Navigation – Plan du site

Max Weber, La domination

Maëlys Bar et Alice Feyeux
La domination
Max Weber, La domination, Paris, La Découverte, coll. « Politique & sociétés », 2013, édition critique française établie par Yves Sintomer, traduction française par Isabelle Kalinowski p., EAN : 9782707174918.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Max Weber, Économie et Société, Paris, Plon, 1971.

1Lorsqu’Économie et Société1 est traduit pour la première fois en français en 1971, il ne s’agit que d’une traduction partielle de Wirtschaft und Gesellschaft. En restituant dans La domination l’un des principaux pans manquants, la partie majeure du chapitre neuf, « Sociologie de la domination », Isabelle Kalinowski enracine la méthodologie wébérienne dans un dessein général et déstructure les lectures préconçues du père fondateur de la sociologie allemande, hâtivement affilié à un individualisme méthodologique souvent incompris.

  • 2 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959.
  • 3 Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

2Les textes assemblés furent rédigés entre 1911 et 1914, l’une des périodes les plus fructueuses de Weber, marquée entre autres par ses avancées en sociologie des religions. Il s’agit alors pour le sociologue, à l’aune d’une sociologie historique et comparative, d’en découdre avec la genèse d’une modernité fondée sur un processus de rationalisation, qu’il voit émerger dans les traditions juives et chrétiennes. L’œuvre est sans aucun doute ethnocentrique, mais s’assume comme telle. Les analyses des différents régimes politiques et religieux sont en effet parcourues par une même interrogation : « comment expliquer que l’État bureaucratique et le capitalisme se soient développés dans leur plénitude et dans une connexion aussi intime dans l’Occident moderne, et pas dans d’autres lieux ou en d’autres temps, alors que de multiples processus de rationalisation ont par ailleurs marqué l’histoire ? Le comparatisme de Weber vise d’abord à mieux comprendre sa propre société » (p. 35). Les diverses formes de domination sont autant de concepts clés propres à éclaircir cette énigme. Si Durkheim nous a accoutumés, à travers ses grandes questions, à une ontologie du social, l’approche wébérienne nous offre une perspective toute autre. À un « quelle est l’essence de la domination? » se substitue une interrogation épistémologique : que vaut le concept de domination d’un point de vue heuristique ? Si, comme l’affirme Isabelle Kalinowski, La domination se distingue d’autres travaux, comme Le Savant et le politique2 ou L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme3, c’est avant tout par sa dimension empirique. Dégageant des « idéaux types » qui lui permettent de mener des comparaisons et de penser finement une causalité propre aux phénomènes socio-historiques, Weber illustre en virtuose les premières pages méthodologiques d’Économie et Société.

3La domination consiste en une forme particulière du pouvoir, définie dans la première partie de l’ouvrage comme « la possibilité de contraindre d’autres personnes à infléchir leur comportement en fonction de sa propre volonté » (p. 44), déclinée selon deux formes : « d’un côté la domination en vertu d’une configuration d’intérêts (en particulier d’une situation de marché monopolitistique), et de l’autre, la domination en vertu d’une autorité (pouvoir de donner des ordres et devoir d’obéissance) ». Weber ne retient dans le cadre de son son propos que le second type décrit. La domination se trouve dès lors liée à l’existence d’une autorité symbolique reconnue, et c’est là principalement ce qui la différencie du pouvoir. Si les deux concepts sont bien relationnels, et non pas des attributs individuels, la notion de légitimité est une composante centrale de la domination, qui implique en outre un acquiescement des personnes sur lesquelles elle s’exerce, les dominés, et non simplement une modification de leur comportement sous une influence externe. La question soulevée est donc en définitive celle de « l’autojustification » propre à tout processus de domination : sur quoi se fonde-t-elle ? Distinguant quatre typologies de systèmes politiques, Weber s’attache à examiner les ressorts de leur légitimité et de leur développement.

