Navigation – Plan du site

Doris Buttignol, Carole Menduni, No Gazaran

Kimberley Mees
No gazaran
Doris Buttignol, Carole Menduni, No gazaran, Paris, Éditions Montparnasse, 2014, 90 minutes, production Brasseurs de Cage / Les Films du Zèbre / Lardux Films.
Haut de page

Texte intégral

1Dès la fin de l’année 2010, des citoyens et des élus de communes du Sud-Est de la France se mobilisent face à la découverte de permis de forage accordés aux compagnies d’exploitation de gaz de schiste sans qu’ils aient été consultés, et alors même que la loi Jacob – interdisant l’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique ou « fracking » sur le territoire français – allait être votée début 2011.

  • 1 Auteure, réalisatrice et artiste multimédia française plusieurs fois récompensée en 2006 pour son p (...)
  • 2 Auteure, metteuse en scène, photographe et réalisatrice française dont No Gazaran est le premier lo (...)

2Si l’objectif annoncé des réalisatrices, Doris Buttignol1 et Carole Menduni2, est de faire connaître les conséquences néfastes de la fracturation hydraulique, c’est davantage de la montée de la mobilisation citoyenne que No Gazaran rend compte. En effet, si les retombées locales de l’exploitation du gaz de schiste ont fait l’objet de plusieurs campagnes en Amérique du Nord, les Français n’en ont été que peu informés.

3Ainsi, le film débute aux États-Unis et au Canada par les témoignages des citoyens touchés par les forages pour le gaz et l’huile de schiste. Après avoir recueilli l’approbation des locaux pour exploiter leurs terres, les compagnies pétrolières ne sont que peu, voire pas, contrôlées. Ces séquences permettent de faire ressortir les nombreux dangers de la fracturation hydraulique. Dangers environnementaux d’abord, de par la consommation immense d’eau douce nécessaire au procédé, et la création de déchets toxiques que les usines de traitement des eaux sont incapables d’évacuer. Dangers sanitaires ensuite, du fait des mélanges de produits utilisés, dont les caractéristiques cancérogènes et de perturbateurs endocriniens sont reconnues. Dangers sociaux enfin, avec l’accaparement des ressources par des sociétés étrangères qui ne pensent qu’à rentabiliser leurs brevets.

4Après ces informations sur le gaz de schiste, le film se focalise davantage sur les luttes citoyennes et les limites des pouvoirs publics. Sous la pression des lobbies de l’industrie pétrolière, les politiques ne semblent pas faire le poids. Non seulement ils sont mal informés, mais ils font preuve en outre d’une hypocrisie intolérable en niant l’existence de problèmes environnementaux lorsqu’ils sont interrogés par les journalistes et les écologistes (dont les voix restent pratiquement inaudibles, écrasées par celles des industriels).

5Au niveau français, les industriels n’ont aucun mal non plus à contourner la loi d’interdiction de la fracturation hydraulique. Deux raisons expliquent cela : d’une part, l’utilisation de la terminologie « fracturation pneumatique » ; d’autre part, le prétexte de la recherche et de l’expérimentation. La « fracturation pneumatique », non mentionnée dans la loi Jacob, recourt à des gaz chauds, tel l’hélium, plutôt qu’à des liquides pour extraire la ressource schistique. Quant à l’exploration expérimentale, elle est la seule exception à l’interdiction de la fracturation hydraulique sur le territoire français.

6Les citoyens prennent alors les choses en main et développent leur propre expertise. Cassant le cliché de l’« écolo rebelle », ce sont des hommes et des femmes ordinaires, indépendamment de leur conviction politique, qui s’engagent pour leur environnement et l’avenir de leur région. Ils mettent à jour le manque de fiabilité des techniques actuelles et se dressent contre la spoliation des ressources (il est intéressant de noter que contrairement à la situation aux États-Unis, les sous-sols français appartiennent à l’État). Encouragés par leurs électeurs, les maires prennent des décisions s’opposant aux Conseils généraux en acceptant les demandes d’interdiction – fait unique en France pour des questions environnementales et énergétiques.

  • 3 Thomas Porcher, Le mirage du gaz de schiste, Max Milo, Paris, 2013.
  • 4 Grégory Lassalle, Terres de schiste, l’exploitation du gaz de schiste en Argentine, 2014, 44 min, p (...)

7Le film est accompagné de plusieurs compléments. Dans le premier complément, Hervé Kempf, ancien journaliste du Monde, fait la promotion d’une mobilisation citoyenne non violente comme moyen d’atteindre un changement de régime énergétique. Dans le deuxième entretien, Vincent Fristot, porte-parole de l’association négaWatt, insiste sur l’importance des énergies renouvelables, en soulignant que de nouvelles modalités financières doivent être mises en place pour permettre cette transition énergétique. Enfin Thomas Porcher, docteur en économie et auteur du livre Le mirage du Gaz de Schiste3, remet en doute dans un dernier entretien les gains économiques, pour lui largement surévalués, de l’exploitation du gaz de schiste. Une séquence sur les liens entre la santé et le « fracking » (la fracturation hydraulique) (6 minutes) et un extrait du film Terres de schistes, l’exploitation du gaz de schiste en Argentine4 (5 minutes) suivent ces trois brefs entretiens (16 minutes en tout).

  • 5 Seul Total a été contacté et s’est rétracté.

8Ce documentaire clairement engagé contre l’exploitation des huiles et gaz de schiste souffre probablement du format choisi par ses réalisatrices. Non seulement les faits remontent déjà à plusieurs années, mais l’agrégation de séquences filmées à la qualité parfois faible relève davantage du reportage télévisuel que du long métrage. De plus, malgré les témoignages de nombreux acteurs (citoyens, élus locaux et régionaux, eurodéputés, juristes, chimistes et autres experts), seuls les opposants ont leur mot à dire. Bien que les documentaristes aient justifié ceci par la volonté de ne pas offrir une tribune aux compagnies pétrolières5, cela a pour conséquence une présentation simpliste et sans nuance de la problématique, pourtant complexe. Les enjeux économiques et industriels méritent qu’on s’y attarde pour vraiment comprendre les enjeux justifiant la position de chacune des parties. Par exemples, la question de l’emploi est effleurée lors d’une visite en Pologne, sans être approfondie, et aucune information n’est donnée sur l’argument de la sécurité d’approvisionnement énergétique de l’Europe, avancée par la direction générale de l’énergie de l’Union européenne. Ce film pose donc de bonnes questions, mais si vous cherchez des réponses, il faudra aller voir autre part.

Haut de page

Notes

1 Auteure, réalisatrice et artiste multimédia française plusieurs fois récompensée en 2006 pour son premier long métrage Voyages en mémoires indiennes.

2 Auteure, metteuse en scène, photographe et réalisatrice française dont No Gazaran est le premier long métrage.

3 Thomas Porcher, Le mirage du gaz de schiste, Max Milo, Paris, 2013.

4 Grégory Lassalle, Terres de schiste, l’exploitation du gaz de schiste en Argentine, 2014, 44 min, produit par Les Amis de la Terre.

5 Seul Total a été contacté et s’est rétracté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kimberley Mees, « Doris Buttignol, Carole Menduni, No Gazaran », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16405

Haut de page

Rédacteur

Kimberley Mees

Diplômée en sciences politiques et en sciences et gestion de l’environnement.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page