élargissement du spectre des images considérées comme dignes d’intérêt dans le cadre d’une approche plus culturaliste qu’artistique peut amener à une refonte des présupposés disciplinaires admis jusqu’à présent. Elle invite notamment à prendre en considération les modes de circulation des images à l’ère de la reproductibilité technique, afin de remettre en cause la centralité du rôle de l’artiste (étude des intentions, inscription dans un mouvement singulier, insistance sur l’originalité d’une démarche). Elle propose ainsi de travailler sur des formes, tels que les mèmes1, qui ne sont plus assignables à un seul auteur et relèvent d’une forme de création collective. L’article de Maxime Boidy, « Les nouvelles images de la théorie sociale » a pour intérêt principal de contextualiser ce débat disciplinaire (histoire de l’art vs études visuelles), ainsi que de le déplacer vers le champ des sciences sociales. Rappelant que les sociologues produisent depuis longtemps des images photographiques et qu’ils étudient également les images produites par des amateurs, il insiste sur les enjeux de la visualisation des données, « c’est-à-dire [sur le fait de] mettre en images tant les concepts et la réflexion du chercheur que ses conclusions » (p. 61). Il s’interroge alors sur des images qui ne sont pas issues d’une captation du réel pris sur le vif, telles qu’une photographie, mais de propositions graphiques produites à la suite d’une réflexion d’ordre scientifique (carte conceptuelle, exposition en ligne, représentation graphique de données statistiques). Certaines formes analysées correspondent à des usages scientifiques du visuel, par exemple afin de vulgariser un propos trop abstrait, alors que d’autres sont utilisées par le chercheur dans le cadre de son travail. Elles donnent, par exemple, une forme graphique à une hypothèse de travail. La représentation constitue alors un outil mis au service d’une recherche en cours. C’est précisément ce type de rapprochements entre usage et représentation qu’Étienne Ghys identifie comme étant à la base d’une méfiance des mathématiciens envers la mise en images de leurs travaux. Ces images sont en effet, depuis le début du dix-neuvième siècle, très souvent suspectées a priori d’un défaut de scientificité, car elles ne seraient pas à même de rendre compte d’une activité de recherche aussi complexe que les mathématiques. Elles seraient alors strictement à cantonner dans le domaine des représentations, forcement simplificatrices. Au contraire, l’auteur argumente pour revaloriser leur rôle comme éléments de preuve dans le cadre d’une démonstration scientifique.

  • 2 Dans une perspective comparable, le dernier article aborde, à partir de trois expositions de labora (...)

4Cette question du statut des figures mathématiques et des images de la science est reliée par Anne-Lise Renon à celle de la vulgarisation. En effet, la visualisation en général et les cartographies dynamiques qu’elle étudie en particulier sont souvent utilisées pour créer une forme aisément interprétable à partir d’un ensemble de données brutes. En donnant à voir, l’objectif est de mieux faire comprendre aux non-spécialistes ce qui resterait sinon abscons, avec seulement une explication verbale ou textuelle. « Les sujets concernés s’étendent quant à eux de l’évolution des indices économiques à la répartition géographique des intentions électorales, en passant par la propagation des épidémies » (p. 67). Le designer, dont le métier consiste dans ces cas à donner une forme compréhensible à une somme d’informations complexes, occupe alors une place centrale. De même, comme l’explique Marion Saboury dans un entretien placé en fin de numéro, le rôle des journalistes et des blogueurs scientifiques, tout comme celui d’institutions telles que les Centres de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) est décisif pour « tenir les citoyens informés des dernières avancées de la science et […] leur donner les outils pour comprendre le monde dans lequel ils vivent » (p. 101)2. Cependant, les cartographies dynamiques sont également utilisées comme outils par certains chercheurs afin de faire émerger de nouvelles hypothèses. Les visualisations deviennent alors « les cadres d’une pratique » scientifique (p. 72). La frontière entre représentation de la science et usages scientifiques des représentations visuelles se brouille ainsi de nouveau.

5Pour conclure, au-delà du rapport dialectique entre usage des images pour la science et représentation de la science par l’image souligné tout au long de ce dossier, les chercheurs réunis au sein de ce numéro portent une très grande attention aux questions liées au politique et à l’éthique. Que les images de la science qui sont étudiées soient en ligne (blogs, réseaux sociaux, cartographies) ou dans des laboratoires, dans des films ou dans des musées, dans le domaine des sciences humaines ou des sciences dites dures, chacun des auteurs interroge en effet leur impact sur la vie de la cité. Historicisant et problématisant les évolutions scientifiques contemporaines, ce numéro atteint ainsi le but fixé aux études visuelles par Mitchell, éviter de sombrer dans un « présentisme hystérique » (p. 45), car technophile sur certains aspects et technophobes sur d’autres.

Haut de page

Notes

1 « Concept (texte, image, vidéo) massivement repris, décliné et détourné sur Internet », Petit Larousse, Paris, Larousse, 2013.

2 Dans une perspective comparable, le dernier article aborde, à partir de trois expositions de laboratoires scientifiques dans des musées, le sujet des modes de présentation de « la science en train de se faire » (p. 95). En s’intéressant à des rapprochements entre espaces muséographiques et laboratoires, Morgan Meyer pose tout à la fois, la question du devenir représentation du geste créateur d’un chercheur et, en retour, du statut scientifique du musée comme lieu de validation institutionnelle d’une pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Maxime Boidy, Marion Coville et Catherine Derieux (dir.), « Les images de la science », Poli, n° 8, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 novembre 2014, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16262

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II – Le Mirail), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page