Navigation – Plan du site

Jérôme Palteau, La Saga des Conti. Au cœur d’une révolte ouvrière

Laure Célérier
La Saga des Conti
Jérôme Palteau, La Saga des Conti. Au coeur d'une révolte ouvrière, Paris, Éditions Montparnasse, 2014, 97 min, produit par Vic Production et Les Fims d'Ici.
Haut de page

Texte intégral

1En mars 2009, le groupe Continental annonce la fermeture de deux usines, dont l’une en France, à Clairoix dans l’Oise, en dépit de sa bonne santé économique – l’usine dégage 17 millions de bénéfices par an – et de ses investissements récents – des machines de plusieurs millions d’euros viennent d’être achetées. L’annonce du licenciement des 1 120 ouvriers français est suivie d’intenses semaines de lutte, visant à faire reconnaitre, par l’État et par la direction de l’entreprise, des ouvriers de l’usine comme des interlocuteurs à part entière dans les négociations pour l’obtention de mesures compensatoires. C’est l’histoire de huit mois de révolte ouvrière que nous donne à voir le documentaire de Jérôme Palteau, dont la réalisation – d’ailleurs récompensée par le prix La Croix du Documentaire – est d’une très grande richesse, pour rendre compte de l’aventure des Conti et de leur combat et, ce faisant, pour mieux appréhender les mutations du capitalisme, ainsi que les recompositions des mobilisations collectives qui en résultent.

2Le documentaire s’ouvre sur un père et son fils, tous deux ouvriers Conti, qui témoignent de l’intérêt qu’ils portent au travail à l’usine, dur, certes, mais « qui paie » ; père et fils racontent aussi ce que représente pour eux cette usine, centrale dans leur histoire et dans l’identité de leur région, « où la population se divise en trois, selon l’usine dans laquelle travaille le père de famille ». À l’annonce du plan de licenciements, un parmi les quatre-vingt-dix annoncés par Continental en dix ans, l’accablement est grand : « Là, faut qu’on passe à autre chose », dit un ouvrier, dont le ton et la posture trahissent pourtant davantage un terrassant sentiment d’impuissance que l’espoir d’une quelconque transition. Mais les ouvriers se mobilisent, rapidement. Surtout, ils font de cette mobilisation leur lutte, sur un mode résolument participatif, pour l’ouverture de négociations tripartites et la suspension du plan de licenciements. Les ouvriers créent leur propre comité de lutte ; Xavier Mathieu, charismatique syndicaliste de la CGT, devient leur leader, épaulé notamment par le retraité Roland Szpirko, apportant une aide précieuse tirée d’années de militantisme à Lutte ouvrière. Deux semaines après l’annonce de la fermeture de l’usine, les ouvriers entrent dans une conflictualité ouverte avec les confédérations syndicales, accusées de ne pas transmettre aux Conti les informations qu’elles obtiennent de l’État et de l’entreprise ; dès lors, les confédérations ne seront plus de la partie. Rapidement, s’évapore également la confiance dans le monde politique alors que le gouvernement se défile devant la demande de tripartie formulée par les ouvriers et finit par ne plus donner de nouvelles. Le 21 avril 2009, les ouvriers, finalement éconduits par le gouvernement de leur demande de tripartie, écœurés et révoltés, mettent à sac la préfecture de Sarreguemines et le commissariat de police attenant. À David Pujadas qui, en direct pour le journal télévisé de France 2, demande à Xavier Mathieu, leader des Conti : « Est-ce que vous regrettez ces violences ? », celui-ci répond, avec une spontanéité désarmant manifestement le premier : « Vous plaisantez j’espère ? » De fait, après ces actions, les Conti obtiennent du gouvernement la promesse d’une réunion tripartite. Les ouvriers voyagent ensuite à Hanovre, pour obtenir de la direction de Continental la suspension du plan de licenciement et la possibilité de négociations. La tripartie est finalement obtenue le 11 mai, et les négociations qui suivent seront éprouvantes.

  • 1 Keynes John M., Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot, coll. « (...)

3La saga des Conti donne à voir différentes facettes du capitalisme actuel. C’est un capitalisme financiarisé, déconnecté des sphères productives, et au sein duquel le fondement de la valeur de toute entité économique n’est pas tant le revenu tiré de l’échange marchand des productions générées par cette entité – comment comprendre sinon la fermeture d’une usine rentable ? – que l’actualisation des flux de revenus futurs attendus par les investisseurs, qui décident d’un placement après mise en concurrence de différentes opportunités. Les temporalités de ces investisseurs sont déconnectées de celles de l’économie réelle ; elles font peu de cas de l’épaisseur des vies humaines. Alors qu’un ouvrier se désole : « On ne quitte pas une entreprise comme ça, après 20 ans », et qu’un autre, au sujet d’un éventuel repreneur du site – qui disparaîtra finalement dans la nature – s’interroge : « Si jamais dans deux ans, dans six mois, dans quinze jours, il se rend compte qu’il s’est complètement planté, puis que son pognon, il veut le récupérer, il fait quoi ? », comment ne pas penser aux propos de Keynes, qui observait : « C’est comme si un fermier, après avoir tapoté son baromètre au repas du matin, pouvait décider, entre dix et onze heures, de retirer son capital de l’exploitation agricole, puis envisager plus tard dans la semaine de l’y remettre »1. C’est aussi, évidemment, un capitalisme mondialisé, où les rapports de force penchent d’autant plus en défaveur des ouvriers que les centres de décision sont éloignés des lieux de production, où l’anglais domine : « On nous a là annoncé que c’était fini, mais en anglais avec un interprète. Ça faisait international. C’était génial », remarque, acerbe, un ouvrier.

