Navigation – Plan du site

Régis Bertrand, Maryline Crivello et Jean-Marie Guillon (dir.), Les historiens et l’avenir. Comment les hommes du passé imaginaient leur futur

Mathias Thura
Les historiens et l'avenir
Régis Bertrand, Maryline Crivello, Jean-Marie Guillon (dir.), Les historiens et l'avenir. Comment les hommes du passé imaginaient leur futur : études offertes au professeur Bernard Cousin, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l'histoire », 2014, 296 p., ISBN : 978-2-85399-944-1.
Haut de page

Texte intégral

1Rassemblant une vingtaine de contributeurs, l’ouvrage explore les manières dont les hommes et femmes du passé se représentaient l’avenir et le futur. Pour cela, les auteurs exploitent des sources et terrains d’investigation variés, aux époques modernes et contemporaines.

2Le motif de ce recueil est un hommage rendu à Bernard Cousin, professeur d’université émérite à Aix-en-Provence et pionnier dans l’élaboration d’une analyse statistique au service de l’histoire. Il a consacré une large part de sa carrière à l’étude des ex-voto, inscriptions laissées dans les églises provençales en remerciement de l’aide reçue de la part d’un saint. Ainsi, sont principalement associés autour de ce livre des chercheurs rattachés au laboratoire Telemme (Temps, espaces, langages, Europe méridionale – Méditerranée), centre pluridisciplinaire dont Bernard Cousin fut directeur. Ce contexte éditorial explique probablement en partie l’éclatement des objets et des époques investiguées à travers les différentes contributions qui composent le volume.

3Chacune des contributions s’articule cependant autour d’un même questionnement : retrouver comment s’éprouvait la temporalité de l’existence et du monde – leur continuité ou discontinuité – à plusieurs époques et par des agents variés, à partir de leurs évocations du futur et de l’avenir depuis leurs perspectives historiques respectives. Il est donc question des modalités d’anticipation (d’attente) entretenues par des agents historiquement et socialement situés : des projections de croyances sur l’avenir, explorées rétrospectivement par les historiens.

4L’introduction de Régis Bertrand, Maryline Crivello et Jean-Marie Guillon pose le cadre général : il s’agit d’examiner la façon dont des futurs étaient estimés possibles, désirables et prédictibles, et de saisir par quels moyens concrets ou abstraits les agents historiques ont cherché à les faire advenir, ou à l’inverse, à en écarter les éventualités et à s’en prémunir. Prédire, prévoir, se prémunir, voici trois positionnements vis-à-vis de l’avenir. Les contributeurs les déclinent afin d’appréhender les évolutions du rapport entretenu au temps et l’émergence de l’idée d’une possibilité d’action pour faire advenir un futur d’une certaine forme. La perspective entretenue au temps s’inverse durant la période considérée ici (moderne et contemporaine) : ce n’est plus la providence divine qui fait l’avenir des hommes et des femmes, mais bien ces derniers qui se considèrent comme les participants de la destinée de leur monde.

5L’ouvrage est ensuite divisé en deux parties, la première orientée sur la question des indices de la transformation des anticipations et de la prévision, la seconde sur des représentations d’un futur à faire advenir.

6La présentation par Jacques Guilhaumou de la perspective d’histoire des concepts de temps et d’histoire défine par Reinhart Koselleck offre le prisme à travers lequel les contributions suivantes semblent se réfléchir. Effectivement, par l’historicisation de l’expérience du temps, Koselleck montre la dynamique par laquelle l’idée du temps et l’idée d’histoire s’autonomisent du divin durant la période révolutionnaire. Le temps comme concept sort aussi de la sphère positiviste. Ce n’est plus une ligne sur laquelle s’égrènent les évènements et les expériences, il devient objet susceptible d’une historicisation. Plus que cela, l’histoire devient un moyen d’anticipation et d’action, et est alors susceptible d’éclairer la décision politique. Koselleck reconstruit ainsi le cadre analytique par lequel les expériences de changements historiques se transposent en histoire intelligible en prise avec le passé et l’avenir.

  • 1 En creux, la prédictibilité des phénomènes et l’ajustement des attentes en fonction de ces anticipa (...)

7Il s’agit alors non seulement de saisir les différentes représentations du temps et de l’avenir, mais aussi les pratiques concrètes qui en découlent1. L’intérêt repose sur la mise en évidence, au fil des cas présentés, des conceptions de l’action contenues dans les recommandations, les espérances et les projections d’anticipations (ce qui doit, ce qui va, ce qui peut, ce qui pourrait se passer) produites par ces agents historiques, que ce soit par la croyance de la persistance du monde, ou à l’inverse, de sa révocabilité à court, moyen ou long termes.