4Dans la domination bureaucratique, étudiée dans la deuxième partie, cette légitimité s’édifie sur le principe de compétence, d’autorité ordonnée par des règles, de hiérarchie des fonctions et des instances, de formations spécialisées. Historiquement, ce système semble porté par une économie monétaire. Il présuppose également le développement quantitatif et qualitatif des tâches couvertes par l’administration. Enfin, le nivellement, au moins relatif, des différences économiques et sociales pour la détention des fonctions administratives est une autre condition possible. À ce titre, le lien entre bureaucratie et démocratie est ambiguë. Ainsi Weber écrit-il : « Au sein de l’administration publique elle-même, les progrès de la bureaucratisation en France, en Amérique du Nord et maintenant en Angleterre sont manifestement allés de pair avec le développement de la démocratie » (p. 97). Propos qu’il nuance cependant puisque selon lui, les masses sont toujours gouvernées, et seul change le mode de sélection des chefs qui dominent l’administration. En réalité, à partir d’une certaine échelle, le développement de l’administration ne peut que contredire le caractère « direct » des procédures de décision et d’exécution. L’exhumation des caractéristiques de la domination bureaucratique s’accompagne de l’étude des effets culturels de grande ampleur qu’elle produit, et notamment de l’avancée du rationalisme dans la conduite de vie qu’elle stimule. La bureaucratisation favorise en effet le développement d’un « type d’homme professionnalisé et spécialisé ».

5La légitimité de la domination patrimoniale, abordée dans la troisième partie, à l’inverse, « ne se fonde pas sur l’obligation de servir une « finalité » objective, impersonnelle, ni sur l’obéissance à des normes abstraites, mais, tout à l’inverse, sur des relations de piété strictement personnelles » (p. 121). Elle a pour modèle l’autorité du maître de maison sur la communauté domestique ; on peut en effet la penser comme la « décentralisation » de la communauté domestique à l’extérieur de la maison. Les dominés doivent, comme pour le maître de maison, pourvoir aux besoins matériels du chef politique (tributs) ; Weber parle à ce titre de couvertures liturgiques des besoins politiques et économiques. L’administration occasionnelle, à la différence du fonctionnariat bureaucratique, ne présuppose pas une séparation du privé et du public. L’administration politique est l’affaire personnelle du souverain, qui délimite arbitrairement les tâches ainsi que le droit personnel des fonctionnaires, qui dès lors ne servent pas des intérêts objectifs de l’État. Weber dévoile notamment comment le souverain tentait de préserver sa position de pouvoir face aux tentatives d’appropriation des fonctionnaires enclins à accroître leur autonomie.

6Le système féodal occidental, objet de la quatrième partie, est caractérisé par le lien vassalique qui unit personnellement suzerain et vassal au nom de l’honneur et de la loyauté : contre obéissance et aide militaire, le suzerain octroie des terres (fief) à son vassal. Cependant, le rapport de force n’est pas univoque et le suzerain demeure impuissant contre tous ses vassaux ligués contre lui. En outre la multiplication des strates dans la hiérarchie féodale complexifie l’influence du seigneur, la loyauté des sous-vassaux ne lui étant pas acquise. Au Moyen-Age, la demande croissante de fiefs conduit à davantage d’exigence dans le choix des vassaux, comme dans la bureaucratie. La condition de vassal devient un véritable statut social, la transmission héréditaire se répand, figeant le système selon un processus de stéréotypisation des relations. Il en résulte partout « une organisation très complexe des pouvoirs de domination », décentralisée, avec un « émiettement » du territoire par « l’octroi de multiples pouvoirs en fiefs » (p. 228). Une administration centralisée devenant nécessaire pour chaque suzerain, une bureaucratie princière se constitue. Immobilisant les terres, cette stéréotypisation aurait pu fournir une base stable au développement du capitalisme. Néanmoins, Weber note une éducation féodale radicalement différente de l’éducation patrimoniale. La classe sociale chevaleresque en Occident célèbre une culture artistique fondée sur l’honneur, la loyauté personnelle, la notion de « jeu », impliquant une certaine contingence, et l’amour du luxe ostentatoire, qui s’opposent à toute action économique à finalité rationnelle, d’où un regard méprisant sur « l’avarice sordide » (p. 261) de la bourgeoisie, et une inhibition du capitalisme moderne.

