Navigation – Plan du site

Pascal Marichalar, Médecin du travail médecin du patron ?

Virginie Bussat
Médecin du travail, médecin du patron ?
Pascal Marichalar, Médecin du travail, médecin du patron ?, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2014, 184 p., ISBN : 978-2-7246-1361-2.
Haut de page

Texte intégral

1La parution de l’ouvrage du sociologue Pascal Marichalar dans la collection « Nouveaux débats » aux Presses de Sciences Po contribue à l’entrée d’une spécialité médicale, la médecine du travail, dans un champ d’analyse plus étendu que celui des spécialistes de la prévention et de la santé au travail. Sujet secondaire, catégorie dominée dans le champ médical (dernier choix pour les étudiants en médecine), la médecine du travail est d’abord une profession sans prestige ni visibilité sociale. L’intérêt de l’étude de ces praticiens est de s’appuyer sur les questions relatives à leur statut (ils étaient médecins militaires jusque dans les années 1970), à leurs champs de compétences (l’aptitude professionnelle des salariés), mais aussi sur leurs pratiques au concret. Les questionnements sont relatifs aux marges d’intervention des médecins en matière de maladies professionnelles, sur des dossiers aussi lourds que l’amiante ou les cancers « professionnels », non reconnus comme tels, dont décèdent les ouvriers de certaines usines, qu’il s’agit de suivre.

2L’auteur se concentre sur une population à l’identité professionnelle mal connue ; sa problématique est risquée, inhabituelle pour l’étude d’un tel groupe : quels intérêts protègent les médecins du travail ? Qui défendent-ils ? Parviennent-ils à traiter les enjeux sanitaires des entreprises et des salariés, et en ont-ils les moyens ? On se situe là aux frontières de la sociologie des professions, de l’analyse de l’action publique, du droit du travail et des relations professionnelles.

3À la lecture des chapitres 1 (« guerre et paix ») et 2 (« une médecine de sélection »), on comprend que l’équivalence « médecin du travail, médecin du patron » est déjà tranchée, tant les preuves de faiblesse et de fragilité de leur situation institutionnelle et professionnelle s’accumulent : leur statut, leur subordination à leur employeur, les conditions et l’organisation de leur travail. L’ambiguïté de leur position est telle que rien ne peut, semble-t-il, sauver le médecin d’un dérapage éthique, d’un abandon de ses potentielles prérogatives, d’un oubli des intérêts des salariés eux-mêmes...

4Le temps de travail du médecin est principalement consacré aux examens médicaux des salariés (3 000 par an, pour un médecin à temps plein), planifiés par le service interentreprises : en 2012, la moitié de ces examens étaient des visites périodiques, 30% des visites d’embauche et 15% des visites de pré-reprise ou de reprise, suite à un arrêt de travail. Reste le « tiers temps », pendant lequel le praticien peut organiser ses visites d’entreprises, et surtout ses analyses de postes de travail et ses actions de prévention des risques encourus par les salariés. Ce sont les uniques opportunités pour le médecin du travail de réaliser l’« action en milieu du travail », qui donne aussi son sens à cette spécialité médicale.

5De fait, et l’enquête le montre, ce tiers temps ne suffit plus, le médecin du travail ne peut le préserver tant les tâches administratives et la gestion de ses rendez-vous l’accaparent. De plus, insiste l’auteur, les préconisations du médecin du travail à l’employeur n’ont pas de valeur contraignante, dans la mesure ou il n’est que « le conseiller du chef d’entreprise ou de son représentant, des salariés, des représentants du personnel, des services sociaux » (p. 25). Face au déclin démographique de cette catégorie professionnelle et au manque de ressources, Pascal Marichalar observe que le médecin peut user de positionnements différents selon les postes qu’il occupe et selon ses convictions, comme dans un exemple cité : « non plus médecin syndiqué faisant pression sur l’employeur, mais médecin qui a la confiance de la direction » (p. 47). Il n’est donc pas aisé d’être médecin du travail dans ce contexte.

