Navigation – Plan du site

Benjamin Gourisse, La violence politique en Turquie. L’État en jeu (1975-1980)

Esin Ileri
La violence politique en Turquie
Benjamin Gourisse, La violence politique en Turquie. L'État en jeu (1975-1980), Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 2014, 372 p., ISBN : 978-2-8111-1138-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bozarslan Hamit, Violence in the Middle East: From Political Struggle to Self-Sacrifice, Princeton, (...)
  • 2 Ce terme qui revient très souvent dans le texte est défini dans le troisième chapitre comme « tout (...)
  • 3 On tient à noter que cette recherche concerne principalement le cas de la droite nationaliste et qu (...)

1La Turquie des années 1960 a été marquée par de fortes tensions entre l’extrême droite nationaliste, appelée aussi droite idéaliste, et la gauche radicale, mais aussi au sein même de cette gauche très divisée. À la fin du règne militaire en 1973, cette tension entre les militants des deux camps reprend son élan, qui était réfréné par le coup d’État de 1971. La violence physique redevient un élément important de l’affrontement idéologique entre ces deux pôles et ainsi, entre 1974 et le coup d’État du 12 septembre 1980 on compte à peu près 6 000 morts1.Le livre de Benjamin Gourisse, tiré de sa thèse de doctorat en sciences politiques, apporte un regard neuf sur cette période. À partir de l’analyse des méthodes déployées par la droite nationaliste et la gauche radicale pour accéder aux ressources2, l’auteur remet en cause l’idée de l’État impartial qui concourt à l’intérêt général, et non à l’intérêt des partis ou groupes, et affirme que l’État turc des années 1970, pénétré largement par le mouvement nationaliste, était fortement politisé. En effet, entre 1975 et 1980, le mouvement nationaliste qui s’organise autour du Parti de l’action nationaliste (MHP) dispose de 16 députés, d’un sénateur et de cinq ministres, parmi lesquels figure aussi un vice-premier ministre. En gagnant un accès aux positions de décision en ce qui concerne, entre autres, les nominations au sein de l’appareil judiciaire et des forces de police, la droite nationaliste parvient à conférer à ses militants une certaine protection3. Se nourrissant de nombreux entretiens semi-directifs et d’une documentation importante comprenant un grand nombre de revues, journaux et textes de l’époque, Gourisse démasque cette grande asymétrie dans l’acquisition des ressources en faveur des idéalistes.

2En mettant l’accent sur les grandes mutations de la société turque après les années 1950, l’auteur trace dans le premier chapitre, un historique des tactiques mises en œuvre en vue d’accumuler les ressources publiques dans le pays depuis le XVIsiècle. Les transformations sociales, telles que l’urbanisation rapide et le développement des bidonvilles en banlieue, déclenchent l’accroissement des populations ouvrières et estudiantines dans les grandes villes et engendrent par suite l’apparition de nouveaux acteurs. Ainsi, les groupes de gauche et de droite s’engagent dans un travail de politisation et de mobilisation de ces potentiels acteurs politiques, puisque le nombre d’adhérents et de sympathisants joue un rôle important dans le jeu de l’accès aux ressources. L’auteur présente également les transformations simultanées du système de maintien de l’ordre en Turquie.

3Le deuxième chapitre aborde la forte asymétrie entre l’extrême gauche radicale et l’extrême droite nationaliste en ce qui concerne l’accès à ces ressources et les stratégies mises en œuvre par ces deux mouvances. Gourisse étudie de façon très détaillée la structuration interne des deux mouvements, avec les associations, les syndicats, les revues et les entreprises qui leurs sont liés. Il montre que la droite nationaliste, très coordonnée et unifié, valorisant l’occupation de positions clés, parvient à s’infiltrer dans des postes étatiques et donc à accéder plus aisément aux ressources politiques. Au contraire, l’extrême gauche, qui se caractérise par de multiples divisions et antagonismes, valorise davantage le capital culturel et ne peut accumuler que des ressources politiques très limitées.

