Navigation – Plan du site

Sylvie Tissot (dir.), « Les espaces de l’entre-soi », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 204, 2014

Claire Gellereau
Les espaces de l'entre-soi
Sylvie Tissot (dir.), « Les espaces de l'entre-soi », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 204, 2014, 140 p., Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-115390-3.
Haut de page

Notes de la rédaction

Conformément à la charte déontologique de Lectures, la recension de ce numéro ne rend pas compte de l'article de Bernard Cousin, car il appartient au même laboratoire de recherche que la rédactrice du compte rendu.

Texte intégral

1Ce dernier numéro des Actes de la recherche en sciences sociales aborde la notion de l’entre-soi par l’étude de différentes catégories sociales (classes moyennes supérieures, classes populaires) dans l’espace urbain ainsi que dans le champ politique. Dans son introduction, Sylvie Tissot définit l’entre-soi comme un « groupement de personnes aux caractéristiques communes », notion impliquant une mise à distance plus ou moins active et consciente de groupes opprimés ou opprimants. L’entre-soi est donc abordé dans ce numéro comme une catégorie de l’action, qui implique la définition des « autres », ceux que l’on met à distance et celle des « semblables ». L’article de Bruno Cousin est en cela éclairant puisqu’il montre de quelle façon les trajectoires sociales et résidentielles semblables des habitants de quartiers refondés de l’ouest parisien leur permettent de mettre en place des frontières sociales nécessaires à la production de l’entre-soi.

2L’enquête ethnographique d’Eleonora Elguezabal menée dans cinq gated communities de Buenos Aires apporte un nouveau regard sur ces espaces fermés. Au-delà de la vision d’auto-ségrégation de certaines classes sociales (ici les classes moyennes et supérieures), l’auteure nous montre que les dispositifs de sécurité de ces espaces ont également pour but de marquer des frontières sociales à l’intérieur même de ces enclaves : entre propriétaires et employés, entre employés ainsi qu’entre propriétaires, selon différentes modalités : espaces d’accueil et lieux de circulation réservés, accès restreint à certaines zones de loisir. L’établissement de ces frontières illustre bien l’idée que l’entre-soi est une catégorie de l’action, et qu’il est sans cesse redéfini par les différents groupes qui se partagent ces espaces. Ce sont ici les parcours biographiques et résidentiels qui jouent un rôle important dans la définition de ceux qui sont à mettre à distance ou à intégrer au groupe, particulièrement entre proprietarios.

3L’article de Jean Rivière examine la façon dont s’est déroulée la campagne municipale dans une commune périurbaine à proximité de Caen, regroupant une population de plus en plus aisée. La ville de Mathieu a été le lieu de tensions entre les différentes fractions des classes moyennes et supérieures lors du scrutin. Ces tensions s’articulaient autour de l’enjeu de l’urbanisation, certains défendant le « cadre résidentiel rural », d’autres souhaitant « une mixité sociale et intergénérationnelle ». Ces deux visions des politiques urbaines à mener dans la commune peuvent être analysées selon les deux clivages sociologiques qui dessinent les contours des fractions internes aux classes moyennes et supérieures (cadres du privé et cadres du public) ainsi que les différentes classes d’âge qui vivent dans la commune.

  • 1 Dans le souci de préserver l’anonymat des personnes interrogées, la Riboire est un nom fictif donné (...)

4Violaine Girard se concentre sur un espace périurbain, la Riboire1, dont les habitants relèvent majoritairement des fractions stables ou supérieures des classes populaires. Bien loin de l’idée que le mouvement d’urbanisation est uniquement déterminé par les aspirations des ménages, cet article présente la façon dont les élus locaux ont mené les politiques d’urbanisation (dans la continuité des politiques étatiques) au sein de la Riboire, tout en cherchant à assurer un entre-soi « protecteur », via des pratiques de contrôle du peuplement. Les élus se sont opposés à l’implantation d’ensembles collectifs et sociaux, cette opposition reposant sur une disqualification des locataires du parc HLM appartenant aux fractions stigmatisées, précarisées ou racisées des classes populaires. Très attachés à la « respectabilité » de la Riboire, ces élus favorisent les relations d’interconnaissances locales dans l’accès à divers types de biens (achats, locations) contribuant ainsi à la reproduction d’un capital d’autochtonie.

