Navigation – Plan du site

Lin Shi Khan, Tony Perez, Scottsboro, Alabama, de l’esclavage à la révolution

Raphaël Gans
Scottsboro Alabama
Lin Shi Khan, Tony Pérez, Scottsboro Alabama. De l'esclavage à la révolution, Montreuil, L'Échappée, coll. « Action graphique », 2014, 192 p., Édité par Andrew H. Lee, préface de Robin D.G. Kelley, traduction et postface à l'édition française Franck Veyron, ISBN : 978-29158308-5-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Articles de The New Masses accessibles en ligne : http://www.unz.org/Pub/NewMasses.
  • 2 Khan Lin Shi, Perez Tony, Scotttsboro, Alabama: a Story in Linoleum Cuts, New-York, New-York Univer (...)

1Cri de révolte contre la ségrégation et le lynchage des Noirs, Scottsboro Alabama est un recueil de gravures sur bois réalisées en 1935 à Seattle, aux États-Unis, par deux artistes inconnus : Lin Shi Khan et Tony Perez. Expression de l’affaire des Neuf de Scottsboro, il fut trouvé à la fin des années 1990 dans les archives du journaliste communiste Joseph North déposées à la Tamiment Library de l’Université de New-York. Les gravures étaient précédées d’un avant-propos original de Michael Gold, rédacteur en chef de New Masses, magazine culturel proche du parti communiste des États-Unis (CPUSA), dans lequel Joseph North était rédacteur1. L’œuvre2 fut publiée aux États-Unis en 2002, enrichie d’une présentation et d’une préface. Elle est aujourd’hui traduite en français aux éditions de l’Échappée, avec une postface du traducteur.

  • 3 Le terme est synonyme ici d’Afro-américain comme dans Scottsboro, Alabama, blanc désignant les Amér (...)

2L’affaire des Neuf de Scottsboro fut un moment important de la lutte pour les droits civiques des Afro-américains. En 1931, neuf jeunes Noirs3 furent arrêtés à Paint Rock, dans l’Alabama, suite à une altercation avec des vagabonds blancs, ou hoboes, qu’ils avaient jeté du train de marchandises où ils étaient montés clandestinement. Voulant éviter la prison pour prostitution, deux femmes blanches découvertes dans le même train accusèrent les Noirs de les avoir violées. Ayant de justesse évité le lynchage, expéditivement jugés à Scottsboro, huit furent condamnés à mort, le sort du plus jeune (13 ans), restant en suspens. Ils auraient été exécutés si des militants communistes de l’International Labor Defense (ILD) n’avaient pris en charge leur défense et organisé une campagne nationale et internationale pour leur libération. Appuyée par l’ILD puis la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), la lutte juridique et médiatique leur permit d’éviter l’exécution à laquelle ils semblaient promis. Quatre d’entre eux furent libérés en 1937. Malgré la rétractation d’une des accusatrices, les cinq autres furent condamnés à des peines de prison, avant d’être graciés entre 1943 et 1946, sauf un, qui s’évada en 1948. Durant cette affaire, la cour suprême des États-Unis prît deux décisions fondamentales : elle cassa d’abord en 1932 les condamnations en première instance, pour non-respect de la procédure criminelle, puis en 1935 les jugements suivants, considérant que des Afro-américains avaient été illégalement exclus des jurys.

  • 4 Prés de 5 000, selon Robin D.G. Kelley (p. 11).
  • 5 Le KKK était sectaire : protestant, anti-catholique, antisémite, xénophobe, raciste et anti-révolut (...)

3L’ouvrage de Lin Shi Khan et Tony Perez est l’histoire de ce combat. Il dénonce la violence subie par les Afro-américains et les lynchages de milliers d’entre eux4. Il affirme la volonté des ouvriers blancs et noirs de s’unir contre leurs exploiteurs communs, dans la lutte des classes qui les oppose à la bourgeoisie, à l’État et au Ku Klux Klan (KKK)5.

