Navigation – Plan du site

Julie Pagis, Mai 68, un pavé dans leur histoire

Ruggero Iori
Mai 68
Julie Pagis, Mai 68. Un pavé dans leur histoire, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », 2014, 300 p., ISBN : 978-2-7246-1590-6.
Haut de page

Texte intégral

1De nombreuses recherches ont été produites au cours des dernières années sur l’engagement militant, au croisement de la sociologie et de la science politique. L’ouvrage de Julie Pagis apporte ici une contribution originale qui ne se contente pas d’une analyse rétrospective de l’engagement en Mai 68 mais interroge les incidences de ces événements sur les trajectoires de ses participants.

  • 1 Julie Pagis, Les incidences biographiques du militantisme en Mai 68. Une enquête sur deux génératio (...)
  • 2 Dans la lignée des recherches de Bernard Lahire et Muriel Darmon, à propos de cette dernière voir M (...)
  • 3 En reprenant notamment les interrogations soulevées dans l’ouvrage de Doug McAdam, Freedom Summer. (...)
  • 4 Considérée ici comme le « processus formateur de grille de lecture, de prédispositions, d’attitudes (...)
  • 5 Elle se détache du label « Mai 68 » et se situe dans la lignée du travail, auquel elle participe, d (...)
  • 6 Comme le rappelle l’auteure dans la lignée du travail de Gérard Mauger (« Jeunesse : l’âge des clas (...)

2Cette recherche, produite dans le cadre de la thèse de l’auteure1, se situe à la frontière des études sur la socialisation et la conversion2, sur les « carrières militantes » et les mobilisations3, et ouvre à une sociologie des générations et des rapports de générations. En élargissant les recherches d’Annick Percheron sur la socialisation politique4, Julie Pagis s’intéresse à la façon dont celle-ci contribue à structurer et à activer des rapports au politique. L’auteure choisit différentes échelles d’observation (du contexte national aux biographies des participants, entre temps court et temps long) et montre comment les événements de mai et juin 19685 ne peuvent pas être considérés comme seuls déclencheurs d’un passage à l’acte militant, mais au contraire doivent être analysés de manière conjointe aux trajectoires des participants et en relation à d’autres événements précédents. L’événement est ici appréhendé en tant que moment de « conjoncture fluide » qui ouvre et redéfinit l’espace des possibles de ses participants, en relation à leur âge, à leurs origines de classe, aux lieux ou au contexte (remise en discussion de la famille, de l’école, de l’Église). L’auteure s’éloigne du discours autour d’« une » ou « deux » générations 68 et, en s’inspirant des travaux de Mannheim et Whittier, reconstitue une douzaine de « micro-unités de génération ». Faut-il être jeune pour porter l’« imagination au pouvoir » ? Si l’âge est une variable centrale dans l’analyse6, elle ne permet pas à elle seule d’expliquer l’engagement. Comment souligner alors les effets de la participation à ces événements ? Que produit l’événement et qui est-ce qui le produit ?

  • 7 C’est dans la thèse qu’elle revient de manière plus importante sur des anecdotes biographiques.
  • 8 La démarche de l’auteure est de même très originale car, à l’aide du logiciel de traitement des don (...)

