Navigation – Plan du site

John K. Wilson, Richard Pomfret, Public Policy and Professional Sports. International and Australian Experiences

Igor Martinache
Public Policy and Professional Sports
John K. Wilson, Richard Pomfret, Public Policy and Professional Sports. International and Australian Experiences, Edward Elgar Publishing, coll. « New Horizons in the Economics of Sport series », 2014, 192 p., ISBN : 9781782546238.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, les mobilisations qui ont entouré la dernière coupe du monde de la FIFA au Brésil ont (...)
  • 2 Jacques Defrance, « La politique de l'apolitisme. Sur l'autonomisation du champ sportif », Politix, (...)

1Il est un paradoxe qu'on ne soulignera jamais assez : alors qu'elles occupent une place sociale et économique majeure, et croissante, les activités physiques et sportives continuent de faire l'objet d'un certain dédain de la part des décideurs politiques. Tout au plus daignent-ils s'afficher au stade lors d'une finale retransmise par les chaînes télévisées, dans l'espoir sans doute de renforcer ainsi leur capital de sympathie, mais peu semblent soucieux de développer une véritable politique sportive, sinon en creux, comme si ce domaine échappait aux clivages partisans habituels. Ce qui n'empêche cependant pas les pouvoirs publics d'investir massivement dans ces activités, sans que les montants en jeu ne fassent l'objet du débat public qu'elles mériteraient1. Dans un article devenu classique2, Jacques Defrance a bien montré que cet apolitisme de façade était en fait soigneusement cultivé par les instances organisatrices du sport, au premier rang desquelles les fédérations unisport olympiques qui bénéficient en France d'une délégation de service public, afin d'y conserver le monopole de la définition des règles du jeu – au sens large du terme ! ‑, mais cette situation entretient également une certaine méconnaissance des soubassements de ces activités de la part des élus comme du public en général. D'où l'utilité des recherches qui s'efforcent de corriger cette dernière, en déplaçant la focale des enjeux sportifs qui concentrent l'attention médiatique vers les enjeux politico-économiques.

  • 3 S'agissant des débats - cruciaux- entourant la « scientificité » de l'économie et ses relations ave (...)

2À défaut de présenter les résultats d'une enquête originale, le présent ouvrage – en fait un manuel ‑, propose une synthèse d'un certain nombre de travaux portant sur le fonctionnement et la régulation du sport professionnel. Celle-ci présente en outre deux autres intérêts pour le lecteur francophone et sociologue ou politiste puisqu'elle lui permet un double-décentrement, tant disciplinaire que national. Les deux auteurs sont en effet, comme la plupart des références sur lesquelles ils s'appuient, issus de la « science » économique3, mais aussi australiens, ce qui joue en particulier sur les exemples mobilisés, car la littérature mobilisée est, elle, largement « internationale », autrement dit anglo-saxonne... L'ouvrage porte plus particulièrement sur le spectacle sportif professionnel et les enjeux économiques et politiques qu'il implique. Il se découpe ainsi en trois grandes parties, portant respectivement sur la « régulation et la concurrence », les « dépenses publiques » et la « gouvernance », elles-mêmes subdivisées en huit chapitres.

  • 4 Voir Alain Corbin (dir.), L'avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995
  • 5 Voir Norbert Elias et Erich Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1 (...)

3Le bref chapitre introductif qui revient sur l'émergence du sport moderne au milieu du XIXe siècle, en lien étroit avec la révolution industrielle et l' « invention du temps libre »4 mais aussi la civilisation des mœurs et les logiques de distinction sociales associées5, et surtout celle de « l'industrie » sportive dans les années 1920, indissociable du développement des médias, la radio d'abord puis la télévision après la Seconde guerre mondiale. Le deuxième chapitre porte ensuite sur la structuration singulière des marchés que constituent les sports d'équipe – qui, sur ce plan-là se distinguent fortement des disciplines individuelles. En comparant notamment le développement historique des ligues de base-ball aux États-Unis et de football en Angleterre, les auteurs viennent éclairer les conditions de concurrence et d'expansion différentes ayant abouti à ce que les sports d'équipe professionnels se soient organisés sur un système de cartel fermé outre-Atlantique et sur un système de promotion-relégation entre des divisions hiérarchisées en Europe, et qui se sont finalement stabilisées ainsi en vertu d'un effet d'hystérésis que les économistes et politistes qualifient de « dépendance de sentier », sans que l'un ne puisse en soi être qualifié de plus équitable que l'autre.