8Avant même que la notion d’avenir s’autonomise de la providence, plusieurs indices laissent entrevoir comment les modernes considèrent avoir une prise, même minime, sur le futur. L’idée de prévoyance royale – explorée par l’intermédiaire d’un sermon de Robert de Sicile présenté par Jean-Paul Boyer – livre déjà une morale de l’action à destination du souverain, où l’injonction d’anticipation et de responsabilité quant à l’avenir est clairement exprimée. Cependant, ce qui y importe, c’est l’établissement et le maintien de la stabilité temporelle, sa continuité grâce à l’anticipation et à la prévoyance, et ceci sous l’égide du divin. De la même manière, l’analyse des tableaux représentant les projets de construction des Chartreuses provençales permet à Régis Bertrand de montrer que les commanditaires anticipent et entérinent à l’avance l’achèvement attendu des travaux entrepris, et ceci à relativement long terme. On a ici l’indice d’une attente de continuité dans l’avancée des travaux dans le temps, et d’un monde attendu comme suffisamment persistant dans le temps pour être représenté et archivé à l’avance (les plans étaient réalisés pour être conservés dans les archives de l’ordre). Marine Bujoli-Minetti livre comment les caricaturistes anglais prévoyaient la chute et la mort possible de Louis XVI, et ceci grâce à une acuité qu’ils auraient acquis par leur propre expérience historique de l’exécution de Charles Ier. Cette fois-ci, l’histoire particulière devient la source d’une lecture probable d’une autre histoire en train de se faire. Si l’idée d’une césure historique n’est pas encore constituée en France (la mort du roi), la discontinuité des possibles se profile dans l’horizon des attentes (cette mort et son irrévocabilité sont envisagées et exprimées par certains agents spécifiques). Alain Cabantous demande ensuite s’il existe des « nuits historiques » durant lesquelles s’opèrent les changements radicaux ou s’il ne s’agit pas de reconstituer un moment de rupture d’une façon commode pour la lecture de l’histoire ? Enfin, la présentation par Brigitte Marin de trois villes « imaginaires » et imaginées dans un intervalle de deux siècles révèle la transformation de la conception de l’avenir à travers deux modèles de villes idéales et utopiques. D’une part, Amaurote et la Cité du soleil telles qu’il faudrait s’en inspirer comme modèles de villes futurs, et d’autre part une ville réelle, Paris, mais rêvée au futur et telle qu’elle pourrait advenir. À travers ces trois modalités, ce sont deux horizons d’attente qui se distinguent : un premier qui critique le présent par une référence utopique (un ailleurs géographique) duquel il faudrait s’inspirer pour réformer les villes de l’époque, et un second qui critique le présent par la transposition dans le futur, montrant par là que l’avenir peut être le porteur d’aspirations qu’il faudrait faire advenir par une action au présent.

9Les contributions de cette première partie illustrent empiriquement ce que l’histoire conceptuelle de Koselleck permet de saisir à travers les écrits sur l’histoire : la transformation progressive de l’expérience du temps, et l’avènement de l’idée que l’humanité a en main son propre destin. C’est dans cette direction que les contributions de la seconde partie de l’ouvrage font porter leurs arguments.

  • 2 Et nous retrouvons ici aussi l’amorce possible d’un dialogue fructueux entre sociologie et histoire (...)

10Intitulée « Visions d’avenir ? », celle-ci s’intéresse aux anticipations du futur. Les contributions s’articulent autour des formulations d’attentes quant à un monde en train d’advenir, du moins dont l’avènement est « espéré » par les agents. La pierre de touche est l’interprétation de l’action (artistique, politique, économique, architecturale) à la fois comme porteuse de ces espérances et comme orientée vers la réalisation de ces dernières2. Martine Lapied éclaire l’imprégnation de l’opéra romantique italien du XIXe siècle par les espérances politiques des compositeurs, et le déclin des espérances des héroïnes au fur et à mesure que les espoirs de révolution s’essoufflent autour des compositeurs. Dans un tout autre registre, la lutte engagée durant la Révolution française pour l’avènement de la loi agraire offre à Patricia Payn-Echalier la possibilité de donner à voir les mobilisations des différents groupes sociaux – par des moyens politiques ou par des moyens plus directs (comme le pillage pour les paysans pauvres) – pour l'exigence de l’établissement d’un nouveau système de distribution des ressources agricoles (mais pas nécessairement pour des raisons partagées). Les cahiers de doléances de la Libération présentés par Jean-Marie Guillon dépeignent quant à eux des « rêves raisonnables » de paysans et d’ouvriers au moment même où les « lendemains qui chantent » laisseraient à penser que les espérances les plus déraisonnées puissent s’exprimer. Nous rapprochant du temps présent, les dernières contributions portent sur la manière dont les architectes et les prospectivistes projettent une vision du monde et du temps dans la forme même qu’ils donnent aux bâtiments ou la manière dont ils se font prédicateurs de la production économique future. Elles forment un chiasme avec la première partie. Finalement, les rêves architecturaux présentés par Gérard Monnier ne se matérialiseront pas plus que les Chartreuses provençales ne seront achevées dans leurs formes prévues. De la même façon, Philippe Mioche montre que les prévisions des économistes reposent sur un axiome de continuité des conditions de l’action dans le temps. Leurs prévoyances présentent de troublantes similitudes avec le sermon de Robert de Sicile et les prévisions des prédicateurs du XIXe siècle présentées par Marcel Bernos dans la première partie de l’ouvrage.