4L’œuvre compte trois parties : la première est l’histoire de la domination des Afro-américains, la seconde décrit le début de l’affaire des Neuf de Scottsboro, la dernière souligne le rôle de l’ILD dans l’organisation de la défense des accusés. Elle est constituée de 56 gravures sur bois, accompagnées pour la plupart de cartouches explicatifs. Leur style est expressionniste. Dans l’avant-propos de 1935, au style typiquement communiste, Mickaël Gold fait de cette œuvre l’expression d’un véritable art prolétarien, « un art nouveau libéré de l’atmosphère méphitique des ateliers bourgeois » (p. 49). La publication des gravures est précédée d’une préface de Robin D.G. Kelley, professeur à l’Université de Californie à Los Angeles. Il replace les gravures dans le contexte des luttes politiques et sociales qui traversaient le Sud. En 1931, le CPUSA avait soutenu la constitution du syndicat des métayers de l’Alabama qui revendiquait un salaire garanti, de meilleures conditions de travail et la libération des Neuf de Scottsboro. La répression brutale d’une réunion à Camp Hill, évoquée par une gravure, décapita le mouvement. Kelley rappelle qu’il faut saisir l’ouvrage dans ce contexte de « guerre pour la justice entre les races et entre les classes... » (p. 18). Cette préface est suivie d’une introduction aux gravures, par Andrew H. Lee, puis d’une chronologie des événements et une biographie des neuf accusés. Enfin, la postface de Franck Veyron est consacrée à la campagne menée par le Secours rouge international (SRI). En annexe figurent deux appels de soutien aux neuf accusés lancés par le du SRI en 1931 et 1932.

  • 6 Dora Apel a consacré à ce recueil l’essentiel du chapitre 2 de son second livre. Apel Dora, Imagery (...)

5Les contributeurs insistent sur l’importance esthétique et historique de Scottsboro, Alabama, qui « contribuera certainement à mieux comprendre l’un des épisodes majeurs de l’histoire des droits civiques aux États-Unis » (p. 22)6. On ne peut cependant comprendre ces gravures sans connaître l’affaire et son contexte. On saluera donc la qualité des textes qui les rendent accessibles. On regrettera en revanche la quasi-absence de critique idéologique et culturelle des images.

  • 7 Les neuf accusés de Scottsboro ont été arrêtés le 25 mars 1931 tandis que la réunion de Camp Hill a (...)
  • 8 Les hoboes sont présentés comme victimes d’une oppression moins radicale (p. 101 et p. 105).

6Les raccourcis et oublis de Lin Shi Khan et Tony Perez sont rarement évoqués par les commentateurs. La guerre de sécession est réduite à une révolte d’esclaves (p. 61). La réunion de Camp Hill est située avant l’affaire alors qu’elle s’est produite après7. L’ouvrage n’évoque pas l’annulation des premières condamnations par le juge Horton en 1933 (p. 33). Il oublie le rôle d’autres organisations dans la défense des accusés, comme la NAACP. Surtout, rien dans ces gravures ne rappelle la bagarre entre les hoboes blancs et les noirs8, car cet incident contredit l’union spontanée des prolétaires noirs et blancs contre leurs exploiteurs. Scottsboro, Alabama est clairement un ouvrage de propagande en faveur de l’ILD et des communistes, seuls capables d’organiser la défense des neuf Noirs et l’unité ouvrière, selon les auteurs. Le recueil est d’ailleurs dédicacé à l’ILD.

  • 9 Curieusement, A. H. Lee confond croix catholique et croix du KKK (p. 25).

7La généalogie des images de Scottsboro, Alabama aurait également mérité d’être approfondie par les contributeurs. Andrew H. Lee conteste « toute référence religieuse explicite » dans ces gravures (p. 25)9, tout en relevant leur ambiguïté sur ce point. Cependant, une planche représente un paradis africain dont les habitants sont menacés par un serpent au corps tatoués du symbole du dollar (p. 55). Une seconde montre un Noir attaché à une croix et fouetté (p. 69). Une troisième évoque la réunion de Camp Hill dans une église sous un Christ en croix (p. 83). L’ambiguïté vient du choix des auteurs : ils mobilisent des images du paradis et de crucifixion contre l’instrumentalisation de la croix par le KKK ou le soutien des différents clergés aux autorités. Outil de domination pour ceux-ci, la croix représente le martyr des Noirs à l’image du Christ, un message compréhensible par des populations peu éduquées (p. 25).

