Navigation – Plan du site

Vincent Gayon et Benjamin Lemoine (dir.), « Pédagogie économique », Genèses, n° 93, décembre 2013

Laure Lacan
Pédagogie économique
« Pédagogie économique », Genèses, n° 93, décembre, 2013, Paris, Belin, ISBN : 9782701177267.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brigitte Gaïti, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine (dir.), « Mise en ordre de l'économie », Politix(...)

1Le dossier a pour objet « les situations qui, dans des configurations socio-économiques variées, installent une relation “pédagogique” en matière économique, c’est-à-dire produisent des configurations asymétriques mettant aux prises un savant et un profane, un compétent et un incompétent » (p. 3). Vincent Gayon et Benjamin Lemoine, les coordonnateurs, y voient un indicateur des mutations de l’État, de la configuration planiste-keynésienne d’après-guerre à la période néolibérale : l’idéal-type de la relation pédagogique est pensé pour observer les opérations d’acculturation à une économie néolibérale. Dans l’ensemble, la période planiste-keynésienne aurait été caractérisée par la négociation et le compromis, donc par une concurrence entre pédagogies alternatives, tandis que dans la période néolibérale, « c’est la figure d’un décideur politique besogneux dans l’apprentissage des lois et humble face aux réalités économiques qui domine le champ politique » (p. 4). Il est utile de lire ce dossier en parallèle avec le numéro de Politix intitulé « Mise en ordre de l’économie »1 dans lequel Vincent Gayon et Benjamin Lemoine proposent de reprendre le chantier polanyien de l’étude du désencastrement de l’économie comme projet politique.

  • 2 Laboratoire du Massachusetts Institute of Technology, dont le nom complet est Abdul Latif Jameel Po (...)
  • 3 Arthur Jatteau, Les expérimentations aléatoires en économie, Paris, La Découverte, Repères, 2013.

2Outre l’introduction, le dossier comprend quatre contributions portant sur des configurations sociohistoriques tout à fait différentes. L’article d’Arthur Jatteau a pour objet les méthodes d’expérimentation aléatoire promues depuis 2003 par le Poverty Action Lab (J-Pal)2 fondé par Esther Duflo : il s’agit d’une importation dans le domaine de l’économie du développement de la technique de l’expérimentation contrôlée. Le principe consiste à évaluer les effets de programmes de lutte contre la pauvreté (tels que la distribution gratuite de moustiquaires par exemple) en comparant une population cible avec une population témoin, non bénéficiaire du dispositif. Indépendamment de la problématique du dossier, il est heureux qu’un sociologue propose dans la revue Genèses une réflexion sur cette méthode, si éloignée des efforts de réflexivité habituellement déployés par les sciences sociales sur leurs terrains, dont Genèses se fait l’écho depuis sa création. Dans cet article, Arthur Jatteau, par ailleurs auteur d’un ouvrage de synthèse sur les expérimentations aléatoires3, prend pour objet, « ce que la méthode aléatoire fait aux populations testées, pour et parfois malgré elle » (p. 9). La thèse de l’article est que « l’ambiguïté ou l’ambivalence entre l’identité d’universitaire des randomistes et leur identité de travailleur social ou d’agent du développement semble n’être jamais totalement levée, à quelque niveau hiérarchique que l’on se situe dans la chaîne d’enquête » (p. 9), ce qui se traduit dans une tension fondamentale entre recherche de résultats publiables à un bout de la chaîne et confrontation au terrain à l’autre bout. Arthur Jatteau rapporte la détresse des enquêteurs de terrain, contraints de faire avec les exigences des concepteurs de l’expérimentation, pour lesquels le terrain n’est qu’un support pour la collecte de chiffres, qu’il s’agit de neutraliser et donc de tenir à distance.

3La contribution de Jeanne Lazarus – qui clôt le dossier – étudie un espace de pédagogie financière à destination des particuliers. L’éducation financière (« financial literacy ») est promue par l’OCDE depuis le début des années 2000. En France, la thématique de la financial literacy s’est traduite par un discours sur la nécessité de développer la pédagogie économique à destination des populations pauvres, notamment en lien avec la multiplication des dispositifs de microcrédit qui ont donné lieu à un rapprochement entre le monde bancaire et celui de l’accompagnement social. Jeanne Lazarus pense ce rapprochement en esquissant un « espace social » – elle n’utilise pas le terme de champ – structuré autour de deux axes : celui du capital symbolique de désintéressement dont peuvent se prévaloir les associations telles que le Secours catholique ; celui du capital économique et du degré d’insertion dans le monde marchand qui caractérise les banques. Si les banques ont besoin de partenaires dans le monde de l’aide sociale pour acquérir une certaine légitimité dans cet espace spécifique et gagner en image de marque, les associations ont besoin de la compétence technique des banques mais elles peuvent perdre symboliquement à une proximité trop grande avec ces dernières. Dans l’ensemble, la structuration de cet espace contribue à une redéfinition du bon accompagnement social, avec une convergence autour du rôle donné au budget pour résumer la vie des usagers : « Une sorte de désencastrement est à l’œuvre, qui consiste à supprimer le contexte social, voire le contexte financier dans lequel les personnes accompagnées gèrent leur budget, pour ne plus parler que de hiérarchisation, de choix et donc de responsabilité » (p. 93).

  • 4 École nationale de la statistique et de l’administration économique.