  • 6 Voir Pierre-Michel Menger, Portrait de l'artiste en travailleur, Paris, Seuil, 2003
  • 7 Voir Sebastien Fleuriel, Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs (...)

4Après le marché de spectacle, c'est sous l'angle du marché du travail que sont envisagés les sports professionnels collectifs dans le chapitre suivant. Les auteurs montrent ainsi qu'en vertu de leur position de monopsone – c'est-à-dire d'unique demandeur de travail ‑, les ligues qui régissent ces disciplines parviennent à imposer des exceptions au droit du travail ordinaire qui seraient jugées intolérables dans tout autre milieu, à savoir des restrictions en termes de mobilité et de salaires, y compris les superstars qui raflent l'essentiel des rémunérations, reflétant un « winner-takes-all system » à l'instar de celui que l'on observe dans l'art6, mais qui resteraient « sous-payées comparé aux autres stars de l'industrie du divertissement » (p. 49). Faisant l'objet d'un relatif déni de leur condition salariale, les sportifs professionnels restent ainsi pris entre l'enclume de la dépendance paternaliste à leurs clubs et le marteau du marché7, qui semble cependant tendre à s'étendre, comme l'illustre par exemple le fameux arrêt Bosman de 1995 de la Cour de Justice de l'Union européenne reconnaissant la libre circulation des joueurs sur le continent, évoqué par les auteurs, mais aussi en Australie, du fait d'un accroissement de la concurrence entre organisateurs.

  • 8 Qui sans être forcément dénués de fondements s'avèrent bel et bien impossible à objectiver, comme l (...)

5La construction des installations, et en particulier des stades accueillant les grands spectacles sportifs, fait l'objet du quatrième chapitre. Leur financement partiel ou total par les pouvoirs publics se justifierait suivant la théorie économique par une imperfection de marché, en l'occurrence le fait qu'ils généreraient des externalités positives supposées pour la société dans son ensemble, en encourageant par exemple la population à effectuer davantage d'activités physiques ou en générant des retombées économiques pour les commerces environnant les enceintes, que les agents privés ne prendraient pas en compte, et de ce fait sous-financeraient. Une telle croyance a notamment été à l'origine d'un boom de la construction de stades aux États-Unis en 1987-2010 ou en Australie à partir du début des années 2000, mais, comme le notent les auteurs, de la théorie à la pratique, il y a un (grand) pas. En l'occurrence, la littérature sur la question converge quant à la mise en évidence d'un large écart entre l'optimisme des études ex ante et ex post concernant les retombées de la construction d'un nouveau stade, hormis pour les promoteurs immobiliers et les propriétaires de franchise qui bénéficient ainsi d'une manne publique inespérée... Pour les auteurs, les racines d'une telle différence persistante se situeraient dans le processus de prise de décision, où les gains politiques à attendre vis-à-vis des amateurs de sport sont anticipés comme importants tandis que les coûts sont dilués parmi l'ensemble des contribuables souvent peu informés. Cependant, le vent semble tourner avec la montée de résistances parmi les citoyen-ne-s à mesure justement qu'ils sont amenés à connaître le coût de ces infrastructures. On retrouve le même type de distorsions concernant l'organisation de méga-événements, où un certain nombre de croyances concernant les bénéfices8 contribue à les surévaluer et un consensus est bien établi parmi les chercheurs concernant le fait que l'organisation d'un « méga-événement » sportif n'est pratiquement jamais justifiée par ses retombées économiques. En particulier, alors qu'une candidature perdante entraîne une perte nette, le fait pour une ville de remporter la compétition pour organiser les jeux olympiques, ou un état la coupe du monde de football, s'accompagne d'une « malédiction du vainqueur » (winner's curse) peut-être pire, tout autant du fait de la surenchère à laquelle il a fallu se livrer pour l'emporter que des exigences léonines imposées par le Comité International Olympique (CIO) ou la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), qui eux, sortent en revanche toujours gagnants sur le plan financier...

  • 9 Pour une perspective interactionniste sans doute plus pertinente pour la compréhension des comporte (...)
  • 10 Pour s'en tenir à l'actualité, on peut ainsi relever la conjonction de conflits tendant effectiveme (...)

