Navigation – Plan du site

Eftychia Amilitou, L’Écrivain et le camelot. Littérature médiatique en Grèce (1880-1945)

Etienne Charrière
L'écrivain et le camelot
Eftychia Amilitou, L'écrivain et le camelot. Littérature médiatique en Grèce (1880-1945), Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de littérature générale comparée », 2014, 552 p., ISBN : 978-2-7453-2647-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Grigorios Xenoupoulos, « Pendant mon jubilé » [« Στα πενηντάχρονά μου »], Athinaïka Nea, 7.5.1939, (...)

1« On dit que j’ai écrit le premier roman urbain et que je suis devenu le fondateur du Roman Néo-hellénique. On dit que j’ai donné au théâtre le premier drame social et que je suis le fondateur du Théâtre Néo-hellénique. Ne serait-ce que pour ces deux “premières”, je devrais être fier d’avoir accompli quelque chose d’important ! »1.Ces propos de l’écrivain polygraphe grec Grigorios Xenopoulos (1867-1951), rédigés à l’apogée de sa carrière, sont caractéristiques du type de posture que sont souvent appelés à assumer, au tournant du vingtième siècle et dans les littératures dites « périphériques », des auteurs reconnus (ou, parfois, auto-proclamés) comme les initiateurs, dans leurs domaines culturels respectifs, de genres et de courants importés de l’étranger. Dans les champs littéraires que l’on pourrait qualifier d’étroits et d’excentrés, la position tutélaire et le rôle prescripteur de ces écrivains sont souvent renforcés par le caractère fondamentalement « transmédiatique » de leur présence éditoriale, laquelle s’affirme au travers d’une multiplicité de supports et de moyens d’expression.

2C’est à l’étude de ce phénomène – à savoir la double fonction d’acteur et d’agent des processus de médiatisation, assumée par les écrivains dans un système culturel où les différentes sphères de l’écrit entrent de plus en plus en résonance – que s’attache Eftychia Amilitou dans un lumineux ouvrage paru cette année. Au travers d’une étude de cas centrée sur la figure de Grigorios Xenopoulos, écrivain presque inconnu à l’étranger mais dont la popularité est longtemps restée vive en Grèce, L’Écrivain et le camelot dresse le portrait de la scène littéraire grecque de la fin du xixe siècle au milieu du xxe siècle et décrit les profondes mutations qui accompagnent son entrée et son ancrage dans ce que l’on a pris l’habitude de désigner sous le terme d’ère médiatique. S’appuyant sur les travaux de Pierre Bourdieu autour de la notion de champ littéraire – tout en se montrant très au fait des nécessaires compléments qui ont pu leur être apportés depuis – l’auteure s’inscrit dans la continuité des recherches sur l’émergence et le fonctionnement de la culture médiatique de Marie-Eve Thérenty et d’Alain Vaillant, parmi d’autres.

3La première partie de l’ouvrage se penche sur les stratégies de légitimation mises en œuvre par Xenopoulos pour asseoir sa réputation littéraire, et sur la manière qu’ont ces mécanismes de promotion et de consécration individuelle de refléter les mutations en cours dans la sphère culturelle grecque au sens large. Un premier chapitre offre un panorama à la fois synthétique et très documenté de l’évolution de la scène littéraire néo-hellénique de la fondation de l’État grec indépendant, vers 1830, à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, centré sur le développement d’une culture et d’un marché propices à l’éclosion du genre romanesque. Alors que le jeune État est, à l’origine, dépourvu aussi bien d’institutions littéraires que d’un véritable public, une certaine conscience du rôle national que le roman est appelé à tenir se laisse entrevoir assez tôt après l’indépendance, sans pour autant que la figure de l’écrivain ne soit encore dotée d’une conscience et d’un statut professionnel à part entière. La « Génération de 1880 » marque un tournant majeur, qui voit l’émergence d’auteurs plus directement conscients de leur appartenance à un réseau. Le développement de la presse est intimement lié à cette mutation des postures adoptées par les écrivains, en ce qu’elle est de plus en plus à même d’offrir une certaine sécurité économique, et qu’elle fonctionne comme une instance de solidification et de légitimation des réseaux littéraires en voie de formation. Ces interférences entre les différents domaines de l’écrit, entre le monde de la presse et le monde littéraire, se poursuivent au xxe siècle, bien qu’une séparation plus stricte s’impose peu à peu entre les statuts respectifs de l’écrivain et du journaliste, à mesure que les institutions de professionnalisation des deux champs connexes se mettent en place à partir l’entre-deux-guerres. La « Génération de 1930 » se distingue, en particulier, par les rapports beaucoup plus prudents qu’elle entretient avec l’écriture journalistique. Comme le souligne l’auteure (p. 100-101), deux postures, complémentaires mais néanmoins clairement divergentes, découlent de ces rapports entre presse et littérature engendrés par l’émergence d’un champ médiatisé : d’un côté, le scripteur dont la présence « transmédiatique » est conditionnée par son attachement primordial à la fonction de littérateur et, de l’autre, l’écrivain-journaliste dont les incursions dans le domaine de la littérature sont influencées par son appartenance au milieu de la presse.

  • 2 La devise, mainte fois répétée, de Xenopoulos, citée par Amilitou (p. 129), devient dès lors « Ma f (...)

