Navigation – Plan du site

Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, Les grandes questions sur la ville et l’urbain

Louise Dorignon
Les grandes questions sur la ville et l'urbain
Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, Les grandes questions sur la ville et l'urbain, Paris, PUF, coll. « Quadrige Manuels », 2014, 264 p., ISBN : 978-2-13-063169-9.
Haut de page

Texte intégral

1Partant du constat selon lequel l’urbain est aujourd’hui une forme spatiale et un phénomène social généralisé, et habités par la volonté de cerner les évolutions de ce phénomène, les sociologues Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé proposent une lecture riche et concise des processus sociaux issus des villes. Réedition d’un manuel éponyme paru en 20121, l’ouvrage présente une évaluation du phénomène urbain selon une formule efficace : huit questions posées à la ville et à l’urbain. La présente édition offre un sommaire identique à celui de son aînée, mais se trouve cette fois agrémentée de bibliographies bien pourvues à la fin de chaque chapitre. Tout au long du manuel, les auteurs jonglent entre débats théoriques et cas d’étude issus de la littérature scientifique, tentant de répondre à une problématique large : comment analyser les conséquences du développement généralisé de l’urbain d’un point de vue social (tant culturel et politique qu’existentiel), économique et écologique ? La qualité de l’ouvrage ne se situe donc pas tant dans son fil conducteur que dans la synthèse qu’il propose à l’étudiant en sociologie ou en géographie, dans la même veine que le manuel de sociologie urbaine paru en 20102.

2Le développement rapide de l’urbain et le fait que la majorité des individus de la planète vit désormais dans une ville constituent le point de départ des sociologues qui entendent produire une synthèse actualisée, prenant en effet en compte les travaux effectuées sur l’urbain ces vingt dernières années. La ville n’obéit plus à une définition fixe, à une délimitation spatiale ou à un aspect de la société. En tant qu’artefact proprement humain, elle a été soumise à de constantes évolutions et interprétations. Par la prise en compte des transformations observées sur le terrain des villes, les auteurs insistent sur ce qui a changé dans les modes de vie et l’organisation de l’urbain. Cela passe notamment par la volonté de réévaluer un certain nombre de dualismes inopérants, comme le diptyque ville/campagne, ou de réévaluer méthodiquement des thématiques come la mobilité ou l’individualisme, censées caractériser l’espace social des villes. D’autre part, l’actualisation de leur synthèse se manifeste par la prise en compte du renouvellement des thématiques de recherche et des apports théoriques issus du monde académique. L’ouvrage convoque les analyses de références sur le phénomène urbain (les travaux d’Emile Durkheim et de Maurice Halbwachs par exemple) mais propose aussi un panel de sources contemporaines (entre autres, les écrits de Loïc Wacquant ou de Didier Lapeyronnie), dans lequel les géographes sont à l’honneur. Ces derniers viennent enrichir les analyses de l’urbain à toutes les échelles : les travaux d’Eric Charmes, de Michel Lussault et de Jacques Lévy sont convoqués à l’occasion d’une synthèse sur les fragmentations socio-spatiales, ceux d’Olivier Dollfus et de Pierre Veltz pour expliquer l’articulation des villes entre elles, ou encore ceux d’Elisabeth Dorier-Apprill et de Philipe Gervais-Lambony à propos de la mobilité inter- et intra-urbaine. La dernière partie notamment, intitulée « À quelles expériences sensorielles la ville nous invite-t-elle ? », propose un bilan des travaux effectués autour des quatre sens et de ce qui est appelé « la mise en bouche de la ville ». La ville n’est pas seulement le réceptacle de mouvements humains mais présente des territoires à éprouver : les odeurs, textures, sons et éclairages sont autant d’expériences proposées par les villes.

3Le choix de la méthodologie adoptée est parfaitement lisible dans le sommaire : l’ouvrage suit une organisation thématique avec huit parties correspondant chacune à une question. Les sociologues partent de la caractérisation de la ville pour aboutir à la façon dont elle est vécue par ses habitants, proposant par là une lecture allant de ce qui produit la ville jusqu’à ce qu’elle produit en retour, ou encore de l’essence de la ville jusqu’à sa substance. Bien qu’apparemment linéaires, les parties se répondent de façon dialectique. En effet, la première partie est entièrement consacrée à la définition de la ville et à sa caractérisation théorique, statistique et symbolique. La ville a été définie et délimitée par les mythologies aussi bien que par des outils quantitatifs et administratifs. C’est l’occasion pour les auteurs de revenir sur les notions chères à Henri Lefebvre d’habitat et d’habiter, d’espace conçu et d’espace vécu, et d’insister sur l’importance d’« articuler le social et le spatial afin de saisir la ville dans toute son épaisseur » (p. 26). Plus encore, ce lien entre le social et le spatial est donnée comme méthode à l’apprenti sociologue, qui se doit de « rendre visible la complexité du lien entre la ville cristallisée dans des institutions et des bâtiments, et la ville en mouvement » (p. 28). À cette étude de ce qu’est la ville répond, dans la deuxième partie une analyse du monde urbain tel qu’il s’inscrit au cœur de la mondialisation. L’urbanisation mondiale croissante a des conséquences à plusieurs échelles sur les villes : elle tend à modifier les contours de la ville traditionnelle et historique, favorise l’étalement urbain et relie les villes globales en un réseau bien serré. Ces tendances de fond rendent de plus en plus pertinente la question de la gouvernance urbaine, à mesure que les archipels urbains prennent de l’ampleur et se complexifient.

