Navigation – Plan du site

Pauline Peretz, Au prêt sur gage

Anna Dagorret
Au prêt sur gage
Pauline Peretz, Au prêt sur gage, Paris, Seuil, coll. « Raconter la vie », 2014, 78 p., ISBN : 978-2-37021-013-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour, Paris, Seuil, coll. « Raconter la vie », 2014. Compte (...)

1Le livre de Pauline Peretz est un opus de la collection « Raconter la vie ». Il s’inscrit donc dans une démarche explicite de représentation des populations sous- ou mal représentées de la société française. À l’instar d’Annie Ernaux dans Regarde les lumières mon amour1, où l’hypermarché est le point focal d’une analyse ethnographique, Au prêt sur gage décrit le Crédit municipal de Paris comme un confluent de diverses populations qui ont toutes pour point commun d’être dans le besoin. Pauline Peretz, historienne et maître de conférences à l'Université de Nantes, nous livre les fruits de son travail d’observation (non participante) et des rencontres qu’elle a eues au 55 rue des Francs-Bourgeois.

  • 2 « L’économie humaine est […] encastrée [embedded] et englobée dans des institutions économiques et (...)

2Le Crédit municipal fait figure de dernier rempart institutionnel face à l’ultra-libéralisme dont font généralement preuve les établissements financiers (la finance collaborative mise à part). Il permet à ses clients de contracter un crédit qui échappe à la logique marchande de la monétarisation, un crédit encore « encastré » dans des liens sociaux préexistants2. Propriétaires de bijoux en or, achetés, hérités ou offerts, qu’elles confient au Crédit municipal, des femmes immigrées pour la plupart, d’origine africaine ou asiatique, mettent à profit leurs ultimes ressources pour desserrer les contraintes financières qui pèsent sur elles et leurs familles. Le lien affectif qui unit l’objet précieux à son détenteur fait la spécificité de cette institution publique. La symbolique du bijou, l’histoire et l’affection qui le façonnent, rappellent le poids humain de la transaction et la rendent de ce fait plus douloureuse que si elle était dématérialisée. Respectueux de ses clients et de leur situation, le Crédit municipal met un point d’honneur à observer une règle d’or : assurer à tous les clients une égalité de traitement. Cette justice arithmétique, assurée par la mesure du poids en or de chaque objet, permet de passer outre la valeur affective des objets. Les employés du Crédit municipal veillent à sa bonne application : toute demande est nécessairement reçue par eux. La dématérialisation des dossiers, monnaie courante dans les établissements financiers classiques, n’a pas cours au Crédit municipal. L’institution connaît ses clients et leur historique, ce qui confère à la transaction une dimension humaine importante. Il existe en effet une différence substantielle entre le prêt sur gage et le système bancaire actuel : les taux qui ont cours sont maintenus à un niveau bas et augmentent avec la somme prêtée au client, ce qui a le double avantage de ne pas pénaliser les petits emprunts et de ne pas favoriser les gros. En outre, bien que cette pratique ne soit pas encouragée par souci de justice sociale, le client conserve des marges de négociation dans la transaction : selon l’argumentaire du client, l’estimation de l’objet peut varier jusqu’à 10%.

3Ainsi, Pauline Peretz nous donne à voir la réappropriation d’une institution par des groupes sociaux le plus souvent composés de femmes immigrées. Celles-ci parviennent, grâce à leur ingéniosité, à affirmer leur indépendance à trois niveaux : financier, affectif et communautaire. Financier, car leurs bijoux leur permettent de subvenir à leurs besoins ; affectif, puisque le plus souvent ces femmes se délivrent de l’autorité de leur mari en les écartant volontairement de cette transaction ; communautaire enfin, car les femmes s’affranchissent, dans l’espace de la mise en gage, de la solidarité intra-communautaire.

4Cette affirmation émancipatrice nous semble cependant quelque peu hâtive. Si, au premier abord, ces femmes parviennent à se libérer des contraintes financières, affectives et communautaires, elles ne semblent pas pouvoir lutter à armes égales contre les systèmes socio-économiques propres, d’une part, à leur communauté et, d’autre part, à la société française dans son ensemble. Si émancipation il y a, elle est circonscrite au seul moment de la mise en gage et à l’étroite liberté financière procurée par la somme versée. Et ce, pour deux raisons : d’abord, l’intime lien qui unit ces femmes à leur communauté d’origine ; ensuite, le rôle limité et mal défini du Crédit municipal dans ce que nous appellerons, par facilité, le système socio-économique français.