4Cherchant à inscrire, dans la suite de l’ouvrage, le parcours de son sujet d’étude dans le contexte décrit avec précision dans le chapitre préliminaire, l’auteure étudie les différentes stratégies d’« infiltration » du champ littéraire mises en œuvre, la plupart du temps avec succès, par Xenopoulos. L’ouvrage explore tour à tour les premières tentatives littéraires du très jeune auteur dans les années 1880, ses prises de positions dans le très vif débat de l’époque autour du réalisme et du naturalisme, l’importance qu’il porte à l’adoption de thématiques urbaines et au roman-feuilleton (dans un but de positionnement aussi bien stratégique qu’esthétique), ses incursions dans le domaine du théâtre, son rôle capital en tant que directeur de publication de plusieurs revues de très grande importance, ainsi que l’« officialisation » de plus en plus marquée de son statut, à mesure qu’il accapare les récompenses officielles et s’associe aux institutions culturelles étatiques. L’auteure parvient très bien à mettre en évidence la grande souplesse de Xenopoulos et sa capacité à se positionner avec beaucoup d’adresse dans le champ littéraire grec tandis que s’établit, dans ses énoncés théoriques aussi bien que dans les orientations de sa production littéraire elle-même, le crédit indéfectible qu’il apporte à l’importance des lecteurs dans ces processus de légitimation2. L’image qui émerge de cette première partie est celle d’un auteur cherchant en quelque sorte à cumuler les deux statuts de scripteur et d’écrivain-journaliste : Xenopoulos se construit en écrivain de l’entre-deux, chantre d’un goût littéraire middlebrow, d’un « art amusant » (comme il l’appelle lui-même) destiné à répondre aux attentes culturelles d’une audience voulue comme la plus large possible, et dont les préférences sont façonnées par la lecture des journaux.

5Dans une seconde partie, l’auteure élargit, de manière très judicieuse, son propos à l’étude de l’inscription de l’œuvre et des activités de Xenopoulos dans le domaine médiatique grec de son temps. Fonctionnant comme un pendant au panorama littéraire du début de la première partie, les pages consacrées à la mise en place d’un champ périodique en Grèce – et en particulier à Athènes – soulignent les transformations qui ont lieu au cours du premier siècle d’histoire de l’État grec indépendant : après ce que l’auteure qualifie de « période d’exploration », de 1830 aux années 1870, étape marquée par la présence de publications à caractère encyclopédique souvent conçues par un personnel journalistique extrêmement restreint, la « période d’édification » voit la prolifération de quotidiens à proprement parler politiques, fonctionnant comme espaces de sociabilité pour des journalistes de plus en plus nombreux et de plus en plus professionnels, tandis que la « période d’autonomisation », qui commence au tournant du xxe siècle coïncide notamment avec l’élargissement du lectorat et la standardisation technologique des supports. Revenant finalement à son sujet d’étude, l’auteure analyse avec finesse les multiples empreintes et interférences, dans la production romanesque de Xenopoulos, de cette culture médiatique telle qu’elle est filtrée et diffusée par la presse. L’image qui en émerge est celle d’une intermédialité parvenant à la fois à subvertir les barrières artificielles érigées entre les différents régimes de l’écrit et à imposer une vision du monde intimement liée à une doxa bourgeoise vouée à perpétuer les idéologies sociales, culturelles et nationales dominantes.

6Il y a un grand mérite –et un certain courage- à publier en langue française une aussi longue étude presque entièrement dédiée à un écrivain aussi peu traduit – et qui, en tout état de cause, est appelé à le rester. Le grand talent de l’auteure de L’Écrivain et le camelot réside dans sa capacité à contourner avec intelligence cet obstacle majeur en proposant un ouvrage dont le sérieux méthodologique et l’intérêt des arguments aussi bien que des conclusions devraient lui permettre de s’insérer sans difficulté dans des débats critiques qui débordent très largement le contexte géographique et chronologique propre au cas d’étude en question. Comme elle le revendique elle-même dès la préface, l’auteure a pour ambition de dépasser les contraintes liées à l’étude monographique de l’œuvre d’un unique écrivain, et d’élargir son propos à l’examen d’un certain nombre de phénomènes de circulation culturelle dans la Grèce et l’Europe de la fin du dix-neuvième et des premières décennies du xxe siècle. Cet objectif est non seulement brillamment atteint, mais l’auteure livre aussi, en filigrane, une forme d’illustration des possibilités de la discipline au sein de laquelle son travail vient s’inscrire : comme le souligne Philippe Hamon dans sa courte préface, l’ouvrage, au travers de l’attention qu’il porte non seulement aux textes et aux contextes, mais aussi aux intertextes et aux « intermédialités » qui en découlent, est un exemple tout à la fois de la souplesse et de la rigueur des approches comparatistes et transnationales du fait littéraire.

Haut de page

Notes

1 Grigorios Xenoupoulos, « Pendant mon jubilé » [« Στα πενηντάχρονά μου »], Athinaïka Nea, 7.5.1939, p. 1-2, traduit et cité par Eftychia Amilitou, L’Ecrivain et le camelot. Littérature médiatique en Grèce (1880-1945), Paris, Honoré Champion, 2014, p. 209.

2 La devise, mainte fois répétée, de Xenopoulos, citée par Amilitou (p. 129), devient dès lors « Ma force, c’est l’amour du public », un public qu’il a lui-même partiellement aidé à former.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Charrière, « Eftychia Amilitou, L’Écrivain et le camelot. Littérature médiatique en Grèce (1880-1945) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16319

Haut de page

Rédacteur

Etienne Charrière

Doctorant en littérature comparée à l’Université du Michigan (USA). Recherches en cours sur l’émergence du roman grec, arménien et turc dans l’Empire ottoman finissant

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page