6Les compromis latents se révèlent nettement dans l’avis d’aptitude, un bon exemple de ce que le médecin du travail est amené à faire, entre son rôle de prévention et, selon les termes de l’auteur « toutes les autres considérations qui le contraignent ». Le médecin se prononce sur l’aptitude à occuper un poste et non sur la compétence ; on lit ainsi le récit d’une décision d’un médecin qui déclare apte une patiente sourde à un poste en centre d’appel téléphonique. Subversive, la décision présente l’intérêt de replacer la médecine du travail dans son rôle, sans compromis, à la différence d’autres qui « appréhendent de subir des critiques de l’employeur et accordent leur exercice en conséquence » (p. 65). Indépendant et subordonné à la fois, le médecin du travail est aussi tributaire de l’infrastructure, très inégale selon ses employeurs, et de « l’empreinte » du poste qu’il occupe, marquée par les pratiques de son ou ses prédécesseurs.

  • 1 L’auteur rappelle le combat des ouvriers d’une usine chimique de l’Allier, accompagné par le médeci (...)

7Qu’il soit « médecin du patron » ne serait pas problématique si la santé des salariés au travail n’était pas en jeu… C’est aux chapitres 3 (« Des maladies professionnelles invisibles ») et 4 (« La parole ou la technique ») que le politique entre de plein fouet dans cet univers. La pratique croise le politique, notamment par la voie de la reconnaissance des maladies professionnelles. L’amiante que l’on connaît trop bien, mais aussi des produits toxiques comme le chloracétal (C5) utilisé pour la synthèse de la vitamine A, que des usines continuent d’employer, au mépris des risques encourus par les travailleurs en contact avec le produit1.

  • 2 Sur le réseau des acteurs, François Aballéa, Arnaud Mias (dir.), Organisation, gestion productive e (...)

8Le chapitre 5 (« Indépendants mais pas sans réseau »), enfin, précise le rôle essentiel joué par l’univers non médical dans le soutien au médecin du travail et dans les bonnes pratiques que certains d’entre eux peuvent développer. Les « preuves de neutralité » sont au cœur de cette interrogation sur la place du médecin du travail dans un triangle avec l’administration, les employeurs et les salariés : des exemples sont donnés d’une mise à l’épreuve du médecin, invité à prendre position2. Toute la gageure est peut être dans cette habileté à se placer là où ses compétences et prérogatives lui permettent d’être actif, disponible et professionnel, évitant ainsi d’être « ce qu’on attend de lui » (p. 171).

9De fait, ce livre apporte un cadre sur le sujet ; il a les qualités d’un ouvrage de référence, en particulier la fluidité et l’intelligence d’une distance critique mais proche de l’univers du travail où il se situe. On retient donc l’ambiguïté du groupe, composé de médecins dont la pratique induit une tension entre subordination (aux employeurs) et autonomie.

10Enfin, la place des salariés est traitée, à la fois pour souligner le nombre des salariés passés entre les mains des services de médecine interentreprises (15 millions selon les derniers chiffrages), et pour revendiquer une forme de contrôle, par les travailleurs, de cette institution dont le but premier est la santé au travail. La conclusion ouvre sur des préconisations, exercice rare pour des ouvrages tirés de thèses, montrant l’ancrage de la problématique dans les réalités sociales et sa très grande pertinence dans le contexte de la réforme de la médecine du travail.

Haut de page

Notes

1 L’auteur rappelle le combat des ouvriers d’une usine chimique de l’Allier, accompagné par le médecin du travail, dans la remise en cause du complexe politico-scientifique de gestion des risques professionnels (p. 99).

2 Sur le réseau des acteurs, François Aballéa, Arnaud Mias (dir.), Organisation, gestion productive et santé au travail, Toulouse, Octarès Éditions, coll. « Le travail en débats », 2014 ; compte rendu d’Olivier Cléach pour Lectures : http://lectures.revues.org/15243.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Bussat, « Pascal Marichalar, Médecin du travail médecin du patron ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16305

Haut de page

Rédacteur

Virginie Bussat

Maitre de conférences associée en science politique, Université de Picardie Jules Verne, Amiens ; responsable de projets ASTREES.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page