5Comme le montre l’auteure, le prêt sur gage est parfois l’occasion de se libérer des systèmes de solidarité communautaire. Cependant, ces femmes se rendent aussi au Crédit municipal pour obtenir les liquidités suffisantes à l’acquisition de parures et autres objets de fête traditionnels. Si l’indépendance peut alors revêtir un aspect financier ponctuel, il semble difficile de prétendre, selon nous, que ces femmes se délient de toute obligation sociale envers leurs communautés. Le prêt sur gage est d’ailleurs pour elles un moyen volontaire d’honorer et de faire persister ces traditions. Signifie-t-il par ailleurs une forme d’émancipation affective par rapport à l’homme du foyer, comme le suggère Pauline Peretz ? Peut-être, si l’on considère qu’agir sous le sceau du secret et vendre des objets traditionnels (conditionnés par l’homme) sont une forme d’indépendance. Mais si l’on définit l’émancipation comme l’affranchissement d’un état de domination, le prêt du Crédit municipal n’y contribue que pour une part infime. En somme, que les contraintes communautaires soient vécues comme telles ou pas, le recours au Crédit municipal ne semble pas les faire disparaître.

  • 3 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, éd. Gal (...)

6Le Crédit municipal est-il véritablement en mesure d’émanciper les communautés qui le fréquentent, comme semble le penser Pauline Peretz ? Rappelons brièvement l’histoire de l’institution. Selon Robert Castel3, le XIXe siècle a vu se développer des institutions dont la fonction première était de moraliser leurs bénéficiaires. Dans ce cadre, le Crédit municipal assumait un rôle central de « prêteur en dernier ressort », aux côtés de deux autres institutions-piliers : la Caisse d’épargne qui consacrait l’épargne comme vertu et la Caisse de secours mutuel qui offrait aux salariés la possibilité de se protéger principalement contre la maladie, voire les accidents du travail. Par la suite, au XXe siècle, la mise en place de la société salariale impose la recherche d'une alternative à l'assistance : c'est, selon R. Castel, la création d’une sécurité sociale fondée sur un système d’assurance. La généralisation de la protection sociale a alors relégué le Crédit municipal au rang d’institution sociale secondaire. Aujourd’hui, alors que plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer le délitement du « modèle social français » et la financiarisation des transactions bancaires, la spécificité proprement humaine et sociale du prêt sur gage pourrait éventuellement jouer un rôle de contrepoids. Cependant, le Crédit municipal ne semble pas prendre la pleine mesure de ces nouveaux enjeux. Si l’auteure met en exergue le malaise des employés du Crédit municipal qui tentent d’imposer à leurs clients les valeurs qui leur semblent « fondamentales », telles que l’émancipation des femmes, elle ne semble pas envisager que ces femmes ne les reconnaissent pas nécessairement comme telles. Le prêt sur gage revêt pourtant, dans ce cas de figure, les traits d’une institution moralisatrice qui imposent des règles et des valeurs qui ne sont pas nécessairement partagées et qui peuvent être aisément déjouées par les populations qui fréquentent le lieu. Le Crédit municipal doit-il continuer à faire œuvre de bienfaisance, alors qu’il ne parvient pas à se renouveler et à trouver sa place dans la recherche d’une alternative émancipatrice à un système financier et social peu favorable à sa clientèle ?

7Si l’on peut affirmer que l’ancien Mont-de-Piété est un lieu de mémoire collective, il n’est pas aussi certain, comme le prétend Pauline Peretz, qu’il soit une institution permettant l’émancipation d’individus d’origines très diverses, soumis à la paupérisation et à la précarisation du travail. Une observation plus large, retraçant le quotidien d’une femme en dehors de son simple passage au prêt sur gage, aurait permis, selon nous, de mettre en perspective l’indépendance toute relative que peut procurer l’institution. C’est, plus largement, la place de l’État dans la conduite de l'aide sociale qui est au centre des préoccupations et qui questionne le rôle du Crédit municipal au sein de la société française.

Haut de page

Notes

1 Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour, Paris, Seuil, coll. « Raconter la vie », 2014. Compte rendu de Gérard Creux pour Lectures : http://lectures.revues.org/15143.

2 « L’économie humaine est […] encastrée [embedded] et englobée dans des institutions économiques et non économiques. Il importe de tenir compte de l’aspect non économique. Car il se peut que la religion et le gouvernement soient aussi capitaux pour la structure et le fonctionnement de l’économie que les institutions monétaires ou l’existence d’outils et de machines qui allègent la fatigue du travail », Karl Polanyi, in C. Arensberg et H. Pearson (dir), Les systèmes économiques dans l'histoire et dans la théorie, trad. de Claude Rivière et Anne Rivière, Paris, Larousse, coll. « Sciences humaines et sociales », 1975, p. 59.

3 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, éd. Gallimard, coll. Folio, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Dagorret, « Pauline Peretz, Au prêt sur gage », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16310

Haut de page

Rédacteur

Anna Dagorret

Actuellement en master deuxième année à l’ESSEC (Chaire d’économie urbaine) et en L3 de Philosophie à Paris 1.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page