6C'est à ces instances régulatrices qu'est justement consacré le dernier chapitre ‑ après un autre portant sur la régulation des comportements non-éthiques largement inspiré par la perspective économique sur la déviance quelque peu réductrice9. Les auteurs notent en particulier à leur propos qu' « après avoir pour beaucoup commencé comme des organisations non-lucratives et bénévoles, certaines ont acquis une influence considérable à l'échelle mondiale [...]. Ces instances jouissent également de relations particulières avec les gouvernements, ainsi que d'une série d'exemptions par rapport aux législations locales [...]. Il est essentiel que les gouvernements, partout dans le monde, revoient leurs relations avec ces institutions, en recherchant comment limiter leur pouvoir de marché dans l'attribution de l'accueil [des grands événements], réglementer leurs activités à l'intérieur d'un pays (en les mettant par exemple en conformité avec le droit du travail commun), et s'assurer qu'elles respectent les lois des pays dans lesquels elles opèrent » (p. 151). On ne saurait mieux dire qu'il s'agit là d'un enjeu politique et économique de première importance, et il est suffisamment rare pour être remarqué qu'un manuel proposant un état de la littérature se termine sur un constat sans appel de ce type. Reste à savoir si on assiste effectivement aujourd'hui à un tournant en matière de régulation du sport-spectacle professionnel10 ou si, suivant la fameuse maxime du Guépard, tout bouge en ce moment pour que rien ne change...

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, les mobilisations qui ont entouré la dernière coupe du monde de la FIFA au Brésil ont peut-être marqué une inflexion quant à la demande d'accountability, comme disent les anglophones, de la part des pouvoirs publics. Voir notamment Fabien Archambault (dir.), « L'autre continent du football », Cahiers des Amériques latines, n° 74, 2013 (http://lectures.revues.org/14996), et notamment l'entretien avec l'urbaniste João Sette Whitaker Ferreira dans ce dossier.

2 Jacques Defrance, « La politique de l'apolitisme. Sur l'autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, vol. 13, 2000, pp. 13-27

3 S'agissant des débats - cruciaux- entourant la « scientificité » de l'économie et ses relations avec les autres sciences sociales qui dépassent largement notre sujet, voir entre bien d'autres références utiles les écrits de Bernard Guerrien, par exemple Bernard Guerrien, « Y a-t-il une science économique ? », L’Économie politique, n°22, 2004 ou d'André Orlean, notamment son dernier ouvrage L'empire de la valeur, Paris, Seuil, 2011

4 Voir Alain Corbin (dir.), L'avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995

5 Voir Norbert Elias et Erich Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 [1986]

6 Voir Pierre-Michel Menger, Portrait de l'artiste en travailleur, Paris, Seuil, 2003

7 Voir Sebastien Fleuriel, Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2008, dont on peut lire le compte rendu sur Lectures : http://lectures.revues.org/553

8 Qui sans être forcément dénués de fondements s'avèrent bel et bien impossible à objectiver, comme le fait de pouvoir être placé sur la carte

9 Pour une perspective interactionniste sans doute plus pertinente pour la compréhension des comportements déviants en matière de dopage, voir notamment Christophe Brissoneau et alii. L'épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, PUF, coll. « le lien social », 2008 (http://lectures.revues.org/622)

10 Pour s'en tenir à l'actualité, on peut ainsi relever la conjonction de conflits tendant effectivement à remettre en cause l'organisation actuelle du sport, qu'il s'agisse de la manière dont la FIFA a sucré le rapport de Michael Garcia (voir Rémi Dupré, « FIFA : Garcia refuse que son rapport soit enterré », Le Monde, 14 novembre 2014), la fronde de certains joueurs de tennis « mal » classés vis-à-vis de la fédération internationale (voir Aude Lasjaunias, « Le ''tennis d'en bas'' veut changer les règles », Le Monde.fr, 30 novembre 2014 : http://abonnes.lemonde.fr/sport/article/2014/11/30/le-tennis-d-en-bas-veut-changer-les-regles_4531645_3242.html) ou encore à la passe d'armes entre la maire de Paris et le président de la République concernant l'opportunité pour la capitale française de se porter candidate pour l'organisation des jeux olympiques de 2024 (Voir Béatrice Jérôme, « JO 2024 à Paris : Hidalgo répond à Hollande et pose ses conditions », Le Monde, 7 novembre 2014)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « John K. Wilson, Richard Pomfret, Public Policy and Professional Sports. International and Australian Experiences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16313

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page