4Les deux autres articles se font écho en portant le regard sur des moments clés de la dynamique historique de conversion des élites administratives au néolibéralisme. Harold Mazoyer observe la façon dont l’opération « Rationalisation des choix budgétaires » (RCB), lancée par le ministère des Finances en 1968, a été déclinée au ministère de l’Équipement et des Transports. L’opération visait à inciter l’ensemble des ministères à utiliser davantage le calcul économique comme outil d’aide à la décision. Elle s’inscrivait dans un contexte de transformation des savoirs économiques, la direction de la prévision du ministère des Finances, créée en 1965, ayant adopté une approche principalement microéconomique. L’objet de l’article est de suivre les ressorts d’une tentative de subversion lorsque, à la suite du mouvement de mai-juin 1968, une partie des économistes du service des affaires économiques et internationales (SAEI) du ministère de l’Équipement tente de promouvoir une approche multicritères de la décision, ne se cantonnant pas au calcul économique. L’article de Sarah Kolopp retrace quant à lui les transformations des curricula en économie à l’École nationale d’administration (Éna) de 1945 à 1984. En partant de l’idée que « la socialisation scolaire des nouveaux énarques […] fait figure de facteur essentiel dans la “conversion néolibérale” de la haute fonction publique » (p. 53), Sarah Kolopp propose de distinguer trois périodes. De 1945 à 1965, la place de l’économie dans l’enseignement est réduite. Les cours d’économie transmettent une vulgate keynésienne axée autour de l’idée d’expansion ainsi que des thèmes du redressement et de la modernisation. Les années de bascule sont situées entre 1965 et 1975 : des effets de champ (alors que l’ENSAE4 vient d’être créée et que l’École polytechnique a désormais une section « mathématiques appliquées et sciences de la gestion ») amènent les responsables de l’Éna à renforcer l’enseignement en économie. Ce sont principalement les techniques microéconomiques qui sont alors introduites, dans un contexte plus général de remise en cause du principe de la planification. La période suivante revient en partie sur la technicisation de l’enseignement économique. Cependant, l’économie s’impose comme « mode privilégié de connaissance et d’action sur le monde » (p. 67) et les cours sont notamment le lieu de « pénétration de dispositifs et de schèmes d’entendement issus du privé » (p. 69), valorisant l’ « efficacité » sous « contrainte extérieure ».

  • 5 Elle emprunte l’expression à Luc Boltanski et Pierre Bourdieu, « La production de l’idéologie domin (...)

5Le dossier dans son ensemble présente trois qualités principales. La problématique générale est tenue, sans pour autant que soient négligées les formes de résistance à la dynamique néolibérale et la complexité historique. Harold Mazoyer s’intéresse précisément à une tentative de subversion de la politique de rationalisation budgétaire par des économistes du SAEI, mettant en évidence des processus de réappropriation des outils économiques ainsi qu’un jeu sur la diversité des destinataires potentiels du travail d’expertise : les autorités publiques mais aussi l’« opinion publique ». Sarah Kolopp montre le rôle de l’Éna en tant qu’« espace-carrefour »5, où se construisent des lieux communs de l’idéologie dominante malgré les contradictions et les voix discordantes.

6En outre, les articles s’attachent à penser la relation de pédagogie économique dans sa complexité, les situations étudiées ne mettant jamais aux prises seulement un savant et un profane, mais des configurations plus complexes de distribution du savoir économique sous ses différentes formes. Par exemple, Harold Mazoyer montre la façon dont le recrutement d’économistes peut être un moyen, pour un ministère, de contrebalancer la relation asymétrique avec le ministère des Finances.

7Enfin, les articles d’Arthur Jatteau et de Jeanne Lazarus approfondissent une piste intéressante ouverte dans l’introduction : dans un monde néolibéral, la particularité de la pédagogie économique n’est-elle pas l’euphémisation de la relation verticale qu’elle implique, puisqu’il s’agit de faire advenir « des prototypes d’individus atomisés livrés à leur calcul d’optimisation, à leur souci de la performance et à leur responsabilité individuelle » (Introduction, p. 6) » ? Les individus étant envisagés à travers la figure idéaltypique de l’homo economicus, l’idéologie est apparemment tenue à distance. Ainsi, en promouvant l’autonomie des bénéficiaires de microcrédit, les accompagnateurs sociaux étudiés par Jeanne Lazarus pensent éviter les travers de ce qu’ils appellent l’ancienne « culture de l’aide » et éviter aux pauvres de tomber dans l’« assistanat ». Quant aux économistes du Poverty Action Lab, ils considèrent que l’expérimentation aléatoire est scientifique car neutre idéologiquement ; Arthur Jatteau souligne que si la technique a pu se diffuser dans les années 2000, c’est précisément dans le contexte « du vide paradigmatique après le consensus de Washington » (p. 12), c’est-à-dire après la reconnaissance de la limite en matière de développement des politiques libérales dans leur forme la plus systématique.

Haut de page

Notes

1 Brigitte Gaïti, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine (dir.), « Mise en ordre de l'économie », Politix n° 105, 2014 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://lectures.revues.org/15530.

2 Laboratoire du Massachusetts Institute of Technology, dont le nom complet est Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL) : http://www.povertyactionlab.org/about-j-pal.

3 Arthur Jatteau, Les expérimentations aléatoires en économie, Paris, La Découverte, Repères, 2013.

4 École nationale de la statistique et de l’administration économique.

5 Elle emprunte l’expression à Luc Boltanski et Pierre Bourdieu, « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n° 2, p. 3-73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Lacan, « Vincent Gayon et Benjamin Lemoine (dir.), « Pédagogie économique », Genèses, n° 93, décembre 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16407

Haut de page

Rédacteur

Laure Lacan

Professeure de sciences sociales en classes préparatoires B/L, docteure en sociologie et membre du Centre Émile Durkheim (Bordeaux).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page