3L’ouvrage rend compte d’une passionnante enquête de terrain qui s’entrecroise avec la biographie de l’auteure. Comme explicité au tout début de l’introduction7, Julie Pagis est elle-même fille de soixante-huitards devenus agriculteurs néoruraux et cette posture socio-analytique influe sur le positionnement de l’auteure face à ses enquêtés mais aussi face à ses origines sociales et ses propres représentations. Elle adopte une perspective méthodologique particulièrement pertinente et ambitieuse. Renonçant à l’idée de construire un échantillon « représentatif » d’une catégorie floue de « soixante-huitards », elle a choisi d’enquêter auprès de familles qui, dans l’après 1968, ont scolarisés leurs enfants dans deux écoles expérimentales, caractérisées par des stratégies éducatives particulières. Elle a retrouvé 169 familles dont les enfants ont fréquenté entre 1973 et 1990 l’école Vitruve à Paris ou l’école Ange-Guépin à Nantes, et récolté 182 questionnaires « parents » et 168 questionnaires « enfants » (sur 666 envoyés). Le volet qualitatif de l’enquête repose sur des entretiens « ethnographiques » avec les parents et les enfants à leur domicile, qui permettent d’analyser les récits de vie dans une démarche compréhensive. En effet, à partir d’une approche généalogique, longitudinale et rétrospective, l’auteure articule l’analyse des biographies individuelles avec le traitement statistique des questionnaires8. Le choix de ces deux volets permet alors de retracer les motivations et la construction de chaque engagement et, grâce à la multiplication des sources (par les questionnaires ou les entretiens avec d’autres membres de la famille), d’échapper en quelque sorte à l’« illusion biographique ». S’intéresser à la « deuxième génération » composée par ces élèves lui permet en outre d’interroger ce que la participation à des événements et son incidence sur la trajectoire sentimentale, professionnelle et amicale des parents produit sur l’éducation et les représentations de leurs enfants. Le longitudinal « apparié » (parents et enfants) que l’auteure met en place lui permet de montrer comment les dispositions au militantisme se transmettent d’une génération à l’autre.

  • 9 Si le passage sur la socialisation de conversion des habitus explicité dans le cas de Gérard (p. 10 (...)

4Le passage à l’acte militant est alors resitué dans l’imbrication des conditions sociales dans lesquelles se produit, telles que l’âge, le statut professionnel, la situation familiale ou le sexe, et qui contribuent à produire les représentations et à construire leur socialisation. On voit alors que ces « soixante-huitards » ne représentent pas une génération univoque mais ils appartiennent à différentes sous-population, notamment selon le statut qu’ils occupent lors de « Mai 68 » : étudiants à l’université, militants dans une organisation, salariés ou chargé de famille. Le passage par des traditions politiques familiales, par des organisations de gauche ou catholiques, affecte différemment leur perception et leur politisation (majeure ou moindre) des événements de mai et juin 1968 ainsi que leur engagement, qui doit être mis en relation au moment effectif d’entrée dans le champ militant : pendant la guerre d’Algérie, au moment de la guerre Vietnam, ou directement en mai et juin 1968. De même cet engagement peut s’inscrire dans des trajectoires d’émancipation de leur classe d’origine, qu’elles soient au travers des études (mobilité sociale ascendante qui produit des « intellectuels de première génération ») ou des ruptures avec des contraintes familiales et des aspirations personnelles (conflit avec l’autorité parentale ou scolaire). Ces nombreux « soixante-huitards » vivent de fait ces événements de manière différente, si bien qu’il serait réducteur d’identifier un seul « Mai 68 ». Le degré d’exposition à ces événements et les ressources militantes accumulées lors des trajectoires individuelles permettent de distinguer différents types de socialisation : d’entretien, de renforcement, de prise de conscience ou de conversion9. Ces effets socialisateurs doivent alors être resitués en lien aux attentes que portent les participants, aux origines sociales, et aux trajectoires de ces individus.

  • 10 L’auteure présente le cas ici de la recherche en sciences sociales comme reconversion savante d’int (...)

5Mais comment se maintient l’engagement ou au contraire se dissout-il, dans les années suivantes ? Comment la vie privée de ces soixante-huitards est-elle affectée par ces événements sur le temps long ? Que deviennent-ils ? Le fait de continuer à militer dans l’après 68, de se radicaliser dans des organisations d’extrême gauche ou dans des mouvements sociaux de contre-culture est seulement en partie corrélé à l’intensité vécue des événements. Le moment d’entrée dans le champ militant, la possession de certaines ressources militantes, ainsi que le statut et les trajectoires de ces individus doivent également être pris en compte, notamment en relation à leur situation quarante ans plus tard, quand on retrouve des « soixante-huitards » ayant vécu davantage des situations de déclassement, en forte relation avec leur engagement. L’expérience de « l’établissement » en usine ou la reprise des études au centre expérimental de Vincennes ont par exemple des fortes conséquences sur l’ouverture des possibles et la mobilité sociale des individus qui y participent, qu’il s’agisse d’un déclassement ou d’une ascension sociale10. L’intensité de participation aux événements – en tant que moment de resocialisation politique – contribue alors à expliquer leur militantisme successif, mais leur devenir doit être resitué dans le cadre de l’offre politique du moment, de la fréquentation des réseaux de sociabilité, et en rapport avec la sphère privée.

