Navigation – Plan du site

Colin Giraud, Quartiers gays

Lionel Francou
Quartiers gays
Colin Giraud, Quartiers gays, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2014, 332 p., ISBN : 978-2-13-060632-1.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la visibilité et l’acceptation de l’homosexualité se font grandissantes tant à l’échelle de la société dans son ensemble que dans les espaces publics urbains, nombreux sont les chercheurs à estimer que les quartiers gays leur ont donné une visibilité et un refuge où une communauté, à l’orientation sexuelle commune, a pu se constituer, à la fois branchée et urbaine. Récemment, dans There goes the gayborhood?, le sociologue Amin Ghaziani explique par exemple que, de par leur intégration grandissante au sein de la société, les homosexuels investissent des espaces « post-gay », s’aventurant au-delà des frontières des seuls quartiers gays, tout en conservant leur rattachement communautaire1. Dans cet ouvrage, Colin Giraud nuance l’homogénéité supposée, au sein de ces quartiers, des pratiques des gays, de leurs parcours, de leurs attentes, etc. Il s’attelle aussi à montrer en quoi les gays sont des acteurs spécifiques de la gentrification urbaine à partir d’une enquête empirique de ce qu’il nomme des « processus de gaytrification ». Notons que si les quartiers gays ont été l’objet de nombreuses études aux États-Unis il n’en est pas de même en France et cette étude vient en partie combler ce manque.

2Maître de conférences en sociologie, Colin Giraud signe ici un premier ouvrage, adapté d’une thèse de doctorat dirigée par Jean-Yves Authier, soutenue il y a quatre ans et intitulée Sociologie de la gaytrification. Identités homosexuelles et processus de gentrification à Paris et Montréal2. Le texte initial a été augmenté et retravaillé de manière à le rendre accessible à tout un chacun et à offrir au lecteur un produit final original et de qualité. Il a également été mis à jour, en témoignent plusieurs références bibliographiques qui se rapportent à des ouvrages parus (très) récemment. L’enquête entreprise entre 2005 et 2008 a été menée dans une démarche comparative entre deux terrains, deux quartiers gays : le Marais à Paris et le Village à Montréal qui ont des points communs mais aussi des différences réelles. La construction méthodologique de cette enquête mérite d’être soulignée, l’auteur ayant réussi à combiner avec succès plusieurs méthodes et types de données. En plus d’entretiens approfondis menés avec des habitants (actuels ou passés) gays des deux quartiers étudiés, il y a réalisé des observations directes, a analysé des statistiques et produit une analyse quantitative originale à partir de listings des abonnés parisiens (rendus anonymes) à la revue Têtu (pour Paris seulement, faute de pouvoir accéder à de telles données à Montréal), utilisé des archives de la presse gay et généraliste, etc. L’auteur fait preuve d’une belle transparence méthodologique, notamment dans une annexe où il apporte des précisions et situe socialement la soixantaine de personnes interrogées durant l’enquête (avec un déséquilibre au profit du Marais). Notons également que l’auteur a décidé, d’entrée de jeu, de se limiter à l’étude des hommes gays et de laisser de côté les lesbiennes arguant que « l’inscription des modes de vie lesbiens dans la ville relève de logiques différentes » (p. 10) et qu’il n’était pas en mesure, faute de ressources, de mener un travail comparatif de cet ordre.

  • 3 Clin d’œil à Bernard Lahire, L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