  • 3 Zygmunt Bauman, Identité, Paris, L’Herne, « Carnets », 2004 (trad. fr. M. Denneby).

4Ces évolutions expliquent la transition opérée dans la littérature entre « la ville » et « l’urbain ». En effet, les géographes parlent dorénavant davantage du fait urbain que de la ville puisque les caractéristiques urbaines semblent aujourd’hui dépasser le seul cadre physique de la ville pour s’incarner plus loin, et ce sous la forme de pratiques sociales, de formes architecturales, de mentalités, de comportements, etc. Pour les troisième et quatrième parties, l’individu revient au centre des préoccupations avec les questions : « La ville favorise-t-elle l’individualisme ? » et « La ville se fragmente-t-elle ? ». Soucieux de pourfendre les idées reçues sur la notion d’individualisme, les auteurs s’attardent sur la signification du terme (à ne pas confondre avec celui d’individualisation) et l’évolution du phénomène depuis les analyses de Marx ou de Weber jusqu’à celles de Zygmunt Bauman avec son « homme sans attaches »3 faisant suite à « l’homme sans qualité » décrit par Robert Musil. Le monde urbain serait caractérisé par le fait de former un groupe collectif (et parfois puissamment soudé) d’individus animés par le souci de soi. La ville est caractérisée également par le principe du consentement individuel dans lequel chacun a la possibilité de passer son temps avec qui bon lui semble. D’un autre côté, l’anonymat urbain permet aux individus un certain renouvellement dans leurs activités sociales, sans que des relations passées ne viennent empiéter sur celles présentes. L’espace urbain semble aussi accentuer la « réflexivité identitaire » (p. 69), ce qui signifie que l’individu devient plus conscient de son moi, tout en recherchant à se situer par rapport aux autres dans la société. Finalement, « la vie urbaine se déroule selon un continuum délimité, d’un côté par des situations radicalement individuelles et de l’autre par des moments radicalement collectifs » (p. 94).

5Les cinquième et sixième parties sont construites selon les deux axes de la mobilité et de l’habiter (« La mobilité est-elle spécifique à la vie urbaine » et « Comment les citadins peuvent-ils se loger dans la ville ? »). Si les auteurs rappellent que « l’équation ville = mobilité n’a peut-être jamais été aussi évidente », ils soulignent aussi que « la mobilité n’est pas spécifiquement urbaine » (p. 130) et invitent leurs lecteurs à pourfendre un certain nombre de présupposés concernant ses aspects sociaux et spatiaux. Mobiles, les individus élisent aussi des lieux de résidence au sein desquels s’installer. La question de l’habitat résidentiel et ses logiques sociales recoupe une question fondamentale, celle de la condition humaine. En France, les ménages rêvent depuis le XIXe siècle à un pavillon individuel dont ils seraient propriétaires : près de 80% des propriétaires y sont parvenus, tandis que l’on observe aussi une augmentation de la superficie moyenne des logements. Cette forte attractivité a pour les auteurs une conséquence sur le territoire français : l’éloignement des ménages les plus modestes des centre-ville (et donc des bassins d’emplois) vers des terrains économiquement plus accessibles.

6La question « À quelle expériences sensorielles la ville nous invite-t-elle ? » rapproche la synthèse de l’échelle humaine du corps. Les auteurs s’intéressent aux « émotions esthétiques que [la ville] crée, autrement dit la poésie connue dans tout espace urbain » (p. 203) et énumèrent les paysages sensoriels des villes tels qu’ils peuvent être interprétés par les citadins. Rappelant que la « révolution sensorielle dans les sciences humaines et sociales » (p. 207) est récente, les auteurs lui offrent volontairement une place de choix. La question de la ville durable, relativement absente tout au long de l’ouvrage, est posée à l’occasion d’une conclusion intitulée « Quelle ville pour demain ? » et qui apporte des pistes sur la « sécurité écologique et sociale » (p.245) de la ville. Pollution, mitage des campagnes, verticalisation et tension entre ville minérale et ville végétale sont évoqués ainsi que les « inégalités écologiques » (p. 250) à l’œuvre entre différents espaces urbains. Les espaces urbains affectent véritablement les milieux écologiques dans lesquels ils s’insèrent et la gestion du développement de la ville s’impose, non sans heurts, dans les agendas des politiques étatiques. Alors que certains architectes et urbanistes préconisent une lutte contre l’étalement urbain avec l’implémentation de tours, d’autres les rejette pour la façon incohérente dont elles sont introduites dans le tissu urbain, et notamment dans les villes françaises. Ce développement sur la durabilité de la ville de demain clôt un manuel riche, dense et maniant avec précision tant les concepts et outils du sociologue que du géographe.

Haut de page

Notes

1 Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, Les grandes questions sur la ville et l’urbain, Paris, PUF, coll. « Licence Socio », 2011.

2  Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, La sociologie urbaine », Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2010. Compte rendu d’Eric Keslassy pour Lectures : http://lectures.revues.org/1263.

3 Zygmunt Bauman, Identité, Paris, L’Herne, « Carnets », 2004 (trad. fr. M. Denneby).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Dorignon, « Hervé Marchal, Jean-Marc Stébé, Les grandes questions sur la ville et l’urbain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 novembre 2014, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16286

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page