6Le pavé définit tant l’histoire de ces « soixante-huitards » que celle des leurs enfants. Bien que l’offre politique change profondément entre les deux générations, la socialisation politique des enfants est largement affectée par les expériences vécues par leurs parents. Si les influences sur la socialisation primaire couvrent un large éventail, l’intérêt pour la politique et le rapport au militantisme montrent plusieurs parcours influencés par des fortes continuités (et discontinuités) intergénérationnelles. Sept sous-populations d’enfants (dont seulement certaines sont présentées dans l’ouvrage) permettent d’ouvrir la « boite noire des transmissions familiales » et de montrer la corrélation entre l’intérêt politique, le type d’éducation reçue (libérale, contre-culturelle, autoritaire), les origines sociales, le sexe, l’âge, les discussions politiques familiales, les expériences militantes, la participation à des manifestations et le comportement électoral. Si l’on retrouve chez les enfants l’héritage d’aspirations contestataires et une confrontation au déclassement social présente aussi chez les « soixante-huitards », différemment de leur parents, qui pour certains ont vécu une vraie ouverture de possibles, la deuxième génération reste majoritairement dépendante d’une conjoncture socio-politique assez restreinte et caractérisée par une injonction à la professionnalisation et la précarisation du marché du travail, ou encore par une forte déqualification et dévalorisation d’un militantisme politique.

  • 11 Voir par exemple dans l’introduction (notes 10-11, p. 18-19) ou encore l’ouvrage de Boris Gobille, (...)
  • 12 Elle dédie un chapitre préliminaire à une sociohistoire de ces centres de contre-culture pédagogiqu (...)
  • 13 Voir par exemple le travail de Muriel Darmon, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dom (...)

7Cet ouvrage contribue, dans la lignée de travaux récents sur Mai 6811, à se détacher de l’image (médiatique) d’une « génération 68 » opportuniste, figée sur ses leaders, ainsi que des discours sur- ou disqualifiant tant les participants que les idées centrales de mouvements sociaux du passé. Il est aussi particulièrement intéressant du fait de la pluralité des échelles d’observation et des méthodes utilisées (analyse factorielle, régression logistique, entretiens biographiques, travail d’archives…), qui contribuent à mettre en évidence un processus de socialisation politique qui n’est pas linéaire mais demeure le résultat d’incidences biographiques fortes (des ruptures, bifurcations, turning point), du contexte socio-politique et de déplacements sociaux (reconversions et réorientations, ascensions et déclassements…). On regrette cependant une attention peu marquée aux écoles fréquentées par ces familles. Si cette partie est effectivement présente dans la thèse de l’auteure12, l’accent sur la socialisation « institutionnelle » demeure peu visible, tant au niveau des écoles (et des enseignants qui les composent), qu’au niveau des structures organisationnelles13 qui encadrent les militants et leurs enfants à des moments divers, et qui apparaissent effectivement peu tout au long des récits de vie.

8Cet ouvrage a enfin le mérite de nous montrer, par une fine analyse empirique, comment les cycles de vie rentrent en contact avec l’événement et comme cela permet une ouverture (et une fermeture) du champ des possibles qui affecte tant les trajectoires des parents que celles de leurs enfants. Et il permet en outre de resituer l’étude du militantisme dans une optique de long terme puisque, comme le dit l’auteure dans le dernier chapitre, les « nouveaux militants » peuvent être les enfants des « anciens ».

Haut de page

Notes

1 Julie Pagis, Les incidences biographiques du militantisme en Mai 68. Une enquête sur deux générations familiales : « des soixante-huitards » et leurs enfants scolarisés dans deux écoles expérimentales (Vitruve et Ange Guépin), Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Gérard Mauger, EHESS, 2009, disponible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00443077. L’auteure a présenté cette recherche dans d’autres publications récentes, en particulier le dossier « Observer les mobilisations », Politix, n° 93, 2011 (compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://lectures.revues.org/6283) et le dossier coordonné avec Catherine Leclercq, « Les incidences biographiques de l’engagement », Sociétés contemporaines, n° 84, 2011.