7La domination charismatique esquissée dans la quatrième partie, elle, se distingue nettement des premières formes de domination décrites. Personnel, le charisme « pur » est « l’antithèse exacte de de toute économie ordonnée » (p. 273) : il ignore les règles bureaucratiques et s’oppose radicalement à la culture patriarcale, fondée sur les comptes domestiques. Le héros charismatique se doit d’être en rupture avec le monde, détaché des contingences économiques ou familiales, pour signaler le caractère exceptionnel de sa personnalité. À l’inverse des autres types de domination, le pouvoir charismatique ne réside pas dans le vécu du meneur, mais dans le vécu des dominés. La reconnaissance du charisme par les dominés s’impose comme un devoir et non comme un simple droit (comme c’est le cas avec la domination légale rationnelle). Le meneur doit « faire la preuve » (p. 274) de son pouvoir, qui dépend de son succès auprès des dominés. Néanmoins, le charisme n’échappe pas à un phénomène de quotidianisation : il tend à être institutionnalisé. En effet, maître et disciples désirent transformer le charisme en une propriété durable du quotidien pour légitimer leurs biens. Aussi, la communauté charismatique d’un prophète s’instituera en Église, la domination du héros guerrier générera un État gouverné par des lois. Généralement, le successeur sera désigné par un vote réglementé des membres les plus proches, avant d’être secondairement acclamé par les dominés. Dans le processus même de succession, il faut que le don personnel du héros devienne transmissible, attaché non plus à une personne mais à une charge. Il faut classer les prétendants (d’où les liens du sang). Une éducation au charisme et une discipline rationnelle tendent à s’instituer, qui sera l’affaire d’un groupe spécifique, partageant le désir de substituer une qualification économique à une qualification charismatique.

  • 4 Max Weber, Isabelle Kalinowski, La science, profession et vocation. Suivi de « Leçons wébériennes s (...)

8On ne peut que conclure enfin sur l’ancrage socio-politique de l’oeuvre. Bien qu’alors en retrait vis-à-vis de la politique, et départi de son nationalisme radical et culturel passé, Weber demeure partisan d’une politique de puissance de l’État allemand. C’est en particulier lorsqu’il dénigre l’insuffisante fermeté du gouvernement face à l’envenimation du climat international, et une gestion gouvernementale bureaucratique, que se dévoile la dimension politique de ses écrits. Ainsi, cerne-t-on mieux sa lecture de l’impuissance du souverain face à l’appareil bureaucratique, indétrônable une fois implanté, et son portrait de la domination charismatique, dont Guillaume II, le souverain de l’époque, semble totalement dépourvu. Comme le rappelle Isabelle Kalinowski, réitérant le constat opéré dans ses « Leçons wébériennes sur la science & la propagande »4, l’engagement de l’auteur est palpable. Engagement qui, loin de nuire à la richesse de son ouvrage, lui confère au contraire un souffle propre à toute grande sociologie.

Haut de page

Notes

1 Max Weber, Économie et Société, Paris, Plon, 1971.

2 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959.

3 Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.

4 Max Weber, Isabelle Kalinowski, La science, profession et vocation. Suivi de « Leçons wébériennes sur la science & la propagande », Éditions Agone, coll. « Banc d'essais », 2005 (http://lectures.revues.org/303).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maëlys Bar et Alice Feyeux, « Max Weber, La domination », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16412

Haut de page

Rédacteurs

Maëlys Bar

Étudiante en master de sociologie à l’ENS de Lyon

Alice Feyeux

Étudiante en master de sociologie à l’ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page