11Par le foisonnement des sujets abordés, dont nous n’avons évoqué qu’une partie, on touche cependant aux limites de l’exercice. Si l’intention initiale de l’ouvrage peut être retrouvée tout au long de la lecture, quelques contributions laissent l’impression de faire passer la thématique aux forceps. Ceci ne fragilise en rien ni la cohérence ni la portée générale du livre, mais ne facilite pas l’émergence ni d’un argument central clairement défini ni d’une idée force qui pourrait aisément se dégager de l’ouvrage. L’impression d’un catalogage et d’une juxtaposition de cas demeure trop prégnante pour être totalement écartée. L’absence d’une introduction synthétique à chacune des deux parties participe probablement de cette impression. Or, l’introduction générale de l’ouvrage n’explicite pas – en tous cas pas suffisamment selon nous – les raisons de l’agencement final des contributions. Par ailleurs, si la perspective ouverte par l’intermédiaire de Koselleck est particulièrement fructueuse, elle n’est pas systématiquement poussée jusqu’à son terme. Le lien entre l’enjeu épistémologique, les conséquences d’ordre théorique et les matériaux empiriques présentés n’opère pas toujours.

12En dépit de ces deux principales critiques, la force de cet ouvrage tient dans le geste scientifique amorcé et les pistes d’enquêtes qu’il suggère, ainsi que dans les ouvertures qu’il laisse entrevoir en direction des disciplines telles que la sociologie ou l’anthropologie ; plus particulièrement par la mise en perspective historique de nos propres modes d’anticipation de l’avenir qui, loin d’être rationnels, sont les produits de ces matrices héritées du passé et dont il nous est souvent difficile de prendre pleinement conscience. Alors que les arts de l’anticipation et de la prédiction semblent être le fruit d’une récente conception du temps et du monde, principalement mise en forme par les ingénieurs, cet ouvrage collectif permet de prendre suffisamment de recul historique pour éviter l’écueil d’une pente rationaliste (notre conception du temps se distinguerait de celles de nos homologues passés parce que nous serions plus rationnels qu’eux) ou, à l’inverse, d’une pente relativiste (il y aurait autant de manières de concevoir le temps que de point de vue historiquement et socialement situés, donc une infinité de conceptions subjectives dont on ne peut produire une analyse autre que subjective). Ici le rapport au temps et les anticipations se livrent comme des constructions à la fois historiques et sociales, qui font appel aux diverses manières dont l’avenir ou le futur sont connus, reconnus et conçus à différentes époques.

Haut de page

Notes

1 En creux, la prédictibilité des phénomènes et l’ajustement des attentes en fonction de ces anticipations laissent entrevoir des ouvertures concrètes en direction d’une histoire et d’une sociologie de la connaissance. Le questionnement porte alors en direction de la constitution et de la consolidation des instruments d’anticipation en vue de l’action : outils, calculs et appareils – maximes, croyances, tarots, cartes, et cabestans – confectionnés afin de s’orienter dans le monde et à travers le temps.

2 Et nous retrouvons ici aussi l’amorce possible d’un dialogue fructueux entre sociologie et histoire autour d’une conception historicisée de la théorie de l’action : comment se constituent les attentes incorporées par les agents socialement et historiquement situés ? Des agents qui entretiennent un certain rapport au monde et au temps à travers leurs espérances pratiques et l’ajustement de leurs attentes aux circonstances réelles de l’action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias Thura, « Régis Bertrand, Maryline Crivello et Jean-Marie Guillon (dir.), Les historiens et l’avenir. Comment les hommes du passé imaginaient leur futur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 novembre 2014, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16264

Haut de page

Rédacteur

Mathias Thura

Doctorant en sociologie à l’EHESS, rattaché au Centre Maurice Halbwachs et associé au Centre nantais de sociologie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page