  • 10 « Le négrier d’hier à aujourd’hui, entretien avec Markus Rediker », La Vie des Idées, 13 décembre 2 (...)
  • 11 Leutze Emanuel Gottlieb, Westward the Course of Empire Takes Its Way, 1861, présenté sur : http://a (...)

8Une documentation historique et photographique semble avoir été utilisée. Une planche montre la coupe d’un navire négrier inspirée du Brookes (p. 57), icône traditionnelle de la littérature anti-esclavagiste10. Une autre rappelle les peintures d’histoire américaine (p. 93) : un jeune Noir montre Birmingham en Alabama comme les pionniers désignaient la Californie dans le tableau Westward the Course of Empire Takes Its Way11.

  • 12 Voir celles du lynchage de Waco dénoncé par W.E.B. DuBois dans « The Waco Horror », The Crisis, vol (...)
  • 13 Apel Dora, op. cit., p. 48.
  • 14 Membre du KKK.
  • 15 The Ku Klux Klan in Washington State, 1920s, Seattle Civil Right & Labor History Project, disponibl (...)

9La scène de lynchage (p. 77) rappelle les photographies publiées dans The Crisis12, tandis que celle du « Noir violeur de femme blanche » (p. 111) paraît dénoncer l’influence raciste du film Naissance d’une nation de David W. Griffith13. L’association du viol et des hommes noirs est d’ailleurs dénoncée de façon récurrente dans Scottsboro, Alabama. L’image grotesque du klansman14 dans les gravures retourne la solennité de sa représentation par la presse15.

10L’imagerie révolutionnaire semble avoir influencé Lin Shi Khan et Tony Perez. Dans la dernière image, un poing levé, constitué par une foule d’ouvriers noirs et blancs révoltés, correspond à un dessin de Ralph Chaplin publié en 1917 dans Solidarity, organe de l’Industrial Workers of the World, un syndicat anarcho-syndicaliste16. On peut rapprocher les thèmes des gravures de ceux des gravures de Leopoldo Mendez, un artiste communiste mexicain. Comme les siennes, elles associent dollar et croix gammée à la domination des démunis17. Plus largement, on peut voir dans ces gravures l’influence d’une iconographie communiste dénonçant le lynchage des Noirs aux États-Unis : l’image d’un klansman nazi à la place de la statue de la Liberté (p. 125) rappelle une image soviétique où celle-ci tient un Afro-américain pendu au bout de son bras18.

  • 19 Knowles Mark, Tap Roots, the Early History of tap dancing, Jefferson-Londres, McFarland & Compagny, (...)

11D’autres images renversent des représentations ancrées dans la culture américaine. Les migrants noirs sont présentés comme des chômeurs déterminés et dignes cherchant un travail, loin de l’image du délinquant ou d’un « Jim Crow », débonnaire et idiot, qui donna son nom aux lois sur la ségrégation19.

12Scottsboro, Alabama témoigne de l’influence culturelle des communistes aux États-Unis durant les années 1930 et de leur implication dans la lutte pour les droits civiques. Au-delà de sa qualité esthétique, si cette œuvre ne permet pas d’éclairer les circonstances de son élaboration, elle contribue à mieux saisir le contexte de rédaction de Strange fruit, poème qu’interpréta Billie Holiday pour dénoncer le lynchage des Noirs, auquel on ne cesse de penser en contemplant les gravures20.

Haut de page

Notes

1 Articles de The New Masses accessibles en ligne : http://www.unz.org/Pub/NewMasses.

2 Khan Lin Shi, Perez Tony, Scotttsboro, Alabama: a Story in Linoleum Cuts, New-York, New-York University Press, 2002, présenté sur : http://www.nyupress.org/scottsboro/home.html.

