Navigation – Plan du site

François Dubet, La préférence pour l’inégalité. Comprendre la crise des solidarités

Benjamin Chevalier
La préférence pour l'inégalité
François Dubet, La préférence pour l'inégalité. Comprendre la crise des solidarités, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2014, 106 p., ISBN : 978-2-02-118622-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On conseillera, à ce propos, Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard (...)

1« La solidarité a longtemps été adossée à l’image d’une société pesante, mais protectrice » (p. 53), et cette image serait aujourd’hui en perte de légitimité. Le propos général du livre est de montrer comment le consensus autour de l’intégration sociale s’érode. L’auteur y défend l’idée forte selon laquelle la crise des solidarités s’expliquerait par un déclin du désir d’égalité. Il se situe ainsi dans la continuité des grands travaux relatifs à la solidarité et à son revers, l’exclusion. François Dubet développe une théorie générale propice à une relecture attentive des travaux précédents sur ce thème1 : nos sociétés auraient choisi l’inégalité ; et c’est cette idée de choix qui constitue la colonne vertébrale de l’œuvre.

  • 2 On lira à ce propos Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2013.
  • 3 François Dubet s’appuie ici sur l’ouvrage d’Éric Maurin, Le Ghetto français, Paris, Seuil/La républ (...)
  • 4 Ici encore, l’auteur cite Éric Maurin, La peur du déclassement, Paris, Seuil/La république des idée (...)

2Ainsi, François Dubet s’attache, dans un premier chapitre justement intitulé « Le choix de l’inégalité », à analyser quels sont les ressorts sociaux de cette préférence. Et c’est ici un des premiers traits marquants du livre : finalement, ce choix est moins un choix politique que le fruit de nos pratiques quotidiennes (p. 38) : l’auteur passe ainsi en revue les principales recherches récentes, en montrant comment celles-ci postulent un désintérêt croissant des groupes sociaux pour la solidarité. François Dubet relie donc sa théorie générale à de nombreux phénomènes qui matérialisent les accrocs du lien social français – progression des inégalités de revenus2 et culpabilisation des populations pauvres, désir d’entre-soi provoquant un processus de ségrégation spatiale généralisée3, panique morale d’une grande partie des classes moyennes en proie à une peur – jugée excessive – du déclassement4… On retrouve également une large analyse - dont Dubet est l’un des grands instigateurs - du déclin de l’école comme institution « sacrée » de l’ordre républicain. L’auteur, reprenant en substance les analyses de Pierre Bourdieu et de Pierre Merle (p. 26) parle à ce propos de « massification concurrentielle » (p. 30). Toujours incapable de corriger les inégalités initiales, l’école devient de plus en plus un espace de compétition dont l’usage est monopolisé par les familles à fort capital culturel, afin d’assurer un avenir prometteur à leurs enfants. Les familles populaires seraient ainsi marginalisées au sein de l’institution, et n’apparaîtraient aux yeux du grand public qu’à travers les problèmes qu’elles posent – absentéisme, décrochage scolaire... Comme le note François Dubet, ces familles « semblent ainsi devenues responsables de leur propre malheur » (p. 31). Autrement dit, « Le système scolaire français n’est pas élitiste parce qu’il sélectionne des élites […] Il est élitiste parce que le mode de production des élites commande toutes les hiérarchies scolaires […] et parce qu’il détermine l’expérience scolaire de tous » (p. 30).

  • 5 À ce propos, on lira avec intérêt l’ouvrage de Jean-François Lyotard, La condition postmoderne, Par (...)
  • 6 François Dubet parle d’ailleurs d’idéal plus «liquide».
  • 7 L’ouvrage de référence en la matière étant celui de Robert Castel, Les métamorphoses de la question (...)
  • 8 Cette analyse est celle de Jacques Donzelot, « Un État qui rend capable » in Serge Paugam (dir.), R (...)
  • 9 Lire à ce propos Serge Ebersold, La naissance de l'inemployable. Ou l'insertion aux risques de l'ex (...)

3Ces évolutions seraient la résultante d’un processus de longue crise des solidarités, provoqué par un affaiblissement de la force évocatrice des grands récits5. L’auteur se réfère ici au déclin des grands idéaux nationaux issus notamment de la IIIe république, la sacralisation de l’institution scolaire en étant un élément majeur. Pour le sociologue, c’est justement par ces grands récits que se serait constituée la représentation d’une nation solidaire. L’idée d’une identité commune, constituant le socle symbolique légitimant la redistribution des richesses, ferait figure de condition nécessaire au sentiment d’un devenir collectif. De là un « malaise dans la solidarité » que l’auteur éclaire par plusieurs statistiques – défiance croissante contre les étrangers, contre l’impôt et les mécanismes redistributifs… C’est ainsi que pour François Dubet – et c’est ici la seconde grande thèse de l’ouvrage – l’idéal d’intégration sociale laisserait sa place à l’idéal de cohésion sociale. Le premier se traduirait par une société lourde mais protectrice, instituant l’idéal d’un destin commun et inclusif qui ferait de la société une entité insécable. Le second, au contraire, relèverait d’un idéal moins monolithique6 considérant le corps social comme une simple agrégation d’individualités. Reprenant la genèse de la construction d’un État intégrateur à partir des travaux des principaux théoriciens7, le sociologue analyse les différents phénomènes qui illustrent ce « deuil de l’intégration ». De l’entreprise, qui serait devenue un réseau de relations et de compétences, et non « un tout » (p. 64), jusqu’au développement des discours apocalyptiques sur la « fin » de la société, chers aux conservateurs, l’auteur dessine ainsi un portrait inquiétant d’un pays en proie au doute, où les grands discours sur la solidarité seraient devenus au mieux inaudibles, au pire suspects (p. 67). L’affaiblissement structurel de l’idéal d’intégration aurait donc laissé place à celui de la cohésion. Ce dernier se traduirait par un discours nouveau, centré sur l’individu. Le rôle même de l’État en serait transformé. De garantes du vivre ensemble, les politiques publiques seraient désormais centrées sur la promotion de l’empowerment des individus, c’est-à-dire sur la capacité de chacun de « se réaliser ». L’État aurait désormais pour mission de « rendre capables »8, d’améliorer l’employabilité9 des individus, d’encourager la mobilité sociale… Se dessinerait ainsi un monde où toutes les inégalités justes seraient légitimées par le seul mérite (p. 73). La société idéale serait alors moins un système fonctionnel et harmonieux qu’un réseau de capital social et de confiance. François Dubet souligne régulièrement les apories de cet idéal nouveau : les politiques publiques seraient sans durée, sans cohérence, sans épaisseur. Elles se résumeraient à un flux continu de dispositifs et de réformes dont les résultats demeureraient discrets (p. 77). Elles marqueraient surtout une rupture avec les prérogatives traditionnelles dévolues à l’État providence – intégration, lutte contre la misère sociale...