4Dans le troisième chapitre, l’auteur se focalise sur la circulation et l’accumulation des ressources politiques, économiques et sociales par les deux mouvements antagonistes. En effet, la droite nationaliste, en accédant à des postes stratégiques au sein du gouvernement ou des municipalités, alloue ces ressources prioritairement à ses membres. Ce chapitre présente un travail de recherche méticuleux sur plusieurs éléments de la structure interne de ces deux camps, notamment les modes de financement, les modalités de recrutement et de formation des militants, les pratiques vestimentaires et les rapports entre les sexes.

5Dans le quatrième chapitre, l’auteur se penche sur les dynamiques de la captation des ressources au sein des pouvoirs publics et dans certains villages et quartiers où l’État est quasiment « absent ». Tandis que la droite nationaliste se mobilise pour accéder au pouvoir central et donc aux ressources étatiques, l’extrême gauche déploie plutôt des stratégies locales. À partir de 1975, le parti politique autour duquel s’organise la droite nationaliste, le MHP, accède au gouvernement, ce qui permet à l’extrême droite de garantir une certaine sécurité à ses militants en cas de détention ou d’assignation devant un tribunal, mais aussi d’influer sur le recrutement des fonctionnaires. L’infiltration des institutions publiques par des fonctionnaires d’extrême droite engendre une certaine politisation des l’État et un certain favoritisme dans la redistribution des ressources, surtout financières.

6Le cinquième chapitre est consacré à l’étude de la bipolarisation et la multi sectorisation des mobilisations sociales et politiques. Tout au long de la seconde moitié des années 1970, les deux mouvements antagonistes se propagent dans divers secteurs, que ce soit au sein des universités, des coopératives agricoles ou des usines. Pour faire face au mouvement nationaliste qui s’organise de manière coordonnée dans les institutions, les groupes de gauche établis dans divers secteurs tendent à harmoniser et à uniformiser leurs revendications. Dans le chapitre suivant, l’auteur analyse la généralisation et l’intensification de la violence durant les années 1970. Il argumente l’hypothèse d’une corrélation des actes de violence entre les militants des deux camps, devenues routinières, et l’accumulation de ressources. Dans le septième et dernier chapitre Gourisse se focalise sur les différentes formes de violences déployées par les groupes nationalistes et révolutionnaires lors de cette « quasi guerre civile » et distingue trois formes spécifiques : les violences contextuelles, qui sont imprévues et spontanés, les violences organisés, qui nécessitent un plan d’action, et les violences miliciennes, caractérisées par la territorialisation.

7Le travail de Benjamin Grouisse permet au lecteur de questionner le mythe de l’État turc fort, unifié, indépendant et imperméable aux clivages politiques. Cet ouvrage s’adresse à toute personne curieuse de comprendre et/ou de repenser la Turquie des années 1970 mais aussi celle d’aujourd’hui, d’autant plus que cette recherche nous donne de précieux outils pour réfléchir sur les dynamiques actuelles en jeu dans le pays, et notamment sur la crise politique dite du « 17 décembre 2013», jour où une enquête pour corruption à été ouverte contre certains ministres du gouvernement Erdoğan.

Haut de page

Notes

1 Bozarslan Hamit, Violence in the Middle East: From Political Struggle to Self-Sacrifice, Princeton, Markus Wiener, 2004, p. 61.

2 Ce terme qui revient très souvent dans le texte est défini dans le troisième chapitre comme « tout ce qui peut être mobilisé par un individu ou un groupe dans une ligne d’action, en vue de l’obtention du bien ou de la position convoités » (p. 113).

3 On tient à noter que cette recherche concerne principalement le cas de la droite nationaliste et que l’étude du camp gauche tient une place secondaire dans le travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esin Ileri, « Benjamin Gourisse, La violence politique en Turquie. L’État en jeu (1975-1980) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 décembre 2014, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16354

Haut de page

Rédacteur

Esin Ileri

Doctorante en sociologie à l’EHESS – CADIS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page