2 Dans la lignée des recherches de Bernard Lahire et Muriel Darmon, à propos de cette dernière voir Muriel Darmon, « Sociologie de la conversion. Socialisation et transformation individuelles », in C. Burton-Jeangros et C. Maeder (dir.), Identité et transformation des modes de vie, Genève et Zurich, Seismo, 2011, p. 64-84.

3 En reprenant notamment les interrogations soulevées dans l’ouvrage de Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964, Marseille, Éditions Agone, 2012 (compte rendu d’Aurélien Raynaud pour Lectures : http://lectures.revues.org/9704). À ce propos, voir aussi l’article de Frédéric Sawicki et Johanna Siméant, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critiques sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, vol. 51, n° 1, janvier 2009, p. 97-125.

4 Considérée ici comme le « processus formateur de grille de lecture, de prédispositions, d’attitudes profondes » (Annick Percheron, « La socialisation politique. Défense et illustration », in Madeleine Grawitz et Jean Leca (dir.), Traité de science politique, tome 3, Paris, PUF, 1985, cité p. 21).

5 Elle se détache du label « Mai 68 » et se situe dans la lignée du travail, auquel elle participe, dirigé par Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68, Éditions de l’Atelier, 2008, compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://lectures.revues.org/581.

6 Comme le rappelle l’auteure dans la lignée du travail de Gérard Mauger (« Jeunesse : l’âge des classements. Essai de définition sociologique d’un âge de la vie », Recherches et Prévisions, n° 40, juin 1995, p. 19-36), la jeunesse est caractérisée par une phase biographique d’indétermination sociale, professionnelle, matérielle et politique qui dépend fortement de l’origine sociale.

7 C’est dans la thèse qu’elle revient de manière plus importante sur des anecdotes biographiques.

8 La démarche de l’auteure est de même très originale car, à l’aide du logiciel de traitement des données statistiques, elle parvient à identifier des individus particulièrement significatifs pour chaque classe (les « parangons »), recontactés et réinterrogés par la suite. Sur l’analyse des biographies, voir aussi l’ouvrage : Cyrille Rougier, Adrien Pégourdie, Sophie Orange, Stéphane Chantegros (dir.), La fabrique biographique, Limoges, PULIM, coll. « Sociologie & Sciences sociales », 2012, compte rendu d’Abdia Touahria-Gaillard pour Lectures : http://lectures.revues.org/9055.

9 Si le passage sur la socialisation de conversion des habitus explicité dans le cas de Gérard (p. 106-108) est un peu rapide dans son explication, il sera mieux présenté dans les chapitres suivants avec la présentation plus détaillée des récits de vie.

10 L’auteure présente le cas ici de la recherche en sciences sociales comme reconversion savante d’intérêts militants. Le rapport entre engagement militant et reconversions dans la recherche sociologique sera repris aussi à d’autres moments de l’ouvrage, notamment dans l’incidence sur certains « enfants de soixante-huitards » travaillant sur le politique, voir note 61, p. 298.

11 Voir par exemple dans l’introduction (notes 10-11, p. 18-19) ou encore l’ouvrage de Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, coll. « Repères Histoire », 2008, compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://lectures.revues.org/538.

12 Elle dédie un chapitre préliminaire à une sociohistoire de ces centres de contre-culture pédagogique à Paris et à Nantes, où on voit comment ces dispositions acquises au sein de la famille sont aussi réactivées par un type singulier de pratiques pédagogiques. Et comme le dit aussi l’auteure dans l’introduction de l’ouvrage « l’enquête ne portait plus sur les soixante-huitards mais sur des soixante-huitards caractérisés par des stratégies éducatives singulières » (p. 26).

13 Voir par exemple le travail de Muriel Darmon, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire sciences sociales », 2013 (compte rendu de Samuel Coavoux pour Lectures : http://lectures.revues.org/12566) ou l’ouvrage dirigé par Sandrine Nicourd, Le travail militant, PU Rennes, coll. « Res Publica », 2009 (compte rendu de Luc Sigalo Santos pour Lectures : http://lectures.revues.org/872).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruggero Iori, « Julie Pagis, Mai 68, un pavé dans leur histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16336

Haut de page

Rédacteur

Ruggero Iori

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du Laboratoire Printemps (Professions institutions temporalités).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page