Navigation – Plan du site

David Graeber, Des fins du capitalisme. Possibilité I

Thibault Scohier
Des fins du capitalisme
David Graeber, Des fins du capitalisme. Possibilités I : Hiérarchie, rébellion, désir, Paris, Payot, coll. « Manuels Payot », 2014, 363 p., Préface de Martin Rueff, Traduit de l'anglais par Maxilme Rovere, ISBN : 978-2-228-91151-1.
Haut de page

Texte intégral

1Choisit-on sa discipline par affinité ou parce qu’elle contient en elle-même une certaine position face au monde ? C’est par cette question que David Graeber introduit son ouvrage. Pour lui, la réponse est double ; au-delà de son intérêt purement personnel pour l’anthropologie, il rappelle que cette branche des sciences humaines est devenue au fil du temps le refuge de tous les chercheurs curieux de savoir si le monde a toujours été tel qu’il est. Or, il s’agit précisément de la « mission » que s’est donnée l’auteur : apprendre et comprendre le monde pour le changer. Graeber développe d’ailleurs dès les premières lignes de son introduction l’idée que l’anthropologie donne accès aux « possibles » : des mondes possibles, des possibilités sociales. Autrement dit, en étudiant des mondes et des sociétés possédant des configurations sociales radicalement différentes des nôtres, nous pouvons entrevoir les possibles changements de nos propres configurations sociales. Le livre de Graeber possède et assume un grand élan normatif : s’il s’intéresse aux fondements anthropologiques de l’ailleurs c’est pour changer notre propre civilisation.

2David Graber a publié en 2007 Possibilities: Essays on Hierarchy, Rebellion and Desire chez AK Press, éditeur américain de gauche radicale ; ce livre réunissait une douzaine d’essais et d’articles artiulés en trois parties logiques, allant des écrits les plus théoriques aux écrits les plus politiques. Le présent ouvrage constitue la traduction française de la première partie du livre original, composée de quatre essais.

3Même si chaque essai aborde un thème particulier, Graeber effectue, en fait, toujours le même exercice : il s’intéresse à une institution donnée du capitalisme (institution est à entendre ici comme un type de configuration sociale institué par les membres d’une société donnée) et tente d’en comprendre le fonctionnement en étudiant d’autres sociétés possédant des institutions proches ou identiques. Les quatre essais de ce volume abordent successivement la propriété privée, la consommation, les « modes de production » et le fétichisme. Comme on l’aura compris après cet énoncé, Graeber s’empare de plusieurs concepts marxistes qu’il réadapte à une pratique anthropologique plus réflexive.

4L’exemple le plus frappant de ce traitement est le dernier essai, qui traite du fétichisme. Si Marx avait circonscrit son analyse aux effets de sacralisation du marché et de ses produits à travers le concept de « fétichisme de la marchandise », Graeber généralise son approche en mettant en parallèle, d’une part, l’avidité et la croyance dans la puissance de l’argent des européens débarquant sur la côte ouest-africaine à la recherche d’or et de ressource et d’autre part les pratiques religieuses des Africains eux-mêmes, qui donnaient un pouvoir social à des objets très divers sensés incarner une divinité, une « force » naturelle ou surnaturelle indéfinie. Les deux modes de croyance sont le miroir l’un de l’autre : est-il plus absurde de désirer ardemment la richesse et l’or en particulier que de considérer qu’un fétiche protège notre village de nos adversaires ? Graeber va même plus loin en prêtant aux Européens une conscience, même tacite, de cette ressemblance entre la croyance dans la marchandise et celle dans le fétiche, d’où découlerait l’incroyable mépris que les marchands installés dans les comptoirs vouaient au « fétichisme » africain, qui ne méritait même pas, à leur yeux, le nom de religion.