4Dans ce contexte, les ressources sont minces pour remporter des victoires, seulement partielles : les ouvriers, lâchés par les confédérations syndicales, soutenus de manière intermittente par l’État – et souvent du bout des lèvres –, prennent conscience qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour obtenir des compensations les moins faibles possibles. Les Conti doivent tout d’abord faire preuve de prudence : ils marchent sur des œufs, face à des interlocuteurs dotés de capitaux culturels dont eux-mêmes sont dépourvus : « Avec ces mecs-là, tu sais ce que tu veux au départ, mais tu sais pas quoi dire à la fin », s’inquiète un ouvrier. Les ouvriers apprennent sur le tas : « Juridiquement, moi, j’étais à la rue », confie Mathieu. Les Conti comprennent ensuite rapidement l’importance du rapport de force, face à l’État comme face à la direction de Continental : à 150 voitures, les barrages policiers se lèvent et les Conti se fraient un passage jusqu’au siège de Sarreguemines ; à trois fois moins d’effectifs, il aurait probablement fallu rebrousser chemin. Les ouvriers voyagent entre Sarreguemines, Hanovre, Paris : il s’agit pour eux à la fois de peser de tout leur poids et de susciter un élan de sympathie au-delà de la France. « Ils ont fait l’Europe, l’Europe du pognon. Nous, on va faire l’Europe sociale, et on va leur botter le cul comme il faut », affirme malicieusement un ouvrier. À Hanovre, les Conti défilent avec leurs collègues allemands et recueillent, à l’assemblée générale de Continental, les applaudissements nourris des petits actionnaires. Les relations avec les médias sont teintées d’ambivalence : les Conti ont besoin d’eux pour exposer leur cause ; ils se méfient d’eux aussi, particulièrement après les événements du 21 avril 2009 retransmis par diverses chaînes de télévision, dont TF1, seule chaîne qui n’a pas flouté les visages des ouvriers, menant à la traduction en justice de sept d’entre eux, dont Mathieu.

5Finalement, les Conti obtiendront la satisfaction de nombreuses revendications : les négociations se concluent sur des contrats jusqu’en 2011, avec un reclassement de vingt-quatre mois au lieu des neuf mois légaux, 50 000 euros de prime par ouvrier et des mesures d’âge, impensables à l’origine, pour les ouvriers en fin de carrière. Continental n’avait pas budgété le quart de ce que les ouvriers ont obtenu, soit plus de 200 millions d’euros, ce qui correspond au plan le plus cher de l’histoire de l’entreprise. L’accord est signé après que les ouvriers obtiennent, in extremis, le réengagement de l’État, qui avait manifestement essayé, au dernier moment, de filer à l’anglaise, souhaitant probablement éviter de poser un précédent. Mais en dépit de ces succès arrachés par les Conti, du fait notamment du chômage et de la perte de leur identité professionnelle, le quotidien de nombreux anciens ouvriers de l’usine reste difficile.

  • 2 Gilles Perret, De mémoires d'ouvriers, Un pas de côté, 2012 ; notre compte rendu pour Lectures : ht (...)
  • 3 Xavier Mathieu, « On est plus près d’une révolution brune que rouge », Siné Mensuel, n° 28, février (...)

6Dans le documentaire De mémoire d’ouvrier2, de Gilles Perret, l’historien Michel Etiévent déplorait le remplacement d’usines par des parcs d’attraction, dans des régions frappées par un chômage massif ; en écho à ce propos, Ralph Blindauer, l’avocat des Conti s’interroge : « Là, ils veulent tout axer sur les services, sur les loisirs, sur les parcs de loisir […], mais si t’as plus d’industrie qui tient tout ça… ». Aujourd’hui, lorsque Siné Mensuel3 demande à Xavier Mathieu, devenu comédien, s’il a participé à la réalisation de nombreux films, celui-ci répond : « C’est le seul métier où on m’a offert du boulot ! ». L’impression que donnent ces deux documentaires est bien celle d’un immense gâchis des compétences et des savoir-faire d’ouvriers dont la valeur du travail est déniée, à coup de fermetures d’usines, sans que l’on sache ce qui peut porter de manière viable le dynamisme économique de ces régions. Et La Saga des Conti se ferme comme elle s’était ouverte, sur les deux ouvriers, père et fils, regrettant maintenant avec émotion le temps où ils se retenaient pourtant de jeter, chaque matin, leur réveil contre le mur, réveil qui les arrachait à leur sommeil pour les emmener à l’usine. Le rôle du documentariste est certainement ici de donner la parole à ces ouvriers pour faire connaître leur combat, ce dont s’acquitte brillamment Jérôme Palteau ; le sociologue n’a ici, sans doute, rien de mieux à faire que mettre des mots sur cette souffrance, essentiellement pour permettre à chacun de trouver un sens aux événements, première étape, sans doute, vers une réappropriation des destinées collectives.

Haut de page

Notes

1 Keynes John M., Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot » n° 139, 1971, cité dans Orléan André, « L’auto-référence dans la théorie keynésienne de la spéculation », Cahier d’Économie Politique, n° 14-15, 1988, p. 229-242.

2 Gilles Perret, De mémoires d'ouvriers, Un pas de côté, 2012 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/11529.

3 Xavier Mathieu, « On est plus près d’une révolution brune que rouge », Siné Mensuel, n° 28, février 2014, en ligne : http://www.sinemensuel.com/grandes-interviews/xavier-mathieu-%C2%AB-on-est-plus-pres-d%E2%80%99une-revolution-brune-que-rouge-%C2%BB/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Jérôme Palteau, La Saga des Conti. Au cœur d’une révolte ouvrière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 novembre 2014, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16298

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page