3La première partie de l’ouvrage, qui en compte trois, porte sur la « genèse des quartiers gays ». L’auteur, en s’intéressant aux évolutions qui ont eu lieu à partir des années 1980, cherche à mettre en évidence une « forme spécifique de gentrification du centre-ville » portée par les populations gays qui se sont installées dans ces deux quartiers. Ce « travail » de gentrification est le résultat d’un triple processus caractérisé par l’implantation de commerces gays visibles, par une transformation symbolique animée par une « quête d’un ailleurs émancipateur » qui « apparaît presque perpétuelle » (p. 87) et par une tendance à emménager dans des quartiers touchés par la gentrification, à laquelle les gays contribuent. Dans la deuxième partie, intitulée « Les gaytrifieurs et leur quartier », l’auteur étudie l’impact qu’ont les habitants gays sur ces quartiers centraux, la manière dont ils contribuent à leurs transformations. L’auteur s’intéresse pour ce faire à leurs modes de vie, à leurs pratiques, à leurs sociabilités, etc. Il met en évidence la diversité des rapports au quartier et des trajectoires des gays qui y habitent, bien qu’ils semblent partager « une forme d’autonomie et d’indépendance accrues ». Par ailleurs, notamment de part la forme non familiale de la plupart des ménages gays, le rapport au quartier et au logement semble marqué par un « fort ancrage au quartier » et une « culture du dehors ». Quant au voisinage, comme ailleurs, il « se construit sur des proximités et des affinités très endogames » (p. 233), l’orientation sexuelle n’étant pas le seul facteur influençant les sociabilités. Dans « Quartier gay et socialisation », la troisième partie de l’ouvrage, l’auteur s’interroge sur les effets de ces quartiers sur les gays. Si le quartier gay peut être analysé comme une « instance de socialisation », où se construisent et se diffusent des normes, ayant une incidence sur les « manières du corps » ou « des rapports au temps, aux autres et aux lieux » spécifiques, il ne s’agit pas pour autant d’un « rouleau compresseur ». Son impact sur les individus dépendra de nombreux facteurs et si certains adhèrent totalement, d’autres s’avèrent plus distants et/ou critiques. Pour l’auteur, on aurait ainsi affaire à une identité et à des socialisations renvoyant plus à la figure de l’homo pluriel3 qu’à l’idée d’une « communauté gay » ; compte tenu de l’influence des trajectoires et des socialisations antérieures ou extérieures au quartier gay, chacun ne sera pas affecté de la même façon.

  • 4 L’auteur fait ici référence à Saskia Sassen, The Global City. New York, London, Tokyo, Princeton, P (...)

4Pour Colin Giraud, les gays ont été les acteurs, dans un contexte particulier, d’un certain type de gentrification qui a fait émerger des quartiers gays marqués par des normes contraignantes et des inégalités sociales, dont il importe d’être conscient et qui nuancent l’idée d’une communauté où règnerait une liberté absolue. Cette gaytrification est également une « forme singulière » de la gentrification qui vient s’ajouter aux différents modèles déjà mis en évidence ; de plus, elle peut sans doute s’observer ailleurs que dans les seuls quartiers gays. Il insiste également sur « le maintien de spécificités locales », ce qui nuance l’affirmation selon laquelle on assisterait à l’avènement d’une ville globale et/ou à une gay globalization4, malgré les « emprunts », les « transferts » et les « circulations » observables.

5L’ouvrage, fort abouti, clair et agréable à lire, agrémenté de nombreux extraits d’entretiens, intéressera tant les chercheurs en sciences humaines au sens large de par les nombreux thèmes qu’il traite (ville, socialisation, homosexualité, normes, etc.) que les citoyens – gays ou non – désireux d’en savoir plus sur ces questions. Si la bibliographie se limite ici à une soixantaine de références bien choisies, on se référera à la thèse de l’auteur pour une version plus exhaustive. Les nombreux tableaux qui présentent des statistiques réalisées par l’auteur facilitent la compréhension du texte, tout comme les quelques cartes (qui présentent notamment les deux quartiers étudiés ainsi que l’attractivité des différents arrondissements parisiens pour les gays). Des cartes supplémentaires auraient été les bienvenues, pas qu’elles soient indispensables, mais elles auraient pu permettre de mieux se figurer certaines explications. Par exemple, lorsque l’auteur met en évidence les différenciations spatiales et sociales des deux quartiers étudiés qu’il divise en secteurs en fonction des populations qui les investissent et de leurs modes de vie particuliers. Néanmoins, le fait que « Ces secteurs géographiques et ces espaces sociaux sont évidemment perméables » (p. 197) en complique probablement la modélisation cartographique. Comme le souligne l’auteur, il faudra, d’ici quelques années, observer quels auront été les effets de la loi permettant le mariage entre personnes de même sexe en France, et réinterroger les conclusions de cette étude à l’aune des transformations survenues.

Haut de page

Notes

1 Voyez le compte rendu d’Arnaud Alessandrin : http://lectures.revues.org/16008.

2 Cette thèse est consultable en ligne. URL : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2010/giraud_c#p=0&a=top.

3 Clin d’œil à Bernard Lahire, L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

4 L’auteur fait ici référence à Saskia Sassen, The Global City. New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 1991 et à Frédéric Martel, Global Gay. Comment la révolution gay change le monde, Paris, Flammarion, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Colin Giraud, Quartiers gays », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 novembre 2014, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16301

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page