4Le dernier chapitre de l’ouvrage, dont l’intérêt peut raisonnablement sembler plus secondaire, est normatif. L’auteur y propose plusieurs pistes de réflexion afin de promouvoir une nouvelle solidarité qui ne serait pas une simple esthétique du retour (aux traditions, à la religion, aux racines), portée par les penseurs réactionnaires et « dangereux pour la démocratie » (p. 81). L’auteur demeure en effet circonspect sur la possibilité de réécrire un « grand récit ». Il se propose donc de revenir aux pratiques individuelles, quitte à paraître trop timoré (p. 82). La question étant éminemment politique, il souligne avec justesse l’ambiguïté de la double injonction démocratique : considérer les individus comme des entités distinctes, tout en permettant à tous de se considérer comme des semblables. On évoquera ici rapidement les voies de réflexions édifiées par l’auteur : multiplier les scènes démocratiques en encourageant les dispositifs de démocraties directes, élargir les procédures représentatives afin de permettre à tous d’y être figurés ou d’y figurer, améliorer la transparence fiscale – le flou étant propice aux rumeurs et aux accusations contre les « profiteurs » - privilégier les populations les plus en difficulté quitte à réduire les fonds alloués aux bénéfices des plus favorisés, repenser l’institution scolaire en réinscrivant son action dans son territoire local… De manière plus globale, le propos de François Dubet s’inscrit dans une vaste réflexion sur la durabilité du modèle actuel. Il s’interroge ainsi, dans les dernières pages de son ouvrage, sur l’opportunité de s’inspirer du système multiculturel canadien, où le droit à la différence est affirmé dans la limite des droits de l’individu, « y compris celui de refuser les identités des collectifs auxquels on est censé appartenir » (p. 101).

5La préférence pour l’inégalité est une lecture stimulante et particulièrement indiquée pour une première approche du thème. En effet, de par son aspect synthétique et très complet, ce livre permet rapidement de poser les enjeux essentiels relatifs aux évolutions des solidarités contemporaines, et constitue ainsi un enthousiasmant état de l’art. De surcroit, sa thèse du passage d’un idéal d’intégration à un idéal de cohésion présente un intérêt indéniable. Nous serons cependant plus mitigés pour les lecteurs fins connaisseurs de ces questions. Relativement généraliste, l’ouvrage – qui par certains aspects se rapproche davantage de l’essai que du véritable travail sociologique - n’est pas propice aux approfondissements.

Haut de page

Notes

1 On conseillera, à ce propos, Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

2 On lira à ce propos Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, 2013.

3 François Dubet s’appuie ici sur l’ouvrage d’Éric Maurin, Le Ghetto français, Paris, Seuil/La république des idées, 2004, lequel montre comment l’agrégation des stratégies individuelles – notamment scolaires – produisent de puissants regroupements spatiaux entre ménages socialement homogènes.

4 Ici encore, l’auteur cite Éric Maurin, La peur du déclassement, Paris, Seuil/La république des idées, 2009. On ne manquera cependant pas de remarquer que François Dubet prend la théorie d’Éric Maurin pour argent comptant, sans évoquer les travaux supposant l’effectivité d’un déclassement social qui serait alors davantage qu’une simple peur.

5 À ce propos, on lira avec intérêt l’ouvrage de Jean-François Lyotard, La condition postmoderne, Paris, Les Éditions de Minuit, 1994, qui analyse l’éclatement des grands récits et postule ainsi l’éclatement des identités collectives.

6 François Dubet parle d’ailleurs d’idéal plus «liquide».

7 L’ouvrage de référence en la matière étant celui de Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995, dans lequel l’auteur montre comment l’État providence se consolide autour de la question des travailleurs dépourvus de patrimoine, et donc sans protection.

8 Cette analyse est celle de Jacques Donzelot, « Un État qui rend capable » in Serge Paugam (dir.), Repenser la solidarité, Paris, PUF, 2007.

9 Lire à ce propos Serge Ebersold, La naissance de l'inemployable. Ou l'insertion aux risques de l'exclusion, Presses universitaires de Rennes, 2001, qui montre comment le concept d’employabilité et d’inemployabilité a largement contribué à personnifier et individualiser la responsabilité du chômeur, faisant passer l’enjeu social de l’emploi au second plan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Chevalier, « François Dubet, La préférence pour l’inégalité. Comprendre la crise des solidarités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 novembre 2014, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16292

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page