5L’article de Pierre Reno examine le travail des comités d’acceptation de différentes mitzpim en Galilée. Historiquement, ces villages résidentiels construits à la fin des années 1970 sont le résultat de l’implantation de petites communautés partageant des modes de vie similaires, majoritairement laïques et proche de la gauche sioniste. Les comités d’acceptation regroupent certains habitants des mitzpim et ont pour rôle d’intégrer ou non de nouveaux résidents. Depuis une quinzaine d’années, ces comités ont coopté leurs nouveaux habitants au sein des franges de la classe moyenne les plus dotées en capital culturel et une partie de ces nouveaux résidents est porteuse d’un discours valorisant la mixité sociale. Bien que les candidatures arabes aient toujours été rejetées et qu’une logique de classe soit à l’œuvre, visant à mettre à l’écart les populations juives non ashkénazes, les familles monoparentales ou religieuses se sont vues de plus en plus acceptées. Ainsi, une mixité sociale maîtrisée semble voir le jour au sein de ces comités d’acceptation.

6Camille François aborde la question de l’atteinte à l’entre-soi (de voisinage et familial) des classes populaires lors d’opérations de démolition impliquant un processus de relogement. Les opérations de démolition ne semblent pas uniquement toucher aux sociabilités territoriales. Elles paraissent même les renforcer, en favorisant une mobilisation du groupe résidentiel, notamment via la circulation de « bons tuyaux », par exemple les logements disponibles, entre locataires. En revanche, ces opérations peuvent affecter la composition des ménages. Lors du processus de relogement, les agents institutionnels peuvent reconfigurer et disperser les ménages en incitant certains d’entre eux à « décohabiter ». Pour l’auteur, la dispersion met à mal l’unité territoriale des ménages, les ressources localisées (revenus mutualisés au sein des ménages, perte de pouvoir des membres dominants sur le groupe familial) et l’autonomie relationnelle de ceux-ci. Alors que le foyer est souvent perçu comme l’un des rares espaces au sein duquel les ménages populaires peuvent exercer leur « pouvoir d’exclusion », la décohabitation lors d’un processus de relogement semble entraîner la mort de l’entre-soi domestique.

7Ce numéro se clôt avec l’article « La parité sous contrôle. Égalité des sexes et clôture du champ politique », dans lequel Catherine Achin et Sandrine Levêque expliquent pourquoi la féminisation du champ politique n’a pas bouleversé l’entre-soi masculin qui le caractérise. À partir de deux enquêtes consacrées à la parité, les auteures distinguent trois mécanismes permettant la reproduction de cet entre-soi. Le premier consiste à « jouer » avec les règles de la parité en laissant les femmes occuper les postes politiques les moins prestigieux. Le second mécanisme vise à surexposer médiatiquement certaines femmes, en contre-partie d’une carrière de plus courte durée que celle des hommes. Cette médiatisation permet aussi de voiler le constat que peu de femmes sont présentes aux postes stratégiques en « coulisse ». Enfin, l’assignation des femmes à des identités sexuées, par l’évocation de leur apparence physique et de leur rôle de mère, permet de discréditer leur présence au sein du champ politique.

8L’ensemble des articles de ce dernier numéro d’Actes de la recherche en sciences sociales montre bien la façon dont l’entre-soi se définit et se construit selon les frontières sociales établies par les individus. On peut donc confirmer les propos de Sylvie Tissot, en introduction, en rappelant que l’entre-soi est une catégorie de l’action qui est sans cesse en mouvement. En accordant une grande part à l’entre-soi dans le milieu urbain, ce numéro peut particulièrement intéresser les personnes travaillant sur la ville.

Haut de page

Notes

1 Dans le souci de préserver l’anonymat des personnes interrogées, la Riboire est un nom fictif donné par l’auteure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gellereau, « Sylvie Tissot (dir.), « Les espaces de l’entre-soi », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 204, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16303

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page