3 Le terme est synonyme ici d’Afro-américain comme dans Scottsboro, Alabama, blanc désignant les Américains d’origine européenne.

4 Prés de 5 000, selon Robin D.G. Kelley (p. 11).

5 Le KKK était sectaire : protestant, anti-catholique, antisémite, xénophobe, raciste et anti-révolutionnaire. Kaspi André, Les États-Unis au temps de la prospérité (1919-1929), Paris, Hachette, 1994, p. 217-232.

6 Dora Apel a consacré à ce recueil l’essentiel du chapitre 2 de son second livre. Apel Dora, Imagery of Lynching: Black Men, White Women, and the Mo, New Brunswick, Rutgers University Press, 2004. Elle fait état d’une version primitive différente de Scottsboro, Alabama, à la Wolfsonian-Florida International University, présentée sur : http://www.wolfsonian.org/explore/collections/scottsboro-story-linoleum-cuts.

7 Les neuf accusés de Scottsboro ont été arrêtés le 25 mars 1931 tandis que la réunion de Camp Hill a eu lieu le 15 juillet 1931.

8 Les hoboes sont présentés comme victimes d’une oppression moins radicale (p. 101 et p. 105).

9 Curieusement, A. H. Lee confond croix catholique et croix du KKK (p. 25).

10 « Le négrier d’hier à aujourd’hui, entretien avec Markus Rediker », La Vie des Idées, 13 décembre 2013, en ligne : http://www.laviedesidees.fr/Le-negrier-d-hier-a-aujourd-hui.html.

11 Leutze Emanuel Gottlieb, Westward the Course of Empire Takes Its Way, 1861, présenté sur : http://americanart.si.edu/collections/search/artwork/?id=14569.

12 Voir celles du lynchage de Waco dénoncé par W.E.B. DuBois dans « The Waco Horror », The Crisis, vol. 12, n° 3, 1916, disponible en ligne : http://www.modjourn.org/render.php?id=1292363023273500&view=mjp_object.

13 Apel Dora, op. cit., p. 48.

14 Membre du KKK.

15 The Ku Klux Klan in Washington State, 1920s, Seattle Civil Right & Labor History Project, disponible en ligne : http://depts.washington.edu/civilr/kkk_intro.htm.

16 « Wobbly Cartoons of Ralph Chaplin », disponible en ligne : http://www.cartooningcapitalism.com/iww-cartoons/.

17 « Leopoldo Mendez: Voice of Social Justice », Colorado Springs Fine Arts Center, disponible en ligne : http://www.csfineartscenter.org/Collections/mendez.asp.

18 A u vas negrov linchuyut, Bezbozhnik, 1930, disponible en ligne  : http://en.wikipedia.org/wiki/And_you_are_lynching_Negroes. A. H. Lee relève cependant que l’avant-dernière gravure est une référence implicite à un texte de Léon Trotsky, disponible en ligne : https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1909/05/090500.htm.

19 Knowles Mark, Tap Roots, the Early History of tap dancing, Jefferson-Londres, McFarland & Compagny, 2002.

20 Margolick David, « Strange Fruit » disponible en ligne : http://www.ladyday.net/stuf/vfsept98.html. Le texte fut publié par le militant communiste Abel Meeropol en 1937 et interprété par Billie Holiday en 1939. Jamin Jean, « Voix sans Issue », L’Homme, vol. 2, n° 170, 2004, p. 231-244, disponible en ligne : http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=LHOM_170_0231.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Gans, « Lin Shi Khan, Tony Perez, Scottsboro, Alabama, de l’esclavage à la révolution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 décembre 2014, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16362

Haut de page

Rédacteur

Raphaël Gans

Enseignant d’histoire-géographie et éducation civique dans le secondaire, titulaire d’un master d’histoire culturelle contemporaine et d’une maîtrise d’histoire médiévale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page