5Plusieurs idées générales se dégagent du livre ; d’abord, l’image d’une culture et d’une société construites, mais basées sur des « briques élémentaires ». Dans l’essai sur la propriété, Graeber met au jour une tension fondamentale des êtres humains entre une organisation égalitaire et une organisation hiérarchique de la chose commune. Chacun des deux types de « principes élémentaires » possède un rapport à la propriété qui lui est propre ; ils ne sont pas exclusifs et les sociétés contemporaines, laisse entendre Graeber, sont le fruit d’un mélange où le capitalisme favorise la dimension hiérarchique de la sociabilité et réduit inévitablement sa dimension égalitaire à peau de chagrin.

  • 1 Graeber David, La démocratie aux marges, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « la bibliothèque du MAUS (...)

6Se pose, du coup, la question de la démocratie. Comme l’auteur a pu l’affirmer ailleurs, en particulier dans La démocratie aux marges1, la démocratie n’est pas tant un système de gouvernement fondé consciemment par un peuple qu’un élan vers le principe égalitaire appliqué à la politique. Athènes n’aurait pas « inventé » la démocratie, elle aurait juste mis des mots et construit un échafaudage théorico-pratique sur une tentation de l’égalité politique présente dans toute l’histoire, sous des formes plus ou moins poussées.

7Les essais qui s’intéressent à la consommation et aux « modes de production » complètent le paysage théorique de Graeber en insistant sur la mortalité du capitalisme et sur son inscription dans une histoire particulière. La consommation capitaliste n’est qu’une forme de consommation parmi d’autres ; et Graeber de revenir sur la problématique centrale du don/contre-don en anthropologie pour exemplifier des formes différentes de consommation. La disparition quasi-totale du concept de « modes de production » dans sa discipline fait dire à l’auteur qu’on a de plus en plus tendance à retirer au capitalisme son historicité et à oublier que des « modes de production » radicalement dissemblables ont pu exister à travers l’histoire.

8Sans doute l’ouvrage de Graeber se refuse-t-il parfois à aborder de front le problème contenu dans les affirmations précédentes : si la réalité est construite et si, comme le laisse entendre Graeber, les « civilisations » sont le pur produit d’une agglomération arbitraire de configurations sociales, comment fonctionnent ces « briques élémentaires » (tension hiérarchique, tension égalitaire, rapports de production, rapports à la possession et à la propriété) ? Doit-on voir dans celles-ci l’expression d’une nature humaine déguisée ou simplement les conséquences de la sociabilité humaine ?

  • 2 Voir par exemple Castoriadis Cornélius, La montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe. (...)

9Politiquement, Graeber laisse ouvertes toutes les portes qu’il a soigneusement dessinées tout au long du livre. Il décrit un capitalisme qui ne ravage pas seulement le monde en surface mais aussi l’essence de notre rapport à la croyance ou à la consommation. Il y aurait un parallèle à faire ici avec l’analyse des « types anthropologiques » de Castoriadis et de leur devenir sous le joug du capitalisme2. La transformation de la société induite par une économie capitaliste tend à s’étendre à un certain nombre de « manières d’être », à certaines de ces configurations politiques fondamentales.

10Le sous titre de l’ouvrage, « Hiérarchie, rébellion et désir », résume le projet de David Graeber : comprendre les mécanismes qui font de nos sociétés des systèmes hiérarchiques ; comprendre la tension inhérente à cette organisation verticale et tous les phénomènes de lutte contre la hiérarchie et contre la hiérarchisation ; comprendre enfin comment nos désirs sont intimement liés à ce combat entre des modes d’organisations antagonistes. La réponse pratique et politique se trouve dans la suite du livre initial, Possibilities, et dans les futures publications de Possibilité II et III.

Haut de page

Notes

1 Graeber David, La démocratie aux marges, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « la bibliothèque du MAUSS », 2014 ; compte rendu de Marie Peretti-Ndiaye pour Lectures : http://lectures.revues.org/13511.

2 Voir par exemple Castoriadis Cornélius, La montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe. Tome IV, Paris, Points, coll. « Essais », 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « David Graeber, Des fins du capitalisme. Possibilité I », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16335

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page